Oser dépasser les désirs

Inde Dharamsala INstitut Norbulingka (69).JPG

Il y a tant de choses fascinantes à découvrir pour qui ose sortir des sentiers battus, sortir de la facilité.

Par exemple, toute la journée nous pouvons ne rien faire pour rejoindre nos désirs profonds. Nous pouvons aussi nous lever et commencer à poursuivre un entrainement régulier.

Bizarrement, cela ne prend pas beaucoup de temps avant de dépasser la répulsion de vouloir questionner notre engagement, rapidement nous nous sentons bien.

La facilité n’est pas nécessairement un signe de bien-être. Du moins, pour moi.

À McLeod Ganj, en Inde en 1977, j’ai rencontré un moine qui était fasciné par la vie moderne qu’il imaginait que je vivais. Parfois, j’avais l’impression que ses questions révélaient l’envie ou le désir de vivre autre chose. Et pourtant moi, à cette époque, j’enviais une personne qui laissait ce monde pour se consacrer à sa quête spirituelle. Drôle de paradoxe. Deux êtres de désir se parlaient en direct et malgré les mots utilisés, malgré le décor, tout était irréel.

Puis, avec le temps, j’ai compris que notre identité se nourrit de nos modèles d’identifications, et pour être un peu plus nous-mêmes, il est bien de faire la paix avec son passé, de dédramatiser certains choix que nous avons faits et de comprendre pourquoi le parcours actuel s’est installé et enraciné dans notre vie.

Il est possible de réaliser notre nature propre.

Pour cela, il est bien de cesser de dépendre de nos désirs et des belles images qu’ils nous envoient, et de prendre soin de ce que nous aimons faire, c’est-à-dire de notre chemin de vie, puis de prendre soin de ce que nous savons bien faire, en quelque sorte de notre propre talent, puis, prendre soin de ce qui a un réel sens pour nous tout en prenant soin de nos besoins.

Oser devenir soi, ce n’est pas renier ce que nous ressentons, c’est beaucoup plus composer et créer avec nos émotions. Accepter le rôle des émotions et les vivre avec conscience.

Cette voie fera en sorte que nous serons capables d’apprendre à nous exprimer de façon juste, je veux dire par là, de trouver les mots qui portent le sens de notre pensée ou de notre état émotionnel.

Aller au-delà de nos propres désirs, c’est avant tout être présent à notre quotidien. Ma rencontre à McLeod Ganj avec ce moine m’a permis de m’ouvrir les yeux vers un nouvel horizon, et il est de plus en plus non duelle.

Une chanson de Tara – Dharamsala

Les paroles sur https://www.taraofficiel.com/httpwwwtaraofficielcomclips

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Le voyage du retour à soi

Sourie

Il existe différentes façons de voyager. Il est possible de parcourir la terre et de franchir les frontières pour découvrir l’autre. La multitude de paysages et d’humains à rencontrer fait en sorte que le sentiment d’identification à un territoire s’élargit et dépasse le quartier d’appartenance ou le lieu de naissance.

Il existe aussi la possibilité de développer nos connaissances de l’autre, de découvrir par des photos et des textes des cultures et des philosophies de vie différentes. Notre ouverture à la diversité devient alors plus grande.

La conquête de la liberté passe aussi par le développement de la conscience, qui implique une forme différente d’identification; car plus nous sommes conscients du monde qui nous entoure, moins il y a d’autres et d’étrangers. Le respect, la gratitude et l’attention s’installent.

Toutes ces formes de voyages permettent d’affranchir les limites inhérentes à notre condition individuelle.

C’est un retour à soi.

Une chanson de Desireless – Voyage voyage

Les paroles sur https://genius.com/Desireless-voyage-voyage-lyrics

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

La vérité ne se partage pas

oeil arc en ciel

Vous est-il déjà arrivé de dire ce qui est une évidence pour vous et de constater que la personne qui l’entend n’y voit pas la même chose? C’est une expérience que nous vivons et revivons tout au long de notre vie, avec nos enfants, nos amis et les collègues de travail.

Nous prenons pour acquis qu’il existe des réponses universelles, des solutions toutes faites à des problèmes et que la conception du monde que nous avons développé est partageable en tout temps avec les autres. Nous voyons les solutions comme une lumière que nous projetons sur une énigme pour amener la clarté nécessaire pour faire apparaître la solution.

Dans les faits, personne n’occupe la place exacte d’où nous projetons notre lumière et même la plus belle vérité que nous saurons projeter ne servira à rien tant que la personne que nous essayons de convaincre n’aura pas fait sienne l’expérience de la démarche, de se rendre au bon endroit et d’allumer la lumière au bon moment. L’œil n’est pas capable de comprendre ce que le cerveau n’est pas prêt à décoder.

En regardant le fil de l’histoire de l’humanité, en voyant tous ces signaux qui semblaient si évidents et le peu de personnes qui ont écouté, force est de constater que ce dont les femmes et les hommes ont besoin, ce n’est pas de savoir une vérité, mais de l’apprendre.

Du point de vue du passeur, qui accompagne les gens dans leur parcours personnel, il n’est pas important de parler de la conception intellectuelle de la destination à atteindre.  Il parlera plutôt d’indications concrètes permettant de trouver le chemin qui conduit à l’expérience de sa propre voie qui est par nature inexprimable en mots.

L’origine du passeur et de quelle tradition relève la source des indications partagées n’ont pas d’importance lorsque la personne trouve son chemin, voit et comprend.

En ce sens, malgré toute nos bonnes intentions, la vérité ne se partage pas.

Une chanson de Daniel Lavoie – La vérité sur la vérité

Les paroles sur https://genius.com/Daniel-lavoie-la-verite-sur-la-verite-lyrics

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Un chant d’amour

Inde McLeod Gang village Baijanath (15).JPG

Lors de son dernier voyage en Inde, il est entré dans un temple hindou. Il y avait des fleurs, une petite musique en sourdine, des bâtons d’encens qui se consumaient et deux singes qui tournoyaient près des fruits.

Une statuette en bois peinte avec des couleurs vives et une dominance rouge était le centre d’attraction. Des gens venaient y déposer leurs quelques miettes de soi.

Cette manière quasi abstraite de représenter la divinité l’interpellait. Une pièce de bois avait plus d’importance que toute la vie autour.

Il voyait le rôle important de l’artiste qui avait fait l’œuvre. Il voyait l’importance pour cette communauté de croire en quelque chose de plus grand qu’eux. Et lui, conscient de son point de vue limité, il appréciait l’œuvre, il appréciait cette dévotion, il appréciait la bonté de cette communauté et la grâce suprême de cette vie. Il est sorti en paix et souriant, car son cœur avait entendu cette nouvelle version du chant d’Amour.

Une chanson de Sheila Chandra – The Enchantment

Les paroles en français sur http://fr.lyricsfeast.com/paroles-the-enchantment-de-sheila-chandra-traduction-francais.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

L’instant du voyage

50532332_2023076044478452_7071526879630458880_n

Le voyage m’a beaucoup aidé à découvrir l’instant. Le voyage, lorsqu’il s’apparente à un parcours de routard et non pas à un voyage organisé, permet de vivre une certaine forme de détachement.

Lorsque nous arrivons à un endroit, et que nous rencontrons une personne, chaque mot que nous désirons prononcer, jaillit d’une certaine façon du futur pour se faire présent.  Chaque sensation que nous ressentons en marque le présent puis, s’enracine dans le passé.

Le fait de ne pas être uniquement en mode habitude, mais en mode accueil et découverte fait vivre ce point de singularité du présent.

Il est si éphémère, si furtif que nous pouvons en arriver à percevoir l’illusion de ces variations du temps et de la matière.  Il y a plus vraiment de présent, mais un instant de vie intense et partagé. Ainsi, on en arriver à voyager à partir d’un itinéraire approximatif.

Le voyageur qui prend conscience de la futilité du temps n’essaie plus de capter la sensation, les émotions, les images, les pensées. Il passe à travers ceux-ci comme une expérience nouvelle et singulière qui ne peut pas se reproduire.

Essayer d’éterniser chaque expérience importante d’un voyage c’est vouloir s’abreuver de la sècheresse d’un puit.

Une chanson de Daran – Gens du voyage

Les paroles sur https://www.boiteachansons.net/Partitions/Daran/Gens-du-voyage.php

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Le voyage à travers les traits quotidiens

Les pas du coeur

Il est vrai que c’est agréable de se lever le matin et de regarder par la fenêtre et se voir parcourir les routes qui s’éloignent, imaginant le début d’un voyage, parti pour découvrir de nouveaux paysages, de nouvelles villes, de nouvelles personnes.

Tout semble si bon dans le rêve.

Et cela peut être vrai.

Il est vraiment possible pour moi de vivre la plénitude en voyage.

C’est aussi possible pour la personne qui se lève le matin, et qui sait apprécier le jour qui s’installe, vivre et redécouvrir une autre fois les visages qui l’accompagnent.

C’est possible pour la personne qui redécouvre encore une fois le lieu où il habite et qui sait apprécier les nuances de son propre paysage de vivre la plénitude.

J’ai remarqué que les plus beaux voyages ont comme lieu d’embarquement l’émerveillement du cœur.

Une chanson de Richard Séguin – Le quotidien

Les paroles sur https://laboiteauxparoles.com/titre/2602/richard-seguin-quotidien

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Laisser la bouée et naviguer

cropped-navire.jpg

*  J’aimerais que tu puisses faire disparaître l’anxiété qui m’habite d’un coup de baguette magique.

+ Pourquoi crois-tu que j’en aurais ce pouvoir?

*  Parce que tu es souvent calme donc tu sais ce qu’il faut faire.

+ Je peux peut-être t’aider, mais ce n’est pas une autre personne qui te permettra de te débarrasser de ton anxiété, ce n’est que toi.

*  Comment tu as fait?

+ J’ai pris conscience que j’essayais de me débarrasser de quelque chose à laquelle je m’étais accroché. J’ai eu de la difficulté à accepter cette idée, mais c’était comme cela. Dès que nous prenons conscience que nous utilisons ce à quoi on s’accroche, que ce soit la peur, la fuite, l’anxiété comme bouée, alors nous prenons la réelle mesure de notre déroute. Puis, nous sommes prêts à saisir qu’aucune bouée ne peut réellement nous protéger à long terme. Ainsi, la véritable question est contre quoi exactement je veux me protéger? Puis, lorsque la réponse apparaît, plus que jamais, la notion de lâcher-prise est fondamentale.

*  Alors, cela prendra combien de temps pour me débarrasser de ma bouée?

+ Tous les problèmes de notre vie trouvent leurs solutions selon la même échelle de temps. En fait, le temps nécessaire pour résoudre ton problème est d’à peine plus d’une seconde après l’avoir compris.

Une chanson de Zaz – Si jamais j’oublie

Les paroles sur https://www.lacoccinelle.net/1024281.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.