Le jardin du prophète

Quand le printemps viendra chercher son Bien-Aimé dans les bosquets et les vignes assoupis, la neige fondra, certes, et coulera en rivières pour rejoindre le fleuve dans la vallée et pour être l’échanson des myrtes et des lauriers.

… C’est ainsi qu’à l’arrivée de votre printemps, la neige de votre coeur fondra, et votre secret coulera en rivières pour rejoindre le fleuve de la vie dans la vallée. Et le fleuve prendra dans les bras votre secret pour le remettre à l’immense mer.

… Il n’est rien qui ne fonde et ne se transforme en chanson, lorsqu’arrive le printemps. Même les étoiles, ces énormes flocons de neige qui tombent lentement sur ces vastes champs, fondront pour devenir des rivières chantantes.

Lorsque le soleil de son visage se lèvera par-dessus le très large horizon, quelle harmonie glacée refusera de se muer en mélodie fluide ?

Et qui d’entre vous refuserait d’être l’échanson des myrtes et des lauriers ?

Khalil Gibran Le jardin du Prophète

 

Une pièce musicale de Dhafer Youssef – Soupir Eternel