Yi King, le livre des transformations

Yi king

Presque tout ce qui a été pensé de grand et d’essentiel pendant plus de 3 000 ans d’histoire de la Chine, ou bien a été inspiré par ce livre, ou bien, inversement, a exercé une influence sur son interprétation, au point que l’on peut affirmer en toute tranquillité que le Yi King contient le fruit de la sagesse la plus achevée de plusieurs millénaires. Il ne faut donc pas s’étonner si, en outre, les deux branches de la philosophie chinoise, le confucianisme et le taoïsme, ont ici leurs communes racines.

*

Chaque être, chaque instant pris dans son intégralité est un visage du Tout, une facette de l’unité indescriptible.

*

Les hexagrammes doivent toujours être conçus comme étant composés de deux trigrammes et non d’une série de six traits. Ces trigrammes entrent en ligne de compte en vue de l’interprétation suivant leurs différents aspects : D’une part suivant leurs propriétés, d’autre part suivant leurs images et enfin suivant leur place dans la succession familiale (on ne tient compte ici que de la succession du ciel ultérieur).

*

Le soleil dans le ciel, qui brille sur toutes choses, est l’image du grand avoir. La suppression du mal est indiquée par le trigramme K’ien, le trigramme qui prononce le jugement et combat le mal dans les êtres vivants. L’action qui favorise le bien est indiquée par le trigramme Li qui clarifie et ordonne toutes choses. Tous deux constituent le décret du ciel bienveillant (K’ien) auquel l’homme noble se consacre dans l’obéissance

(Li signifie le don de soi)

*

La grâce signifie ce qui n’a pas été teint.

La grâce suprême ne consiste pas dans des ornements extérieurs, mais dans la manifestation des matériaux primitifs que l’on embellit en les modelant. Le trigramme supérieur Ken, la montagne, tend vers l’immobilisation. En bas le feu flamboie, et il illumine la montagne. Ce mouvement est renforcé par le trigramme nucléaire Tchen dont le mouvement est également dirigé vers le haut, tandis que le poids tranquille de la montagne voit son mouvement descendant accentué par le trigramme nucléaire K’an. Ainsi la structure intérieure de l’hexagramme manifeste un équilibre harmonieux des mouvements, sans procurer d’excès d’énergie à l’un ou l’autre des côtés. L’hexagramme est l’inverse du précédent.

Richard Wilhelm dans Yi King, le livre des transformations

Une pièce musciale de Lex Van Someren – Aum

La carte détaillée de la Voie lactée

On connaît désormais la position d’1,7 milliard d’étoiles de notre galaxie, un record. Mardi 24 avril, l’Agence spatiale européenne a annoncé que le satellite européen Gaia avait permis de les cartographier en trois dimensions. Pour 1,3 milliard d’entre elles, le satellite a également permis de déterminer leur distance de la Terre.

« Avec Gaia, on peut vraiment reconstituer toute l’histoire de la Voie lactée. C’est comme faire de l’archéo-astronomie (…) pour reconstruire vraiment l’histoire de notre Univers », a déclaré Günther Hasinger, directeur de la science à l’ESA.

Voici la carte de la Voie lactée la plus détaillée jamais produite

Conte pour éviter de juste réussir

Vietnam adulte et enfant

Un fils parle à son père au retour de l’école et il est anxieux et agité.

  • Je ne suis pas capable de faire cela. J’essaie depuis tôt ce matin, mais je n’y arrive pas!
  • Alors, il est ou le problème mon petit ange?
  • Tous mes amis sont capables de le faire, sauf moi!
  • Et c’est important?
  • Oui, je ne veux pas être le seul à ne pas le faire, je ne veux pas être en échec. Je n’aime pas les échecs, je n’aime pas rater mon coup, je n’aime pas ne pas réussir!
  • Oui, je comprends. Et pour toi réussir c’est mieux que l’échec, c’est cela?
  • Il n’y a aucune comparaison possible, quand tu réussis, tu es bon, tu es bien et personne ne te critique, bien au contraire!
  • Oui, je comprends. Donc il faut être meilleur que les autres? Si je rate mon coup, c’est que je fais comme tout le monde, mais que je suis moins bon dans ce que je fais. Et, si je réussis, je suis comme tout le monde, mais le meilleur dans ce que je fais! C’est cela?
  • Oui, c’est en plein cela!
  • Et qu’est-ce qui se passe si je deviens le meilleur puis une semaine plus tard je vis un échec?
  • Ce n’est pas bon du tout, mais au moins tu es parmi les meilleurs!
  • Alors, dans le désir de toujours réussir, il y a la peur de perdre. La peur de tout recommencer ou d’être exclus?
  • Oui!
  • Mais est-ce qu’il y a une autre façon de faire des choses et être bien? Dis-moi, es-tu différent des autres?
  • Oui, mais je leur ressemble!
  • Justement, tu es différent. Si réussir c’est être le meilleur quand on fait comme tout le monde et l’échec c’est être moins bon quand on fait comme tout le monde, alors, pourquoi ne pas cesser de faire comme tout le monde?
  • Et qu’est-ce que je ferais?
  • Ce que tu aimes le plus, ce dans quoi tu as le plus de talent et que lorsque tu le fais, le cœur s’emballe. Peu importe que ce soit grand ou petit, important ou pas, juste ce qui t’anime. À chaque échec, tu ferais des apprentissages, et tu aurais par la suite plus de plaisir et chaque réussite te permettrait d’apprécier tes nouvelles limites!
  • Oui, j’aimerais mieux faire ce que j’aime!
  • Ainsi, tu n’aurais plus personne à vaincre, ni à subir, et tu serais avec des amis qui comme toi ont du plaisir à explorer de nouvelles façons de faire, de nouvelles limites et s’alimenter mutuellement pour entretenir le désir de se développer. Tu penses que c’est jouable?
  • Oui!
  • Alors, montre-moi ce que tu aimerais faire le plus svp!

Une chanson Lean On Me avec Playing For Change

Les paroles sur https://www.lacoccinelle.net/243163.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.