Jacques Salomé et l’amour en partage

Coeur armure

J’ai fait un pas immense le jour où j’ai compris que j’étais seul à entretenir mes souffrances…

*

Communiquer suppose aussi des silences, non pour se taire, mais pour laisser un espace à la rencontre des mots.

*

L’amour ne doit pas être utilisé comme un remède à la solitude, mais comme un soleil propre à faire éclore en chacun le meilleur de lui-même.

*

Entrer en relation avec l’autre, c’est prendre le risque de communiquer, c’est à dire de mettre en commun des données personnelles liées à son vécu, à ses émotions…

*

Ne cherche pas d’autres richesses que celles de l’amour à donner et à recevoir.

*

Ose, ose, car le possible est toujours un tout petit pas après… l’impossible.

Ose ta confiance, ose ta vie, toi seul la vivras.

*

L’étoile est belle parce qu’elle laisse deviner l’infini dont elle s’entoure.

*

C’est dans l’amour partagé en réciprocité que la vie prend toute sa saveur, donne tout son goût, révèle toute son ampleur.

Jacques Salomé

 

Une pièce musicale Zbigniew Preisner – Conte d’amour

Lecture inspirante traitant de la peur

Chaque semaine Zarah Issany partage une lecture inspirante qui l’a touché.

La sophrologie au féminin de Laurence Roux-Fouillet permet d’aborder des questions tels que :

Qu’est-ce que la peur ?

Comment la détecter ?

Quelle est la différence entre une peur réelle et irréelle ?

Pour aller plus loin : http://www.zarahissany.com/blogue/ – Plus de 100 articles disponible.

Les plus beaux voyages

cropped-mains-du-monde

Parcourir le chemin de sa nature propre représente le plus beau voyage. Ici, pas de costumes, pas de folklore, pas d’histoires impossibles, mais simplement la réalité au quotidien dans sa beauté et ses difficultés.

Attention, je ne dis pas que toute forme de rituel ou de tradition est inutile, je dis seulement que ce sont des couleurs pour fixer l’attention, et non la substance elle-même.

Parcourir le chemin de sa nature propre n’est pas un chemin facile tout comme ce n’est pas un chemin difficile, c’est simplement le chemin que nous entreprenons.

Le meilleur soutien que peut offrir un passeur à la marcheuse ou le marcheur, c’est de lui indiquer les repères de la façon la plus adaptée à sa constitution propre et singulière.

Le passeur ne partage pas sa propre destination, mais plutôt la façon d’identifier et les repères qui sont utiles aux marcheuses et aux marcheurs pour franchir une étape, une frontière ou un obstacle. Tout le reste est inutile. Le passeur doit aider à donner du sens, à encourager et à reconnaître la dignité de chacun.

Dans cette perspective, la destination au sens traditionnel du terme est devenue la voie. La plus belle quête de cette vie ne se réalise pas en se fuyant pour se rendre quelque part, mais bien, à s’atteindre dans sa nature propre, dans ce que nous sommes vraiment où que nous soyons maintenant.

Les plus beaux voyages ne sont pas terminés tant que nous ne sommes pas de retour chez soi.

Une chanson de U2 – Where The Streets Have No Name

 

PAROLES TRADUITES SUR https://www.lacoccinelle.net/260907.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2017 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas couper ou modifier les textes et le contenu sans mon approbation, merci.