Le cœur en partage

cropped-mains-monde2.jpg

Il marchait dans la vieille partie de la ville d’un pas serein. La nuit faisait son œuvre et tour à tour des lumières s’éteignaient aux fenêtres.

Il sentait le secret qui l’entourait, il sentait qu’il était dans un lieu où l’apparence ne dévoile en rien la vraie nature des choses.

Il avait plaisir à penser que derrière chacune de ces fenêtres qui sombraient tour à tour dans la noirceur, un secret restait tapi dans l’ombre. On pouvait connaître le nom de la ou des personnes qui habitent chacune des maisons, connaître leurs occupations, mais pas ce que leurs cœurs emportent.

Il lui semblait entendre le battement régulier de ces centaines de cœur et il prenait conscience qu’aucune distance n’a d’importance face au secret, car même le cœur le plus proche ne pouvaient y accéder sans permission.

Les cœurs sont ainsi faits, sans la parole, ils sont les uns pour les autres un mystère impénétrable.

C’est pourquoi il mesurait toute la richesse du partage d’un cœur qui se révèle vraiment.

Il entra au 25 rue Couillard rejoindre des amis au Chez Temporel.

Une chanson de Jacques Brel – Les coeurs tendres

Les paroles sur https://genius.com/Jacques-brel-les-curs-tendres-lyrics

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Le pratiquant et la chandelle

flamme

Regarde cette bougie devant toi. Elle peut t’apprendre beaucoup.

Pourquoi?

Parce que ce petit bout de matière est capable de supporter une énergie infiniment plus puissante que sa propre nature.

Tu veux dire la flamme?

Effectivement!

Mais elle disparaît lentement, elle fond lorsqu’elle supporte la flamme!

En es-tu certain? Quand tu t’assis pour méditer, pour faire cet entrainement de l’esprit, tu appuis ton attention sur ton corps, tu veux développer une vision consciente de ta vie.  Tu te concentres sur ta respiration, puis tu parcours le moi, ce Je pour t’ouvrir à une autre part en toi qui apparaît si vaste. C’est comme allumer une chandelle, pendant que la flamme brûle, un éclairage nouveau s’offre à toi et tu laisses un peu de toi pour contribuer à cette énergie nouvelle. Tes actions tout doucement ne sont plus portées par un intérêt uniquement personnel, tu apprivoises le don et la compassion. Au début tu vas t’ouvrir à toi-même et reconnaître réellement tes expériences antérieures et intérieures, bref t’accepter. Puis, tu seras en mesure d’élargir cette attitude aux personnes qui t’entourent. La compassion est cette bienveillance globale qui consume une part du moi et introduit la part de l’autre. La compassion révèle la singularité de toutes les formes de vie et de tous les êtres, et ton attitude au regard des hommes et des femmes va changer.

L’énergie de la chandelle dissout la matière qui crée le blocage?

Oui! Et la chandelle tout comme toi va connaître une fin. Dans tous les cas, la fin peut se faire dans l’oubli et la poussière dans un endroit sans intérêt, ou par l’action consumée sous forme d’énergie libérée des limitations issues des préférences et des jugements, de l’intolérance ou des blocages permettant d’éclairer ou de réchauffer des humains.

Une chanson de Manel Navarro – Candle

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Voyager sans but

15747851_1410715052313919_864566997698390879_n

Un jour, il avait compris que tout avait commencé, non pas à sa naissance, mais le jour où il a décidé de se lever. Il a alors appris à marcher en grande partie avec ses propres moyens et ses propres expériences. Ses parents l’ont soutenu, accompagnés, mais dans les faits, le jour où il s’est levé, il venait de prendre la posture humaine.

Puis, après les premiers pas, il a commencé à explorer son environnement. Depuis, il en a fait du chemin, il a exploré bien des sentiers que les frontières n’avaient su arrêter. Il s’est mis à voyager non pas pour mieux connaître mais surtout pour mieux se comprendre. Il voyait différentes facettes de lui-même dans la présence des autres.

Il n’était pas de ceux qui franchissaient des frontières et qui ressentent le besoin d’accumuler un trophée ou un souvenir afin de marquer son passage et alimenter ses futures nostalgies. Le passé avait peu d’emprise sur lui, il aimait laisser la nature disposer de ses traces de pas.

Il se plaisait à dire que nous devrions voyager sans but. Aller vers les autres, échanger avec eux, reconnaître le pouvoir thérapeutique du vagabondage et la mission sociale universelle de s’entraider non pas dans une finalité personnelle, juste sans but, juste avec cette reconnaissance de notre humanité et de l’importance d’entretenir la compassion.

C’est en identifiant cette personne unique, qui s’est élevée depuis son enfance, et qui maintenant parcour la voie difficile de l’avancée humaine qui mène au germe de la conscience qu’il vous sera possible de reconnaître le visage de votre humanité. C’est en voyageant sans but que chaque jour devient la bonne destination.

Une chanson de Maxime Le forestier Ambalaba

Les paroles sur https://www.lacoccinelle.net/1333285-maxime-le-forestier-ambalaba.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Le pari d’aimer et d’être différent

Femmes-visage-noir-fond-optique-illusion-monochrome-les-yeux-ferm-s-corps-peinture-noir-D-coration

Nous avons tous vécu des relations tendues avec des personnes de notre entourage. Et pourtant, nous continuons à vivre en société parmi les gens.

Nous avons tous déjà vu des relations amoureuses qui se sont transformées en petits conflits frontaliers quotidiens. Bien que certaines personnes choisissent de s’abstenir après une crise, la plupart d’entre nous continuent à s’ouvrir à toute nouvelle relation.

Certains diront que même si elle est conflictuelle, une relation peut nous en apprendre davantage sur nous-mêmes que toute une vie d’isolement. Par exemple, nous pouvons tellement apprendre de la colère vécue à la suite d’une séparation, car elle nous indique que quelque chose d’essentiel manque à notre équilibre. Et tant que nous refusons d’y voir clair, et même pardonner, c’est que nous avons besoin encore de cette souffrance pour exister. La colère est donc une émotion pouvant nous aider à nous libérer de l’enracinement du besoin des petits conflits frontaliers que nous avons laissé s’instaurer.

D’autres diront qu’il vaut mieux espérer vivre le grand amour parfait. Pourtant espérer qu’une relation à venir puisse nous faire transcender nos manques et nos souffrances actuels est un risque périlleux. L’état de dépendance voulant que la clé du bonheur vienne de l’autre est difficile à enrayer.

Tout cela est un peu vrai. Il est toujours possible d’envisager que nos relations soient des présents de la vie, des opportunités pour mieux nous connaître et apprendre au fil des expériences à trouver une juste réponse à nos besoins et guérir nos blessures.

Notre propre nature est avant tout portée par la reconnaissance de notre singularité. Nous sommes seuls vivants ensemble avec idéalement spontanéité et liberté. Ces ingrédients permettent de trouver l’espace entre le je et le nous, et de laisser entrer l’air frais de notre créativité. Dans ce contexte, la notion de défendre des frontières perd son sens.

Il est tellement merveilleux de se laisser porter par la vie avec confiance. Nous sommes plus que nos actes, nos erreurs et nos bons coups. Nous sommes tous les possibles à notre portée.

À chaque il faut, à chaque il ne faudrait pas, il est bon de sourire, et de se laisser guider par ce que spontanément notre voix intérieure nous rappelle.

Différent de tous, différent de ce que j’ai déjà été.

Une chanson de Charlotte Cardin – Les Échardes

Les paroles de https://genius.com/Charlotte-cardin-les-echardes-lyrics

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

 

Émerveillement du cœur

ImAGE amour musique

La différence entre une série de sons et de rythmes désorganisés et la musique réside dans notre capacité à tisser les liens entre ces changements et les silences. Ainsi, entre la cacophonie et un concert, les sens auront amené le cœur à battre la mesure de l’émerveillement.

Il en est de même pour différencier une série de mots et de sons qui émanent d’une personne et l’ode de la caresse de deux âmes qui se touchent et se retouchent en corps.

L’émerveillement du cœur suscite l’enchantement de l’esprit.

Ce n’est pas la note, ni le mot, mais cette synchronicité entre ceux-ci et l’alchimie de nos perceptions qui dévoilent la profondeur où peut se rendre notre âme dans l’impermanence du présent.

Alors, l’émerveillement du cœur devient le silence prononcé.

Une chanson de Samian – Le cœur d’un poète

Les paroles sur http://lyricsportal.com/titre/70904/samian-le-coeur-d-un-poete

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

 

En toute contradiction

ImAGE Changer de point de vue

J’ai toujours été différent d’un autre.  Chacun de nous sommes arrivé au monde avec singularité qui illustre notre différence.

Par la magie de la mode, de la politique, de la philosophie ou de la religion, nous tentons de nous ressembler, de nous rassembler, mais au cœur de notre nature propre il y a toujours notre différence.

Nos différences ne sont ni bonnes, ni mauvaises. Elles ne sont pas porteuses de division, mais bien de notre diversité. Celui qui juge porte une sentence et divise. Surtout quand celui qui juge vise en fait à démontrer qu’il est le plus grand, le plus beau, le plus plus plus…

Et pourtant, personne n’est parfait, nous sommes la somme de nos perfections et de nos imperfections. Nos contradictions sont les effets de cette dualité en nous. Nos émotions et nos pensées s’entrechoquent, nos états d’âme fluctuent en conséquence.

Accepter ces contradictions au lieu de les nier ou de chercher un coupable autour de nous fait toute la différence. Nos contractions nous permettent de mieux mesurer notre valeur et notre place dans le monde, à nous rendre plus authentiques et humains dans nos relations avec le monde.

Qui est constitué que d’une pensée et d’une émotion?

Une chanson avec Les sœurs Boulay et Safia Nolin reprennent Entre l’ombre et la lumière

Les paroles sur https://www.paroles-musique.com/paroles-Marie_Carmen-Entre_lombre_et_la_lumiere-lyrics,p023884819

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Le miroir en soi

Jugement

Imaginez un miroir qui se mettrait à parler, et à prendre vie!

Le matin, vous arrivez à la salle de bain à peine éveillé, vous vous regardez dans le miroir et tout à coup, il se met à parler.  Il vous regarde, et il vous voit simplement sans aucun artifice, sans maquillage ou rasage.

La surprise serait probablement très importante.  Et pourtant…

Si vous repensez quelques secondes à cette scène en prenant le temps de décoder votre passage matinal devant le miroir, vous allez rapidement constater qu’il y a effectivement une certaine forme de dialogue en vous. Ce n’est pas le miroir qui s’exprime, mais vous. Et comme vous vous êtes habitué à ce babillage, vous n’êtes pas gêné.

Et si vous preniez ces rencontres avec vous-même devant le miroir comme un instant à vivre pleinement, en se regardant avec attention, avec respect, en cultivant cette capacité à prendre soin de soi, à vouloir alimenter votre singularité, qu’est-ce qui se passerait?

Il est probable que le fait de prendre conscience du reflet de vos pensées vous amènerait à être plus attentif et présent aux mots que vous choisissez et aux choses que vous faites. Rien d’extraordinaire, aucune mise en scène ou représentation, juste un contact qui va de soi.

Pourquoi ne pas utiliser le miroir comme un outil de présence qui dépasse le cliché de l’image émise?

Une chanson de ZAZ – Qué vendrá

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.