Yamamba

Le temps

Deux voyageurs dans la forêt piétinaient les hautes fougères. Ils ont du mal à cheminer. Il est midi mais le sous-bois ne veut rien savoir du soleil. Pour l’un, qu’importe, il est aveugle. Son compagnon lui tient le bras. Il le guide, tant bien que mal. Son œil est l’affût de tout, il frémit dès qu’un buisson tremble, car quelque part dans ces fourrés, il en est sûr, quelqu’un les guette. On l’a prévenu à l’auberge. Ces branches basses, sont hantées par une sorcière, la massacrante, l’horrifique, l’abominable Yamamba. Sa bouche est un four embrasé, son nez un monstrueux bec d’aigle. De ses yeux ronds comme des roues ruisselle du sang enflammé. Sa langue pend jusqu’à ses cuisses, elle s’en sert comme d’un battoir. Au bout de ses bras décharnés, des mains, croyez-vous ? Non des griffes.

–      Mon frère dit l’aveugle, as-tu mal aux genoux ? Je te sens grelotter. Parle-moi, tu m’inquiète.

L’autre ne peut le moindre mot, la terreur pétrifie ses membres. Yamamba, répugnante énorme, vient de sortir, là du brouillard, il la voit, aussi vraie que lui, elle s’approche, elle leur vient dessus.

Ces lèvres sont comme une plaie, elles se tordent, son regard bave, ses cheveux font fuir les oiseaux, ses pieds écrasent les buissons, elle n’est plus qu’à dix pas devant.

–      Qu’elle fièvre te tient mon frère ? dit le compagnon sans regard. Quel mal sournois ronge tes os ? Décidément, tu n’es pas bien. Je suis aveugle, mais qu’importe, je ne perdrai pas le chemin. Appuie-toi sur moi, je te guide, c’est bien mon tour. Prends mon bâton.

L’infirme entraîne son compère. Ils marchent droit sur Yamanba. Elle paraît surprise un instant, ravale sa langue, grimace, crache des cendres et des fumées. Le voyageur aux yeux fermés ne s’arrête ni ne recule. Alors elle se défait en lambeaux misérables parmi les arbres indifférents.

Quand vient un monstre sur ta route ou quand tu imagines sombre un temps pas encore accouché, ce n’est pas la vie que tu vois, c’est le théâtre de ta peur. Alors ferme les yeux et ris de ta panique, ou résiste, car elle fait de toi un enfant effrayé par l’ombre d’un loup sur un rideau de saltimbanque.

Henri Gougaud dans Les voyageurs de l’aube

Une pièce musicale de Deuter – Temple Of Silence