L’infini dans la paume de la main

46a2697f

Notre façon de décrire le monde est conditionnée par le fait que notre expérience quotidienne ne nous permet de l’observer qu’à l’échelle macroscopique, laquelle jouit d’une plus grande stabilité. Il est fort probable que si nous avions constamment le monde microscopique sous les yeux, nous n’attribuerions aucune solidité au monde extérieur. La perception que nous avons de ce monde dépend entièrement du point de vue selon lequel on se place.

L’observateur ne fait qu’isoler un certain spectre d’aspects qui n’ont d’autre réalité que celle d’une interaction particulière entre l’observation et la globalisation, c’est-à-dire entre une conscience et l’ensemble dont elle fait partie. Ce qui nous appelons réalité n’est donc qu’un certain « regard » de la conscience.

Le fait d’être illusoire n’empêche pas un phénomène de fonctionner. Un reflet dans le miroir peut apparaître et disparaître, se transformer de diverses façons et transmettre des informations variées, même si rien n’est vraiment « venu à l’existence » dans le miroir.

Tous les phénomènes sont semblables à un arc-en-ciel: exempts de toute réalité tangible. Une fois réalisée la vraie nature du réel, qui est d’être vide et pourtant de se manifester sous la forme du monde des phénomènes, l’esprit se libère de l’emprise de l’illusion. Quand vous saurez laisser vos pensées se dissoudre par elles-mêmes à mesure qu’elles surgissent, elles traverseront votre esprit de la même façon qu’un oiseau parcourt le ciel: sans laisser de trace.

Matthieu Ricard et Trinh Xuan Thuan dans L’infini dans la paume de la main – Le moine et l’astrophysicien

Une pièce musicale de Kitaro – Heaven & Earth

L’infime et l’infini

Une série que je vous invite à découvrir.

Pour vous mettre l’eau à la bouche, voici le premier épisode.

La taille de l’univers et le nombre de galaxies et d’étoiles semblent illimités. Ils sont en tout cas au-delà des capacités du cerveau humain, qui peine à concevoir ces échelles incommensurables.

De l’infiniment grand à l’infiniment petit, cette série d’animation observe l’humanité à la loupe et replace l’Homme dans un univers dont il n’a jamais été le centre. De l’univers aux gènes, des écosystèmes au corps humain, chaque épisode nous permet d’appréhender des grandeurs et concepts difficilement imaginables par notre cerveau. Prenez quelques minutes pour contempler l’univers de l’extérieur de notre nombril !

Épisode 1 sur 10.

Une espèce à part, une série documentaire de Franck Courchamp et Clément Morin.

Liberté d’expression

ImAGE unique

La liberté de penser et de s’exprimer sont avant tout un engagement envers soi-même.  Elles ne se retrouvent jamais d’un seul côté, et les rapports de pouvoir entre les sexes, ou la gauche et la droite, n’ont pas de sens, autant dans l’univers politique, religieux ou philosophique. Ces libertés fuient les dogmes.

Elles sont de ces libertés qu’aucune cravate, qu’aucune robe qu’aucune casquette ou qu’aucun voile ne peut maquiller. Elles sont d’une nature autonome et sans artifice. Elles n’ont pas besoin de disciples ou de dévots, car elles s’expriment par des individus singuliers qui assument un rôle de passeurs.

Elles nous font prendre conscience que ce n’est pas ce qui est dit qui offusque vraiment, mais les préjugées, les croyances et les principes de la personne qui écoute.

Une personne libre peut se mettre à nue en toute circonstance, tandis que la personne soumise à sa représentation du monde aura besoin d’un motif.

S’affranchir des autres, c’est accepter de penser et dire ce qui est vécu, sans se glorifier de convaincre, ou vouloir être toujours pertinent, productif ou sérieux. En fait, cela implique de juste suivre son chemin.

Parce qu’une personne libre n’a pas besoin d’une justification, mais d’une qualité d’être, elle se réalise pleinement. Elle ne cherche pas à prendre mais à dénouer. Elle ouvre son chemin, sans besoin de reconnaissance.

Une chanson de Richard Desjardins interprétée par France d’Amour – Le coeur est un oiseau

Les paroles sur https://www.chansonsquebec.com/le-coeur-est-un-oiseai-richard-desjardins/

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Nous croyons savoir tant de choses…

affiche_29090.thumb44000.1456481761

Nous savons aller vers les étoiles, mais nous ne savons pas respecter le ciel et encore moins l’immensité du cosmos.

Nous savons parler d’amour, mais nous avons tant de difficultés à aimer dans le respect de l’autre et de soi.

Nous savons fabriquer du pain mais nous avons du mal à le partager.

Nous savons faire des enfants mais nous peinons à les élever.

Nous savons créer des œuvres d’art mais nous avons tendance à saccager la beauté.

Nous savons prévoir le temps mais nous violentons la nature.

Nous savons nous émouvoir de la misère du monde mais nous gaspillons le meilleur de nos ressources en productions inutiles et en objets dérisoires.

Nous savons soigner avec une redoutable efficacité mais dans beaucoup de cas nous ne savons pas encore guérir.

Nous savons déclencher des guerres et les entretenir longtemps, mais nous avons tant de mal à oser vivre en paix !

Nous savons greffer des cœurs et des mains, mais nous manquons de confiance dans la relation avec notre propre corps.

Nous savons modifier des plantes, cloner des animaux mais nous détruisons des milliers d’espèces chaque année.

Nous savons nous déplacer de plus en plus vite, de plus en plus loin, mais nous mettons tellement d’obstacles qui nous empêchent de communiquer avec ceux qui nous sont proche!

Nous savons que nous savons beaucoup, beaucoup de choses, mais nous ne savons pas encore que nous ne savons pas l’essentiel, à savoir le respect de la vie sous toutes ses formes.

Jacques Salomé dans A qui ferais-je de la peine si j’étais moi-même?

Une pièce musicale de Vivaldi – Salve Regina

Loreena McKennitt – Greensleeves

Une interprétation intense de cette chanson provenant du Moyen Age. Loreena Isabel Irene McKennitt, est une auteure-compositrice-interprète, chanteuse, harpiste, accordéoniste et pianiste canadienne.

La diversité de ses compositions et la qualité de ses interprétations lui ont donné une renommée internationale.

Toute une oeuvre à découvrir…

Les paroles en français sur https://www.lacoccinelle.net/267624.html

Après le mauvais temps ….

happy_laundry-976211

As-tu eu le temps aujourd’hui de faire quelque chose que tu aimes?

As-tu réussi à prendre quelqu’un dans tes bras pour lui exprimer ta gratitude?

As-tu pris un repas ou une collation que tu avais vraiment envie de te préparer?

As-tu pu dire ce que tu penses vraiment à quelqu’un qui compte pour toi?

As-tu posé un geste bizarre, fou ou inattendu?

As-tu fait quelque chose de bon pour une personne de ton entourage?

Des petites questions toutes simples, dont les réponses demandent souvent moins de 5 minutes de notre temps.

Cela fait toujours du bien de prendre du temps pour ce que nous voulons vraiment vivre. Pourquoi laisser le mauvais temps assombrir notre vie?

Une chanson de Jacques Michel interprétée par Fred Pellerin – Amène-toi chez nous

Les paroles sur https://www.paroles-musique.com/paroles-Jacques_Michel-Amene-toi_Chez_Nous-lyrics,p82062

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

La femme la plus heureuse du monde

6Sl7fAfFMa1z20e7zzuXdTl72eJkfbmt4t8yenImKBVvK0kTmF0xjctABnaLJIm9

Il y a une phrase de Shabistari, un philosophe et poète musulman, qui dit : « Fend le cœur de l’homme et tu y trouveras un soleil. » Mes amis je l’affirme par expérience. J’ai vécu sur les cinq continents. J’ai beaucoup voyagé dans ma vie. On m’a appelée un peu partout où il y avait des enfants malheureux. Partout : au Liban, en temps de guerre, quand on y tuait ; aux Philippines, où des enfants se prostituaient pour gagner un peu d’argent ; au Sénégal, au milieu des pauvres ; au Soudan, avec la faim, la mort. Partout, j’ai trouvé des hommes, des femmes et des jeunes qui gardaient l’espoir et qui savaient que, malgré la mort, la maladie, la guerre et la haine, il est possible d’aimer. Et cela, c’est fantastique.

*

Chacun doit trouver où mener son combat pour qu’il y ait plus de joie dans le monde. Le monde est comme un miroir : si tu donnes de la joie, tu en reçois. Donner procure à la vie une effervescence, cela nous fait comprendre que nous sommes vivants, et frères et sœurs de tous les hommes qui nous entourent.

*

Vous cherchez un sens à votre vie ? Demandez-vous qui et comment il vous est possible d’aimer. L’amour est le mystère de nos existences.

*

J’ai compris ce qu’est le bonheur, ce qu’est le bien-être : c’est vivre dans l’harmonie des relations humaines.

Sœur Emmanuel dans Je suis la femme la plus heureuse du monde :

Entretien avec Angela Silvestrini

Une pièce musicale d’Hildegard von Bingen – Ave generosa