Archives de la catégorie ‘Voyages et errances

Jour 4   Leave a comment

Parfois, il me revient cette certitude que le travail du gestionnaire n’est pas seulement une affaire d’organisation, de planification et de mobilisation.

Le défi de s’engager et d’aimer composer avec la perception des messages, la façon dont ils sont décodés dans une équipe, la façon dont les personnes travaillent ensemble et leur capacité à accepter l’autre.

La ou le gestionnaire qui désire faire carrière et monter dans la hiérarchie ne s’attardera pas à cela. Mais, celle ou celui qui aime travailler avec les personnes, qui a le gout de servir la clientèle, qui veut contribuer à la différence, comprendra qu’il faut prendre du temps à s’écouter, à s’apprivoiser, à standardiser les processus d’ajustement mutuel au lieu de perdre du temps à vouloir contrôler la désorganisation du présentéisme.

Il en est au travail, comme dans nos vies personnelles. Ce qui fera la différence, c’est la façon, le parcours que nous avons pris et non seulement le résultat. À quoi bon gagner, si le prix est de se perdre?

Une chanson de Claude François, un autre chanteur né en Égypte à Ismaïlia  – Alexandrie Alexandra

Les paroles sur https://www.lacoccinelle.net/828475.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 11 décembre 2018 par dandanjean dans Textes de mon cru, Voyages et errances

Tag(s) associé(s) : , ,

Origine d’Alexandrie   Leave a comment

En 331 avant notre ère, durant ses conquêtes, Alexandre le Grand fonde en Égypte une ville qui porte son nom : Alexandrie. Découvrez la fascinante histoire des origines de cette cité gréco-égyptienne qui rayonna sur la Méditerranée durant l’Antiquité !

Extrait de l’émission « Des Racines et Des Ailes » diffusée le mercredi sur France 3

Alexandrie, incroyable récit des origines

Publié 10 décembre 2018 par dandanjean dans Réflexions trouvées à partager, Voyages et errances

Tag(s) associé(s) : ,

Jour 3   Leave a comment

ImAGE Visages

Dans un territoire isolé, inconnu jusqu’à maintenant, où le développement de soi passait par des investissements, il a été convenu de mettre en place un système permettant de gérer les transactions que les citoyennes et citoyens effectuaient dans la perspective de ce marché de l’avoir.

Le consensus ayant été établi que toute personne était imparfaite, il devient impératif de susciter la promotion d’un développement optimal de soi, sur tous les plans, que ce soit physique, psychologique et spirituel.

Ainsi, en soutien aux volontés gouvernementales, des entrepreneurs ont mis sur pied des institutions favorisant le développement de soi.

D’une part, ils permettaient le dépôt d’expériences acquises en développement de soi pouvant fructifier en fonction de l’intérêt retenu. Ainsi, ces épargnants d’expériences, pourraient ultérieurement les reprendre afin de les mobiliser dans un projet nécessitant beaucoup de ressources. Ce placement permettrait aux citoyennes et citoyens d’avoir accès à une réserve de compétences acquises pour répondre à des besoins ponctuels immédiats.

Et, d’autre part, il devenait possible d’emprunter des compétences de développement de soi afin de compenser son manque d’expérience et de mieux se positionner dans le marché. Une période déterminée et un intérêt accompagnant le remboursement leur étaient assignés.

Tous les jours, il y avait une augmentation du nombre de transactions. Par contre, plus le système devenait populaire, plus le nombre de déposants diminuait tandis que le nombre d’empruntant augmentait.

Il était devenu plus facile d’utiliser les compétences des autres pour réaliser ses propres projets.  Toutefois, le manque d’expériences personnelles faisait en sorte que parfois les projets avaient une durée d’exploitation assez courte.

L’offre de service pour le développement de soi s’étant diversité (beaucoup d’approches différentes et une multiplication d’entreprises), le besoin d’adopter une approche, le véhicule spécifique d’une expérience en quelque sorte, était devenue plus important que le but en soi, l’expérience du développement de soi.

Beaucoup de personnes préféraient découvrir une nouvelle technique, une nouvelle approche pour le plaisir qu’elle procurait au lieu d’entamer une démarche d’appropriation des fondements à partir de leur propre expérience. De plus en plus le doute s’installait, car ce qui était valorisé devait provenir d’un autre, et cet autre dans la majorité des cas avait emprunté le savoir qu’il dispensait.

La confusion fut si grande, que le gouvernement a alors décidé de remplacer le terme de développement de soi par l’entraînement de soi.  C’est alors que ce peuple est entré dans le nouveau marché du Soi. Ainsi, plus besoin de s’en faire avec la finalité, il s’agissait de faire, de prendre tous les moyens possibles et cela était bien. On pouvait faire la promotion de vivre longuement, même si cela n’avait plus de sens. On pouvait éviter les débats existentiels, car il s’agissait non plus d’être, mais de bien faire.

Mais, comme le système reposait avant tout l’emprunt à partir des dépôts d’expériences acquises en développement de soi, un problème d’approvisionnement est vite devenu criant. Ceux qui avaient le pouvoir avaient les moyens, alors que ceux qui avaient les savoirs ne voulaient pas d’un tel pouvoir.

Je compte poursuivre mes observations, car je suis curieux d’apprécier comment ce peuple saura relever ce défi. Il est fascinant de constater que le fait de rechercher uniquement la perfection, de diviser les ressources, de valoriser des compétences dans un domaine spécifique, de susciter la compétition crée des conditions où des individus en arrivent à ne plus apprécier leur propre expérience et à croire que leur vie n’est pas encore arrivée. Ici, notamment, il va de soi que le développement est compromis.

 

Une chanson d’un autre chanteur né à Alexandrie en Égypte, Demis Roussos – On écrit sur les murs

Les paroles sur https://www.lacoccinelle.net/791013.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

 

Publié 10 décembre 2018 par dandanjean dans Textes de mon cru, Voyages et errances

Tag(s) associé(s) : , ,

6 trucs étranges en Égypte ancienne   Leave a comment

Une belle initiative pour nous faire découvrir autrement cette civilisation riche en découverte.

Publié 9 décembre 2018 par dandanjean dans Réflexions trouvées à partager, Voyages et errances

Tag(s) associé(s) : , ,

Jour 2   Leave a comment

culture_amelioration

En allant enseigner pendant 2 semaines en Égypte à l’Université Senghor, je sais que pour l’observateur extérieur cela se résume à aller donner un cours.

Mais dans les faits, tant les étudiants que moi-même, nous allons parcourir de nouvelles avenues à partir d’une matière reposant sur la gouvernance des organisations.

Imaginez un lieu où un groupe de différentes personnes, de différentes cultures ( les étudiants proviennent d’une multitude de pays africains francophones ou d’Haïti), se donne le loisir d’explorer de nouvelles perspectives. Les notions théoriques deviennent autant d’occasions d’expérimentation et de partage qui rapportera à tous.

Pendant la durée de ce périple, je vais écrire ou présenter des textes vous permettant de découvrir la pensée égyptienne de l’époque pharaonique. Vous aurez ainsi accès à une dimension différente de ce pays à découvrir, nous sortant des clichés touristiques.

A plus.

Une chanson de Guy Béart de son vrai nom Guy Béhart-Hasson (né au Caire)- Les couleurs du temps

Les paroles sur https://www.lacoccinelle.net/1195117-guy-beart-les-couleurs-du-temps.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 9 décembre 2018 par dandanjean dans Textes de mon cru, Voyages et errances

Tag(s) associé(s) : ,

J’aurais voulu être égyptien   Leave a comment

momification

Pour moi, la solitude est un bien précieux que je protège avec détermination.

*

Je viens de me rendre compte aujourd’hui que je suis tombé captif de l’Occident. Autant notre insignifiance est à mes yeux avérée, autant leur esprit m’est apparu débordant de merveilleuses possibilités.

*

Le roman c’est « de la vie sur du papier, qui ressemble à la vie de tous les jours en plus profond, en plus séduisant, en plus beau.

*

Il y a longtemps que je me pose la question suivante: qu’est-ce qui pousse un lecteur intelligent et cultivé à considérer que le comportement d’un personnage littéraire dans une histoire imaginaire vise à offenser la religion ou un groupe social?

*

-Si en Égypte, on ne photographie pas des gens pieds nus, des pauvres et des tas d’ordures, que reste-t-il en dehors des pyramides et du sphinx?

-Mon accent était plein d’amertume. Elle me demanda avec étonnement:

-Vous êtes égyptien?

-Oui, malheureusement.

Alaa al-Aswany dans J’aurais voulu être égyptien

Iolanda Gigliotti, dite Dalida née le 17 janvier 1933 au Caire chante Je suis malade

Les paroles sur https://www.lacoccinelle.net/838513.html

Publié 8 décembre 2018 par dandanjean dans Pauses lectures, Voyages et errances

Tag(s) associé(s) :

Morgan Freeman et l’Histoire de Dieu   2 comments

0Morgan Freeman nous invite à faire un voyage sur les traces des différentes spiritualités  dans The Story of God, série documentaire diffusée par National Geographic Channel.

De l’Inde au Mexique en passant par Israël, le documentaire explore les sociétés qui ont développé des perceptions et croyances diverses en l’au-delà. Si une séquence donne par exemple la parole à l’ancien plongeur David Bennet, qui a frôlé la mort lors d’une tempête au large de la Californie, une autre décrypte des écrits antiques retrouvés en Égypte.

Les épisodes sont:

– La vie après la mort

– La fin des temps

– La Genèse

– Qui est Dieu

– Le mal

– Les miracles

Pour explorer plus avant les concepts et croyances qui habitent le monde.

Publié 8 décembre 2018 par dandanjean dans Réflexions trouvées à partager, Voyages et errances

Tag(s) associé(s) : ,

%d blogueurs aiment cette page :