Archives de la catégorie ‘Contes

Personne   1 comment

 

Quel bonheur que de pouvoir apprécier les changements profonds vécus par cette personne! Je l’ai constaté par la façon dont elle regarde maintenant les événements de sa vie. Les questions qu’elle posait ne sont plus les mêmes.

Par exemple, cette personne ne demande plus pourquoi nous devrions faire ceci comme cela. Elle s’exprime plutôt avec une formule plus ouverte: comment c’est de faire cela?

Cette personne semble moins s’intéresser aux idées et à leurs défenses, et elle se préoccupait nettement plus des personnes, de ce qu’ils vivaient, de ce qu’ils ressentaient.

Cette personne semblait accepter que nous soyons avant tout pour notre interlocuteur l’expression de ses attentes et non de ce que nous sommes. C’est le piège du produit de notre représentation du monde. Cette personne avait cette faculté de s’attarder à défaire ce sortilège en entrant en contact directement, au moment du regard de l’autre en semblant se dire qu’ils se rencontrent que cette fois, ici et maintenant.

Et si je rencontre personne, qu’est-ce que je saurais dire?

Et si personne ne me répondait, aurais-je la même écoute?

Quand il y a plus de division avec personne, est-ce encore une rencontre ou un dévoilement?

Personne m’a appris qu’en acceptant le regard de l’autre, nous laissons le monde émerger en soi, et en acceptant d’entendre sa parole, les silences sont plus paisibles.

Une chanson de Maurane et Laura Fabian – Tu es mon autre

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 23 février 2018 par dandanjean dans Contes, Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , , ,

La lampe et la flamme   Leave a comment

amitié788_7e6efacafd290a123f13602d5aa46fbb

La lampe renferme son huile, la conserve jalousement dans son étreinte et la protège contre toute déperdition ; elle se retranche ainsi dans un parfait isolement de tout ce qui l’entoure ; elle est avare. Mais lorsqu’on l’allume, elle trouve aussitôt son rôle ; des rapports s’établissent entre elle et des objets proches ou lointains, et elle sacrifie librement ses réserves d’huile pour alimenter la flamme.

Notre moi est comme cette lampe.

Tant qu’il thésaurise ses possessions, il se maintient dans les ténèbres ; sa conduite contredit son véritable but.

Lorsqu’il trouve l’illumination, il s’oublie instantanément, tient haut la torche et la nourrit de tout ce qu’il possède, car là il se révèle.

*

La lampe doit donner de son huile à la flamme et ainsi faire se réaliser la raison d’être qu’elle recélait.

L’émancipation n’est pas autre chose.

 

Rabindranath Tagore dans Sâdhanâ

 

Une chanson de Deva Premal & Miten with Manose – In The Light of Love/ Om Shree Dhanvantre

Paroles en français sur http://guillaumedoucere.canalblog.com/archives/2015/01/18/31337870.html

Publié 20 février 2018 par dandanjean dans Contes, Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , , , ,

Ce qu’il nous faut de meilleur   Leave a comment

Dans sa marche à travers les expériences qu’elle vivait, elle cherchait la meilleure technique, le meilleur produit ou les meilleures croyances. En fait, ce qui pourrait lui amener la paix et la béatitude.

Elle était à l’affut de ce qui était à l’avant-garde, tant au plan nutritif, activité physique ou spirituelle.

Tel un funambule, elle était aux aguets et elle composait avec la crainte de faire un mauvais pas et de devoir recommencer.

Fatiguée de ne pas atteindre le meilleur, on m’a dit qu’elle a eu, il y a pas si longtemps, une période de doute, de remise en question, de découragement. Cette descente au ras du sol lui a fait goûter la poussière, la terre, le chemin.

Elle eut l’impression qu’il n’y avait plus rien à faire, sinon que le simple fait d’entendre ce silence qui parlait plus que la parole. Pourtant, ce contact à soi fut ce qu’elle vécut de mieux, car elle renaissait à son corps, à sa vie.

Après quelque temps, elle s’est relevée, puis elle a déposé le pied gauche en avant sur le chemin, puis l’autre et elle avança, se déplaçant avec la simple envie d’explorer, de vivre de la simple observation sans analyse. Il n’y avait plus de temps à prendre en considération, car elle n’avait plus rien à réaliser, plus rien à atteindre, il lui fallait juste être présent et faire le deuil d’un futur.

Ce matin, je l’ai rencontré, elle était souriante, et nous avons parlé un peu. Elle m’a semblé lumineuse et attentionnée. Elle m’a parlé de ses projets dans la communauté qui l’emballait. Sa voix était calme et chaleureuse. Humble et habitée de compassion, sa rencontre m’a permis de voir l’humain à son meilleur.

 

Une chanson de Maxime Le Forestier – Les jours meilleurs

Les paroles sur https://www.paroles-musique.com/paroles-Maxime_Le_Forestier-Les_Jours_meilleurs-lyrics,p01490157

 

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 8 février 2018 par dandanjean dans Contes, Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , , , ,

Avancer par coeur   Leave a comment

Amérindien

Je me promenais en forêt et j’ai perdu mon chemin. Mon cœur battait la chamade. J’étais presque aux larmes. Puis, je me suis retrouvé, ici. J’ai même pensé t’appeler, mais ce n’était pas possible, j’étais là ou seule l’imprévue peut faciliter une rencontre.

Le cœur a toujours besoin d’une direction pour bien s’ébattre, et pourtant tous les sentiers portaient les signes de l’oubli.

Comment bien atteindre son temps de présence si nous n’avons pas le cœur du voyageur?

Puis, j’ai entendu l’écho de mon cœur m’appeler derrière l’arbre à gauche. J’ai posé ma main sur l’arbre, il vibrait encore. Je l’entendais maintenant chanter à mes pieds, dans les racines. J’ai enlevé un peu de terre et j’ai senti mon cœur battre calmement.

J’ai remis la terre, j’ai caressé l’écorce et j’ai tourné mon regard vers l’endroit d’où je venais. Alors, j’ai fermé les yeux, prêt à voyager, murmurant puis chantant les nouvelles voies à créer. Je n’avais plus besoin de chemin, mes pas avançaient par cœur.

 

Une chanson de Chloé Sainte-Marie – E pamutelan e peikussian – Innu (Promenade solitaire)

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 3 février 2018 par dandanjean dans Contes, Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , ,

Moi et l’autre   Leave a comment

Mains monde

Un : Pourquoi y a-t-il des gens comme cela qui semblent si démunis et différents de nous?

L’autre : Ce sont des personnes qui ont quitté leur pays, car il y avait la guerre, et tout s’écroulait autour d’eux.

Moi : Ils sont ici pour toujours?

Toi : Ils essaient de poursuivre leur vie, tout comme toi, ils ont des rêves, ils ont des espoirs. Les parents veulent offrir un monde paisible à leurs enfants.

Moi : Comment peut-on les aider?

Toi : En faisant des choses simples. Être accueillant, sourire, regarder dans les yeux, saluer et poser des petits gestes d’entraide afin de faciliter leur intégration. Et surtout, éviter de reproduire des zones de guerres par nos préjugés et nos mots mal avenants. Chaque parole ou geste d’exclusion est une agression contre notre communauté qui évolue.

Moi : Si j’ai des amis qui se moquent de ces personnes, je vais leur dire.

Toi : Parfois, il vaut mieux s’exprimer par l’exemple, car il y en a encore qui n’ont pas compris que la guerre ne peut pas être un jeu et que les préjugés et les gestes d’exclusion sociale font partie d’un arsenal pour instaurer l’intolérance.

Une chanson de Richard Séguin -Au bord du temps

Les paroles sont sur https://www.musixmatch.com/fr/paroles/Richard-S%C3%A9guin/Au-bord-du-temps

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 26 janvier 2018 par dandanjean dans Contes, Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , ,

L’accompagnement   Leave a comment

Regard

L’Émetteur : Est-il possible de tout dire aux personnes proches de nous, même si cela va les blesser?

Le Récepteur : Tout est possible, je ne peux que te répondre oui. Mais si tu veux prendre en considération le bien de ceux qui t’entourent, il faudrait peut-être te garder une petite réserve.

L’Émetteur : Il ne faut pas dire à nos proches ce qui va les blesser?

Le Récepteur : Pas tout à fait. Il faut assumer la responsabilité de nos actes et offrir un soutien aux gens que nous aimons. Par exemple, si tu prends une graine et que tu la plantes sans jamais revenir pour son entretien, pour l’arroser, c’est que tu fais le choix de laisser son devenir au gré de la bonne fortune. Cela peut bien se passer, ou peut-être pas.

L’Émetteur : Socrate nous parle du test des trois passoires, tu connais, tu fais référence à cela?

Le Récepteur : Oui, pour déterminer ce qui est nécessaire à dire. Selon Socrate, il faut passer le test des trois tamis, la vérité, la bonté et l’utilité. Si ce que tu as à dire est vrai, bien et utile, et que ce n’est pas facile à accepter, il est peut-être bon que la personne à qui tu le diras puisse bénéficier de ta présence et de ton soutien. L’accompagnement est un présent précieux. C’est la meilleure approche pour faire épanouir les humains.

Chaque présence est comme unique et…

 

Une chanson de Daniel Bélanger interprétée par Charlotte Cardin – Rêver mieux

Les paroles et les accords sur https://www.boiteachansons.net/Partitions/Daniel-Belanger/Rever-mieux.php

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 25 janvier 2018 par dandanjean dans Contes, Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

L’antidote   Leave a comment

ImAGE voyage

Il était une fois, un jeune oiseau qui aimait voyager et faire de longue envolée.  Il était d’un caractère méticuleux et il aimait la vie qu’il menait.  Il en était fier.

Un jour, alors qu’il revenait d’une longue promenade, il rencontra un ami d’enfance qu’il n’avait pas vu depuis des années. Ils échangèrent sur ce qu’ils ont fait de leur vie. Mais, au cours de la conversation, cet ami d’enfance lui dit quelque chose qui l’irrita. Il partit promptement, essayant de calmer sa colère.

Cette conversation le mit hors de lui, il sentait une frustration monter en lui. À chaque oiseau qu’il rencontrait, il racontait ce qui lui était arrivé et il exprimait en quoi il était en colère.

Bien sûr, certains de ses amis ont bien tenté de lui faire penser à autre chose, de l’amener à se calmer, à ne pas trop s’en faire, mais il ne pouvait pas décolérer.

Il vécut la fin de la journée, la nuit, et le lendemain à continuer à s’agiter et à proférer des inepties au regard de cet ami d’enfance qui était maintenant à ses yeux qu’un imbécile.

Imaginez la scène, lui qui s’agite, et alimente sa colère, et l’autre assis calmement dans son nid, à regarder le jour se poursuivre, bien à l’abri de cette tempête.

L’esprit de la forêt, malgré toute sa capacité d’émerveillement qu’il peut susciter et le calme qu’il puisse prodiguer, ne peut rien faire contre l’oiseau qui se laisse emporter par le sortilège du ressentiment.

Aucune magie au monde ne saura cesser la contamination des proches, des amis, des parents, qui pourtant, n’ont pas mérité d’avoir leur existence ainsi troublée.

Après quelques jours de douleur, lors d’une longue promenade, l’oiseau retrouva la paix et prit conscience de ce qu’il s’infligeait et de ce qu’il infligeait aux autres. Ce fut comme un éveil, l’antidote du sortilège, qui repose sur cette capacité à refuser de propager la haine, et à entretenir l’amour. L’estime de soi et des autres est un antidote puissant aux mots de la vie.

Une chanson de Richard Desjardins interprétée Bruno Pelletier par – Le coeur est un oiseau

Les paroles sont présentés avec la vidéo

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas couper ou modifier les textes et le contenu sans mon approbation, merci.

 

%d blogueurs aiment cette page :