Monsieur Ibrahim et les Fleurs du Coran

monsieur_ibrahim_et_les_fleurs_du_coran_2002_portrait_w858

Ton amour pour elle, il est à toi. Il t’appartient. Même si elle le refuse, elle ne peut rien y changer. Elle n’en profite pas, c’est tout. Ce que tu donnes, Momo, c’est à toi pour toujours; ce que tu gardes, c’est perdu à jamais !

*

Avec monsieur Ibrahim, je me rendais compte que les juifs, les musulmans et même les chrétiens, ils avaient eu plein de grands hommes en commun avant de se taper sur la gueule.

*

Le lendemain, monsieur Ibrahim m’emmena à Paris, le Paris joli, celui des photos, des touristes. Nous avons marché le long de la Seine, qui n’est pas vraiment droite.

—      Regarde, Momo, la Seine adore les ponts, c’est comme une femme qui raffole des bracelets.

Puis on a marché dans les jardins des Champs-Elysées, entre les théâtres et le guignol. Puis rue du Faubourg-Saint-Honoré, où il y avait plein de magasins qui portaient des noms de marque, Lanvin, Hermès, Saint Laurent, Cardin… ça faisait drôle, ces boutiques immenses et vides, à côté de l’épicerie de monsieur Ibrahim, qui était pas plus grande qu’une salle de bains, mais qui n’avait pas un cheveu d’innocupé, où on trouvait, empilés du sol au plafond, d’étagre en étagère, sur trois rangs et quatre profondeurs, tous les articles de première, de deuxième… et même de troisième nécessité.

—      C’est fou, monsieur Ibrahim, comme les vitrines de riches sont pauvres. Y a rien là-dedans.

—      C’est ça le luxe, Momo, rien dans la vitrine, rien dans le magasin, tout dans le prix.

*

— Monsieur Ibrahim, est-ce que vous trouvez que je

suis beau ?

— Tu es très beau, Momo.

— Non, c’est pas ce que je veux dire. Est-ce que vous

croyez que je serai assez beau pour plaire aux filles… sans

payer ?

— Dans quelques années, ce seront elles qui paieront

pour toi !

— Pourtant… pour le moment… le marché est calme…

— Évidemment, Momo, tu as vu comme tu t’y

prends ? Tu les fixes en ayant l’air de dire : « Vous avez

vu comme je suis beau. » Alors, forcément, elles rigolent.

Il faut que tu les regardes en ayant l’air de dire : « Je n’ai jamais vu plus belle que vous. »

Eric-Emmanuel Schmitt dans Monsieur Ibrahim et les Fleurs du Coran

Une pièce musciale de Quentin Dujardin – Monsieur Ibrahim

Sri Aurobindo et les 4 pouvoirs de la Mère

Les Quatre pouvoirs de la Mère représentent quatre de ses principales Personnalités, ou parties ou personnifications de sa divinité, par lesquelles elle agit sur ses créatures, organise et harmonise ses créations dans les mondes et dirige l’exécution de ses milliers de forces. A ces quatre, nous donnons les quatre grands noms de Maheshwarî, Mahâkâlî, Mahâlakshmî, Mahâsaraswatî

Sri Aurobindo : Les 4 pouvoirs de la Mère

Accueillir

yeux_terre

Voir vraiment l’autre et ne pas seulement le regarder, ou le laisser nous regarder. Voir et laisser s’échanger le silence, l’intimité et la pudeur de notre part cachée.

Les yeux sont les messagers de l’âme. Nous pouvons s’ouvrir ou se fermer à ces messages, et, soyons honnêtes, nous sommes en général ultra réservé et refermé.

Avec nos contacts qui nous sont proches, nous n’avons aucune difficulté à nous toucher, nous embrasser, nous étreindre affectueusement pour communiquer la joie de se revoir, d’être là ensemble.

Toutefois, il faut beaucoup de confiance pour se laisser observer droit dans les yeux par un nouveau venu, afin de s’accueillir lentement, en silence, plus que quelques secondes furtives, entendre ce que même les mots ne peuvent pas traduire, et qui sont vraiment le cœur de la communion avec l’autre.

Une chanson de Fred Pellerin- Silence

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

 

Le haïku

ImAGE plumes envol

Le haïku est simplicité, légèreté, mise à nu de l’essentiel. Le haïku, c’est sur une table de bois, une fleur des champs. C’est le temps accordé au silence. Une grâce, un secret. Un oiseau qui se pose. Un instant sauvé, une brindille d’éternel. Un haïku, c’est la chance offerte de tout deviner, de tout comprendre, de tout aimer, en un éclair de trois vers. […]

L’auteur de haïku doit renoncer le plus souvent aux adjectifs, et toujours aux métaphores, aux « violons de l’automne », aux flamboiements, à la colère, au romantisme, à la nostalgie complaisante. Travail de nudité. Il doit saisir avec force l’image, rassembler dans sa main le présent tout entier, et laisser place au silence. Il s’efface, pour que naisse en un cœur l’étincelle, pour donner une chance si infime soit elle à l’Absolu. L’éternité est maintenant. L’auteur de haïku doit attendre le moment privilégié et ne rien attendre, être vigilant, accueillir. […]

Inventer des haïkus avec un grain d’humour, doser l’image, le sourire, la tendresse, la lucidité, la pointe légère, cueillir l’instant qui passe est un exercice de salubrité personnelle.

Henri Brunel dans Les Plus Beaux Contes zen

Une pièce musicale de Jean Pierre Rampal et Lily Laskine – Blossom (Hana)

La sauce spaghetti

sauce-spaghetti-viande-3663

Imaginez que vous êtes dans une cuisine en train de préparer un plat de pâtes avec une sauce spaghetti. Vous prenez le temps de couper les ingrédients, l’ail, les oignons, les poivrons, les champignons, les tomates et de préparer vos fines herbes.

Entre dans la cuisine une personne qui vous dit qu’elle connait cela faire ce type de sauce et que c’est nettement meilleur si vous ajoutez un agrume.

Une autre personne entre et vous dit que les Orientaux ont une approche différente de ce qui nous aide à maintenir notre santé et que vous devriez comme eux manger moins de pâte et plus de riz. Il ajoute beaucoup d’épices dans votre sauce et il sort le pot de riz et retire l’eau pour les pâtes au feu.

Une autre personne entre et se met à vous raconter en détail ce qu’elle a vécu la soirée dernière, avec détails et il monopolise votre attention.

Au bout d’un moment, vous goutez à votre sauce, elle a un goût répulsif en plus d’avoir collée au fond de votre casserole.

Vous déposez votre cuillère et vous êtes déçu.

Il n’est pas toujours évident de prendre conscience que lorsque nous nous imposons aux autres, nous ne sommes pas en train d’aider, mais bien de nuire.

La meilleure sauce ne repose pas sur une cheffe ou un chef cuisinier exceptionnel. Elle repose sur l’opportunité d’être entouré de personnes qui, au lieu de s’imposer et de tout vouloir changer et contrôler, accompagnent et appuient.

Quand nous voulons contribuer à quelque chose, il est bon de se poser la question à savoir ce que je peux faire de bon en soutien?  De demander d’expliquer ce qui est en cours, d’en saisir le sens et de demander en quoi vous pouvez aider.

Si vous réussissez à compliquer la réalisation d’une chose toute simple à faire comme des pâtes avec une sauce spaghetti, vous êtes non contributif.

Avec un peu d’attention, nous nous rendons compte que pour bien des types de sauces à réaliser dans notre vie, il n’est pas nécessaire de tout changer ou d’acquérir des techniques sophistiquées, il ne tient qu’à nous d’être en mode accueil et accompagnement.

Une chanson de Tryo — J’ai trouvé des amis

Les paroles de https://www.paroles.net/tryo/paroles-j-ai-trouve-des-amis

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

21 leçons pour le XXIe siècle

50999205_2357839827805523_1593169078514614272_n

En vérité, maints films sur l’intelligence artificielle sont tellement coupés de la réalité scientifique qu’on soupçonne qu’il s’agit simplement d’allégories de toutes autres préoccupations. Le film de 2015, Ex machina, est apparemment l’histoire d’un expert en intelligence artificielle qui tombe amoureux d’un robot femelle et se laisse ensuite duper et manipuler par elle. En réalité, cependant, ce n’est pas un film sur la peur humaine des robots intelligents, mais un film sur la peur qu’ont les hommes des femmes intelligentes, et en particulier la peur que la libération des femmes ne débouche sur leur domination. Chaque fois que vous voyez un film sur une IA où l’IA est féminine et le chercheur un homme, probablement le sujet est-il le féminisme plutôt que la cybernétique. Pourquoi diable une IA aurait-elle une identité sexuelle ou de genre ? Le sexe est une caractéristique des êtres organiques multicellulaires. Quel sens pourrait-il bien avoir pour un être cybernétique non organique ?

*

Si 500 millions d’Européens aisés ne peuvent absorber quelques millions de réfugiés démunis, quelles chances les hommes ont-ils de surmonter les conflits autrement plus profonds qui assaillent notre civilisation globale ?

*

Le chainon manquant entre le mystère cosmique et le législateur terrestre est habituellement assuré par quelque livre saint. Le livre est plein de règles insignifiantes, mais il n’en est pas moins attribué au mystère cosmique. C’est le créateur de l’espace et du temps qui l’aurait composé, mais IL s’est surtout préoccupé de nous éclairer sur d’obscurs rituels de temples ou tabous alimentaires. En vérité il n’existe pas la moindre preuve que la Bible, le Coran, le Livre de Mormon ou les Védas ou un autre livre saint aient été composés par la force qui a déterminé que l’énergie est égale au produit de la masse et de la vitesse de la lumière au carré, et que les protons sont 1837 fois plus massifs que les électrons. Pour autant que les chercheurs le sachent, tous ces textes sacrés ont été écrits par un Homo Sapiens imaginatif. Ce ne sont que des histoires inventées par nos ancêtres pour légitimer les normes sociales et les structures politiques.

Yuval Noah Harari dans 21 leçons pour le XXIe siècle

Une pièce musicale de de Roger Hodgson – The Logical Song

Les paroles en français sur https://www.lacoccinelle.net/247861.html