Le Livre tibétain de la Vie et de la Mort

QBxH1pf.jpg

Si nous examinons notre vie, nous verrons clairement que nous accumulons, pour la remplir, un nombre considérables de tâches sans importance et quantités de prétendues ‘responsabilité’.

Un maître compare cela à ‘faire le ménage en rêve’. Nous nous disons que nous voulons consacrer du temps aux choses importantes de la vie, mais ce temps, nous ne le trouvons jamais.

*

Impuissants, nous voyons nos journées se remplir de coups de téléphone, de projets insignifiants; nous avons tant de responsabilités…

Ne devrions-nous pas dire plutôt d’irresponsabilités.

C’est notre vie qui semble nous vivre, nous porter et posséder sa propre dynamique étrange. En fin de compte, tout choix et tout contrôle semblent nous échapper.

Bien sûr, il nous arrive d’en ressentir un certain malaise, d’avoir des cauchemars et de nous réveiller en sueur.

Nous nous demandons alors : ‘Que suis-je en train de faire de ma vie?’. Mais au petit déjeuner, nos peurs se sont dissipées; nous reprenons l’attaché-case et…nous voici revenus au point de départ.

Sogyal Rinpoché dans Le Livre tibétain de la Vie et de la Mort

Une chanson de Louis-Jean Cormier – St-Michel

Les paroles sur https://genius.com/Louis-jean-cormier-st-michel-lyrics

 

Le rêve du papillon

ImAge mains papillons

Un jour, il se réveilla et il eut le sentiment que la vie venait de lui. Il eut cette impression intense que la vérité, la réalité, la finalité ou l’essence n’ont jamais été ailleurs. C’était juste là.

Ce jour-là, il venait de franchir le mur de la perception et les frontières de l’interprétation. Il venait d’inverser la perspective.

Il était capable de vivre cette subtile différence entre le présent et la chaleur ressentie, entre le présent et les odeurs qui l’entouraient.

Il savait maintenant que nous ne quittons jamais le présent. Quand nous vivons des événements passés, nous les vivons du présent. Quand nous sommes dans les rêves d’anticipation d’un monde meilleur, nous vivons dans le présent.

Il était capable de vivre cette subtile différence entre le présent et les pensées qui déposent les mirages des différents temps que nous sommes capables de créer.

Son esprit mesurait la différence entre ce qui le traverse et ce qu’il est.

C’est parce que le présent change tout le temps qu’il donne l’impression de nous fuir entre les doigts, et pourtant.

Ce jour, lorsqu’il se réveilla, il venait de franchir les barreaux et les chaînes qu’il avait toujours cru exister.

Une pièce musicale de Pucini interprétée par Maria Callas – Madame Butterfly

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.