Zénitude et double espresso

Regard

Le problème, ce ne sont pas vos pensées. Le problème c’est que vous croyez toutes vos pensées.

*

Les étiquettes que j’appose sur « moi » et sur « l’autre » m’éloignent de la vérité, du moment présent. Si je reste figée derrière une « réalité » inventée de toutes pièces par mon esprit, dans laquelle je suis ceci ou cela, ou que mon voisin de coussin est un être détestable, ce n’est que « sa réalité », la réalité de mon esprit, mais ce n’est pas « la vérité » dans le monde extérieur.

*

Le seul moment où il vaut vraiment la peine d’être présent, c’est maintenant.

*

Ce n’est pas l’endroit où l’on vit qui nous transforme, ni le métier que l’on fait, ni notre compte en banque, nos talents, mais notre état de présence. C’est par la présence que l’on cultive et que l’on récolte toutes les richesses de ce monde.

*

Toute chose, bonne ou mauvaise, heureuse ou malheureuse, passera.

*

En changeant mon esprit, au même moment, je change ma réalité. Je change mon monde.

Nicole Bordeleau dans Zénitude et double espresso

Une pièce musicale de Tony Levin – Waters of Eden

Routes de pays, emmenez-moi à la maison

Playing for Change est un mouvement créé pour inspirer et connecter le monde à travers la musique. L’idée de ce projet est venue d’une croyance commune que la musique a le pouvoir de briser les frontières et surmonter les distances entre les personnes.

Routes de pays, emmenez-moi à la maison, avec Jouer pour le changement Chanson Autour du Monde

Le plaisir d’être

Deux moines un rire

Pour la personne qui veut se réaliser dans sa démarche spirituelle ou philosophique, il n’existe pas un seul courant de pensée, il n’existe pas une seule voie pour l’entraînement de l’esprit, que ce soit par la lecture, le zazen, l’écriture, la méditation, le yoga, le taï-chi ou toute autre pratique.

D’ailleurs, plus une personne expérimente, pratique et expérimente, plus elle a l’esprit ouvert à sa nature propre qui est non duelle. Elle en arrivera à faire le constat que la voie est libre.

Il réalisera avec le temps qu’il ne subsiste aucune séparation, pas plus qu’il y a une réelle différence entre la conscience et celui qui est conscient.

Tout doucement, la pratique fait en sorte que la pensée et le penseur ne sont plus différents. La force de l’attachement qui fige la différence est mieux contrôlée.

La pratique, peu importe de quel courant elle est issue, doit devenir un jeu de l’esprit et non pas une chose de sérieuse. L’entraînement de l’esprit doit être simplement un appel du cœur comme si nous réalisions ce que nous avons toujours été.

Il n’y a rien à gagner ou à perdre au regard des autres. La scission entre ce que l’un pratique et ce que l’autre pratique, malgré la forme, est fictive. La différence ne devrait jamais entraîner l’exclusion.

Dans notre état naturel, la pratique devrait être une façon d’être et non seulement une pause régulière sur un zafu ou une chaise. Tout se passe dans l’étendue de la conscience et le plaisir d’être.

Une chanson de Jean-Jacques Goldman – Veiller tard

Les paroles sur https://www.lacoccinelle.net/906880.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.