Briller de sa propre lumière

Krishnamurti

Être conscient du monde, de la Terre, dans sa totalité, c’est n’avoir pas un sens de nationalité, n’avoir ni traditions, ni divinités, ni églises ; c’est ne pas diviser la Terre, ne pas fragmenter la planète en cartes colorées.

*

Nous voulons que l’on nous dise quoi faire, comment nous comporter, quoi penser, comment agir en certaines circonstances. La recherche d’une autorité est constante.

*

… commencer à se libérer de l’autorité et découvrir en fait qu’il n’existe rien de permanent, aucune sécurité intérieure. C’est donc découvrir qu’en tout temps, l’esprit doit être dans un état d’incertitude.

*

Un esprit réellement dans l’incertitude n’a pas de peur en lui…

*

Tout ce que nous sommes est le résultat de notre conditionnement.

*

… on ne doit pas laisser passer une seule pensée sans prendre connaissance de son contenu, de son origine, de son mobile.

*

Le portrait d’une personne sur le mur ou son image dans votre esprit, ce n’est pas l’amour, ce n’est que mémoire.

Jiddu Krishnamurti dans Briller de sa propre lumière

Une pièce musciale de Harmonium – Lumières de vie

Les paroles sur https://genius.com/Harmonium-lumieres-de-vie-lyrics

(Ré)apprendre la vie avec joie

Après une adolescence mouvementée qui sera marquée par une exclusion, finalement bienfaitrice, du système éducatif public secondaire, Laetitia poursuit actuellement son parcours d’études par une thèse en Sciences de l’éducation à l’Université de La Réunion.

Après s’être ouverte au monde par de nombreux voyages, Laetitia se donne comme projet d’ouvrir à La Réunion un centre de ressources pédagogiques non élitiste soucieux du développement global de l’enfant. Il se concrétisera par une première ouverture prochaine d’un établissement scolaire innovant au cœur d’une ferme pédagogique.

(Ré)apprendre la vie avec joie: Laetitia Sauvage at TEDxReunion

Dans le reflet

ImAGEUn monde en soi

Il venait de quitter sa maison, les reflets du jour venaient à peine de l’atteindre. Il s’approcha de l’orée du bois et marcha dans le sentier. Sa respiration devenait de plus en plus rythmée et lente, il redevenait calme et paisible. Il lui était possible de voir le temps et l’espace se déposer sur le rebord de son ombre pour y attendre le recul de la lumière.

Rien de spécial, juste un sourire, et un autre regard qui émergeait de lui. Quelque chose de spécial se passa, tout étant pareil, mais vécu différemment.

Rien de tout ce qu’il voyait, que ce soit la beauté des arbres, la fragilité d’une fleur, la course de l’écureuil, la dureté de la pierre, rien de tout cela, lui était nouveau. Toutefois, il prenait conscience qu’il n’avait jamais vraiment remarquée, même vu. Peut-être, en raison du babillage de l’esprit, ou du voile de ce qu’il désirait plutôt voir, bref rien de tout cela n’avait pris toute la place. Son activité mentale l’avait tenu éloigné des trésors de la vie telle qu’elle est.

Il ne vivait maintenant rien de surprenant, juste le temps et l’espace qui s’étaient déposés sur le rebord de son ombre, car la lumière et les jeux d’ombres ne restaient plus autour de lui. Ils avaient pénétré son corps pour trouver le chemin par son âme de la nature profonde en lui. Une symbiose s’opérait, quelque chose comme la vie.

Ce jour-là, il avait fait plus que marcher dans le sentier, il avait fait face au miroir de la vie, et prenant les reflets à corps, et il y était entré.

Une chanson de Sting interprétée avec Stevie Wonder – Fragile

Les paroles sur https://www.lacoccinelle.net/248589-sting-fragile.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.