D’où vient votre haine ?

téléchargement

D’où vient votre haine ? Hommes de mon siècle et hommes d’Église, pourquoi méprisez-vous celles qui vous ont conçus, portés, celles dont les mains ont reposé sur vos fronts aux nuits brûlantes de fièvre de votre enfance, celles qui tissent et cardent vos vêtements et vous nourrissent, celles qui vous assisteront à l’heure de mourir, vous fermeront les yeux et vous coudront dans vos linceuls, celles qui tiennent du sensible et du palpable leurs connaissances, celles qui deux fois vous mettent au monde : en mère d’abord puis en amante ?

Souvenez-vous que c’est aux femmes tout d’abord que le Christ ressuscité s’est montré – et non aux hommes : eux l’avaient trahi, frappé, jugé, crucifié. Son premier mot, le premier mot de Christ Pancreator, de Christ en gloire est « Femme » ! « Femme, pourquoi pleures-tu ? » et « Pourquoi cherchez-vous parmi les morts celui qui est vivant ? ».

C’est à elles qu’il annonce en premier la bonne nouvelle. Les voilà part désormais de la victoire de la Vie sur la Mort !

*

Ce qui nous manque le plus cruellement aujourd’hui c’est la qualité du féminin. Si nous n’y prenons garde, la religion va devenir une machine à raisonner droit. Ce langage partout crissant d’anathèmes! L’Église a raté sa chance de rester femme : fervente, accueillante, féconde. Elle a raté sa vocation d’Épouse du Christ. Le Cantique des Cantiques, tu l’as lu en prophète, Bernard de Clairvaux, moi je l’ai lu en amante!

En rejetant les femmes et l’amour, vous avez rejeté hors de vos institutions et de vous-mêmes la qualité du féminin. Et toute violence a sa source dans cette violence que vous avez fait subir à vous-mêmes.

J’appelle féminin cette qualité que la femme réveille au creux de l’homme, cette corde qui vibre à son approche. J’appelle féminin le pardon des offenses, le geste de rengainer l’épée lorsque l’adversaire est au sol, l’émotion qu’il y a à s’incliner. J’appelle féminin l’oreille tendue vers l’au-delà des mots, l’attention qui flotte à la rencontre du sens, le palpe et l’enrobe. J’appelle féminin l’instinct qui au-delà des opinions et des factions flaire le rêve commun.

Christiane Singer dans Une passion : Entre ciel et chair

Une pièce musciale de Lévon Minassian (Duduk) – They Have Taken the One I Love

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s