Archives de la catégorie ‘Voyages et errances

Un secret dans les Himalaya, le Népal   2 comments

Pur. Calme. Paisible.

C’est le point de vue que ce voyageur a retenu sur le Népal.

Une explosion de contrastes entre le chaos écrasant dans les villes et le mode de vie paisible dans les montagnes.

Vive le Népal, en raison de votre situation géographique, j’espère que Mère Nature vous traite bien! Namaste!

Secrets of Himalaya | Nepal in 4K

Publié 3 octobre 2018 par dandanjean dans Réflexions trouvées à partager, Voyages et errances

Tag(s) associé(s) : ,

Voyez les choses autrement avec Fred Pellerin : le voyage   Leave a comment

« Le voyage, c’est l’ensemble de ces p’tites histoires-là qu’on ramasse sur les détours qui nous mènent ben souvent, chez nous. » – Fred Pellerin

Voyez les choses autrement avec Fred Pellerin : le voyage

Publié 22 septembre 2018 par dandanjean dans Voyages et errances

Tag(s) associé(s) : , ,

Métronome : L’histoire de France au rythme du métro parisien   Leave a comment

Paris_Metro_Sign.jpg

En s’arrêtant à la station Saint – Germain – des – Prés, le promeneur pense à l’existentiolisme, aux caves de jazz, aux écrivains attablés près du poêle des Deux -Magots, aux amants du Flore dont les ombres, jamais , n’ont déserté les lieux… Illusion, car Jean-Paul Sartre, Simone de Beauvoir, tout comme Boris Vian, Jacques Prévert et les autres ont disparu depuis longtemps. Dans sa quête, le badaud ne trouve qu’une plaque dérisoire fixée sur un piquet en bord de trottoir : « Place Sartre -Beauvoir »…

*

La plaine de Garanella est devenue la commune de Grenelle, annexée à Paris sous le second empire. Mais les Romains, impressionnés par la vaillante défense des Gaulois, ont baptisé « Champ de Mars » l’endroit précis où se déroula la bataille entre les légionnaires de Labienus et les soldats de Camulogène. Champ de Mars… le champ de la guerre.

Bien plus tard, à l’endroit même où reposent les restes du chef gaulois et de ses hommes, s’éleva la tour Eiffel… comme un tumulus qui aurait été construit pour honorer ces guerriers. Les Parisiens, indifférents, viennent ici s’ébrouer le dimanche, sans savoir qu’ils foulent une terre qui, depuis plus de vingt siècles, a avalé les ossements de ces Parisii qui ont offert à leur peuple le sacrifice suprême.

*

La station de métro Bastille fait un effort méritoire pour se mettre à l’heure de la Révolution et secouer la nostalgie du Parisien en goguette : une fresque colorée retrace quelques grands moments tricolores et des images anciennes évoquent la forteresse qui se dressait ici jadis. Mais surtout, sur le quai de la ligne n°5, on voit apparaître des pierres jaunâtres… ce sont les fondations d’un mur de la Bastille !

Aujourd’hui, la Bastille, c’est un opéra ! Ce lourd bunker de verres et de dalles, qui a vieilli prématurément, domine la place de sa masse fatiguée. Construit pour fêter le bicentenaire de la prise de la Bastille, il s’effrite et n’aura sans doute même pas besoin d’une révolution pour disparaître de lui-même.

Lorànt Deutsch dans Métronome : L’histoire de France au rythme du métro parisien

Les paroles sur https://genius.com/Daniel-lavoie-le-metro-nattend-pas-lyrics

Une chanson de Daniel Lavoie – Le métro n’attend pas

 

Publié 21 septembre 2018 par dandanjean dans Pauses lectures, Voyages et errances

Tag(s) associé(s) : ,

Le café Joyeux à Paris   Leave a comment

cafe-joyeux-paris_article.jpg

Le café Joyeux à Paris emploie une vingtaine de serveurs autistes et trisomiques…

Dans le quartier Opéra (IIe arrondissement), en plein cœur de Paris on y sert des viennoiseries et pâtisseries faites maison. J’y ai passé une pause dégustation formidable. L’endroit porte bien son nom, car l’ambiance est joyeuse.

Ce café se distingue par son état d’esprit : une vingtaine d’employés, en cuisine comme en salle engagé, affairé et en confiance nous permettant de changer le regard sur la notion d’handicap.

Bravo.

Une pièce musicale l’Hymne a la joie  interprétée âr Som Sabadell flashmob – BANCO SABADELL

Le tableau de Paris   Leave a comment

Visage de Paris

Parlons d’abord de la partie la plus curieuse de Paris; les Greniers. Comme dans la machine humaine, le sommet renferme la plus noble partie de l’homme, l’organe pensant; ainsi dans cette capitale, le génie, l’industrie, l’application, la vertu occupe la région la plus élevée. Là, se forment en silence le peintre; là, le poète fait ses premiers vers; là, sont les enfants des arts, pauvre & laborieux, contemplateurs assidus des merveilles de la Nature; donnant des inventions utiles & des leçons à l’Univers; là, se méditent tous les chefs-d’œuvre des arts.

Allez demander à Diderot, s’il voudroit quitter son logement, pour aller demeurer au Louvre, & écoutez sa réponse. Presque point d’hommes célèbres qui n’aient commencé par habiter un grenier. J’y ai vu l’auteur d’Émile, pauvre, fier & content: lorsqu’ils en descendent, les écrivains perdent souvent tout leur feu, ils regrettent les idées qui les maîtrisoient, lorsqu’ils n’avoient que le haut des cheminées pour perspectives. Greuze, Fragonard, Vernet, se sont formés dans les greniers; ils n’en rougissent point, c’est là leur plus beau titre de gloire.

*

Ce sont cependant les hommes de travail qui font la richesse de l’État, et sans eux tout languit, tout dépérit, tout meurt.

On a dit à Londres la majesté du peuple anglais; on ne sait à Paris comment nommer le peuple.

Louis Sébastien Mercier dans Le tableau de Paris

Une pièce musicale de Sous le ciel de Paris

Publié 20 septembre 2018 par dandanjean dans Pauses lectures, Voyages et errances

Tag(s) associé(s) : , ,

Les endroits insolites dans Paris   Leave a comment

France 3 nous fait partager sa vision des endroits insolites de la capitale.

 

Publié 20 septembre 2018 par dandanjean dans Voyages et errances

Tag(s) associé(s) : ,

Paris insolite   Leave a comment

paris-geral-thinkstock-178626933

La traversée de Paris est plus lente que celle d’un département.

Comme on quitte un pays, une région, une ville, pour changer de paysage, voir du neuf, respirer un autre air, regarder des visages nouveaux, et se sentir loin de toute accoutumance, je change de quartier à l’intérieur de Paris, vais de l’un à l’autre après avoir épuisé l’un et espérant l’autre…

*

Durant la belle saison, tous les ponts de Paris, les quais, les berges, les canaux, sont lieu de grande lessive. Claquant au vent comme les draps des marinières, des chemises, des caleçons, des torchons, des pantalons de toile, des chaussettes dépareillées, crochés au premier fil de fer venu, aux basses branches d’un arbuste, collés au sol par des pavés sales, ou séchés sur soi, à même la peau quand l’heureux propriétaire n’a pas de garde-robe de rechange et doit se tourner alternativement pour présenter ses parties humides au soleil matinal.

*

On pourrait traverser Paris de part en part en ne suivant que des rues pittoresques, à condition de sauter les avenues, se boucher les yeux et les oreilles aux carrefours pour reprendre de l’autre côté le pas des caravanes, et cela sans avoir besoin d’évoquer l’histoire pour animer les vieilles pierres et émouvoir le cœur des visiteurs par des réminiscences plus ou moins factices.

*

Comme tous les gars de ma profession, qui est de n’avoir pas de métier, bon à rien et prêt à tout, j’ai travaillé aux Halles, de mes mains froides et de mes yeux brûlants, à l’heure où les cafés ordinaires fermaient, vidaient leurs clients et que par la passerelle du pont des Arts ou le pont Neuf… je gagnais la rive droite besogneuse, allais boire mon énième noir au comptoir du Pied de Cochon, contemplant là les bourgeois qui montaient, voitures devant la porte, avec des filles, au premier étage, bouffer des soupes à l’oignon brûlantes et croûteuses, trois fois plus cher qu’au ras du trottoir où j’étais, faisant le premier quatre-vingt-et-un de la nuit avec des laveurs de têtes en blouse et tabliers maculés qui, avant d’aller nettoyer à grands jets d’eau froide les ossements charnus des bestiaux qui serviraient faire de la douce charcuterie, essuyaient là le sang coagulé et le rinçaient de vin blanc sec.

Jean-Paul Clébert dans Paris insolite

Une chanson d’Yves Montand –  A Paris

Les paroles sur https://www.lacoccinelle.net/933921.html

Publié 19 septembre 2018 par dandanjean dans Pauses lectures, Voyages et errances

Tag(s) associé(s) : , ,

%d blogueurs aiment cette page :