Archives de août 2009

Des gens formidables de Francis Cabrel   Leave a comment

Pour qui compose de la musique, il y a dans cette chanson un dénuement qui rends le cirque, la vie plus tolérable….
 

On serait des gens formidables

Des êtres parfaits

Des chanteurs charmants, charitables

Humbles et discrets

Contre toutes les injustices

Et de tous les combats

Mais on est normalement égoïste

Et c’est chacun chez soi

 

On ferait des chansons éternelles

Et en quelques couplets

On ferait la Terre plus belle

L’homme moins mauvais

Ça ferait de nous des êtres rares

Et comme immortels

Mais on fait des petites chansons qui se fanent

Et on se fane avec elles

 

Et on se fane avec elles

On se fane avec elles

 

On ferait des chansons utiles

À la société

Pour en dénoncer les dérives

Et les absurdités

Comme tirer sur un oiseau qui chante

Une cartouche en plein cœur

Mais on fait des petites chansons hésitantes

Et on regarde ailleurs

 

On dirait des choses essentielles

Et de toute beauté

Comme on serait né avec des ailes

Ça serait pas compliqué

On aurait des mots qui touchent

Et qui transpercent

Les traîtres et les menteurs

Mais on fait de petites chansons

Pour le commerce

Et on tremble de peur

 

On tremble de peur

Et on tremble de peur

 

On serait des artistes immenses

Des divinités

Considérés comme une chance

Pour l’humanité

Il suffirait qu’on apparaisse

Pour que le monde soit heureux

Mais en fait, les gens nous aiment

Et puis nous laissent

Et c’est sans doute mieux

Publié 31 août 2009 par dandanjean dans Pauses musicales

Des hommes pareils de Francis Cabrel   Leave a comment

Une belle chanson, fraicheur d’humanité…..

 

Vous, vous êtes et nous, nous sommes
Vous, vous êtes et nous, nous sommes
Des hommes pareils
Plus ou moins nus sous le soleil
Mêmes cœurs entre les mêmes épaules
Qu’est-ce qu’on vous apprend à l’école
Si on y oublie l’essentiel ?
On partage le même royaume
Où vous, vous êtes et nous, nous sommes…

Moi, j’ai des îles, j’ai des lacs
Moi, j’ai trois poissons dans un sac
Moi, je porte un crucifix
Moi, je prie sur un tapis
Moi, je règne et je décide
Moi, j’ai quatre sous de liquide
Moi, je dors sur des bambous
Moi, je suis docteur-marabout

Et nous sommes
Des hommes pareils

Plus ou moins loin du soleil
Blancs, noirs, rouges, jaunes, créoles
Qu’est-ce qu’on vous apprend à l’école
S’il y manque l’essentiel ?
Semblables jusqu’au moindre atome
Vous, vous êtes et nous, nous sommes…

Moi, je me teins et je me farde
Moi, mes chiens montent la garde
Moi, j’ai piégé ma maison
Moi, je vis sous des cartons
Moi, j’ai cent ans dans deux jours
Moi, j’ai jamais fait l’amour
Nous, enfants neveux et nièces
On dort tous dans la même pièce

Quelque soit le prix qu’on se donne
On nage dans le même aquarium
Paroles sur http://www.tourte.org
On partage le même royaume
Où vous, vous êtes et nous, nous sommes
Où nous sommes des hommes pareils
Plus ou moins nus sous le soleil
Tous tendus vers l’espoir de vivre

Qu’est-ce qu’on vous apprend dans les livres
S’il y manque l’essentiel…?
S’il y manque l’essentiel…?
J’aime mieux ce monde polychrome
Où vous, vous êtes et nous, nous sommes…
Des hommes pareils…

Publié 29 août 2009 par dandanjean dans Pauses musicales

Et passe les jours   Leave a comment

Parfois, on se demande qu’est-ce que devient notre vie ?  Y a t’il une quête, le temps est-il une illusion ?  Un soir, une discussion

devant un café.

  

Et passent les jours

 

Et passent et passent les jours

Ou l’on grandit ou l’on mûrit

Et passent et passent les saisons

Ou l’automne vient ou la mort revient

 

Et ou l’on retourne à la terre

D’où l’on est né

Pour y déposer ses meilleurs

Chairs en germe

 

Et passent et passent les années

Ou l’arbre grandit à lui-même

Et passent et passent les vies

Ou l’on parcourt son chemin

 

Pas à pas humblement

Et ou de germe en germe

De saison en saison

De vie en vie

 

L’on refait tous les pas

Des plus petits aux plus grands

Où l’on refait toutes les étapes

Des plus humbles aux plus majestueuses

 

Pour finir par s’en apercevoir

Que l’on  ne part que pour mieux revenir

Que germer à soi, l’on retourne toujours à soi

N’en étant différent que par…

  

La hauteur de sa bassesse

La force de sa faiblesse

La clarté de son ombre

La profondeur de sa simplicité

 

Oh tout comme l’arbre

Qui de ses travaux porte

Les rameaux les plus hauts

Aux soleils les plus éloignés

 

Et ses racines les plus basses

Au plus profondes des terres

Dans la toute humilité

De celui qui se sait

Publié 26 août 2009 par dandanjean dans Voyages et errances

Regarde….   Leave a comment

J’aimerais enfanter un océan de mes yeux….

Publié 26 août 2009 par dandanjean dans Textes de mon cru

%d blogueurs aiment cette page :