La dame intrigante

51DNE2ce5zL._SX299_BO1,204,203,200_

Il y avait au cœur d’un village au nord du fleuve St-Laurent, une dame intrigante. Elle était d’une énergie communicative et toujours prête à aider les proches autour d’elle. À la regarder, on pouvait croire que la vie avait cessé de lui prendre du temps et qu’elle échappait à l’ouvrage de l’âge. Aux personnes qui la questionnait sur son apparente jeunesse, elle répondait en souriant, qu’elle était jeune depuis longtemps dans son cœur.

Cette dame sans âge apparente était tellement enjouée qu’elle était un modèle pour beaucoup de ses connaissances. Un jour, une dame qui venait tout juste de fêter ses 60 ans alla à sa rencontre et lui demanda :

Comment faites-vous pour être si bien malgré votre âge avancé? Je viens d’avoir 60 ans, et je suis triste et je ne vois que ce que j’ai perdu comme capacité!

La dame intrigante lui répondit :

Je comprends très bien ce que vous vivez, il m’arrive parfois de ressentir la même chose lorsqu’il y a un orage dans ma vie. Et je sais être patiente. Bien sûr cela fait du bien de voir les nuages partir et d’apprécier autant la pluie bienfaisante que le soleil qui en partage la fraicheur. Vous devriez voir les choses autrement, l’important n’est pas d’avoir perdu un âge, mais d’être en son temps.

Une pièce musicale de Bob Dylan interprétée par Joan Baez – Forever Young

Les paroles en français sur https://www.lacoccinelle.net/286019.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Un chant d’amour

Inde McLeod Gang village Baijanath (15).JPG

Lors de son dernier voyage en Inde, il est entré dans un temple hindou. Il y avait des fleurs, une petite musique en sourdine, des bâtons d’encens qui se consumaient et deux singes qui tournoyaient près des fruits.

Une statuette en bois peinte avec des couleurs vives et une dominance rouge était le centre d’attraction. Des gens venaient y déposer leurs quelques miettes de soi.

Cette manière quasi abstraite de représenter la divinité l’interpellait. Une pièce de bois avait plus d’importance que toute la vie autour.

Il voyait le rôle important de l’artiste qui avait fait l’œuvre. Il voyait l’importance pour cette communauté de croire en quelque chose de plus grand qu’eux. Et lui, conscient de son point de vue limité, il appréciait l’œuvre, il appréciait cette dévotion, il appréciait la bonté de cette communauté et la grâce suprême de cette vie. Il est sorti en paix et souriant, car son cœur avait entendu cette nouvelle version du chant d’Amour.

Une chanson de Sheila Chandra – The Enchantment

Les paroles en français sur http://fr.lyricsfeast.com/paroles-the-enchantment-de-sheila-chandra-traduction-francais.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Dans le reflet

ImAGEUn monde en soi

Il venait de quitter sa maison, les reflets du jour venaient à peine de l’atteindre. Il s’approcha de l’orée du bois et marcha dans le sentier. Sa respiration devenait de plus en plus rythmée et lente, il redevenait calme et paisible. Il lui était possible de voir le temps et l’espace se déposer sur le rebord de son ombre pour y attendre le recul de la lumière.

Rien de spécial, juste un sourire, et un autre regard qui émergeait de lui. Quelque chose de spécial se passa, tout étant pareil, mais vécu différemment.

Rien de tout ce qu’il voyait, que ce soit la beauté des arbres, la fragilité d’une fleur, la course de l’écureuil, la dureté de la pierre, rien de tout cela, lui était nouveau. Toutefois, il prenait conscience qu’il n’avait jamais vraiment remarquée, même vu. Peut-être, en raison du babillage de l’esprit, ou du voile de ce qu’il désirait plutôt voir, bref rien de tout cela n’avait pris toute la place. Son activité mentale l’avait tenu éloigné des trésors de la vie telle qu’elle est.

Il ne vivait maintenant rien de surprenant, juste le temps et l’espace qui s’étaient déposés sur le rebord de son ombre, car la lumière et les jeux d’ombres ne restaient plus autour de lui. Ils avaient pénétré son corps pour trouver le chemin par son âme de la nature profonde en lui. Une symbiose s’opérait, quelque chose comme la vie.

Ce jour-là, il avait fait plus que marcher dans le sentier, il avait fait face au miroir de la vie, et prenant les reflets à corps, et il y était entré.

Une chanson de Sting interprétée avec Stevie Wonder – Fragile

Les paroles sur https://www.lacoccinelle.net/248589-sting-fragile.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Le perroquet et l’arbre

Perroquet

Il y a très longtemps, vivait un magnifique perroquet. Jamais on n’avait vu un plus bel oiseau. Ses larges yeux avaient le doux éclat du velours, ses plumes bariolées étincelaient comme de véritables joyaux, ses pattes délicates semblaient ciselées dans le corail. C’était vraiment un splendide oiseau.

Il habitait heureux dans un grand arbre qu’il aimait de tout son cœur. Il en aimait les branches robustes, couvertes de larges fleurs éclatantes dont l’ombre bienfaisante le protégeait de la lumière du soleil. Il aimait écouter le doux bruissement du feuillage secoué par la brise. Et ce qu’il préférait par-dessus tout, était de manger les fruits savoureux qui y poussaient en toute saison. Chaque soir, lorsque les étoiles s’allumaient une à une dans le ciel, le perroquet soupirait de bonheur.

Que je suis heureux, disait-il, que je suis content et satisfait de ce que j’ai. Je dois toute cette joie et cette paix à mon arbre. Jamais je ne l’abandonnerai, jamais je ne le quitterai pour un autre. Et il se blottissait avec ravissement contre le large tronc avant de s’endormir. L’Esprit de la forêt entendit les paroles du perroquet et décida de le mettre à l’épreuve. Il sécha la précieuse sève qui coulait dans le cœur de l’arbre. Ainsi les fruits cessèrent de pousser. Une à une les feuilles se mirent à tomber et les branches se desséchèrent, craquant tristement sous le vent.

Mais le perroquet ne partit pas. Il volait autour de son arbre, s’efforçant par ses battements d’ailes de le rafraîchir et de le protéger des rayons du soleil. Ses yeux pleins d’amour n’arrivaient pas à le voir tel qu’il était devenu, un vieil arbre rabougri. Il l’imaginait encore avec son feuillage touffu recouvert de rosée scintillante.

Perché sur une branche morte, le bel oiseau parlait doucement à l’arbre :

Tu m’as donné tant de bonheur, comment pourrais-je t’oublier ? Les enfants ne s’occupent-ils pas de leurs vieux parents malades ? Les maris délaissent-ils leur femme lorsque leur beauté se fane ? Les vrais amis se séparent-ils quand le malheur frappe l’un d’eux ? Non, pensait le perroquet, mes paroles étaient sincères lorsque je disais que je t’aimais. C’est pourquoi je ne te quitterai jamais. Les jours passaient et le perroquet demeurait fidèle et paisible. Du haut d’une branche dénudée, il regardait chaque matin l’aurore teindre l’horizon d’or et le crépuscule s’assombrir de violet.

L’Esprit de la forêt sourit en voyant que l’oiseau n’abandonnerait pas son vieil ami. Alors, de son souffle d’argent, il lui rendit la vie. Des fleurs merveilleuses se mirent à éclore, embaumant la forêt d’une odeur exquise. Les fruits firent à nouveau ployer les branches verdoyantes. L’arbre s’étira vers le ciel, plus beau que jamais.

Oiseau fidèle, dit l’Esprit de la forêt, vis heureux sur ton arbre, toi qui as su, malgré le temps et les épreuves, garder tes sentiments inchangés.

Johanna M.Coles et Lydia M. Ross  dans Alphabet de la sagesse

Une pièce musicale de Beethoven – 6th Symphony – Pastoral

Laisser la bouée et naviguer

cropped-navire.jpg

*  J’aimerais que tu puisses faire disparaître l’anxiété qui m’habite d’un coup de baguette magique.

+ Pourquoi crois-tu que j’en aurais ce pouvoir?

*  Parce que tu es souvent calme donc tu sais ce qu’il faut faire.

+ Je peux peut-être t’aider, mais ce n’est pas une autre personne qui te permettra de te débarrasser de ton anxiété, ce n’est que toi.

*  Comment tu as fait?

+ J’ai pris conscience que j’essayais de me débarrasser de quelque chose à laquelle je m’étais accroché. J’ai eu de la difficulté à accepter cette idée, mais c’était comme cela. Dès que nous prenons conscience que nous utilisons ce à quoi on s’accroche, que ce soit la peur, la fuite, l’anxiété comme bouée, alors nous prenons la réelle mesure de notre déroute. Puis, nous sommes prêts à saisir qu’aucune bouée ne peut réellement nous protéger à long terme. Ainsi, la véritable question est contre quoi exactement je veux me protéger? Puis, lorsque la réponse apparaît, plus que jamais, la notion de lâcher-prise est fondamentale.

*  Alors, cela prendra combien de temps pour me débarrasser de ma bouée?

+ Tous les problèmes de notre vie trouvent leurs solutions selon la même échelle de temps. En fait, le temps nécessaire pour résoudre ton problème est d’à peine plus d’une seconde après l’avoir compris.

Une chanson de Zaz – Si jamais j’oublie

Les paroles sur https://www.lacoccinelle.net/1024281.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Elle

ImAGE rosée

Elle s’écrit comme un mot, et pourtant elle ne laisse pas de traces. Elle se laisse décoder par le regard qui a su prendre la mesure de la présence.

Elle se prononce sans paroles, et pourtant elle interpelle les cœurs attentifs. Elle permet d’entendre la pureté des sentiments et des pensées.

Elle te touche sans être présente, et pourtant elle prend une grande place en toi.  Elle est cette lumière qui illumine et sublime les gestes quotidiens.

Elle n’a pas besoin d’être nommée et pourtant tu l’as maintenant reconnu. Elle est ce qui transcende nos vies et pourtant on ne la découvre qu’en étant vivant.

Une chanson de The Beatles – Because

Les paroles en français sur https://www.lacoccinelle.net/247523.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.