Jane van Lawick-Goodall Messager des Nations unies pour la paix

commence-paix-monde-soi-jardin

Face aux cataclysmes environnementaux, à la fulgurante extinction des espèces, vous soutenez qu’il faut malgré tout garder espoir…

Et cela pour cinq raisons.

La première est le fascinant cerveau humain. Alors que l’on détruit notre planète à grande vitesse, au même moment, des gens réfléchissent à la façon de réduire leur propre empreinte écologique chaque jour.

Ensuite, ce qui me fait espérer, c’est l’énergie et le courage que mettent les jeunes dans leur engagement : une fois qu’ils prennent connaissance des problèmes, ils mettent directement des actions sur pied.

La troisième raison, c’est la résilience de la nature. Dans les endroits que nous avons détruits, en l’aidant un peu, elle renaîtra de ses cendres, portera à nouveau la vie et la beauté.

Ensuite, il y a l’internet et les réseaux sociaux. Ils permettent à des gens du monde entier de se rassembler et de protester, de faire entendre leur voix sur des sujets comme le changement climatique. Le nombre de gens qui en parlent devient alors si grand que le business et les gouvernements ne peuvent pas ne pas y prêter attention.

Enfin, il y a la capacité humaine à ne jamais renoncer, comme celle que l’on rencontre régulièrement chez les personnes atteintes de handicaps.

*

Laissez-vous guider par votre rêve, même si vous devez momentanément le mettre de côté pour trouver un emploi ou payer votre loyer. Et restez toujours ouvert aux opportunités de sortir du cadre pour mener la vie et faire les choses qui vous inspirent profondément… n’ayez pas peur.

Jane Goodall

Dame Jane van Lawick-Goodall est Messager des Nations unies pour la paix, primatologue, éthologue et anthropologiste britannique.

Une pièce musicale de Pachelbel – Canon In D Major

Inversion de perspective non violente

service public

La maturité d’une communauté s’apprécie notamment par sa capacité à ne pas entretenir des comportements favorisant l’émergence de souffre-douleur.

Cela demande que les gens qui la composent entretiennent l’intérêt de construire ensemble, en évitant de se comparer ou de tenter de nier la beauté de l’autre.

Et cette maturité permet de défaire de cette interdépendance: nous avons besoin d’un souffre-douleur, d’un mal-aimé, d’un exclu pour… nous apprécier.

Et cette maturité permet que le souffre-douleur, le mal-aimé ou l’exclu cesse de s’obstiner à suivre ses bourreaux partout.

Pour atteindre ce niveau de maturité, il est plus facile d’amener les gens à s’investir dans la bonté qu’à lutter contre la haine.

Créer les conditions permettant d’instaurer l’état que nous voulons atteindre rend subversive toute résistance aux changements.

Une inversion de perspective non violente.

Une chanson interprétée par Shakira – Imagine

Les paroles sur http://lyrics.shakira-online.fr/?page_id=3346

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.