Absence

logo2

Qu’arrive-t-il lorsque l’aptitude à prajñā se trouve orientée en direction de l’examen de la nature de soi, notre point de départ ? Aux premiers stades de la pratique exercée de śamatha, il est tentant d’assigner la notion vague du soi à un observateur abstrait ou à un témoin, une sorte d’instance qui sait. Dans la tradition, on appelle vijñāna (en tibétain : rnam she) ce niveau d’examen, et le terme lui-même indique une telle compréhension erronée. Aussi des notions de cette sorte comme celle d’observateur divisé ne peuvent-elles fournir une réponse satisfaisante à la question de la nature de l’ego ou du soi telle que nous cherchons à l’élucider. Cela contraste avec jñāna (en tibétain : ye shes), qui signifie une conscience où une telle division n’apparaît pas.

*

Au fur et à mesure que l’examen se poursuit dans des séances répétées de śamatha, on commence à disposer de toute une série de variations concernant la nature des apparences, des moments de conscience. À partir de cette source de variations, on se met à entrevoir un point d’achèvement qui se remplit intuitivement de façon progressive. Une intuition commence à prendre forme : la nature du soi est précisément sa non-trouvabilité. Il n’y a rien à saisir qui ferait des personnes et des phénomènes ce qu’ils sont (en sanskrit : anātman ; en tibétain : bdag med gnyis). Cette expérience même d’ipséité se donne sous un nouveau jour comme n’ayant pas de consistance stable, mais comme n’étant pas pour autant de l’ordre de l’absence. C’est la même chose que de conclure, sur le plan conceptuel, que la nature du soi est śūnya, mais je préfère le présenter sous son versant manifeste, phénoménal.

La traduction habituelle de anātman est « non-soi », ou bien « vide de soi ». Cependant, on est à nouveau trop proche de la langue bouddhiste d’origine. Ma description de l’introuvabilité, contrastant avec la manière habituelle de la rendre par le terme « non-soi », s’attache à ressaisir la texture de ce niveau d’examen de śūnya. Pour le pratiquant, anātman est manifeste, vécu comme surabondant : c’est un non-savoir qui réserve une foule de surprises.

Francisco Varela dans Le cercle créateur

Une pièce musicale de Song From A Secret Garden

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s