Archives de octobre 2018

Psychologie et orientalisme   Leave a comment

cropped-mandala-colorie-mandareve-etoile-lespoir-l-v0gbox.jpeg

En Orient, l’esprit est un principe cosmique, l’essence même de l’être, tandis que nous autres Occidentaux avons découvert que l’esprit est la condition indispensable de la connaissance et donc aussi du monde en tant que représentation. En Orient, il n’y a pas de conflit entre religion et science, parce qu’aucune science n’a été fondée sur la passion des faits, et aucune religion sur la seule foi ; il y a une connaissance religieuse et une religion connaissante. Chez nous l’homme est infiniment petit, et la grâce divine est tout ; en Orient, l’homme est Dieu et se délivre lui-même.

*

Le rationalisme ne garantit nullement un degré de conscience plus élevé, mais seulement une conscience plus étriquée.

*

L’homme d’Occident n’a nul besoin de supériorité sur la nature […]. Ce qui lui manque, c’est la conscience de son infériorité vis-à-vis de la nature autour de lui et en lui. Ce qu’il devrait apprendre, c’est qu’il ne peut pas faire ce qu’il veut. S’il n’apprend pas cela, sa propre nature le détruira. Il ne connaît pas son âme qui se révolte contre lui de façon suicidaire.

*

Habituellement en effet, le mandala apparaît dans des états de dissociation ou de désorientation psychiques, par exemple chez des enfants entre huit et onze ans dont les parents divorcent, ou chez des adultes qui, par suite de leur névrose et de son traitement, sont confrontés aux problèmes des contradictions de la nature humaine et, de ce fait, désorientés, ou chez des schizophrènes dont l’image du monde a été bouleversée par l’irruption de contenus incompréhensibles provenant de l’inconscient. De tels cas montrent clairement comment l’ordre rigoureux d’une forme circulaire comme celle-ci vient compenser le désordre et la confusion de l’état psychique, et précisément par la mise en place d’un centre autour duquel tout s’ordonne.

Carl Gustave Jung dans Psychologie et orientalisme

Une pièce musicale de Loreena McKennitt – All Souls Night

Les paroles sur https://www.lacoccinelle.net/257601.html

Publié 22 octobre 2018 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , , ,

La vulnérabilité avec Jean-Marie Lapointe   Leave a comment

La vulnérabilité est une arme qui déstabilise et permet à l’humain de sentir à nouveau qu’il est en vie. C’est une force et ça rend plus fort et désarçonne les plus grandes tensions. Zarah Issany échange avec Jean-Marie Lapointe pôur explorer le sujet avec humanité.

Publié 22 octobre 2018 par dandanjean dans Réflexions trouvées à partager

Tag(s) associé(s) : ,

Du bonheur   2 comments

image-amitie

Le bonheur n’est pas ce que tu crois. Ce n’est pas un petit lac perdu au fond de la forêt de la vie qui attend qu’on le découvre.

Le bonheur c’est comme le vent qui nous souffle la vie tous les jours. On peut le laisser passer pendant de longues années sans en prendre conscience, le laisser passer sans savoir, entre nous, autour de nous, entre nos bras ouverts.

Il est facile de devenir cette girouette qui indique dans quelle direction il passe, sans en humer ses qualités, sans se laisser toucher avec émerveillement, sans en goûter la fraicheur qu’il porte.

Arrête-toi, ouvre tes bras, offre ton cœur, n’attends pas. Porte une attention particulière à son passage, à tout ce qu’il embrasse, à ce qu’il touche, à ce qu’il emporte et au son qu’il suscite par son passage entre les feuilles, sur l’herbe, entre-nous et écoute.

Tu verras, souffles simplement. Prends une grande inspiration, remplis tes poumons et apprends à expirer comme on partage ce qu’il y a de meilleur en nous.

Tu verras, quand on devient la différence, le monde lentement change.

Une chanson de Scorpions – Wind of change

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 22 octobre 2018 par dandanjean dans Contes, Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , , , ,

Si elle clapote, c’est qu’il n’y en a pas assez   Leave a comment

ImAGE passage

Répondant à l’invitation à une cérémonie du Thé, j’entrai dans une pièce située à proximité d’un temple. Je remarquai un rouleau accroché dans l’alcôve. La peinture représentait une gourde et la calligraphie due au maître zen Rosen Takashina indiquait : « Si elle clapote, c’est qu’il n’y en a pas assez. » Quel est le sens de ce message de sagesse ?

Une gourde remplie à ras bords de vin ne fait pas de bruit quand on la secoue. S’il ne reste qu’un peu de vin dans la gourde, elle clapote.

Les gens sont comme des gourdes. Les êtres humains vraiment conscients restent imperturbables et calmes quoi qu’il arrive. Ceux qui courent à droite et à gauche, toujours très occupés, se plaignant et s’excusant, ceux-là trahissent leur manque de sagesse.

Un jour où je descendais une rivière dans un petit bateau, je me fis une réflexion similaire. En amont, là où l’eau était peu profonde, la surface clapotait et s’écoulait bruyamment. En aval où la rivière était plus grosse et l’eau profonde, la surface était douce, calme et l’eau s’écoulait silencieusement.

À chaque fois que j’ai tendance à m’agiter, les mots de ce rouleau me reviennent à l’esprit.

Shundô Aoyama dans Zen, graine de sagesse

Une pièce musicale de Jean-Pierre Rampal à la flute et Lili Laskine à la harpe –  Moon Over the Ruined Castle

Publié 21 octobre 2018 par dandanjean dans Contes, Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , ,

Quel est le pays le plus généreux du monde ?   1 comment

Un indice appelé World Giving Index permet d’évaluer chaque année la générosité des pays. En 2016, c’était la Birmanie qui arrivait en tête du classement.

Publié 21 octobre 2018 par dandanjean dans Réflexions trouvées à partager

Tag(s) associé(s) : , , ,

Par la compassion   Leave a comment

ImAGE reconnaissance

Selon toi, quelle est la différence entre aider une personne et avoir de la compassion pour elle? Cela se ressemble beaucoup!

J’y vois une toute petite différence, par la grandeur du cœur. Lorsque nous voulons aider quelqu’un, on tente d’en prendre soin et parfois, par empathie, en ressentant la difficulté ou la souffrance que vie l’autre, on lui propose ce que nous connaissons et croyons pour franchir l’étape. Ceux qui prêchent, qui tentent d’aider les autres et démontrent beaucoup d’empathie.

Toutefois, si tu veux aider l’autre à vivre ce qu’il a à vivre, tu vas tenter de le comprendre, d’écouter, tu vas lui souhaiter ce qu’il y a de meilleur, sans toutefois l’en empêcher d’affronter la souffrance ou la difficulté qui se trouve sur son chemin. Tu vois, dans cette perspective on ne tente pas de prendre en charge ou d’atténuer ce qui est vécu, mais on l’accompagne à en sortir par sa propre voie.

Ce ne serait pas plus simple de lui administrer ce qui fait du bien pour qu’elle passe à autre chose?

Les expériences que nous vivons, qu’ils soient positifs ou négatifs, ont pour fonction de nous faire grandir, de parcourir notre propre voie. Tenter de l’en détourner ne fera que retarder l’étape à franchir et elle devra reprendre le chemin là ou il y a eu une sortie. Avoir de la compassion implique que nous souhaitons ce qu’il y a de mieux pour l’autre, conscient que personne d’autre ne peut parcourir un chemin de vie personnelle.

Il n’y a donc pas d’enseignement avec la compassion?

Parfois, lorsque nous réussissions à partager l’instant, le présent de la vie, sans désir de contrôle.

Une chanson de Zaz – Si

Les paroles sur https://www.lacoccinelle.net/880751.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 21 octobre 2018 par dandanjean dans Contes, Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , ,

Pièges du sentiment de supériorité   1 comment

ImAGE hajji-zakaria_cooleur_ykbhrwnfdw

Si vous pensez que c’est plus « spirituel » de devenir végétarien, acheter des aliments bio, pratiquer le yoga et méditer, mais ensuite vous vous retrouvez à juger ceux qui ne font pas toutes ces choses, vous êtes tombés dans un piège de l’ego.

Si vous pensez que c’est plus « spirituel » aller à vélo ou avec les transports publics au travail, mais ensuite vous vous trouvez à juger ceux qui vont dans la voiture, vous êtes tombés dans un piège de l’ego.

Si vous pensez que c’est plus « spirituel » d’arrêter de regarder la télé parce qu’elle annule le cerveau, mais ensuite tu te retrouves à juger ceux qui la regardent encore, vous êtes tombés dans un piège de l’ego.

Si vous pensez que c’est plus « spirituel » d’éviter de lire des journaux et des magazines de potins, mais ensuite vous vous trouvez à juger ceux qui les lisent, vous êtes tombé dans un piège de l’ego.

Si vous pensez que c’est plus « spirituel » d’écouter de la musique classique ou les sons de la nature, mais ensuite vous vous trouvez à juger ceux qui écoute la musique commerciale, vous êtes tombés dans un piège de l’ego.

Il faut toujours faire attention au sentiment de la « supériorité », il est en effet l’indice le plus important que nous ayons pour comprendre que nous sommes dans un piège de l’ego.

L’ego se cache habilement dans des pensées nobles comme celui de commencer un régime végétarien ou d’utiliser le vélo pour ensuite se transformer en sentiment de supériorité vis-à-vis de ceux qui ne suivent pas le même chemin « spirituel ».

De Mooji

Une chanson de Francis Cabrel – Des hommes pareils

Les paroles sur https://www.lacoccinelle.net/297367.html

Publié 20 octobre 2018 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , ,

%d blogueurs aiment cette page :