La violence injustifiable

Mr Fig2

Un autre point de vue de la position que je reconnaîs. Les propos de Mathieu Ricard

On ne peut qu’être atterré par les violences perpétrées par l’armée birmane à l’encontre des Rohingyas avec la bénédiction du clergé. L’armée nie les faits, mais quand 600 000 personnes fuient leurs habitations dans des conditions épouvantables, il est clair qu’elles sont terrifiées par ce qu’elles ont vécu. Ce nettoyage ethnique est d’autant plus choquant qu’il se passe dans un pays qui se dit bouddhiste et qui devrait donc pratiquer la non-violence. Le Dalaï-lama l’a maintes fois répété : « Dans le bouddhisme, il n’y a aucune justification à la violence dans quelque but que ce soit. » Récemment, il a aussi déclaré au sujet de la Birmanie : « Dans de telles circonstances, le Bouddha serait certainement venu en aide à ces pauvres musulmans. » Il a aussi exhorté Aung San Suu Kyi à trouver une solution pacifique à la crise des Rohingyas : « Je vous appelle, vous et vos collègues, dit-il dans une lettre, à tendre la main à toutes les composantes de la société pour tenter de rétablir entre elles des relations pacifiques dans un esprit de paix et de réconciliation.»

Le bouddhisme est clair dans sa condamnation de la violence. On ne peut trouver dans ses textes fondateurs une phrase qui puisse être interprétée comme un encouragement à faire du mal aux autres. Le bouddhisme ne fait d’ailleurs pas de différence entre tuer en temps de paix et tuer en temps de guerre. Il n’y a donc ni guerre sainte ni guerre juste. Le bouddhisme n’applique bien sûr pas non plus la loi du talion et réprouve toute forme de vengeance, qu’elle soit personnelle ou légale (comme la peine de mort.) Il n’encourage même pas le prosélytisme. Le Dalaï-lama dit souvent qu’il ne vient pas en Occident pour faire un ou deux bouddhistes de plus, mais pour partager son expérience humaine. Le bouddhisme n’a donc pas vocation à convertir les non-bouddhistes, même pacifiquement, à plus forte raison par la force.

Quand un bouddhiste s’en remet aux « Trois Joyaux » ‒ le Bouddha, le Dharma (son enseignement) et la Sangha (la communauté des pratiquants) ‒, il prend en même temps l’engagement de renoncer à « tout acte nuisible aux autres. » Les généraux birmans bouddhistes persécutent des musulmans, mais leurs actes sont en contradiction flagrante avec les enseignements du Bouddha.

À propos des atrocités commises en Birmanie, on a parlé de « moines tueurs », ce qui est une contradiction dans les termes : dès l’instant où un moine tue un être humain ou ne fait même qu’inciter quelqu’un d’autre à le tuer, il est immédiatement déchu de ses vœux monastiques. Wirathu et ses comparses ne sont donc au plus que des ex-moines qui ne devraient plus porter la robe safran. De plus, le fait qu’ils traitent les Rohingyas de « vermines » et de « pestes » n’est pas sans rappeler de sinistres souvenirs. Ce type de langage qui vise à déshumaniser certains groupes humains jugés indésirables a été systématiquement utilisé dans les persécutions et les massacres de masse au cours de l’histoire.

On peut se demander pourquoi Aung San Suu Kyi n’a fait jusqu’ici que des déclarations mitigées, du genre : « Le gouvernement doit prendre soin de tous ceux qui sont dans notre pays, qu’ils soient ou non citoyens, » déclarations qui n’ont en rien freiné les persécutions. Il faut dire à sa décharge que la situation est plus complexe qu’on ne le pense dans la province de l’Arakan. Dans les années 1950, une cinquantaine de milliers de paysans bengalis musulmans étaient venus s’y installer en quittant ce qui est devenu aujourd’hui le Bangladesh pour des terres moins peuplées. Ils se sont souvent approprié des terrains agricoles, ont épousé de force des femmes arakanaises et commis leur lot d’atrocités. Avant le récent exode, cette population musulmane avait atteint un million d’habitants, au sein d’une population arakanaise de 3,1 millions. Selon Jacques Leider, membre de l’École Française d’Extrême Orient, « la population musulmane n’a jamais visé l’intégration dans la société arakanaise, elle a plutôt voulu défendre son caractère distinct. La tension n’a jamais diminué, car les musulmans et les bouddhistes sont restés divisés à la fois sur le plan culturel et politique. » Pendant des années, la junte militaire birmane a persécuté les Rohingyas mais aussi les autres minorités d’origine non-birmane, les Karen et les Mong en particulier.

D’autre part, Aung San Suu Kyi vient juste d’accéder à un certain pouvoir, mais les généraux sont restés très puissants, se réservant d’office des postes clés dans les ministères comme au parlement. Si elle souhaite continuer à conduire son pays sur la voie de la démocratie, elle ne peut se permettre d’aliéner ni les généraux ni l’opinion publique qui n’a jamais accepté ce qu’elle considère comme une immigration illégale de populations bengalies.

Pourtant il est clair qu’en agissant comme elle le fait, elle sacrifie non seulement les valeurs bouddhistes, mais aussi le courage, l’intégrité et les valeurs morales qui lui ont valu le Prix Nobel de la paix. Sans parler de simples valeurs humaines. Que l’on soit bouddhiste, hindou, chrétien, musulman, athée ou autre, l’objectif de chacun devrait être de vivre en paix avec les autres. Et cela passe par la bonté et la réconciliation, pas par la haine et la répression.

Cet article a été initialement publié sur le site du Figaro le 30 novembre 2017.

Une chanson de : aucune musique me vien pour parler de la violence, je m’excuse…

 

Le même éveil

One

La connaissance de la non dualité ne peut être qu’identique chez tous ceux qui la réalisent effectivement, sans considération d’époque, de lieu ou même de religion.

Dans ce « nulle part », dans cet instant hors du temps, comment serait-il encore question de se revendiquer hindouiste ou bouddhiste, chrétien ou musulman, taoïste ou juif ?

Ce n’est qu’une fois revenu de cette expérience suprême – ce qui est une façon de parler car il n’y a ni aller ni retour – que chacun paraîtra reprendre sa forme, son langage, réintégrer sa tradition particulière.

Et alors, un yogin shivaïte n’évoquera pas son Éveils – s’il consent à l’évoquer – dans les mêmes termes qu’un moine zen, qu’un soufi persan ou qu’un bondissant ermite chinois.

Pierre Feuga

Une chanson de Xavier Rudd – Spirit Bird

Les paroles traduites sur https://www.lacoccinelle.net/873264-xavier-rudd-spirit-bird.html

Après le silence

Visage lotus om

On ne peut pas réellement connaitre une personne, la découvrir réellement si nous nous arrêtons seulement à son histoire professionnelle ou son parcours sur le chemin des croyances. Une personne n’est pas un métier, elle n’est pas un mouvement de tai-chi ou de yoga.

Parler réellement de soi nécessite de partager ce que nous ressentons suite à une chute, que nous parlons de la peur ressentie, de l’effet sur notre estime de soi, de la difficulté à retrouver la force de se relever.

Rien de tout cela n’est facile, et c’est plus acceptable aux yeux de beaucoup de parler seulement de l’aspect technique du redressement, ou de la pilule qui a permis de couvrir la souffrance.

Nous parlons réellement de nous quand notre interlocuteur est synchronisé à nous, c’est-à-dire qu’il commence à sentir les élans du cœur, à comprendre l’humain derrière la représentation, à entendre ce que nous nous disons le soir dans le noir, loin de tous les entendeurs de ce monde.

Les personnes qui se sont dévoilées à une autre personne à cœur ouvert savent que le jugement n’a plus sa place, il y a un lien de conscience et d’acceptation qui s’est alors tissé.

Ils ne réfléchissent plus les informations échangées selon les notions de bien ou de mal, mais de développement, d’éveil et d’entraide.

Si nous prenions juste un peu de temps pour parler de soi au lieu de parler des autres et des choses, il y aurait plus d’humanité.

La bienveillance se développe dans les contacts directs d’humain à humain, par des paroles et des gestes d’ouverture. La pudeur est un mécanisme de défense, elle tombe lorsque nous sommes assumons d’être vraie.

Parler réellement de soi, c’est de partager le présent de la vie qui repose en nous, avec nos mots, nos silences et notre pudique humilité d’être.

 

Une chanson de Simon et Garfunkel – The Sound of Silence

Les paroles sont traduites sur https://www.lacoccinelle.net/243411-simon-garfunkel-the-sound-of-silence.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2017 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas couper ou modifier les textes et le contenu sans mon approbation, merci.