Un art de l’attention

Claude Théberge

Ce que nous appelons « terre d’exil »

est souvent « terre promise »

à laquelle manque notre attention.

S’il faut revenir quelque part,

revenir à ce qui est,

il n’y a pas d’autre chemin

que l’attention

que celle-ci soit sensible,

affective, intellectuelle ou spirituelle…

« Les biens les plus précieux

ne doivent pas être recherchés mais attendus » :

c’est de la qualité de notre attente

ou encore de notre désir

que naît la qualité de notre attention.

L’attention est alors

un autre nom pour l’Amour,

quand celui-ci ne se contente pas

d’émotions ou de bonnes volontés

mais devient l’exercice quotidien

d’une rencontre avec ce qui est,

avec ce que nous sommes.

À travers les labyrinthes de nos préoccupations,

il faudra garder un fil d’heureuse vigilance.

Sans cette vigilance

comment pourrions-nous reconnaître

la présence Une

sous ses formes multiples

et goûter la Saveur (Sapienza) ?

Comment pourrions-nous

« prendre soin de l’Être »

Jean-Yves Leloup dans Un art de l’attention

Une pièce musicale de COVID CELLO PROJECT 9 – “ECSTASY OF GOLD” by Ennio Morricone