Archives de novembre 2017

D’où nait le sourire sur les lèvres du nouveau née?   Leave a comment

«D’où suis-je venu ? Où m’as-tu trouvé ? » demande Bébé à sa mère.

Elle pleure et rit tout à la fois et, pressant l’enfant sur sa poitrine, lui répond:

« Tu étais caché dans mon cœur, mon chéri, tu étais son désir.

Tu étais dans les poupées de mon enfance et quand, chaque matin, je modelais dans l’argile l’image de mon dieu, c’était toi que je faisais et défaisais alors.

 Tu étais sur l’autel avec la divinité de notre foyer ; en l’adorant, je t’adorais.

 Dans tous mes espoirs, dans toutes mes amours, dans ma vie, dans la vie de ma mère, tu as vécu.

 L’Esprit immortel qui préside à notre foyer t’a choyé dans son sein de tout temps.

 Dans l’adolescence, quand mon cœur ouvrait ses pétales, tu l’enveloppais, comme un parfum flottant.

 Ta délicate fraîcheur veloutait mes jeunes membres, tel le reflet rose qui précède l’aurore.

 Toi, le chéri du ciel, toi dont la sœur jumelle fut la lumière du premier matin, tu as été emporté par les flots de la vie universelle, qui t’a enfin déposé sur mon cœur.

 Tandis que je contemple ton visage, la vague du mystère me submerge : toi qui appartiens à tous, tu m’as été donné !

 De crainte que tu ne m’échappes, je te tiens serré sur mon cœur. Quelle magie a donc livré le trésor du monde à mes bras frêles ? »

Le sommeil qui se pose sur les yeux de Bébé, quelqu’un sait-il d’où il vient ? Oui, le bruit court que dans la forêt ombreuse il habite un village de fées, éclairé par les vers luisants. Là, deux boutons de pavot enchanté s’ouvrent comme en émoi : c’est de là que le sommeil part pour venir baiser les yeux de Bébé.

Le sourire qui palpite sur les lèvres de Bébé, quand il sommeille, quelqu’un sait-il où il est né ?

Oui, le bruit court qu’un rayon jeune et pâle du croissant de la lune effleura le bord d’une nuée d’automne prête à disparaître et là, dans le rêve d’un matin trempé de rosée, naquit le sourire qui palpite sur les lèvres de Bébé quand il sommeille.

La fraîcheur douce et veloutée qui s’épanouit sur les membres de Bébé, quelqu’un sait-il où elle a été cachée si longtemps ?

Oui, quand sa mère était jeune, la fraîcheur douce et veloutée qui s’épanouit aujourd’hui sur les membres de Bébé emplissait son cœur virginal : tendre et silencieux mystère d’amour !

Rabindranath Tagore dans La jeune lune

Une chanson de Tracy Chapman – The Promise

Les paroles en français sont sur : https://www.lacoccinelle.net/242599.html

 

 

 

 

Publié 30 novembre 2017 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , ,

Voyageur temporel   Leave a comment

ImAGE le voyage

À toute les fois que j’entends quelqu’un dire que la vie se passe trop vite, qu’elle ne voit plus le temps passer, je me dis intérieurement elle ne se rend pas compte qu’elle est en voyage dans le temps… heureux.

Une des choses que la théorie de la relativité nous a apprises, c’est justement ce rapport au temps. Une minute à revoir une personne que nous aimons beaucoup, un furtif baiser et un au revoir est nettement plus courte qu’attendre une minute la main au-dessus d’un brasier.

Lorsque quelqu’un vous dit que le temps passe vite, elle voyage dans une période heureuse de sa vie. Et c’est un beau paradoxe, plus on est bien, plus le temps passe vite, et plus on s’enfonce dans la noirceur de l’esprit, le temps devient lourd et d’une lenteur infinie.

Apprendre à voyager dans les temps demande de développer l’attention et la pleine conscience. Vivre l’instant présent pleinement, ce n’est pas pour ralentir, c’est avant tout pour goûter pleinement la vie qui passe.

Nous sommes tous des passants temporels, à nous de décider d’en faire un voyage merveilleux.

Une chanson de Tryo – Le temps

Les paroles sur https://www.lacoccinelle.net/295470.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2017 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas couper ou modifier les textes et le contenu sans mon approbation, merci.

Quand la connaissance de soi s’accomplit..   Leave a comment

Visage lotus om

L’homme privé de racines, désacralisé, se banalise. Il n’est plus qu’un personnage sociologique ; on anéantit son mystère et ses pouvoirs secrets. Un tel homme n’est plus qu’un produit de supermarché. La dimension humaine ne peut s’acquérir que par l’intériorité, au profit d’une structure lui permettant d’occuper la place qui lui revient et à laquelle il a droit.

La connaissance de soi est moins une étude qu’un art de vivre. Elle n’est pas réservée à un moment précis de l’existence. Tels, par exemple, l’étude d’une science ou encore l’apprentissage d’un métier. Elle concerne la vie dans sa totalité et se pratique à tous les instants : dans la solitude ou dans le rapport avec autrui, lors du travail ou du divertissement.

Rencontrer sur sa route des êtres doués d’une beauté intérieure apparaît comparable à une nourriture céleste.

La connaissance de soi est une naissance à sa propre lumière, à son propre soleil. L’homme qui se connaît est un homme vivant.

Quand la connaissance de soi s’accomplit, le visage de l’homme change. Elle le modifie autant que l’amour.

Marie-Madeleine Davy

 

Une chanson de Peter Gabriel – In Your Eyes

Les paroles en français sont sur https://www.lacoccinelle.net/260781.html

Publié 29 novembre 2017 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , , ,

La réussite!   2 comments

 

Visage eau

Il y a beaucoup de belles histoires de réussite qui débutent par, il est parti de rien, mais il avait su une vision et surtout il a persévéré, puis il a su saisir les opportunités et il a foncé.

Beaucoup de ces récits illustrent que la réussite ne peut pas s’épanouir dans notre quotidien à partir d’une vision fataliste de la vie. Elle ne peut pas s’épanouir par des choix axés sur l’attente, la consommation excessive et les activités occupationnelles.

Les personnes qui ont réalisé leurs rêves, leurs projets tant au plan personnel, professionnel ou social, ont beaucoup plus qu’un talent, ils ont la volonté, l’engagement et le travail nécessaire pour se dépasser.

Il ne faut pas confondre patience et attente.

Il ne faut pas confondre vouloir et espérer.

Il ne faut pas confondre s’engager et s’occuper.

La réussite est une autre façon de nommer que nous mettons fin au désordre. Et c’est cette avenue du sens non pas unique, mais multidirectionnel qui permet de se réaliser et amène la joie et la paix de l’esprit.

Nous avons tous la capacité de se réaliser maintenant, même si nous partons de rien.

Toutes les personnes qui ont su se développer par un entraînement régulier vous le diront, nous avons la capacité de nous réaliser à notre mesure.

Une chanson de Zaz – Ton Rêve

Qu’est-ce que t’en dis
si on changeait tout lundi
on aura alors l’effort
de ne plus vivre dans l’envie
Et si ce qu’on dit
ne veut plus rien dire jeudi
on aura encore le corps
pour recommencer samedi

refrain

Tu trouveras
de quoi baisser les bras
par accord au décor
Tu te lèveras et verras
sans rien dire
ton rêve en ligne de mire
Tu avanceras vers l’or
dessinant ton avenir

Déleste les gens qui
contestent tes choix aujourd’hui
allège ton avenir
défais-toi de ces dires
Abrège leurs envies
de venir polluer ton harmonie
et trouve le réconfort
sur un chemin assaini

refrain

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2017 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas couper ou modifier les textes et le contenu sans mon approbation, merci.

D’où vient que le temps passe ?   Leave a comment

Le temps est cette chose qui renouvelle l’instant présent. Est-ce vrai que le temps passe. Une réponse en 6 minutes, c’est possible?

Étienne Klein tente de répondre à la question avant que le temps passe ?

Publié 28 novembre 2017 par dandanjean dans Réflexions trouvées à partager

Tag(s) associé(s) : , , ,

Voyage, voyage   2 comments

Si j’avais un seul conseil à donner pour aider une personne qui ne sait plus quoi faire de sa vie, je lui dirais qu’il lui faut voyager. Je ne parle pas d’aller dans un tout inclus, mais de fouler une terre inconnue où la beauté, la joie et la peur seront entrelacées dans le ventre. Pour cela, je lui dirais de mobiliser toutes ses ressources pour s’offrir la grande transformation. Rien n’est impossible, pour ma part, compte tenu de mes origines, j’ai dû travailler un an pour le faire.

Entrer dans une ville inconnue regarder les gens, se rassasier de nouvelles nourritures, parcourir de nouvelles avenues, découvrir des perspectives différentes, recevoir des idées non conçues, et redécouvrir l’émotion de regarder pour une première fois. Cela implique d’apprivoiser, d’aimer, de douter, de s’inquiéter, de se remettre en question, de se sentir seul, et de s’apprivoiser puis de s’aimer.

Puis, le jour des départs, car il y en a toujours beaucoup, pouvoir regarder une dernière fois ce que nous laissons dernière nous, d’un regard attentif et paisible, laissant les images se déposer en nous, pour que se tamise par le silence du temps l’identité de cette terre, ses arômes, ses accents, ses regards, ses visions et paysages sous une fine couche d’enchantement. –

Le voyage peut transformer un humain. Il opère cette alchimie en nous, là où les identités de passage se côtoient, s’acceptent et se développent pour en polir notre nature propre. Le regard n’est plus figé, il perçoit réellement la vie.

Alors, le sens de notre voie se dégage, il n’y a plus de retenue et nous passons notre route avec une joie paisible d’être rendu à Soi.

Une chanson de Beyries – Je pars à l’autre bout du monde

Les paroles sont sur : http://paroles2chansons.lemonde.fr/paroles-beyries/paroles-je-pars-a-l-autre-bout-dur.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2017 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas couper ou modifier les textes et le contenu sans mon approbation, merci.

 

Publié 28 novembre 2017 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

Ma vie de Carl Gustav Jung   Leave a comment

AVT_Carl-Gustav-Jung_1533

De fait, notre vie, jour après jour, dépasse de beaucoup les limites de notre conscience et, sans que nous le sachions, la vie de l’inconscient accompagne notre existence. Plus la raison critique prédomine, plus la vie s’appauvrit ; mais plus nous sommes aptes à rendre conscient ce qui est inconscient et ce qui est mythe, plus est grande la quantité de vie que nous intégrons. La surestimation de la raison a ceci de commun avec un pouvoir d’état absolu : sous sa domination, l’individu dépérit.

*

Le noyau de toute jalousie est un manque d’amour.

*

Ma vie est l’histoire d’un inconscient qui a accompli sa propre réalisation.

*

La « connaissance réelle » repose sur un instinct ou sur une participation mystique avec autrui. On pourrait dire que ce sont « les yeux de l’arrière-plan » qui voient, dans un acte impersonnel d’intuition.

*

Ce qui se passe dans un être qui intègre à la conscience des contenus jadis inconscients échappe presque à la description qu’en peuvent donner les mots. On ne peut qu’en faire l’expérience. C’est une affaire indiscutablement subjective.

Ma vie de Carl Gustav Jung

 

Une pièce musicale de Sati interprétée par Alexandre Tharaud – Gymnopédie, nr. 1

Publié 27 novembre 2017 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

%d blogueurs aiment cette page :