Archives de la catégorie ‘Contes

Ensemble   Leave a comment

Boule humaine

Au début, je n’entendais qu’un son, un son léger. J’ai porté une attention plus soutenue. Au bout de quelques secondes, j’ai pris conscience que c’était un murmure, à peine audible, mais un mot murmuré. Cela m’intrigua, et j’ai arrêté alors toutes mes occupations.

C’était bien un murmure, mais il semblait que je distinguais maintenant plusieurs voix. Des mots jaillissaient, prononcés en canon, paix, espoir, amour, peur, désir, liberté, acceptation… Plus je portais attention, plus je distinguais un ensemble d’expression de cette humanité qui nous habite.

Les voix, les langues, les tonalités, la force de l’expression, toutes ces différences qui du même souffle, interpelle notre âme. Bien que bien des mots me fussent inconnus, j’en saisissais l’énergie, le sens.

Je suis conscient que nos différences suscitent un effort d’ouverture et d’acceptation, mais l’espace d’un instant, je sais qu’il est possible de faire le premier pas, de prendre conscience minimalement que nous sommes ensemble, d’une même humanité.

Ensemble!

Une chanson de Jean-Jacques Goldman – Ensemble

Les paroles sont dans la vidéo

 

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2017 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas couper ou modifier les textes et le contenu sans mon approbation, merci.

 

Publié 12 décembre 2017 par dandanjean dans Contes, Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , , , , ,

Le véritable ermitage   Leave a comment

Bouddha vert

Lors d’une promenade en forêt, une jeune femme se rendit près d’un campement ou vivait un homme qui vivait des ressources de la terre.  Certains disaient de lui qu’il était une vieille âme, un sage qui sait guider les humains. Elle s’approcha de cet homme qui préparait une boisson chaude sur le feu et elle lui demanda où elle pourrait trouver un ermitage qui lui permettrait de se réaliser. L’homme l’a regarda en souriant, et il lui posa la question suivante.

Veux-tu devenir nonne?

Elle le regarda, surprise, et elle eut tout à coup la certitude que la réponse ne pouvait être que non. Elle dit:

Je ne veux pas me couper du monde, je veux seulement me réaliser pleinement. J’aimerais connaître un lieu pour me recueillir de temps en temps.

Alors la vieille âme lui répondit :

Il n’est pas nécessaire de vous retirer au fond d’un monastère ou dans une grotte dans les montagnes pour vous réaliser pleinement. Votre véritable ermitage est au cœur de votre propre nature, en vous. Pour le trouver, vous devez cesser de vous quitter et de vivre votre vie avec présence ici et maintenant.

Une chanson This Heaven de David Gilmour

Les paroles traduites sont sur https://www.lacoccinelle.net/835450.html

Publié 2 décembre 2017 par dandanjean dans Contes, Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , , , ,

Ce qui est à la portée que des sages!   Leave a comment

Un homme s’approche d’un ancien et lui dit : On m’a dit que tu es sage… S’il te plaît, dis-moi quelles sont les choses que peut faire un sage qui ne sont pas à la portée de tout le monde.

L’ancien lui répond : Quand je mange, je mange ; quand je dors, je dors ; et quand je parle avec toi, je parle avec toi. Mais enfin, ça aussi je peux le faire et je ne suis pas sage pour autant, lui répond l’homme surpris. Je ne le crois pas, lui réplique l’ancien. Parce que quand tu dors, tu te remémores les problèmes que tu as eu au cours de la journée ou tu imagines ceux que tu pourrais avoir au réveil. Quand tu manges, tu planifie ce que tu vas faire plus tard. Et pendant que tu parles avec moi, tu penses à ta prochaine question où à ce que tu vas me répondre, avant que j’ai terminé de parler.

Le secret, c’est d’être conscient de ce que nous faisons dans le moment présent et ainsi profiter pleinement à chaque instant du miracle de la vie.

Anthony de Mello

Une pièce musicale Kitaro – Matsuri

Publié 22 novembre 2017 par dandanjean dans Contes, Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

Le vieux pêcheur et Confucius   Leave a comment

Il s’agit de l’histoire du vieux pêcheur qui explique à Confucius-en devenant un peu son maître- la sagesse de la vie. Extrait de « Joie suprême » de Tchouang-Tseu, pp.99 à 105 (avec quelques coupures dans le texte).

Publié 12 novembre 2017 par dandanjean dans Contes, Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , ,

Le test des 3 passoires de Socrate   Leave a comment

Avant de critiquer les autres il est bon de s’inspirer du test des 3 passoires de Socrate.  Un exercice fort utile et pertinent.

Publié 4 novembre 2017 par dandanjean dans Contes, Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , , ,

Le chant tantrique du frémissement   Leave a comment

Tibet Drapeaux de prière

Un jour un vieux maître sur le point de mourir donne la transmission de la lignée à l’un de ses disciples. Celui-ci profitant du dernier moment avec son maître, ne peut s’empêcher de faire une ultime tentative :

« Maître, lorsque mes disciples viendront me voir avec l’espoir que je leur donne des directives sur une éthique en accord avec l’enseignement, n’y a-t-il vraiment rien à leur transmettre ?

-Écoute bien, dit le maître dans un dernier élan de générosité. Ce que l’esprit aime, c’est former des concepts, comparer, émettre des jugements, aller au fond des choses, former une image fixe des enseignements et les transformer en certitudes. Bien que cela ne soit pas vraiment la vue que nous développons, donne leur la permission de le faire car ils ne pourront s’en empêcher. Qu’ils laissent l’esprit aller où bon lui semble, dans une totale liberté, dans un non-conformisme absolu, sans être limité par des injonctions et des tabous. Essaie simplement de leur faire saisir que tout mouvement est yoga à partir du moment où personne ne revendique la propriété de cette pensée. Laisse aller la pensée où bon lui semble sans aller jusqu’au point où tu crois que c’est ta pensée. Sois comme une plume légère dans un haut défilé montagneux ; porté par les courants chauds, elle monte, poussée par les courants froids, elle descend. Elle virevolte de gauche à droite mais ne conçoit pas ce que mouvement est issu de sa propre volonté.

– Et qu’en est-il pour les expériences sensorielles ?

– Ce que l’œil aime par-dessus tout, c’est contempler des formes harmonieuses et se laisser porter par la joie de ce regard. Laisse ton œil épouser les formes qui le touchent, explorer les mouvements de la matière et des êtres, mais ne va pas jusqu’à penser que c’est toi qui voit le monde. Il y a une immense arrogance à croire que notre regard va vers les objets. Ressens que le ciel te regarde et que tout est regard.

– Comment considérer le toucher ?

– Ce que la peau aime par-dessous tout, c’est être en contact avec d’autres peaux, avec des matières subtiles et vivantes, se glisser dans un cours d’eau, un lac, l’océan ou l’espace. Alors laisse ta peau aller vers ce qui l’attire et entretiens le frémissement fondamental. Sois comme un instrument touché par le corps du musicien. Laisse vibrer en profondeur toutes les harmoniques qui montent en toi, mais essaie de ne pas aller jusqu’au point où tu conçois que c’est ta peau qui entre en contact avec l’univers.

– Et pour l’ouïe ?

– ce que l’oreille aime par-dessus tout, c’est entendre des sons mélodieux, goûter à la musique des êtres et du monde. Libère ton ouïe de toute limite et permets-lui de goûter à l’harmonie, mais ne va pas jusqu’au point où tu penses que c’est ton ouïe qui écoute l’univers.

– Pour le goût ?

– Ce que le nez aime, c’est être en contact avec des fragrances délicieuses. Il aime goûter aux parfums délicats des plantes et des êtres, il aime respirer l’espace, la pluie qui tombe sur une forêt, l’odeur délicieuse d’un être qui s’abandonne. Alors, permets à ton nez de respirer le monde, mais ne va pas jusqu’à croire que c’est ton nez.

– Que se passe-t-il si le yogin et la yoginî réussissent ce prodige.

– Alors toute perception est perception spatiale et toute la beauté du monde nous ramène sans cesse à l’illimité, mais si l’ego collecte nos impressions sensorielles, il les utilise pour construire sa forteresse et s’isoler du monde. Jouir de la beauté est le plus profond des yoga si personne ne capture la perception. C’est mon dernier enseignement, il est l’accomplissement de toute l’approche de Mahâmudrâ, transmets-le à ceux qui en sont dignes et qui pourront survoler la sensation comme le soleil et la lune survolent les nuées. »

Alors le vieux maître sortit, il regarda la vallée une dernière fois, huma l’odeur de la forêt, caressa une pierre, s’assit sur le sol, il but une goutte de rosée qu’il préleva sur une feuille et s’éteignit en abandonnant son corps, ses émotions et sa pensée à l’espace.

L’Incendie du coeur : Le chant tantrique du frémissement de Daniel Odier

Une chanson de Tina Turner – Sarvesham Svastir Bhavatu

Publié 29 octobre 2017 par dandanjean dans Contes, Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , , , ,

Impossible de désapprendre!   Leave a comment

 

La requête ne peut aboutir et nécessite un apprentissage immédiat de l’utilisateur.

La compétence que vous recherchez de désapprendre est actuellement indisponible. Votre système d’exploitation rencontre des difficultés techniques. Pour désinstaller la fonction d’apprendre, il vous faut peut-être modifier les paramètres d’interprétation d’un échec ou d’une tentative ratée.

En dernier recours, nous vous proposons de tester l’une ou l’autre des solutions suivantes :

  • Ne faites plus de tentative de quoi que ce soit, et évitez systématiquement les erreurs, les échecs et les abandons.

ou

  • Entrez l’adresse de votre absence dans la barre d’adresses, vérifiez si vous la reconnaissez, car si c’est le cas, votre mémoire demeure vive à apprendre et rien n’a changé.

ou

  • Vérifiez vos paramètres de connexion aux événements, accédez au Panneau de configuration, puis sur Options Internet, puis sur l’onglet Programmes, et enfin sélectionner Laisser Internet décider. Les paramètres pourraient alors ne plus enregistrer l’information sur votre disque dur, mais, c’est peu probable, car il vous restera la conscience amovible qui peut en tout temps devenir en mode éveil de pleine conscience.

ou

  • Vérifiez si votre discernement fait défaut, pour cela cliquez sur l’Onglet Détecter les paramètres réseau. Nous vous rappelons que même si cela ne changera rien au niveau de la compétence de désapprendre, cela fait toujours du bien de se rappeler que le réseau est là pour aider à apprendre.

Ce message d’erreur vous est apparu pour vous apprendre que vous essayez de désapprendre et que c’est un échec total.

Maintenant, puisque ce message d’erreur demeure encore à l’écran et que vous voulez passer à autre chose, vous devriez cliquer sur le bouton Entrée pour revenir en mode de développement standard, en mode échec intermittent, apprenez, et soyez des plus heureux.

Une chanson de Serge Fiori – Le monde est virtuel

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas couper ou modifier les textes et le contenu sans mon approbation, merci.

 

 

 

Publié 20 octobre 2017 par dandanjean dans Contes, Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

%d blogueurs aiment cette page :