La conjonction des savoirs

ImAGE corridor

La religion, la science, l’art, dans leur intelligibilité fondamentale, ne sont pas incompatibles mais inséparablement unis. Ces différentes attitudes de l’esprit devant le monde sont interdépendantes. Il est donc important de rétablir un dialogue, souvent occulté par une vision excessivement fragmentaire, entre ces aspects particuliers de la culture humaine…

Il est difficile de ne pas voir que notre civilisation, dans le passé comme dans le présent, a souffert et souffre encore d’une espèce de perte ou de faillite du sens. Chacun le vit comme un sentiment de « vide intérieur », d’absence de sens ou simplement d’absurdité de la vie. Le problème réside en ce que le sens implique la valeur, et si la vie est dépourvue de sens, elle revêt une valeur nulle et ne vaut donc pas la peine d’être vécue.

Les grandes traditions spirituelles, et aujourd’hui la science, évoquent l’existence d’une autre réalité que celle qui tombe directement sous le sens. Ces deux approches de la réalité nous acheminent aux confins des territoires objectivement observables, là où le sens de l’univers se déploie dans le vécu de notre conscience pour rayonner d’un sentiment intense d’unité intérieure et de participation cosmique.

La spiritualité, la psychologie des profondeurs et la science peuvent être des itinéraires complémentaires sans pour autant se fonder l’un sur l’autre, au regard d’une prise de conscience globale du fait relationnel au sens où l’univers n’est pas un agrégat de parties élémentaires séparées les unes des autres avec seulement des interactions externes.

A un niveau plus profond, celui où tend chacune des disciplines évoquées, tout est relié, chaque partie est potentiellement présente dans toutes les autres et réciproquement.

La fragmentation est une abstraction, une convention parfois pratique, mais aucun des termes constituants les pôles opposés n’est cause de l’autre. La matière ne cause pas l’esprit, l’esprit ne cause pas la matière, ils s’auto-produisent mutuellement…

La conjonction des savoirs, Dominique Casterman

Une chanson interprétée par Bruno Pelletier – Le temps des cathédrales

Les paroles et les accords surhttps://www.boiteachansons.net/Partitions/Notre-Dame-de-Paris/Le-temps-des-cathedrales.php

 

Comment être responsable?

Chaque semaine, Zarah Issany partage un livre qui l’a touché. Ici, elle traite du livre Zéro Limite de Joe Vitale.

Être responsable, c’est simplifier sa vie et vivre moins d’émotions. Elle aborde une approche pour apprivoiser ses émotions, tel un mantra.

Zarah Issany est coach et spécialiste en quête de sens et transitions de carrière Site web : http://www.zarahissany.com/

Qu’allez-vous faire de bien aujourd’hui?

Sourie

Que puis-je faire aujourd’hui pour rendre le monde plus heureux?

J’ai heureusement la possibilité de me servir du présent pour vivre pleinement et semer des perles de bonheur sur le parcours d’une personne autour de moi.

Le bonheur ne se cherche pas, il apparaît lorsque nous partageons.

Aujourd’hui, j’ai la possibilité de m’accomplir, c’est-à-dire de faire en sorte d’être simplement moi, de veiller à ce que mon corps, mes paroles et mon esprit soient alignés en pleine conscience dans le présent.

Pas besoin de dire à qui que ce soit, à qui et comment je peux contribuer à rendre le monde plus heureux. C’est un rapport de soi au monde sans gain à percevoir ni perte à encourir. Juste vivre.

Il n’est pas nécessaire d’atteindre un état ou une condition pour débuter.

Il n’est pas nécessaire de mieux comprendre ce qui se passe autour de nous pour débuter.

Il n’est pas nécessaire d’attendre d’être aimé pour débuter.

Où que nous allions, notre rêve d’accomplissement nous accompagne. La paix de l’esprit, de la parole et du corps vient lorsque nous cultivons donc ce précieux trésor.

Qui parmi nous n’a pas réellement entre les mains ce qu’il nous faut pour être paisible, bien et heureux?

Être libre, c’est se donner le privilège de faire de sa vie un accomplissement et de contribuer pour que notre monde par notre contribution singulière soit meilleur. La vie est belle.

Aujourd’hui, je vais poser un geste bienheureux pour une personne. Puis, à la fin du jour, je lèverai la tête vers le ciel en souriant, contemplant le nombre infini d’étoiles, qui comme les humains, peuvent nous guider et nous inspirer.

 

Une chanson de Peter Gabriel – Solidays Qui Sait

Les paroles http://ma-nouvelle-vie-en-france.blogspot.ca/2012/12/solidays-qui-sait-anggun-peter-gabriel.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2017 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas couper ou modifier les textes et le contenu sans mon approbation, merci.