La compassion versus l’empathie

Ricard et Dali lama

COMPASSION

EMPATHIE

Du latin : cum patior, « je souffre avec »

Elle est donc décrit comme une vertu par laquelle un individu est porté à percevoir, partager ou ressentir la souffrance d’autrui, et il est poussé à y remédier.

La compassion vise à partager

Étymologiquement, « empathie » provient du terme Einfuhlung, qui fait référence à la projection d’une personne dans la situation de l’autre.

Du grec pathos, ce qu’on éprouve, endure, subit, sous forme de sentiment.

Il est précédé du préfixe em , variante de in : dans ; donc l’empathie c’est le fait de ressentir les sentiments de quelqu’un, de s’identifier,

L’empathie vise à ressentit

Définition

Selon le Dalaï lama, la compassion peut se décliner en trois niveaux  :

  • En la capacité de voir l’autre comme un autre soi.
  • En la capacité de s’échanger avec autrui pour mieux comprendre la réalité de ses souffrances, notamment par le processus de la visualisation.
  • À considérer l’autre comme plus important que soi, aboutissant à la Grande compassion qui consiste en toute situation à prendre la perte pour soi et à offrir le gain à autrui.
Définition

Trait de personnalité caractérisé par la capacité de

ressentir une émotion appropriée en réponse à celle exprimée par autrui, d’effectuer

une distinction entre soi et autrui (c’est-à-dire être conscient de la source de l’émotion et pouvoir décoder l’émotion d’autrui) et

de réguler ses propres réponses émotionnelles.

Dans le contexte de la méditation:

Méditer sur la compassion  inconditionnelle, ressentir un puissant sentiment d’amour et de bonté envers les personnes en proie à la souffrance, active des réseaux cérébraux liés aux émotions positives, comme l’amour maternel. (Matthieu Ricard)

Dans le contexte de la méditation:

Méditer sur l’empathie active des réseaux cérébraux liés aux émotions négatives et à la détresse.

La compassion n’entraîne pas d’effet négatif, raffermit notre force d’âme, notre équilibre intérieur, et notre détermination courageuse et aimante à aider ceux qui souffrent. L’empathie peut conduire à une forme de fatigue, de détresse, de découragement.
L’amour et la compassion n’engendrent ni fatigue, ni usure, mais aident à les surmonter et à les séparer si elles surviennent. L’empathie que peuvent ressentir des soignants envers leurs patients finit par les envahir avec tous les sentiments négatifs associés : la détresse empathique.
Avec la compassion, vous souffrez avec l’autre et désirez agir pour atténuer voire faire disparaître sa souffrance ou ses causes. La pratique de la méditation bienveillante permet d’agir sur la souffrance. Avec l’empathie vous comprenez fondamentalement ce que ressent l’autre.

Matthieu Ricard

Une pièce musicale de DaiqingTana Mongol & Haya Band – Om Mani Padme Hung