Archives de août 2008

Las vérité selon Daniel Lavoie   Leave a comment

J’ai toujours aimé son côté zen…

La vérité sur la vérité

 

J’avais pensé qu’avec les années

J’finirais par trouver la vérité

Mais la vérité c’est qu’avec les années

J’ai moins senti l’besoin d’la trouver

Oh! les grandes pensées c’est enrichissant

Ça passe le temps

C’est bien amusant mais c’est pas payant

Si c’est pas payant c’est qu’tu perds ton temps

C’est presque gênant d’en parler

 

J’avais pensé qu’avec les années

On finirait par se tolérer

Mais c’est moi qui a changé ou c’est toi qui a changé

Mais on n’arrive même plus à se parler

Oh! les belles pensées, ça monte des bateaux

Ça nous fait rêver

Vivre pour toujours ton premier bec sucré

M’aimeras-tu toujours tu me l’as promis

C’est la vie en dentelles aux rebords chromés

 

J’aimerais bien penser qu’c’est pas aussi noir

Que toutes les rimes le laisse supposer

Y a des exceptions, y a des méchants pis y a des bons

C’est qu’des fois c’est dur d’les distinguer

Oh! les belles chansons, ça monte des bateaux

Ça nous fait rêver

Si y a quelque chose là c’est à toi d’le trouver

Si y a pas grand chose tu peux toujours danser

Mais choisis bien ton bateau avant d’embarquer

Publié 31 août 2008 par dandanjean dans Musique

Survol des conceptions religieuses: Rite Bouddhiste   Leave a comment

Nous
poursuivons la série aujourd’hui avec le rite Bouddhiste.

 

Rite
Bouddhiste

 

Nombreux
courants : tibétain, indien, chinois, coréen, japonais (zen).

 

Écrits
sacrés.

   

Écrits
variés suivant les pays, dérivés du Mahayana ou du Hinayana.

  

Pratiques
religieuses.

   

Méditation.
Récitation de prières et de mantras. Offrandes.

   

Fêtes
et saisons.

  

Nouvel an
(Saka Dawa), premier tour de la roue du Dharma, retour du Bouddha Shakyamouni
des terres pures. Chaque mois nouvelle et pleine lune (10 et 25 du calendrier
tibétain)

 

La
naissance : signification et rites.

   

La
présence au monde est souffrance. Il faut apprendre dès le plus jeune âge à
s’en dégager.

   

La
nourriture : signification et prescriptions.

   

Végétarisme
motivé par le souci de ne pas faire souffrir ni tuer.

   

Le
Bouddhisme Zen a une science alimentaire particulière.

   

Maladie,
souffrance : signification et actes religieux.

   

La
souffrance a une signification de purification : elle aide à vaincre les désirs
et à s’éloigner du monde.

   

Signification
de la mort.

  

La mort
souhaitée est l’entrée dans le Nirvana (paix) ou l’Éveil. Deux états atteints
lorsqu’on a vaincu tous les désirs pour le Nirvana ; et lorsqu’on a totalement
développé sa compassion et sa sagesse pour l’Éveil

  

 Rites
du passage de vie à trépas.

  

 

Placer le
corps sur le côté droit, main gauche sur la cuisse gauche, main droite sous le
menton, fermant la narine droite position du "lion couché’, posture de
Bouddha lorsqu’il expira.

 

Ne pas
toucher du tout le corps pendant le processus de la mort et même après que la
respiration se soit arrêtée. Lorsqu’on doit bouger le corps, toucher en premier
lieu le sommet du crâne pour permettre à la conscience, si elle n’est pas déjà
partie, de quitter le corps par sa partie supérieure.

 

L’entourage
doit faciliter le départ, en ne retenant pas le mourant par son désespoir qu’il
met en sourdine. Il l’aide à "repérer" au cours de l’agonie les
différents processus qui se déroulent dans son corps et à se concentrer sur un
support de méditation (tantra). L’entourage l’aide, au moment même de la mort à
sortir de son corps. Enfin, après le décès même, la lecture du Bardo Tho Drol
(Livre des Morts Tibétains) peut être faite au chevet du mort afin de guider
son principe conscient dans les différentes expériences psychiques qu’il
traverse.

   

Au moment
de la mort, l’esprit est en proie à toutes sortes de phénomènes
hallucinatoires. Le mourant vit une sorte de rêve, mais il prend pour réel ce
qui lui apparaît et, le plus souvent, il en conçoit de la frayeur et de la
souffrance. Les apparences qui se manifestent ne dépendent pas de ses
croyances, mais de son karma, c’est-à-dire de la qualité positive ou négative
des actes qu’il a accomplis. Même s’il ne croit pas que les enfers existent,
s’il a commis des actes négatifs qui en engendrent la manifestation, son esprit
produira, le moment venu des apparences trompeuses source d’immenses souffrances

   

Rites
des funérailles.

   

Incinération

   

Au Tibet,
il n’est pas rare que le corps soit découpé en morceaux et jeté aux vautours.
Les os vont à un autre type d’oiseaux, les Koho. Il peut aussi être enterré ou
brûlé.

   

Autopsie
et prélèvements d’organes.

   

Ne posent
pas de problème.

 

Où va
l’âme après la mort ? Lama Mönlam, bouddhiste tibétain

   

L’esprit
ne meurt pas, il se réincarne. Pendant une quarantaine de jours après la mort,
il est dans le «bardo», état intermédiaire entre la mort et la renaissance.
Durant les trois premières semaines, l’esprit reste identifié au corps mental,
celui qu’il vient de quitter.

 

Avant la
renaissance, il entrevoit ce qu’il revivra dans son nouveau corps. Juste après
le décès, quand on quitte son corps, la vérité sur sa nature profonde apparaît.
Sans un cheminement spirituel, cette nature profonde nous échappe. D’où
l’importance de ce travail, pour éviter de retomber dans les mêmes ornières.

 

 

Publié 27 août 2008 par dandanjean dans Voyages

Survol des conceptions religieuses: Rite Hindouiste   Leave a comment

Nous
poursuivons la série aujourd’hui avec le rite Hindouiste.

 

Rite Hindouiste

 

Écrits
sacrés.

     

Écrits
classiques : Védas, Pouranas, Upanishads.

     

Pratiques
religieuses.

     

Prières
et ablutions.

     

Fêtes
et saisons.

     

Suivant
les castes et les divinités vénérées, principalement la fête des lumières
(Divali).

     

La
naissance : signification et rites.

     

Incarnation
de parcelle éternelle (atma) en migration.

     

Choix du
corps selon les mérites des vies antérieures.

     

Amulettes,
fumigations, formules sacrées pour empêcher les mauvais esprits de faire du mal
à la mère et à l’enfant.

     

La
nourriture : signification et prescriptions.

     

Végétariens
(le végétarisme hindou date de l’apparition du Bouddhisme) motivé par la
croyance en la réincarnation.

     

Deux
castes mangent de la viande : les Kshatris et les Shoudras.

     

Antroposophie
: science alimentaire particulière, végétarienne également.

     

Maladie,
souffrance : signification et actes religieux.

     

Souffrance
et maladie sont toujours méritées à cause des erreurs commises dans les vies
antérieures. Il faut souffrir pour expier, car il n’existe pas de pardon.

     

Empêcher
la souffrance des autres est un mérite pour celui qui le fait, mais une perte
pour le malade.

     

Amulettes
et formules sacrées pour éloigner le mal.

     

Signification
de la mort.

     

Le corps
est une enveloppe souillée qu’il faut brûler pour en libérer la parcelle
éternelle qui va migrer plus loin.

     

Atteinte
du Môksha à la fin du cycle des réincarnations, c’est à dire la réincarnation
dans le Paramâtma (être suprême)

     

Rites
du passage de vie à trépas.

     

Prières
sous forme de Mantra

     

Rites
des funérailles.

     

Incinération

     

Autopsie
et prélèvements d’organes.

     

Ne posent
pas de problème.

 

Publié 26 août 2008 par dandanjean dans Voyages

Survol des conceptions religieuses: Rite Musulman   Leave a comment

Nous
poursuivons la série aujourd’hui avec le rite Musulman.

 

Rite
Musulman

 

Deux
courants : Sunnites (80%) et Chiites (20%).

 

Écrits
sacrés.

     

Basés sur
le Coran.

 
    

Pratiques
religieuses.

     

Prières
quotidiennes. Le musulman prie à genoux, le front et les coudes au sol, tourné
vers l’Orient où se situe La Mecque. Absence de clergé et de hiérarchie
religieuse : tout musulman peut être "iman"(celui qui professe la
foi) et diriger la prière. Absence d’intermédiaire entre Dieu, Allah, et le
fidèle.

     

Fêtes
et saisons.

     

Achoura
(la dîme), Mouloud (naissance du prophète), Ramadan (jeûne, pénitence), la
petite fête, la grande fête (sacrifice d’Abraham, pèlerinages)

     

La
naissance : signification et rites.

    

Le père
seul détient l’autorité parentale.

     

L’enfant
a la religion et la nationalité du père.

     

Sounna :
le rituel de la circoncision.

     

La
nourriture : signification et prescriptions.

     

Pas de
porc, pas d’alcool.

     

À la
saison du Ramadan, jeûne absolu jusqu’au coucher du soleil.

     

Maladie,
souffrance : signification et actes religieux.

     

La
souffrance est difficile à comprendre «Si tu souffres prends-en qu’à toi ; crois-tu
entrer au paradis sans être éprouvé ? », dit Allah.

     

En cas de
nécessité absolue la transfusion sanguine est admise.

     

Signification
de la mort.

     

La mort
est une transformation : séparation du corps et de l’âme.

    

 Jugement
: sanctions ou gratifications.

     

Rites
du passage de vie à trépas.

 

On 
tourne le corps vers la Mecque, on lui tient l’avant-bras droit, coude posé sur
le lit, l’index désignant le ciel, en répétant fois avec lui dans sa langue :
Allah est Dieu, Mahomet est son Prophète. Si on est un de ses proches, on lui
demande pardon et on peut l’embrasser sur le front si on le désire, mais aucun
texte (Coran ou Sunna) ou même recommandations de savants n’existent à ce
sujet. C’est de l’ordre du permis, non du rituel. (Brahami M., Les rites
funéraires en  Islam, éd Tahid, Lyon, 2005, p 192)

 

Après sa
mort, le corps du mort est tourné vers la Mecque (le visage tourné vers le sud,
la tête au sud-ouest, les pieds placés au nord-est). Le corps est lavé trois
fois de suite selon des règles précises, puis les yeux sont fermés. Le corps,
nu, est ensuite enveloppé dans un linceul. Lorsque l’on enveloppe le défunt
dans un linceul, on peut utiliser des bandelettes pour maintenir le linceul en
place jusqu’au moment de déposer le corps dans le cercueil ou dans la tombe. À
ce moment, on doit dénouer les bandelettes utilisées.

 

Rites
des funérailles.

     

Dans la
tombe, le corps est couché sur le coté droit, pieds au nord-ouest, tête au sud
ouest la face tournée vers la Mecque. Trois pleines mains de terre seront
jetées par chacun des proches sans aucun artifice, riches et pauvres étant
enterrés dans la même terre.

     

La tombe
est suffisamment large pour que le mort puisse se retourner à l’appel des anges
Munkar et Nakir qui l’interrogeront sur la manière dont il a été fidèle.

     

Autopsie
et prélèvements d’organes.

     

(Interprétations
différentes selon les sources).

     

Où va
l’âme après la mort ? Hafid Ouardiri, porte-parole de la mosquée de Genève

     

Le
paradis est un lieu de délices et chacun y occupe une place suivant ses
mérites. On n’y rentre que grâce à la miséricorde divine. L’enfer existe, lui
aussi. C’est le lot de ceux qui ont commis des fautes impardonnables, comme de
nier la divinité de Dieu. Au moment de la résurrection, chacun retrouve son
enveloppe physique.

 

Publié 25 août 2008 par dandanjean dans Voyages

Survol des conceptions religieuses: Rite Juif   Leave a comment

 

Nous
poursuivons la série aujourd’hui avec le rite Juif.

 

Rite
Juif

     

Écrits
sacrés.

     

La Torah
(Ancien Testament hébreu).

     

Pratiques
religieuses.

     

Lecture
quotidienne de la Torah (Ancien Testament hébreu), surtout les Psaumes.

    

 Seuls
les hommes lisent les écrits et ils se couvrent la tête pour prier et lire.

     

Observation
de la loi, tel le sabbat qui commence le vendredi soir au mahariv, c’est à dire
au coucher du soleil et finit le samedi soir au mahariv ; durant le sabbat il y
a des comportements à respecter : ne pas fumer…

     

Fêtes et
saisons.

     

Pourim,
Pésa’h, Chavouot, Roch Hachana, Yom Kippour, Souccot, Chemini, Atseret,
Sim’hat, Tora, Hanoucca.

     

La
naissance : signification et rites.

     

En cas de
mariage mixte c’est la mère qui détermine la religion de l’enfant.

     

Circoncision
rituelle des garçons.

     

Si une
grossesse représente un danger pour la santé physique ou psychique de la mère,
l’avis médical est décisif et l’interruption est autorisée. Car une vie humaine
vaut autant que toute la création.

     

La
nourriture : signification et prescriptions.

     

Pas de
porc, charcuterie, saindoux. Viandes kasher (Larousse : Se dit d’un aliment
conforme aux prescriptions de la Loi juive, ainsi que du lieu ou il est préparé
ou vendu).

     

Les
laitages ne sont jamais servis au même repas que les viandes. Les ustensiles
réservés aux laitages sont toujours lavés à part.

     

Jeûne
absolu de 24 h au Yon Kippour (fête d’automne).

    

Sauf avis
médical, pain sans levain à la Pâques (Pésa’h)

     

Maladie,
souffrance : signification et actes religieux.

     

Parfois
souffrances et maladies sont incompréhensibles (ex : livre de Job) ; parfois
elles apparaissent comme un châtiment.

     

La visite
aux malades est une obligation morale; le visiteur fait partie de la famille,
ou est bénévole. Dans ce cas il est souvent membre de l’association Bikhor
Holim (visite aux malades)

     

Signification
de la mort.

     

Tout le
monde va au séjour des morts, le Chéol. La foi en la résurrection est très
mince, mais il existe l’espoir que Dieu fera quelque chose.

     

Rites
du passage de vie à trépas.

     

Aviser
absolument la famille qui ne quitte pas le malade, même (et surtout) au moment
de l’agonie, car l’âme qui quitte le corps au moment de la mort est pleine de
douleur. Prières et confession en hébreu : le malade est invité à se confesser,
à demander pardon aux hommes et à Dieu, et à prononcer les paroles que ma mort
soit une expiation pour toutes mes fautes.

     

Il est
défendu de toucher le malade agonisant, car il est comme une bougie vacillante
qui va s’éteindre dès qu’on la touche. Toutes les parties de son corps doivent
être soigneusement recouvertes.

     

Au moment
du décès, les proches déchirent, en signe de deuil, une partie de leur vêtement
et allument des bougies. Un des hommes, de préférence le fils aîné, récite le
verset du Chemah Écoute Israël, l’éternel notre Dieu, l’éternel est Un
(profession de foi du judaïsme). On ferme alors les yeux du mort et on dépose
son corps, convenablement recouvert, à même le sol. Puis il est temps pour les
membres bénévoles de la Hebra Kadicha de lui faire la toilette mortuaire. Ce
sont eux qui préparent la veillée funéraire, veillent à la mise en bière et aux
obsèques religieuses qui ont lieu vingt-quatre heures après le décès.

     

Rites
des funérailles.

     

C’est une
cérémonie simple, sans fleurs, ni ornements.

     

Autopsie
et prélèvements d’organes.

     

Autopsie
interdite. Mutilation de cadavre non admise. Mais l’avis du médecin est à
considérer.

     

Prélèvement
d’organes : transplantation de vivant à vivant, ou si la vie du donneur n’est
pas en danger.

 

     

Où va
l’âme après la mort ? Hervé Krief, rabbin à Lausanne

     

Les
textes qui parlent de l’au-delà sont rares. Dans le Talmud, on trouve deux
traditions qui se complètent: l’une parle d’une résurrection sur terre, l’autre
d’un monde futur, spirituel, où chacun accède après la mort. L’articulation
entre les deux n’est pas claire. Mais personne ne s’en préoccupe vraiment,
l’important étant de savoir qu’il existe une justice divine dans l’au-delà. Le
mot de Chéol – «grand trou noir», en hébreu – apparaît dans les psaumes du roi
David. Il peut laisser penser qu’il n’existe rien après la mort. Mais un des
principes de la foi juive énonce: «Je crois en la résurrection des morts
lorsque Dieu le voudra.»

     

Il est
également question dans la Genèse d’un jardin d’Eden, le paradis. On sait que
deux anges en gardent l’entrée. Quand à la Géhenne – littéralement vallée de
Gehinom, près de Jérusalem – c’est l’enfer. Là encore, les textes sont peu
prolixes.

Publié 23 août 2008 par dandanjean dans Voyages

Survol des conceptions religieuses: Rite Mormon   Leave a comment

Nous
poursuivons la série aujourd’hui avec le rite Mormon.

 

Rite
Mormon

 

Écrits
sacrés.

     

Parties
de la Bible et Livre de Mormon.

     

Pratiques
religieuses.

     

Tous les
hommes sont détenteurs de la prêtrise.

     

Baptême
de substitution pour les ancêtres.

     

Fêtes
et saisons.

     

Noël,
Pâques, Pentecôte.

     

La
naissance : signification et rites.

     

Présentation
des enfants. Pas de baptême d’enfants

     

La
nourriture : signification et prescriptions.

     

Code de
la santé : une nourriture saine, sans aucun excitant (ni thé, ni café, ni
alcool, ni fumée, ni drogues).

     

Maladie,
souffrance : signification et actes religieux.

     

La
maladie est la conséquence d’une mauvaise conduite et des circonstances de la
vie. Elle est une épreuve mais non un châtiment.

     

Veiller à
toujours respecter le code de la santé car la vie est un bien précieux.

     

Signification
de la mort.

     

Croient
avoir vécu avant cette vie comme une parcelle de l’Esprit de Dieu. L’esprit est
issu de Dieu et y retourne. Le corps est le temple de l’Esprit, il retourne à
la terre et doit être enterré non brûlé.

     

Rites
du passage de vie à trépas.

     

Lecture
de versets de la Bible

     

Rites
des funérailles.

     

Prière et
lecture de versets de la Bible.

     

Autopsie
et prélèvements d’organes.

    

Admis.

 

Publié 22 août 2008 par dandanjean dans Voyages

Survol des conceptions religieuses: Rite Adventiste du septième jour   Leave a comment

Nous
poursuivons la série aujourd’hui avec le rie Adventiste du septième jour.

 

Rite
Adventiste du septième jour

 

Écrits
sacrés.

     

Basés sur
la Bible et le livre de Mme White.

     

Pratiques
religieuses.

     

Lecture
de l’Ancien, du Nouveau Testament et du livre de Mme White.

     

Observation
stricte du sabbat (du coucher du soleil vendredi au coucher du soleil samedi).

     

Sainte
Cène tous les trois mois.

    

Fêtes
et saisons.

     

Pas de
célébration de fêtes.

     

La
naissance : signification et rites.

     

L’enfant
est un don de Dieu.

    

 Présentation
des enfants. Pas de baptême.

     

La
nourriture : signification et prescriptions.

     

Éviter
certaines viandes, fruits de mer, caféine, alcool, tabac.

     

Maladie,
souffrance : signification et actes religieux.

     

La
souffrance est permise par Dieu, il veut nous apprendre quelque chose par elle
; c’est un moyen d’éducation. Il faut se confier en Dieu.

     

Transfusion
sanguine acceptée.

     

Signification
de la mort.

     

L’âme
c’est la personne (le corps et le souffle de vie).

     

Sommeil
des morts qui attendent la résurrection, au retour du Christ.

     

Rites
du passage de vie à trépas.

     

Lecture
de versets de la Bible

     

Rites
des funérailles.

     

Prière et
rites simples

     

Autopsie
et prélèvements d’organes.

     

Admis
sans difficulté.

 

Publié 21 août 2008 par dandanjean dans Voyages

%d blogueurs aiment cette page :