Archives de novembre 2017

Ce qui est à la portée que des sages!   Leave a comment

Un homme s’approche d’un ancien et lui dit : On m’a dit que tu es sage… S’il te plaît, dis-moi quelles sont les choses que peut faire un sage qui ne sont pas à la portée de tout le monde.

L’ancien lui répond : Quand je mange, je mange ; quand je dors, je dors ; et quand je parle avec toi, je parle avec toi. Mais enfin, ça aussi je peux le faire et je ne suis pas sage pour autant, lui répond l’homme surpris. Je ne le crois pas, lui réplique l’ancien. Parce que quand tu dors, tu te remémores les problèmes que tu as eu au cours de la journée ou tu imagines ceux que tu pourrais avoir au réveil. Quand tu manges, tu planifie ce que tu vas faire plus tard. Et pendant que tu parles avec moi, tu penses à ta prochaine question où à ce que tu vas me répondre, avant que j’ai terminé de parler.

Le secret, c’est d’être conscient de ce que nous faisons dans le moment présent et ainsi profiter pleinement à chaque instant du miracle de la vie.

Anthony de Mello

Une pièce musicale Kitaro – Matsuri

Publié 22 novembre 2017 par dandanjean dans Contes, Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

Un livre fermé est une attente de destination   Leave a comment

image-ecrire

Avons-nous vraiment raison de penser que seul le roman héberge en lui l’histoire qu’il raconte? Certains vous diront, oui, il suffit de l’ouvrir et hop, nous pouvons reprendre le fil de l’histoire.

D’autres se poseront la question suivante : qu’est-ce qui se passe réellement dans un roman lorsqu’il est fermé? Est-ce que l’histoire s’endort en attendant le baiser du prince lecteur? Est-ce qu’elle redevient qu’amoncellement de mots sur le papier?

Nous connaissons tous une personne qui a commencé à lire un roman que nous avons lu et beaucoup apprécié, qui après avoir parcouru à peine une dizaine de pages, a décroché et l’a refermé. Il a lu le contenu de livre, mais il n’a pas découvert l’histoire. À l’inverse, nous avons aussi connu des situations ou la personne a adoré autant que nous le roman et est pleinement entrée dans l’histoire.

Donc, il est possible de décoder l’amoncellement de lettres sur le papier d’un livre et être indifférents ou littéralement emportés.

Et si l’histoire n’était pas uniquement cet amoncellement de lettres sur le papier? Et si l’histoire avait cette propriété d’avoir de nombreuses portes ouvertes, de nombreuses portes subjectives, ces portes suscitant l’imaginaire, et créant cette connexion intangible et magique entre l’auteur et le lecteur, entre deux âmes? Quand la connexion est là, l’histoire nous habite et transcende le livre pour se perpétuer en nous.

Pour ces âmes aux voyages livresques, un livre est un objet magique pouvant les transporter vers un nouvel endroit. L’histoire représente alors un voyage dont le déplacement est déterminé par l’auteur et la destination alimentée par le lecteur.

Un livre fermé est une attente de destination.

 

Une chanson de Peter Gabriel – The Book of Love

La traduction des paroles sur :  https://www.lacoccinelle.net/270392.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2017 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas couper ou modifier les textes et le contenu sans mon approbation, merci.

Publié 22 novembre 2017 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , , ,

Ne prenez jamais les mots dans leur sens premier   Leave a comment

soufi

Bien souvent, les gens à l’esprit étroit disent que danser est sacrilège. Ils pensent que Dieu nous a donné la musique – pas seulement la musique que nous faisons avec notre voix et nos instruments, mais la musique qui sous-tend toute forme de vie – et qu’il nous a ensuite interdit de l’écouter. Ne voient-ils pas que toute la nature chante ?

Tout dans cet univers bouge en rythme – les battements du cœur ou les ailes des oiseaux, le vent les nuits d’orage, le forgeron à son enclume ou ce qu’entend dans le ventre de sa mère un bébé à naître -, tout participe, passionnément, spontanément, à une mélodie magnifique.

La danse des derviches tourneurs est un maillon dans cette chaîne perpétuelle. Telle la goutte d’eau qui porte en elle tout l’océan, notre danse reflète et voile à la fois les secrets du cosmos.

Sa méfiance envers les mots était si intense que souvent il ne parlait pas pendant des jours. Cela faisait l’objet d’une autre de ses Règles : La plupart des problèmes du monde viennent d’erreurs linguistiques et de simples incompréhensions.

Ne prenez jamais les mots dans leur sens premier. Quand vous entrez dans la zone de l’amour, le langage tel que nous le connaissons devient obsolète.

Ce qui ne peut être dit avec des mots ne peut être compris qu’à travers le silence.

Elif Shafak dans Soufi, mon amour

 

Une pièce musicale de la Compagnie Choresophes – Derviche mon amour

Publié 21 novembre 2017 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

Gérer plus que le présentéisme   Leave a comment

 

Parfois, il me revient cette certitude que le travail du gestionnaire n’est pas seulement une affaire d’organisation, de planification et de mobilisation.

Le défi de s’engager et d’aimer composer avec la perception des messages, la façon dont ils sont décodés dans une équipe, la façon dont les personnes travaillent ensemble et leur capacité à accepter l’autre.

La ou le gestionnaire qui désire faire carrière et monter dans la hiérarchie ne s’attardera pas à cela. Mais, celle ou celui qui aime travailler avec les personnes, qui a le gout de servir la clientèle, qui veut contribuer à la différence, comprendra qu’il faut prendre du temps à s’écouter, à s’apprivoiser, à standardiser les processus d’ajustement mutuel au lieu de perdre du temps à vouloir contrôler la désorganisation du présentéisme.

Il en est au travail, comme dans nos vies personnelles. Ce qui fera la différence, c’est la façon, le parcours que nous avons pris et non seulement le résultat.

À quoi bon gagner, si le prix est de se perdre?

Une chanson de Jean-Jacques Goldman – Ensemble

Souviens-toi,

Était-ce, mai, novembre, ici ou là,

Était-ce un lundi,

Je ne me souviens que d’un mur immense,

Mais nous étions ensemble, ensemble nous l’avons franchis.

 

Reviens-moi de tes voyages si loin,

Reviens-moi, tout s’ajoute à ma vie,

J’ai besoin de nos chemins qui se croisent,

Quand le temps nous ressemble, ensemble tout est plus joli.

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2017 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas couper ou modifier les textes et le contenu sans mon approbation, merci.

 

Publié 21 novembre 2017 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , , ,

Jacques Salomé et l’amour en partage   1 comment

Coeur armure

J’ai fait un pas immense le jour où j’ai compris que j’étais seul à entretenir mes souffrances…

*

Communiquer suppose aussi des silences, non pour se taire, mais pour laisser un espace à la rencontre des mots.

*

L’amour ne doit pas être utilisé comme un remède à la solitude, mais comme un soleil propre à faire éclore en chacun le meilleur de lui-même.

*

Entrer en relation avec l’autre, c’est prendre le risque de communiquer, c’est à dire de mettre en commun des données personnelles liées à son vécu, à ses émotions…

*

Ne cherche pas d’autres richesses que celles de l’amour à donner et à recevoir.

*

Ose, ose, car le possible est toujours un tout petit pas après… l’impossible.

Ose ta confiance, ose ta vie, toi seul la vivras.

*

L’étoile est belle parce qu’elle laisse deviner l’infini dont elle s’entoure.

*

C’est dans l’amour partagé en réciprocité que la vie prend toute sa saveur, donne tout son goût, révèle toute son ampleur.

Jacques Salomé

 

Une pièce musicale Zbigniew Preisner – Conte d’amour

Publié 20 novembre 2017 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , , ,

Lecture inspirante traitant de la peur   Leave a comment

Chaque semaine Zarah Issany partage une lecture inspirante qui l’a touché.

La sophrologie au féminin de Laurence Roux-Fouillet permet d’aborder des questions tels que :

Qu’est-ce que la peur ?

Comment la détecter ?

Quelle est la différence entre une peur réelle et irréelle ?

Pour aller plus loin : http://www.zarahissany.com/blogue/ – Plus de 100 articles disponible.

Publié 20 novembre 2017 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , ,

Les plus beaux voyages   Leave a comment

cropped-mains-du-monde

Parcourir le chemin de sa nature propre représente le plus beau voyage. Ici, pas de costumes, pas de folklore, pas d’histoires impossibles, mais simplement la réalité au quotidien dans sa beauté et ses difficultés.

Attention, je ne dis pas que toute forme de rituel ou de tradition est inutile, je dis seulement que ce sont des couleurs pour fixer l’attention, et non la substance elle-même.

Parcourir le chemin de sa nature propre n’est pas un chemin facile tout comme ce n’est pas un chemin difficile, c’est simplement le chemin que nous entreprenons.

Le meilleur soutien que peut offrir un passeur à la marcheuse ou le marcheur, c’est de lui indiquer les repères de la façon la plus adaptée à sa constitution propre et singulière.

Le passeur ne partage pas sa propre destination, mais plutôt la façon d’identifier et les repères qui sont utiles aux marcheuses et aux marcheurs pour franchir une étape, une frontière ou un obstacle. Tout le reste est inutile. Le passeur doit aider à donner du sens, à encourager et à reconnaître la dignité de chacun.

Dans cette perspective, la destination au sens traditionnel du terme est devenue la voie. La plus belle quête de cette vie ne se réalise pas en se fuyant pour se rendre quelque part, mais bien, à s’atteindre dans sa nature propre, dans ce que nous sommes vraiment où que nous soyons maintenant.

Les plus beaux voyages ne sont pas terminés tant que nous ne sommes pas de retour chez soi.

Une chanson de U2 – Where The Streets Have No Name

 

PAROLES TRADUITES SUR https://www.lacoccinelle.net/260907.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2017 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas couper ou modifier les textes et le contenu sans mon approbation, merci.

Publié 20 novembre 2017 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , , ,

%d blogueurs aiment cette page :