Anagrammes renversantes ou Le sens caché du monde

418544_342074575831338_1158252657_n

Les paradoxes du chat beurré

Étant donné qu’un chat retombe toujours sur ses pattes qu’une tartine beurrée s’écrase systématiquement sur le côté beurré, que se passerait-il si on laissait tomber un chat sur le dos duquel on aurait préalablement fixé une tartine beurrée ? Certains spécialistes pensent que le chat lévitera pour éviter de prendre parti; d’autres parient que le souple quadrupède finira par imposer la loi de sa chute ; d’autre encore clament que la tartine ne saurait enfreindre la loi de l’emmerdement maximum qui lui colle à la peau ; enfin il y a ceux qui expliquent que le comportement du chat et celui de la tartine sont si fondamentalement contradictoires que, associés l’un à l’autre, ils engendrent un certain nombre de paradoxes. Et pour peu qu’il s’en mêle, leur résolution, toujours hasardeuse devient vite un  *aléa chaud d’experts bourrés* (anagramme)

*

La vérité

Nul ne peut dire sans se contredire qu’il est absolument vrai que la vérité est

RELATIVE

*

La courbure de l’espace-temps

Grâce aux équations d’Albert Einstein, on sait que la matière déforme l’espace-temps de l’Univers, le courbe, le dilate ou le contracte. En retour, l’espace-temps la fait doucement glisser dans ses propres trames. Nulle frayeur dans ces gestes cosmiques, nul doute, nulle arrière-pensée. Pas non plus de bousculade. Juste le : SUPERBE SPECTACLE DE L’AMOUR.

*

Et les particules élémentaires tissèrent l’espace lumière.

Étienne Klein et Jacques Perry-Salkow dans Anagrammes renversantes ou Le sens caché du monde

Une pièce musicale d’Hélène Grimaud – Mozart – Piano Concerto No.23, 2. Adagio

Étant et détaché

respiration conscience

C’est en développant un certain détachement au regard de soi qu’il a pu prendre conscience de la beauté de la vie.  Cesser de tout vouloir selon sa propre volonté. Cesser tout le temps de nommer, ou de s’approprier, ou de définir.

Non pas parce que c’est inutile, mais par souci de mieux équilibrer les choses.  Lorsque l’on brasse l’eau de l’Étant, il faut laisser émerger la Vacuité.

Ce n’est qu’ainsi qu’il a pu découvrir et apprécier que chaque expérience lui permettait de s’imprégner d’une nouvelle source d’enchantement. En étant détaché, il devenait l’étranger qui sommeille en lui-même et qui le réconcilie avec la familiarité et l’intimité.

Comme l’inspiration et l’expiration, il avait besoin de ce moi qui prend tant de place, pour s’en détacher, et ainsi renouveler la création de soi. Il développait ainsi sa manière d’être en restant préservé et à la fois perméable.

Sa présence au monde était parsemée de perles de gratitude et ses actions quotidiennes exprimaient une réalisation spirituelle.

Ce matin, lorsque je l’ai vu passer, j’ai su que le plus beau en l’humain pouvait se réaliser.

Une chanson de Jim et Bertrand – Il me fait du bien

Les paroles sur https://www.le-parolier.net/paroles-jim-et-bertrand-il-me-fait-du-bien.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.