Je suis un miracle

comme-un-chant-d-esperance--jean-d-ormesson-editions-heloise-d-ormesson

Voilà ce que je suis, un miracle. À des milliards et des milliards d’exemplaires.

*

Avant le tout, il n’y avait rien.

Après le tout, qu’y aura-t-il ? Que seraient les hommes sans le tout ? Rien du tout. Ils n’existeraient même pas puisqu’ils sont comme une fleur et comme un fruit du tout. Nous sommes un très petit, un minuscule fragment du tout. Mais que serait le tout sans les hommes ? Personne ne pourrait rien en dire puisqu’il n’y a que les hommes pour en parler. Le tout, sans les hommes, serait absent et mort.

*

L’imagination se situe quelque part entre la raison, le souvenir, la poésie et la passion.

*

Chaque matin, le jour revit. Si le monde n’est fait que de matins, si tout le bonheur du monde est dans les matinées, c’est qu’il y a dans le commencement une promesse d’on ne sait quoi et peut-être de presque tout. Si, en dépit de tant de larmes, le monde est une bénédiction, c’est qu’il recommence à chaque instant. La vie n’est qu’une suite de commencements, indéfinis dans le temps. Et le deuxième, le troisième, le centième recommencement, et le cent millionième renvoient au premier et au seul commencement : celui où le tout se dégage du néant.

Jean d`Ormesson dans Presque rien sur presque tout

Une pièce musicale de Lévon Minassian – They Have Taken the One I Love

La danse de la vie

citation danse Nietzsche

Il y a tant de fleuves,

De ruisseaux et de grands lacs

Qui dessinent nos propres entrailles

Toute une vie marine

Courant à travers nos veines

Contournant les continents

Tels, le cœur où le foie.

Ces continents ayant des fonctions si différentes

Et pourtant si essentielles,

Cette richesse de diversité.

Cette vie marine

Qui permet de nous animer

Il est fascinant de prendre conscience

Que ce sont les continents,

Notamment le cœur,

 Qui animent les courants sanguins

Dansant en nous

Par les pulsations rythmées.

Ces mêmes courants qui capturent

Les moments de joie et de peine

Et qui éclatent sur le rivage

De notre attention

Tous ces signes de vie

En mouvance perpétuelle

Mû par le grand battement

Du passage du temps

La vie est une danse

Pour qui entend

Le chant de chaque instant.

Une chanson de Peter Gabriel – Blood Of Eden

Les paroles en français sur https://paroles2chansons.lemonde.fr/paroles-peter-gabriel/paroles-blood-of-eden-live-traduction.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.