La voix de l’éternelle sagesse

Khalil-Gibran

Je préfère être le dernier des hommes avec des rêves et le désir de les réaliser, plutôt que le plus éminent sans rêve ni désir.

*

C’est l’instant qui sépare l’enivrement de la Vie et l’éveil, la première lueur qui éclaire les régions intimes du cœur, la première note magique jouée sur la corde d’argent de notre cœur. – C’est le moment fugitif qui défait devant l’âme les chroniques du temps, qui révèle à l’œil les actions de la nuit et le travail de la conscience. Ce moment-là dévoile au futur les secrets de l’Éternité. Il est comme une graine jetée par Ishtar, déesse de l’Amour, et semée par les yeux du bien-aimé dans le champ de l’Amour, une graine fécondée par la tendresse et mûrie par l’Âme.

Le premier regard du bien-aimé est pareil à l’esprit qui passait à la surface de l’eau, engendrant le ciel et la terre quand le Seigneur prononça ces mots : « Que cela soit. »

Khalil Gibran dans La voix de l’éternelle sagesse

Une pièce musicale Taqsim arabic oud music