Archives de novembre 2018

Wabi-sabi à l’usage des artistes, designers, poètes et philosophes   Leave a comment

image-fleur

A l’approche du crépuscule, dans l’arrière-pays, un voyageur cherche un abri pour la nuit.

Il avise les hauts joncs qui poussent tout autour de lui; il en réunit une brassée et les lie à leur sommet. Et voilà, une hutte d’herbe vivante!

Le matin suivant, avant de reprendre sa route, il dénoue les joncs; et voilà, la hutte, déconstruite, disparaît et redevient une part quasiment indiscernable de la prairie environnante.

Le caractère sauvage du lieu paraît être restauré, mais de menues traces de l’abri subsistent. Ici et là, une légère torsion ou inclinaison dans la tige d’un jonc. Il y a également le souvenir de la hutte dans la mémoire du voyageur (et dans celle du lecteur qui lit cette description). Le Wabi-sabi, dans sa forme la plus pure, la plus idéale, s’intéresse précisément à ces traces fragiles, ces faibles preuves, aux frontières du non-être.

*

La meilleure façon de décrire la simplicité du Wabi-sabi est peut-être de la présenter comme un état de grâce auquel on parvient par l’action heureuse d’une intelligence empreinte de sobriété, de modestie et de sincérité

Réduisez jusqu’à l’essence, mais n’enlevez pas la poésie.

*

Le Wabi-sabi signifie aller d’un pas léger sur la planète et savoir apprécier ce que l’on rencontre en chemin, même le plus insignifiant, au moment où on le rencontre.

Leonard Koren dans Wabi-sabi à l’usage des artistes, designers, poètes et philosophes

Une pièce musicale Japanese music KOTO « The sound of the flute »,Japan,Kyoto,Wabi Sabi

Publié 13 novembre 2018 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , ,

Hubert Reeves nous explique… La biodiversité   Leave a comment

Des espèces disparaissent et les grandes personnes nous racontent des histoires. Aujourd’hui nous allons voir comment nous pouvons préserver la vie de certains animaux en créant des Oasis Nature.

écrit et réalisé par Charbel Kazandjian

Extrait de la Bande Dessiné : « Hubert Reeves nous explique la biodiversité » Auteurs : Hubert Reeves – Nelly Boutinot. Dessin : Daniel Casane. Edition : Le Lombard.

N’hésitez pas à vous rendre sur le site de Humanité et Biodiversité pour prendre des infos et à vous procurer la bande dessinée sur la biodiversité et celle sur la forêt qui, à mon sens, doivent être présentes dans toutes les écoles.

Publié 13 novembre 2018 par dandanjean dans Réflexions trouvées à partager

Tag(s) associé(s) : ,

Vivre et changer   Leave a comment

ImAGE Boudisme

Il y a une grande différence entre adopter une attitude qui repose sur je fais avec, donc je m’adapte et je crée à partir de cette réalité, et adopter une attitude découlant d’un cela n’aurai pas dû arriver, ou notre énergie est en combat pour imposer des attentes et une vision du monde.

D’un côté, bien que nous sommes affectés, nous gardons l’esprit ouvert et nous sommes attentifs à ce qui se passe en vivant le mouvement du changement pour se réaliser.

Dans l’autre attitude, nous rageons contre le métro ou l’autobus qui nous file sous le nez, nous avons des attentes afin que tous se passent comme prévu, comme nous le désirons. Et malheureusement souvent personne n’est concerné par nos demandes et attentes.

Cela demande beaucoup de courage et de force intérieure pour accepter de vivre la vie telle quelle est, de prendre une attention respectueuse à ce qu’elle offre, d’observer sans intention de contrôle, avec ouverture, et agir par souci d’être au lieu d’avoir.

Cette force intérieure est présente chez chacun de nous. Il s’agit de la laisser émerger et de l’entretenir.

Une chanson de Daniel Bélanger – Ère de glace

Les paroles sur https://www.songtexte.com/songtext/daniel-belanger/ere-de-glace-63295257.html

 

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 13 novembre 2018 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , ,

Nager nues   2 comments

ImAGE fusion

Pour ne pas mourir, l’amour doit constamment être bousculé par tout ce qui le rend impossible.

*

Elle aimerait avoir un baromètre qui mesure l’intensité des sentiments de Diego, afin d’ajuster les siens en proportion. Comme elle n’en a pas, elle les laisse s’exprimer et les récupère, comme un pêcheur qui lance sa canne dans les eaux obscures et inconnues.

*

Le bonheur, en dépit de son apparence ouverte, est un état qui exclu.

*

Elle croyait avoir oublié l’amitié puérile avec une poète qui n’avait jamais entendu parler d’elles ; l’éclat bleuté de la télévision oscillant sur les murs comme l’eau caressée par le soleil, et Diego, essayant de regarder les informations, qui leur demandait de rire moins fort ; elle croyait avoir oublié ces instants, quand leurs regards se croisaient et en silence scellaient leur complicité ; elle croyait avoir oublié le son des sirènes au loin se clouant dans leur poitrine, la voix de Morgana lui disant : « Tu peux, tu peux! », les rumeurs du fleuve et cette impression que la vie était à l’endroit où ils se trouvaient tous les trois. Elle croyait avoir oublié qu’une nuit elles avaient nagé nues.

Carla Guelfenbein dans Nager nues

Une pièce musicale de Max Richter-Something Under Her Skin

Publié 12 novembre 2018 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : ,

L’entraide au travail   Leave a comment

L’entraide au travail, c’est possible. Le faites-vous dans votre entreprise ? Que ce soit lors des changements, que ce soit pour un projet spécifique ou encore pour amener ces équipes où l’on veut, l’entraide peut-être un outil utile.

Zarah Issany explore les avenues et impacts.

Pour plus d’inspiration : https://www.zarahissany.com/

Publié 12 novembre 2018 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : ,

L’ombre et la peur   Leave a comment

ImAGE enlacés

Est-ce que tu connais l’histoire de ce jeune homme qui voyait toujours le soleil?

Il me raconta un jour qu’il avait appris à développer une relation très spéciale avec le soleil. Il savait dorénavant que le soleil serait toujours là pour lui.

Il me raconta le jour ou il prit conscience de son pouvoir. Il faisait chaud et beau, la journée était splendide et il était en train d’explorer les bois loin de chez lui. Il n’avait aucune crainte, car son père lui avait dit que ce serait une belle journée.

Au milieu de la journée, les nuages ont commencé à apparaître, cachant par moments le soleil.  Puis, le ciel s’est obscurci et le vent devint plus froid. Il s’arrêta sous un arbre, ne sachant plus quoi faire. Il se savait à la merci des éléments de la nature.

Son cœur devint triste, car il lui venait des pensées suggérant que le soleil l’avait abandonné.

Soudain, il vit un être irréel marcher en sa direction. Comme il semblait triste et tourmenté, cet être lui demanda : on dirait que tu as perdu ta route?

Non, dit-il, j’ai perdu le soleil, il est parti et maintenant j’ai froid.

Crois-moi, lui dit cet être irréel, le soleil est comme ton ombre. Chaque fois que ton ombre disparait, cela ne veut pas dire que tu disparais. Il ne t’abandonne jamais. Il est juste parfois invisible.

Si nous pouvions monter sur le dos d’un oiseau, et voler haut dans le ciel, nous verrions l’ombre sous un nuage. J’ai déjà vu ce phénomène lorsque j’étais en haut d’une montagne.

Alors, dit-il, je peux croire en lui? Il va revenir?

L’être irréel lui répondit : il est toujours là, il brille au-dessus des nuages, et la nuit, il brille sur une autre contrée avant de revenir de sa course le matin.

Ne fais pas cette tête, c’est normal de se sentir parfois abandonné, mais tu dois juste apprendre à faire confiance. Quand tu ne vois plus le soleil, c’est que l’ombre prend toute la place. Ne laisse pas ton cœur sous la couche des nuages, élève-toi, apprends à voir ce qui n’est pas apparent et ait confiance. La lumière et la chaleur finissent toujours par revenir.

Tu es rassurant dit-il.  Quel est ton nom?

Je suis Peur, l’errant.

Une chanson de Simon and Garfunkel-Bridge Over Trouble Water

Les paroles de https://www.lacoccinelle.net/243836-simon-garfunkel-bridge-over-troubled-water.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 12 novembre 2018 par dandanjean dans Contes, Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , ,

La Voie du sentir   Leave a comment

ImAGe humanité

La situation de l’être humain est complexe, mais elle n’est pas dramatique non plus !

Je dirais qu’il est enfermé dans une obscure région de lui-même où règnent l’ignorance et la confusion. Cette région utilise un système de pensée. C’est ce système, surchargé d’opinions, de préceptes, de dogmes, de croyan­ces, d’interdits, de menaces, de récompenses, qu’il faut savoir isoler et rendre peu à peu passif afin de pouvoir l’observer. Afin de connaître de quoi il est composé, c’est-à-dire, tout ce qui constitue mon conditionnement. Là, progressivement, vont se révéler les innombrables mécanismes qui se sont établis à mon insu à l’intérieur de moi-même : j’ai peur de ceci ou de cela, je me justifie de telle façon ou de telle autre, etc.

S’il existe une prison, elle se trouve là, dans ce système de pensée qui me forme et s’est formé, non par ma volonté ou mon choix, sinon à travers les époques, les siècles, et qui s’est transmis de générations en générations, dans la plus complète normalité, d’une façon génétique pour une part et pour une autre, à travers le milieu social, familial et éducationnel.

Et ce n’est pas prêt de s’arrêter !

Vous ne pouvez pas changer cet état de fait mais vous pouvez vous en libérer. Savoir cela, c’est déjà important mais ce n’est pas suffisant.

Il vous faut chercher par quel moyen cette libération peut s’accomplir et éviter en même temps de vous réenfermer dans un nouveau dogme.

Robert Eymeri dans La Voie du sentir : Transcription de l’enseignement oral de Luis Ansa

 

Une pièce musicale de Johann Sebastian Bach ; Toccata & Fugue in Dm, by Sinfonity

Publié 11 novembre 2018 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , , ,

%d blogueurs aiment cette page :