Archives de janvier 2014

Une vie comme passager   Leave a comment

coexiste

À s’isoler dans l’indifférence aux autres et dans le non-développement de soi,

la solitude peut faire moins mal que de sentir ce passager ennuyant de sa vie.

Publié 31 janvier 2014 par dandanjean dans Réflexion

Préparation du Nouvel an chinois du 1er février 2014   Leave a comment

tibetan20yin20yang20mandala

L’année 2014 du calendrier chinois débute le vendredi 31 janvier en Chine à 5h39 am heure de Beijing (le samedi 1er février en Amérique et en Europe) pour se terminer le 19 février 2015.

Le 31 janvier 2014 débute en Chine l’année du Cheval de Bois.

Le Nouvel An chinois se dit « chun jie » en chinois, qui veut dire le festival du printemps.

Les repas pendant cette période sont très copieux, on prépare des plats de viande, de poisson et de fruits de mer.

Dans le nord, les raviolis sont indispensables. On met souvent une pièce de monnaie dans un ravioli, on dit que celui qui mange ce ravioli a beaucoup de bonheur pour l’année qui vient.

Les recettes pour le Nouvel An chinois sont abondantes. La plupart sont complexes (comme toute la cuisine chinoise, du reste) et nécessitent des produits spécifiques que vous trouverez sans difficulté dans n’importe quelle épicerie asiatique de votre région.

En voici trois faciles, remplies de cet esprit des fêtes que l’on trouve aussi dans notre cuisine.

Des recettes dont l’importance symbolique manifeste le renouveau et donc le grand ménage de la maison d’abord, du corps et de l’esprit ensuite.

Poulet entier poché, sauce au gingembre et au citron vert

Ce plat est d’origine chinoise, de l’île de Hainan plus précisément, mais il est très souvent préparé au Vietnam pour les fêtes de Têt (Nouvel An vietnamien), qui ont lieu au même moment que le Nouvel An chinois. Mais les Vietnamiens n’aiment pas toujours le dire. Le poulet symbolise l’abondance et la prospérité. On le dépose souvent sur l’autel des ancêtres avec l’encens et les chandelles avant de le manger.

Il s’agit de la technique classique qui consiste à submerger le poulet entier dans de l’eau bouillante à laquelle on ajoute parfois un morceau de gingembre et quelques feuilles de citron vert puis de le retirer une fois que l’eau est en ébullition. Enfin, on laisse le poulet tremper presque une heure dans l’eau avant de le servir. Le résultat: un poulet à la chair très moite, succulente, prêt à être utilisé dans toutes les recettes qui nécessitent du poulet cuit. Sans parler des bénéfices d’une cuisson sans gras.

Ou encore, une autre variante

Nb de personnes : 6 

  • 90ml de sauce soja
  • 60ml de jus de citron vert
  • 30ml d’huile de tournesol
  • 1 piment vert, égrainé et haché
  • 2 gousses d’ail, hachées
  • 1 morceau de 2cm de racine de gingembre, haché
  • 1 cuillère à café de coriandre en poudre
  • 30ml de sucre roux
  • 2 cuillères à soupe de zest de citron vert
  • 6 blancs de poulet, avec peau
  • 1 cuillère à soupe de fécule de maïs
  • 15ml d’eau

Méthode de préparation

  1. A l’aide d’un fouet, mélanger la sauce soja, le jus de citron vert, l’huile de tournesol, le piment, le gingembre, la coriandre, le sucre roux et le zest de citron vert, jusqu’à dissolution du sucre.
  2. Placer les morceaux de poulet dans un sac en plastique refermable. Ajouter la marinade, refermer le sac et secouer. Mettre au réfrigérateur pendant au moins deux heures.
  3. Chauffer une grande poêle à feu moyen/vif. Retirer les morceaux de poulet de la marinade, en secouant l’excès de liquide. Placer le poulet dans la poêle, la peau vers le bas, et cuire jusqu’à ce que la peau soit croustillante, pendant environ 4min. Retourner le poulet et continuer la cuisson jusqu’à ce que la viande ne soit plus rose au milieu.
  4. Retirer le poulet de la poêle et réserver au chaud.
  5. Verser la marinade dans la poêle. Dissoudre la de fécule de maïs dans de l’eau et incorporer la mixture dans la sauce pour qu’elle épaississe. Porter la sauce à ébullition, puis baisser la température jusqu’à feu moyen/doux. Laisser mijoter pendant 5min.
  6. Servir le poulet avec la sauce.

Poulet Kung Pao (ou Gong Bao)

Voici un plat du Nouvel An originaire du Sichuan, province de l’ouest de la Chine où la cuisine est généralement plus épicée qu’ailleurs au pays. Dans la version habituelle, le poulet est frit, mais cette version est plus légère et tout aussi délicieuse du fait que le poulet est sauté.

Pour 2 personnes

270 g de poulet
60 g de piments doux
30 g de cacahouètes crues sans peau
6-7 piments rouges séchés coupés en petits morceaux, enlevez les graines, on peut aussi utiliser les piments en entiers, plus joli mais moins piquant
1 oignon nouveau
1 c. a café de poivres du Sichun
2 c. à soupe d’huile de tournesol
Pour la marinade du poulet 
1 c. à soupe de sauce de soja claire
1 c. à soupe de vin jaune chinois (vin HuaDiao)
Pour la sauce à lier 
1 c. à soupe de sauce de soja claire
2 c à c de vinaigre de riz
1 pincée de sucre en poudre
4 c. à soupe d’eau
1 c. à café de fécule de pomme de terre

Un peu de sel

Etapes :

1.      Coupez le filet de poulet en lamelles dans sa longueur, puis coupez les lamelles en petits dés. Marinez le poulet avec tous les ingrédients pour la marinade. Faites griller les cacahuètes à feu doux avec 1 c. à soupe d’huile. Quand les cacahuètes sont dorées, mettez-les de côté sur un papier absorbant.

2.      Coupez l’oignon nouveau et les piments séchés en petits morceaux. Coupez les piments doux en morceaux. Dans un bol, mélangez tous les ingrédients pour la sauce à lier. Ajoutez le reste d’huile dans le wok, faites revenir les piments séchés et le poivre de Sichuan à feu moyen pendant 1-1 min 30.

3.  Ajoutez le poulet mariné, faites cuire pendant 2-3 min. Ensuite ajoutez les piments doux. Augmentez le feu au maximum, remuez la sauce à lier et versez la dans le wok, mélangez rapidement. La sauce se prend en moins de 30 secondes. Ajoutez l’oignon nouveau en morceaux. Re-mélangez, ajoutez les cacahuètes et servez de suite.

Le gâteau de riz des huit trésors

Ce plat célèbre est presque toujours servi pendant les fêtes du Nouvel An chez les Chinois. Il évoque la signification quasi spirituelle du riz dans la culture chinoise. Un plat qui devrait donner de la chance au début d’une nouvelle année.

Pour 2-3 personnes:

Ingrédients: 100 g de riz gluant (on peut utiliser le riz gluant Thaï qui est très collant), 10 jujubes séchés, environ 10 raisins sec, 4-5 cacahouètes crues, 2 noix concassées, 10 Goji séchés, 4-5 de noix de cajou, 1 c. à soupe rase de sucre en poudre, un peu d’huile.

Étapes:

1. La veille, rincez puis faites trempez le riz gluant pendant toute la nuit (la quantité d’eau doit couvrir le riz).

2. Le lendemain, faites cuire le riz dans un cuiseur de riz électrique ou à la vapeur, la quantité d’eau qui couvre juste le riz suffit largement pour la cuisson. Une fois le riz est cuit, mélangez avec 1 c. à café d’huile ou de beurre fondu et 1 c. à soupe de sucre en poudre. Laissez le tiédir.

3. Huilez un bol, il vaut mieux utiliser un bol dont le fond est assez plat. Coupez tous les fruits secs (sauf les Gojis et les raisins sec) en morceaux, prenez la moitié de jujubes séchés avec tous les autre fruits secs, étalez les sur le fond du bol.

4. Couvrez ces fruits secs avec la moitié du riz, puis étalez une couche de jujubes (le reste de jujubes) là – dessus, enfin couvrez l’autre moitié de riz, pressez bien pour que l’ensemble soit compacte.

5. Faites cuire à la vapeur pendant 10 min. Retournez le bol sur une assiette pour le démoulage. Il vaut mieux le servir chaud.

Publié 30 janvier 2014 par dandanjean dans Aliments et boissons

C’est plein de vie…   Leave a comment

chagall

http://www.youtube.com/watch?v=U7Yj5r7hIUk

Une chanson composé par Richard Séguin et interprété ici par Edgar Bori qui lui donne une profondeur différente. Une chanson pleine d’intensité comme un hommage à l’amour.

C’est plein de vie

T’as fait un jardin dans la cour là où il n’y avait que des pierres

T’as dégagé les fleurs autour pour qu’elles s’étirent dans la lumière

Avec tes mains l’eau du ruisseau s’est fait un nid dans la clairière

T’as mis du printemps dans l’hiver sur le lit le ciel et la mer

Tout c’que tu touches les fruits, les mots

La mélodie douce à ta bouche

Tout c’que tu touches tout c’que tu vois

Tout ce qui émane de toi

c’est plein de vie, c’est plein de vie, c’est plein de vie

Avec ton rêve on voit le bleu assis au quai des jours heureux

Avec ceux qui ont le cœur gros tu sais trouver les mots qu’il faut

Sais-tu jusqu’où va ton sourire quand il devient éclat de rire

T’es ma mariée bouquet de fleurs comme sur la toile de Chagall

Tout c’que tu touches les fruits, les mots

La mélodie douce à ta bouche

Tout c’que tu touches tout c’que tu vois

tout ce qui émane de toi

C’est plein de vie, c’est plein de vie

c’est plein de vie, c’est plein de vie

Publié 29 janvier 2014 par dandanjean dans Musique

Bonheur   Leave a comment

mandaladucoeu

Certain vous dirons que le bonheur

c’est avoir cette liberté intérieure

qui permet de savourer le moment présent,

sans attaches avec le passé et affranchi du futur.

Être là simplement.

Moi, du haute de ma grande humilité,

j’ose vous écrire que la bonne heure

n’est pas composé de son présent,

de son passé ou de son futur,

mais de secondes de cœur battant

au rythme de plus que soi,

avec le son de la compassion.

*

Publié 28 janvier 2014 par dandanjean dans Réflexion

Visons positives   1 comment

Désir de la mer

Pas besoin d’être un guerrier pacifique pour porter des blessures. Nous en portons tous. Heureusement, on en est pas toujours conscients ou du moins en tout temps, et certains jours on ne le remarque même pas. Les blessures font simplement partie de la vie. Elles constituent même le pas de la marche de l’évolution!

Ainsi, les mésaventures ou la peur de subir des pertes sont des facteurs assez perturbateurs qui peuvent prendre racine dans nos vies, et dans nos relations. Quand on a recours à la pratique de la pensée positive, on crée des conditions pour attirer ce que l’on souhaite. Quand on ressasse des pensées négatives, les éléments perturbateurs qui s’y rattachent nous poussent à refaire les mêmes expériences malheureuses. Il arrive souvent que l’esprit, certains utiliserons l’image du hamster qui fait tourner une roue sans cesse dans leur tête, tente de sonner l’alarme et se retrouve piégé dans le négatif.

Il est possible d’envisager l’art de vivre comme une capacité à avoir ou maintenir des conditions positives malgré les difficultés.

Pour penser de façon positive, nous avons souvent besoin de modèles de personnes qui ont trouvé le bonheur en dépit de tout. Ces personnes qui ont une grande capacité de résilience et de compassion. Si vous ne découvrez pas de tels modèles dans l’histoire de votre vie, alors cherchez ailleurs. La vie parvient toujours à se frayer un chemin.

*

Et une prestation musicale de Stromae qui nous permet d’illustrer l’antithèse…

Publié 27 janvier 2014 par dandanjean dans Réflexion

Par delà la distance confuse   Leave a comment

mandalas

C’est difficile de ne pas resté muet devant la détresse d’une personne que l’on aime. Parfois, on a le sentiment que toute parole vaut mieux que le silence gêné, et que tout geste de rapprochement vaut mieux que la distance confuse. Il n’y a pas de pire épreuve que celle qui engendre la solitude lorsque l’on souffre de la présence de l’autre. La compassion nous aide à trouver la juste attitude pour l’autre.

Publié 26 janvier 2014 par dandanjean dans Réflexion

Le feu sauvage de l’amour   5 comments

Un matin spécial, avec la musique de Rock et belles oreilles dans les oreilles.  Ce matin j’effleure l’essence des choses et je pars en riant… hihihi

le-coussin-smiley

http://www.youtube.com/watch?v=dM-_xDfCvK0

Le feu sauvage de l’amour

Chérie Chérie quand je t’ai rencontrer
j’ai tout de suite eu envie de t’aimer
mais je ne pouvais pas me douter
Qu’un jour tu allais me donner

le feu sauvage
le feu sauvage
le feu sauvage de l’amour
le feu sauvage
la maladie du baiser yé yé yé yé
le feu sauvage de l’amour
le feu sauvage

Puis un jour je n’ai pas pu résister,
et je t’ai demandé de m’embrasser
tout de suite tu t’es exécuté,
et tu ma transmis par un baiser

le feu sauvage
le feu sauvage
le feu sauvage de l’amour
le feu sauvage
la maladie du baiser yé yé yé yé
le feu sauvage de l’amour
le feu sauvage

Le lendemain quand je me suis lever,
j’avais les lèvres toutes boutonnées
je n’ais pas su comment me soigner,
Depuis ce temps je suis handicapé du feu sauvage

le feu sauvage
le feu sauvage
le feu sauvage de l’amour
le feu sauvage
la maladie du baiser yé yé yé yé
le feu sauvage de l’amour
le feu sauvage

Maintenant je suis toujours gêné,

et je n’ose plus embrasser

toutes les filles de mon quartier

me traite de pas déniaiser

le feu sauvage
le feu sauvage
le feu sauvage de l’amour
le feu sauvage
la maladie du baiser yé yé yé yé
le feu sauvage de l’amour
le feu sauvage

le feu sauvage
le feu sauvage
le feu sauvage de l’amour
le feu sauvage
la maladie du baiser yé yé yé yé
le feu sauvage de l’amour
le feu sauvage

*

http://www.youtube.com/watch?v=eL-KMjYOnhQ

Arrête de boire

Shout!

Minuit passé, quand les gens font dodo
Moi, je m’en vais cruiser à la disco
Je fais pas la queue à l’entrée
– heille, y passe devant nous autres, lui, monsieur!
– écrase minable, je connais le portier.
– heille heille, où c’est que tu vas toé?
– tiens, un nouveau portier.

Une heure plus tard, je suis à l’intérieur, oh oh oh
Alerte rouge, je suis en chaleur
Là-bas, au bar, je spotte une fille
Elle me regarde, me déshabille
– salut, tu viens souvent ici?
– oui, mais je pense que je reviendrai pu…

Tous les soirs, tous les soirs
Je sors dans les bars
Tous les soirs, woo-hoo
Tous les soirs, tous les soirs
Ce besoin de boire (arrête de boire)
Plus tard, je rentre à la maison, malade de boisson

– je vais prendre un Grand Marnier, un daiquiri aux bananes pis un gumby avec deux cerises.
– un chausson avec ça?

Sur le plancher de danse, je vais tenter ma chance
Avec une blonde qui a l’air du sosie de martine st-clair, wow
Contre le tourbillon de mes hanches, elle se presse avec insistance
– heille, va jouer ailleurs!
Qu’elle me dit, un coup de genou dans mes parties

Aye aye aye aye aye aye aye aye…

Cha cha, salsa, rambo, il commence à faire chaud

Rumba, tango, sangria, je transpire en dessous des bras

Tous les soirs, tous les soirs
Je sors dans les bars
Tous les soirs, woo-hoo
Tous les soirs, tous les soirs
Ce besoin de boire (a-a-arrête de boire)
Plus tard, je rentre chez nous, saoul comme un trou

– qu’est-ce qu’on te sert?
– j-j-j-je, j-j-j-je…
– je comprends pas!
– j-j-j-je, j-j-j-je, je bégaye, j-je bégaye

– ce que j’ai autour de la bouche? non non, c’est pas des bobos…

– last call!

Trois heures moins quart, il se fait tard
Trois heures moins quatre, je passe à l’attaque
Trois heures pile, elles se défilent
Trois heures sept, à demain les minettes

J’ai tant dansé, j’ai tant cruisé
Sans jamais avoir pogné
Que je pense que je va virer aux gais, aux gais, aux gais…

Tous les soirs, tous les soirs
Je sors dans les bars
Tous les soirs, woo-hoo
Tous les soirs, tous les soirs
Ce besoin de boire (a-a-arrête de boire)
Plus tard, je rentre à la maison, tout seul comme un toton

Tous les soirs, tous les soirs
Je sors dans les bars
Tous les soirs, woo-hoo-hoo
Tous les soirs, tous les soirs
Ce besoin de boire (arrête, arrête, arrête de boire)
Plus tard, je rentre à la maison, me faire un dîner swanson

Ben bon!

Publié 25 janvier 2014 par dandanjean dans Réflexion

%d blogueurs aiment cette page :