Archives de la catégorie ‘Musique

Les fêtardes ne souffrent pas   Leave a comment

Une chanson qui dérange,

une vidéo qui interprète cette chanson avec une gestuelle qui rappelle la démesure,

qui est la réalité de tant de femmes,

de tant d’hommes.

Une fragilité,

une attention retenue,

une quête en perte d’équilibre.

Ceci représente une facette de cette vie

qu’il est facile de nier, et pourtant…

C’est nous dans notre diversité.

 

Chanson de Sia – Chandelier

Les fêtardes ne souffrent pas
Elles ne ressentent rien, quand vais-je comprendre
Je me le martèle, je me le martèle

C’est moi qu’on appelle « pour passer du bon temps »
Mon téléphone est saturé, on sonne à ma porte
Je sens qu’on m’aime, je sens qu’on m’aime

1,2,3 1,2,3 bois
1,2,3 1,2,3 bois
1,2,3 1,2,3 bois

Je descends les verres les uns après les autres, jusqu’à
ne plus savoir à combien j’en suis

[Refrain]
Je vais me balancer, suspendue au lustre, au lustre
Je vais vivre comme s’il n’y avait pas de lendemain
Pas de lendemain
Je vais voler tel un oiseau, à travers la nuit
Sentir mes larmes tandis qu’elles sèchent
Je vais me balancer, suspendue au lustre,

Et je m’y accroche de toutes mes forces (*), je préfère ne
pas regarder en bas ni ouvrir les yeux
Je garde mon verre plein jusqu’à l’aube car je tiens bon
toute la nuit
Aidez-moi, je m’y agrippe de toutes mes forces, je préfère
ne pas regarder en bas ni ouvrir les yeux
Je garde mon verre plein jusqu’à l’aube car je tiens bon
toute la nuit
Toute la nuit

Le jour s’est levé, je suis dans un sale état
Va falloir que je sorte d’ici maintenant
Va falloir que je m’enfuie vite de tout ça
La honte commence à m’envahir, la honte commence à
m’envahir

1,2,3 1,2,3 bois
1,2,3 1,2,3 bois
1,2,3 1,2,3 bois

Je descends les verres les uns après les autres, jusqu’à
ne plus savoir à combien j’en suis

[Refrain]
Je vais me balancer, suspendue au lustre, au lustre
Je vais vivre comme s’il n’y avait pas de lendemain
Pas de lendemain
Je vais voler tel un oiseau, à travers la nuit
Sentir mes larmes tandis qu’elles sèchent
Je vais me balancer, suspendue au lustre, au lustre

Et je m’y accroche de toutes mes forces, je préfère ne pas
regarder en bas ni ouvrir les yeux
Je garde mon verre plein jusqu’à l’aube car je tiens bon
toute la nuit
Aidez-moi, je m’y agrippe de toutes mes forces, je préfère
ne pas regarder en bas ni ouvrir les yeux
Je garde mon verre plein jusqu’à l’aube car je tiens bon
toute la nuit
Toute la nuit
Toute la nuit
Car je tiens bon toute la nuit
Non, je tiens bon toute la nuit
Toute la nuit
Toute la nuit
Toute la nuit
Car je tiens bon toute la nuit
Car je tiens bon toute la nuit
Non, je tiens bon toute la nuit
Toute la nuit
Toute la nuit

 

 

Publié 9 juin 2017 par dandanjean dans Musique

Tag(s) associé(s) : , , , ,

Chez les Korowai   Leave a comment

Zazie chez les Korowai qui chante Je suis un homme et suscite toute une réaction. Écouter l’échange après la chanson, émouvant.

Les Korowai sont entre 2000 à 4000 chasseurs-cueilleurs Papous, éparpillés en clans de 10 à 20 individus dans de la forêt équatoriale de Nouvelle Guinée. Ils construisent des maisons haut perchées dans les arbres, (de 10 à 40 m) pour se défendre des agressions et se protéger des dangers la foret. Leur existence a été mise à jour en 1978.

 

Je suis un homme 

Je suis un homme de Cro-Magnon

Je suis un singe ou un poisson

Sur la Terre, en toute saison

Moi, je tourne en rond

Je tourne en rond

Je suis un seul, puis des millions

Je suis un homme au cœur de lion.

À la guerre en toute saison

Moi, je tourne en rond

Je tourne en rond

Je suis un homme plein d’ambition

Belle voiture et belle maison

Dans la chambre, dans le salon

Moi, je tourne en rond

Je tourne en rond

J’ai fait l’amour et la révolution

J’ai fait le tour de la question

J’avance, avance à reculons

Oui, je tourne en rond

Je tourne en rond

(Refrain)

Tu vois, j’suis pas un homme.

Je suis le roi

De l’illusion.

Au fond, qu’on me pardonne.

Je suis le roi.

Le roi des cons.

J’ai fait le Monde à ma façon

Coulé dans l’or et le béton

Corps en cage, cœur en prison

Moi, je tourne en rond

Je tourne en rond

Assis devant ma télévision

Je suis de l’Homme la négation

Pur produit de consommation

Oui, mon compte est bon

Mon compte est bon

(Refrain)

Tu vois, j’suis pas un homme.

Je suis le roi

De l’illusion.

Au fond, qu’on me pardonne.

Je suis le roi.

Le roi des cons.

C’est moi

Le maître du feu

Le maître du jeu

Le maître du Monde

Et vois ce que j’en ai fait

Une terre glacée

Une terre brûlée

La Terre des Hommes

Que les hommes abandonnent

Je suis un homme au pied du mur

Comme une erreur de la nature

Sur la Terre, sans d’autre raison.

Moi, je tourne en rond

Je tourne en rond

Je suis un homme et je mesure

Toute l’horreur de ma nature.

Pour ma peine, ma punition

Moi, je tourne en rond

Je tourne en rond

Publié 20 mai 2017 par dandanjean dans Musique

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

Avant de partir   Leave a comment

Un coup de coeur, une surprise. Un mélange d’émotions contradictoires et une touche paisible.

Publié 19 mai 2017 par dandanjean dans Musique

Tag(s) associé(s) : , , ,

Nouveaux chants grégoriens   1 comment

Un beau défi, faire évoluer les styles musicaux.

Ici, les moines de l’Abbaye Saint-Benoît-Du-Lac au Québec se lancent dans l’aventure d’intégrer des instruments de musique aux chants grégoriens.

Une belle exploration qui permet de dégager de nouvelles perspectives. Des sons qui nous amènent dans une nouvelle perspective de la perception de l’espace intérieur.

Merci

Publié 22 avril 2017 par dandanjean dans Musique

Tag(s) associé(s) : , ,

Pause mantra de paix   2 comments

Une belle prestation et un beau montage.

Tina Turner – Sarvesham Svastir Bhavatu (Peace Mantra)

Publié 14 avril 2017 par dandanjean dans Musique

Tag(s) associé(s) : ,

À entendre au moins une fois dans sa vie   1 comment

 

Cette femme Natascha Nikeprelevica a un incroyable talent, elle structure son chant vibratoire avec une précision étonnante.

Une telle maitrise, c’est beau à voir et à entendre.

Publié 9 avril 2017 par dandanjean dans Musique

Tag(s) associé(s) : , , ,

Le son du silence   1 comment

Un duo mythique, qui a su nous faire découvrir la beauté des voix qui enlacent la musique et dansent le rythme de la chaleur humaine.  Une introduction à la guitare de la pièce musicale que nous avons peu le plaisir d’entendre, Paul Simon nous fait ce petit spécial.  Et le texte, une pureté d’intuition profonde….  avec en extra une traduction en français.

C’est un plaisir de vous le partager.

Simon and Art Garfunkel – The Sound of Silence

The sound of silence

(Le son du silence)

Hello darkness, my old friend,

Bonsoir ténèbres, mon vieil ami,

I’ve come to talk with you again

Je suis venu discuter encore une fois avec toi

Because a vision softly creeping,

Car une vision s’insinuant doucement en moi,

Left its seeds while I was sleeping

A semé ses graines durant mon sommeil

And the vision that was planted in my brain, still remains

Et la vision qui fut plantée dans mon cerveau, demeure encore

Within the sound of silence

A l’intérieur, le son du silence

In restless dreams I walked alone,

Dans mes rêves agités j’arpentais seul,

Narrow streets of cobblestone

Des rues étroites et pavées

‘Neath the halo of a street lamp,

Sous le halo d’un réverbère,

I turned my collar to the cold and damp

Je tournais mon col à cause du froid et de l’humidité

When my eyes were stabbed by the flash of a neon light,

Lorsque mes yeux furent éblouis par l’éclat de la lumière d’un néon,

That split the night and touched the sound of silence

Qui déchira la nuit et atteignit le son du silence

And in the naked light I saw,

Et dans cette lumière pure je vis,

Ten thousand people, maybe more

Dix mille personnes, peut être plus

People talking without speaking,

Des personnes qui discutaient sans parler,

People hearing without listening

Des personnes qui entendaient sans écouter

People writing songs that voices never share,

Des personnes qui écrivaient des chansons qu’aucune voix n’a jamais empruntées,

And no one dared disturb the sound of silence

Et personne n’osa déranger le son du silence

Fools, said I, you do not know,

Idiots, dis-je, vous ignorez,

Silence, like a cancer, grows

Que le silence, tel un cancer, évolue

Hear my words that I might teach you,

Entendez mes paroles que je puisse vous apprendre,

Take my arms that I might reach you

Prenez mes bras que je puisse vous atteindre

But my words, like silent raindrops fell,

Mais mes paroles tombèrent telles des gouttes de pluie silencieuses,

And echoed in the wells of silence

Et résonnèrent dans les puits du silence

And the people bowed and prayed

Et ces personnes s’inclinaient et priaient

To the neon god they made

Autour du dieu de néon qu’ils avaient créé

And the sign flashed out its warning

Et le panneau étincela ses avertissements

In the words that it was forming

A travers les mots qu’il avait formés

And the sign said : the words of the prophets

Et le signe dit : les mots des prophètes

Are written on the subway walls

Sont écrits sur les murs des souterrains

And tenement halls,

Et des halls d’immeubles,

And whispered in the sounds of silence

Et murmurés à travers les sons du silence

source https://www.lacoccinelle.net/243411-simon-garfunkel-the-sound-of-silence.

Publié 26 mars 2017 par dandanjean dans Musique

Tag(s) associé(s) : , , ,

%d blogueurs aiment cette page :