Imparfaits, libres et heureux

Se relever

Jamais les jaloux ne savourent leur bonheur : ils ne font que le surveiller.

*

Autant que possible, la confiance, c’est aussi cela : apprendre à accepter le monde et les autres comme imparfaits. Et la confiance lucide consiste à ne pas se mettre en position de dépendre et de souffrir de leurs imperfections.

*

Premier problème, donc, nous nous jugeons au lieu de nous analyser et de nous comprendre. Second problème: ce jugement est le plus souvent trop sévère. Qu’est-ce que juger? C’est relier un fait à une valeur. Et les valeurs des personnes ayant des problèmes d’estime de soi sont toxiques car trop élevées et trop rigides: leur désir de perfection sert à apaiser leur désir de protection.

*

On observe en général, lors des problèmes d’estime de soi, une occupation du terrain de nos pensées par des ruminations moroses ou défaitistes. Des pensées négatives et floues, répétitives. À l’effet doucement délabrant, mais auxquelles on ne prête pas vraiment d’intérêt. Dont on ne s’échappe que par la distraction : lire, regarder la télé, pour emplir notre esprit d’autre chose, ou d’un vide, à tout prendre moins toxique.

*

Il faut apprendre le respect de soi. Cela aussi s’apprend et porte un nom : acceptation.

Christophe André dans Imparfaits, libres et heureux : Pratiques de l’estime de soi

Une pièce musicale de Hildegard von Bingen: Ave Generosa