Non duel

image-fleur

Lorsque je me mesure tout le temps par rapport à vous, faisant des efforts pour être à votre image, je me nie moi-même, donc je crée une illusion.

Lorsque je comprends que toute comparaison, quelle qu’elle soit, ne peut que conduire vers de nouvelles illusions et de nouveaux maux, j’élimine complètement cette façon de penser, tout comme j’élimine l’analyse psychologique, l’étude de moi-même morceau par morceau, ou mon identification avec quelque chose d’extérieur à moi, une idéologie, un Sauveur, l’Etat?

Lorsque je vois que ces processus ne mènent qu’à intensifier des conformismes, c’est-à-dire des conflits, je les écarte résolument. Alors je ne suis plus dans un esprit de recherche et c’est cela qu’il est important de comprendre: je ne tâtonne plus, je ne cherche plus, je ne consulte plus personne. Ce n’est pas que je sois satisfait des choses telles qu’elles sont, mais je ne suis plus encombré d’illusions, et lorsque mon esprit s’est ainsi affranchi , il peut se mouvoir dans une autre dimension.

La dimension dans laquelle nous vivons habituellement, cette vie quotidienne faite de douleur, de plaisir et de crainte, nous a conditionné l’esprit, a limité sa nature, et lorsque cette douleur, ce plaisir et cette crainte ont disparu (ce qui ne veut pas dire que l’on soit sans joie: la joie est toute autre chose que le plaisir), l’esprit peut alors fonctionner dans une dimension où n’existe aucun conflit, aucun sens de séparation entre le moi et l’autre.

Jiddu Krishnamurti

Une pièce musicale de Jean-Pierre Rampal & Lily Laskine – Sakura Sakura

 

Notre capacité à percevoir

L'oeil

Assis sur le bord de la fenêtre, à regarder les mouvements de la vie qui m’entoure, je ne peux que m’émerveiller devant les capacités de notre corps.

Là, sous mes pieds, je peux percevoir des milliers et des milliers de sons, d’odeurs, de formes, de teintes de couleurs, de mouvements différents et de choses différentes qui auraient pu former un magma indescriptible et incohérent.

Et pourtant, par observation, écoute, imitation, association, répétition et expérimentation, nous développons, dès le jeune âge par apprentissage, cette capacité à décoder cette réalité. Et cela va nous poursuivre toute notre vie.

L’apprentissage vu sous cet angle apparaît comme un processus nous permettant de nous adapter à la réalité. Le développement de notre conscience, qui en découle, nous permet d’absorber, de façon imperceptible, ces informations qui sont interreliées et interdépendantes.

À partir de cette perspective, ce mouvement de la parcellarisation au tout n’est limité que par notre capacité à percevoir. Et le corps humain nous apporte de multiples possibilités.

C’est en quelque sorte, notre ultime frontière, la bordure de notre horizon.

 

Une chanson de Richard Desjardins – Le coeur est un oiseau

Les paroles et accords sur https://www.boiteachansons.net/Partitions/Richard-Desjardins/Le-coeur-est-un-oiseau.php

 

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2017 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas couper ou modifier les textes et le contenu sans mon approbation, merci.