Karlfried Graf Dürckheim – Sagesse et amour

ImAGE soleil arbre

Dans la pratique du za-zen, nous recherchons également l’expérience intérieure de la lumière. Le but de tout travail initiatique est la voie vers l’illumination, et celle-ci, parcourue jusqu’à la transcendance, apparaît comme la voie illuminée.

Le point décisif dans le travail sur cette voie est que l’expérience de la lumière est liée à l’expérimentation antérieure de l’obscurité. La vraie lumière luit dans les ténèbres.

Voici ce que cela implique pour l’exercice : c’est une impasse que de tenter de se transporter, en quelque sorte par un bond, dans un monde de lumière, de s’imaginer un état lumineux et de vouloir déjouer à partir de là l’obscurité. Les choses ne se passent pas ainsi.

Sur cette voie, le blanc additionné au blanc donne du noir. Seul le blanc qui a intégré le noir reste du blanc. L’obscur doit tout d’abord être admis, regardé et supporté. Ce n’est qu’en supportant, en acceptant l’obscur que l’homme peut trouver la lumière, celle qui est à même d’intégrer l’obscur.

Ne nous détournons donc pas lorsque, dans l’exercice, l’obscur se manifeste en nous, mais tournons-nous vers lui avec amour : il est une part de la lumière, qui est par-delà la lumière et l’obscurité.

*

Dans l’exercice, nous cherchons à devenir perméables à notre essence. Cet exercice comporte deux phases : celle du relâchement, du lâcher-prise, du renoncement à tout ce qui entrave cette perméabilité, et celle de l’accès à une attitude de disponibilité, grâce à laquelle notre essence peut pénétrer notre être intérieur.

Dans la respiration, cela signifie tout d’abord la réalisation de l’expiration selon les trois phases du relâchement, du laisser-aller vers le bas, du devenir un, puis laisser advenir l’inspiration, qui est un don de l’expiration juste – de l’ouverture tout simplement.

Le fait de s’ouvrir désigne l’attitude de disponibilité dans laquelle l’essence peut venir à nous.

Karlfried Graf Dürckheim dans Sagesse et amour

Une pièce musicale de Lévon Minassian – Siretzi Yares Daran (They Have Taken the One I Love)

Juste assez imparfait

PourquoiPas

Il est surprenant de constater que nous faisons parfois des choses qui sont contraires au bon sens. Par exemple, nous savons que manger tel type de nourriture aura un effet négatif sur notre vie, que rester dans l’indécision et procrastiner ne nous fera pas avancer dans la vie, qu’adopter une conduite à grande vitesse nous mettra grandement à risque, que pratiquer des sports de combat entrainera possiblement des lésions et vous seriez capable de prolonger ma liste de beaucoup d’autres exemples.

Parfois, cela donne l’impression que ce n’est pas toujours ce qui paraît juste et vrai que nous désirons faire. Se mentir ou ne pas s’écouter permet de vivre un temps mort, et d’autre fois par un voile d’insouciance, nous voulons sortir des sentiers battus et franchir nos propres limites.

Quelle est la voie de passage entre la vérité et le fait que nous savons très bien qu’il s’agit de faire les mêmes choses que les autres pour penser de la même façon?

Bien sûr la majorité des personnes veulent vivre une vie qui a du sens, sans souffrance et porteuse de vérité bienveillante. Mais, nos parcours de vie ne sont pas tracés dans une terre où tout est bien départagé. Le terreau est un mélange toujours en changement.

Nos choix sont souvent l’expression d’une adaptation entre ce dont nous avons besoin, ce qui nous apparaît juste et ce qui donne du sens. Et il arrive souvent que ces trois paramètres ne soient pas alignés. Mais c’est sur cette base que nous apprenons à être singulier, authentique et adapté à notre imperfection.

Une chanson de Daniel Bélanger intgerprétée par Ariane Moffatt – Imparfait

Les paroles sur https://genius.com/Daniel-belanger-imparfait-lyrics

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.