Archives de la catégorie ‘Livres

Oser être soi   2 comments

Maroc Rendonnée

Résister à la facilité comme à la résignation, demeurer discret sinon secret, ce sont là de beaux titres de noblesse.

Il faut un courage constant, une passion tenue – comme on dit d’une note ou d’un pari – pour oser être soi, pour ne pas renier ses valeurs ni ses rêves.

Le besoin de reconnaissance apparaît bien comme le talon d’Achille de tout individu. Il explique que, pour se sentir compris ou acceptés, la plupart des hommes préfèrent renoncer à leur liberté, à leur singularité.

Le véritable solitaire ne cherche ni à plaire ni à être réconforté. Sa grande force vient de ce qu’il n’est point troublé par les agissements et les opinions du monde.

Quand on vit seul, on ne donne pas prise, on ne se situe plus par rapport au général, mais par rapport à l’absolu.

L’esprit de solitude, Jacqueline Kelen

Une chanson de Daran – Gens du voyage

Publié 20 juin 2017 par dandanjean dans Livres

Tag(s) associé(s) : , , , ,

Le pardon   Leave a comment

ImAGE reconnaissance

Il y a quand même la société, l’entourage, la famille qui nous collent l’étiquette de «lâche» et nous somment de demander pardon.

Si cela fait plaisir à quelqu’un que vous demandiez pardon, pourquoi ne pas le faire ?

Parfois, dans la rue, il y a des gens qui vous bousculent et vous regarde méchamment. Si cela leur fait plaisir, si cela vous évite de leur démettre une épaule, vous pouvez vous excuser. Vous le faites comme une civilité et vous n’êtes pas obligé de vous reconnaître psychologiquement dans cette demande de pardon.

Parfois il faut demander pardon pour des raisons fonctionnelles, pour éviter un combat, une situation conflictuelle. Et alors ? Il m’est arrivé de demander pardon à des gens pour des choses que je n’avais pas faites, mais cela leur faisait plaisir et a réglé une situation. Aucun problème. C’est fonctionnel. C’est l’art de vivre.

Les gens vont toujours vous qualifier selon leurs propres capacités, réelles ou imaginaires. Mais qu’ils se prennent pour un lion ou pour un chien, c’est leur problème, c’est entre eux et leur psychologue ! Vous n’avez pas à être le psychologue de votre entourage et vous laissez donc celui-ci vous voir comme il vous voit.

C’est merveilleux de demander pardon. Que demande-t-on ? On demande pardon de ne pas être totalement à l’écoute, de ne pas être davantage disponible. Je me rends compte de mes restrictions, de mes limites, de ma prétention, de ma suffisance et je demande qu’on pardonne en moi, ce manque de disponibilité. C’est un geste profond. Il ne faut pas se gêner pour l’actualiser.

Demander pardon n’est pas adressée à quelqu’un, c’est une demande à soi-même. Trouver cette souplesse où l’on peut demander pardon, c’est voir clairement ce qui nous limite. L’entourage nous rappelle ce qui nous limite. Acceptons ce rappel.

Le Seul Désir, Eric Baret

Une chanson de Jacques Brel – Pardons

Publié 18 juin 2017 par dandanjean dans Livres

Tag(s) associé(s) : , , , , , ,

Sortir de la souffrance   Leave a comment

thay_duncan_berry

L’océan de souffrance est immense, mais si vous vous retournez, vous verrez la terre. Même si la graine de souffrance en vous est très forte, n’attendez pas de ne plus souffrir pour vous autoriser à être heureux.

Lorsqu’un arbre est malade dans le jardin, il faut certes s’en occuper, mais il ne faut pas oublier non plus de regarder les arbres qui vont bien.

Même si vous avez de la peine dans votre cœur, vous pouvez apprécier toutes les merveilles de la vie. Le lever du soleil, le sourire d’un enfant, les fleurs et les arbres. La souffrance n’est pas tout.

Ne vous laissez pas emprisonner par votre propre souffrance. Si vous avez connu la faim, vous savez qu’avoir à manger est un miracle.

Si vous avez souffert du froid, vous savez apprécier la chaleur. Si vous avez souffert, vous savez apprécier les éléments de paradis qui sont présents.

Mais si vous restez enfermé dans votre souffrance, vous passerez à côté du paradis. N’ignorez pas la souffrance, mais n’oubliez pas non plus d’apprécier les merveilles de la vie. Pour vous-même et pour le bien de tous…

Thich Nath Hanh : Le cœur des enseignements du Bouddha

Une chanson de Richard Séguin – Il faut croire au bonheur

Publié 17 juin 2017 par dandanjean dans Livres

Tag(s) associé(s) : , , ,

Une journée… une vie   Leave a comment

Marc de Smedt  auteur du livre Une journée, une vie

Il nous parle de son livre et de cette capacité que nous avons en nous de s’émerveiller à chaque jour.

Comment devenir meilleur…

À lire!

Publié 14 juin 2017 par dandanjean dans Livres

Tag(s) associé(s) : , , , ,

Le perroquet sur l’arbre   Leave a comment

Perroquet

Il y a très longtemps, vivait un magnifique perroquet. Jamais on n’avait vu un plus bel oiseau. Ses larges yeux avaient le doux éclat du velours, ses plumes bariolées étincelaient comme de véritables joyaux, ses pattes délicates semblaient ciselées dans le corail. C’était vraiment un splendide oiseau.

Il habitait heureux dans un grand arbre qu’il aimait de tout son cœur. Il en aimait les branches robustes, couvertes de larges fleurs éclatantes dont l’ombre bienfaisante le protégeait de la lumière du soleil. Il aimait écouter le doux bruissement du feuillage secoué par la brise. Et ce qu’il préférait par dessus tout, était de manger les fruits savoureux qui y poussaient en toute saison. Chaque soir, lorsque les étoiles s’allumaient une à une dans le ciel, le perroquet soupirait de bonheur.

Que je suis heureux, disait-il, que je suis content et satisfait de ce que j’ai. Je dois toute cette joie et cette paix à mon arbre. Jamais je ne l’abandonnerai, jamais je ne le quitterai pour un autre. Et il se blottissait avec ravissement contre le large tronc avant de s’endormir. L’Esprit de la forêt entendit les paroles du perroquet et décida de le mettre à l’épreuve. Il sécha la précieuse sève qui coulait dans le cœur de l’arbre. Ainsi les fruits cessèrent de pousser. Une à une les feuilles se mirent à tomber et les branches se desséchèrent, craquant tristement sous le vent.

Mais le perroquet ne partit pas. Il volait autour de son arbre, s’efforçant par ses battements d’ailes de le rafraîchir et de le protéger des rayons du soleil. Ses yeux pleins d’amour n’arrivaient pas à le voir tel qu’il était devenu, un vieil arbre rabougri. Il l’imaginait encore avec son feuillage touffu recouvert de rosée scintillante.

Perché sur une branche morte, le bel oiseau parlait doucement à l’arbre :

Tu m’as donné tant de bonheur, comment pourrais-je t’oublier ? Les enfants ne s’occupent-ils pas de leurs vieux parents malades ? Les maris délaissent-ils leur femme lorsque leur beauté se fane ? Les vrais amis se séparent-ils quand le malheur frappe l’un d’eux ? Non, pensait le perroquet, mes paroles étaient sincères lorsque je disais que je t’aimais. C’est pourquoi je ne te quitterai jamais. Les jours passaient et le perroquet demeurait fidèle et paisible. Du haut d’une branche dénudée, il regardait chaque matin l’aurore teindre l’horizon d’or et le crépuscule s’assombrir de violet.

L’Esprit de la forêt sourit en voyant que l’oiseau n’abandonnerait pas son vieil ami. Alors, de son souffle d’argent, il lui rendit la vie. Des fleurs merveilleuses se mirent à éclore, embaumant la forêt d’une odeur exquise. Les fruits firent à nouveau ployer les branches verdoyantes. L’arbre s’étira vers le ciel, plus beau que jamais.

Oiseau fidèle, dit l’Esprit de la forêt, vis heureux sur ton arbre, toi qui as su, malgré le temps et les épreuves, garder tes sentiments inchangés.

Alphabet de la sagesse  Johanna M.Coles & Lydia M. Ross.

Une chanson de Richard Séguin – Chanson pour durer toujours

Publié 13 juin 2017 par dandanjean dans conte, Livres

Tag(s) associé(s) : , , , , , , ,

Avec un esprit du débutant   Leave a comment

respiration conscience

Pratiquer avec un esprit de débutant !

Mais qu’est-ce que l’esprit de débutant ?

 

C’est un esprit

Qui ne compare pas

Car il ne sait pas comment ce devrait être.

C’est un esprit

Pour qui tout est parfaitement neuf

Car il ne sait pas déjà tout.

C’est un esprit

 Qui ne fait rien d’autre que prendre part

Juste à ce qui se passe.

 

Que se passe-t-il au juste ?

Le souffle s’écoule.

Si je ne compare pas avec le souffle d’avant,

 Cette respiration-là est parfaitement nouvelle.

 

Moi-même je suis parfaitement neuf

Dans cet inspire-expire,

Moi, esprit de débutant.

Ah, comme elle serait autre,

Cette situation, cette rencontre-là,

Si seulement je pouvais juste y prendre part

Dans un esprit de débutant !

 

Silvia Ostertag : Silence vivant : Esprit et pratique

 

Une chanson de Tracy Chapman, New Beginning

Liens entre science et spiritualité   Leave a comment

Trinh Xuan Thuan, cet astrophysicien, traite ici de sa vision des liens entre la science et la spiritualité.  Il nous raconte ses questionnements entre sa culture bouddhiste et sa passion pour les sciences.

 Il tire ses propos du livre Le cosmos et le lotus qu’il a écrit avec Mathieu Ricard.

 

Publié 11 juin 2017 par dandanjean dans Livres

Tag(s) associé(s) : , , , , , ,

%d blogueurs aiment cette page :