Archives du tag ‘liberté

Ces moments de légèreté   Leave a comment

J’aime m’ouvrir à des moments de légèreté pour au cours de la journée. Vous savez, ces moments où rien n’a besoin d’être changé, ou nous entretenons cette douce folie heureuse que tout est parfait tel que nous sommes, ces moments où nous n’avons pas idée de douter de notre potentiel et de nos ressources pour vivre.

Ce que j’aime dans les moments de légèreté, c’est cette capacité de nous libérer de nos résistances, qu’elles soient conscientes ou inconscientes.

Certains diront que la légèreté est avant tout de la frivolité, une certaine forme assumée d’imprudence ou de futilité.

Ce n’est pas grave, avec un grand sourire, je me glisse dans ces instants avec souplesse, avec une liberté nouvelle et un esprit fluide, détaché d’une image à maintenir ou d’une résistance à offrir. Je suis allégé, tout en demeurant moi tout de même…

J’adore cette sensation contre-intuitive de vivre, avec cette perte de temps et ce gain d’émerveillement, j’adore la légèreté et le plaisir de la découverte d’être simplement. Je vous en souhaite autant.

Une pièce musicale de Saint-Preux – Concerto Pour Une Voix

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 25 mai 2018 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

S’habiter   Leave a comment

ImAGE Joie

Il est bien de changer d’apparence, de changer de style, pour exprimer une autre facette de soi. Cela demande une volonté d’être aimé, de s’accorder avec les autres.

Cela me fait penser à ce besoin que nous avons parfois de changer de quartier, de changer de logement, d’expérimenter une nouvelle façon de vivre, dans de nouveaux espaces. Répondre à ses besoins de transformer demande du lâcher-prise tout en assumant sa liberté.

Toutefois, les changements déterminants ne proviennent pas de ces tentatives visant à devenir quelqu’un d’autre, mais bien de nos actions visant à devenir qui l’on est et de l’accepter.

On ne parle plus ici de changer d’apparence ou de style afin de marquer une étape, mais plutôt pour exprimer une liberté mouvante et énergique nous permettant de vivre par delà les exigences. Nos choix imprévisibles expriment alors créativité et adaptation à soi.

Cet état d’esprit libre s’exprime sans l’attente d’un retour. Nous ne cherchons plus à imiter, à être acceptés, mais plutôt à aimer, à s’habiter et s’accepter malgré les imperfections.

Derrière la peur de marquer sa singularité, de marquer sa différence se trouve un état de grâce, une énergie qui nous emporte à notre essence, à notre nature propre.

Une chanson de Grand Corps Malade – Rencontre

 

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 20 mai 2018 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

Cet article peut apporter 7 ans de bonheur   Leave a comment

ImAGE tête ennuagée

Ce que l’esprit construit ou accepte devient la norme d’interprétation. Cela demande du travail pour changer par la suite.

Imaginez une minute le pouvoir que peut avoir un objet à qui on lui a donné des attributs surnaturels. Pour cela, il suffit de fournir une explication permettant d’entretenir une peur. Par exemple, prenons le miroir. Il fait plus que réfléchir notre image, il a cette faculté d’instaurer 7 ans de malheur à tout humain qui le brisera. Étant jeune, des adultes m’ont bien appris cette superstition. Comme beaucoup d’autres enfants, j’y ai cru et je faisais très attention en manipulant un miroir.

Il est fort probable que cette superstition est née il y a près de 500 ans d’un désir de protéger un objet des plus couteux et précieux. Inculquer cette croyance auprès des gens et surtout des domestiques a eu un effet dissuasif.

Il y a des tas d’autres exemples de superstition qui change notre regard sur la réalité. Apercevoir un chat noir un vendredi 13, marcher sous une échelle, jeter du sel derrière son épaule pour éloigner le malheur, l’argent fait le bonheur, dire merde à un artiste avant d’entrer en scène, manger une pomme par jour assure la santé, l’amulette du mauvais œil et j’en passe.

Il est fascinant de constater que cette histoire de miroir peut nous aider à réfléchir par delà l’image. Lorsque nous nous réapproprions notre pouvoir d’agir, et que nous prenons conscience que la peur se nourrit notamment de notre ignorance, les objets perdent le contrôle sur nos comportements.

Une chanson Jean-Jacques Goldman – Les choses

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Aïe, mes aïeux !   Leave a comment

ImAGE unique

Notre vie à chacun est un roman. Vous, moi, nous vivons prisonniers d’une invisible toile d’araignée dont nous sommes aussi l’un des maîtres d’œuvre. Si nous apprenions à notre troisième oreille, à notre troisième œil, à saisir, à mieux comprendre, à entendre, à voir ces répétitions et ces coïncidences, l’existence de chacun deviendrait plus claire, plus sensible à ce que nous sommes, à ce que nous devrions être. Ne pouvons-nous échapper à ces fils invisibles, à ces “triangulations”, à ces répétitions ?

Nous sommes finalement, d’une certaine façon, moins libres que nous le croyons. Pourtant, nous pouvons reconquérir notre liberté et sortir de la répétition, en comprenant ce qui se passe, en saisissant ces fils dans leur contexte et dans leur complexité. Nous pouvons enfin vivre ainsi  » notre  » vie, et non celle de nos parents ou grands-parents, ou d’un frère décédé, par exemple, et que nous  » remplaçons « , à notre su ou insu… Ces liens complexes peuvent être vus, sentis ou pressentis, du moins partiellement, mais généralement on n’en parle pas : ils sont vécus dans l’indicible, l’impensé, le non-dit ou le secret.

Anne Ancelin Schützenberger dans Aïe, mes aïeux !

 

Une chanson de Mes aïeux – Le repos du guerrier

Les paroles sur https://www.paroles-musique.com/paroles-Mes_Aieux-Le_Repos_du_guerrier-lyrics,p06992572

Publié 14 mai 2018 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , , ,

Ce que les murs cachent   Leave a comment

6Sl7fAfFMa1z20e7zzuXdTl72eJkfbmt4t8yenImKBVvK0kTmF0xjctABnaLJIm9

Il est sain d’aborder la lecture d’un livre, les conférences en prenant soin de demeurer critique et lucide au regard de ce que nous sommes au regard de ce que la personne nous communique. L’endoctrinement c’est justement de perdre ses propres repères et de se fondre dans celles de la personne qui nous communique ses idées.

Par exemple, comme beaucoup de personnes, j’ai un profond respect pour l’œuvre de Confucius. Nous pouvons convenir que sa pensée à influencer profondément la Chine. Il y a beaucoup de perles de sagesse dans ses propos, à l’image d’un grand temple, où la lumière est tellement belle lorsqu’elle est filtrée par les vitraux. Nous devons toutefois demeurer conscients et vigilants au regard de la présence des murs et de ce qu’il y a d’écrit sur ceux-ci.

Sur les murs du temple de Confucius, il est écrit qu’une femme n’a pas d’âme. Pour Confucius, la femme est un corps, un peu comme un animal de compagnie, et en ce sens, la tuer n’est pas un meurtre.

Encore aujourd’hui, nous retrouvons ce type de conception ailleurs dans le monde où un mari peut contrôler, malmener, voire tuer sa femme impunément.

Beaucoup de personnes vouent un culte à Confucius en raison de sa sagesse. Il a surement apporté des perles de sagesse par ses rayons de lumière, tout comme ces pays qui ne respectent pas l’âme de la femme et qui malgré cela apportent sur d’autres plans des choses merveilleuses.

La conscience bienveillante vise à prendre l’énergie de ces rayons de lumière si précieux pour se nourrir, et avec persévérance et non-violence, avancer vers les murs faire des brèches afin de laisser entrer un éclairage nouveau rempli de compassion sur les mots gravés sur les murs de la division et de l’ignorance.

Une chanson de Daran interprétée avec Louis-Jean Cormier – Une sorte d’église

Les paroles sur https://www.lacoccinelle.net/908871.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Après l’état de liberté   2 comments

ImAGE lampe

Les hommes libres sont des hommes heureux. La liberté est ce qu’il nous faut. Est-ce vraiment vrai?

J’ai longtemps cru que je pourrais être heureux qu’en étant libre. Cela avait du sens, surtout lorsqu’on oppose cette affirmation avec la situation du prisonnier. Nous pouvons passer une vie à tenter de nous libérer de nos chaines, tant physiques que faites de pensées.

En ce qui me concerne, un jour, je me suis rendu à l’évidence, que ce n’est pas le fait d’être libre qui fait une différence, mais la représentation ou la conception que je m’en fais.

Je peux me sentir totalement libre de mener la vie que je désire et dans les faits, par la routine que je m’impose, par un ensemble de techniques, de régime ou d’entraînement, demeurer captif. Par ailleurs, je peux me sentir prisonnier de cette vie, et de ce fait, refuser toutes les contraintes, les horaires et les conventions, et dans les faits, être libre de toutes attaches. Dans ces deux cas, ce n’était pas le manque de liberté qui dirigera ma vie, mais cette image que je m’en suis faite et cette fuite vers une quête du bonheur qui me contraint à vivre ainsi.

Être totalement libre est quelque chose de difficile, car cela demande de lâcher-prise, d’accepter de perdre ses propres repères, de créer sa vie sans images préconçues. La liberté est un état et non une fin en soi. J’ai connu des personnes qui n’étaient pas libres et qui étaient heureuses. Le bonheur ne vient pas seulement dans des appartements de luxe.

Je peux me sentir totalement conscient de mener une vie comme je l’entends. Et pour le reste, c’est à suivre…

Une chanson de Serge Fiori – Seule

Les paroles et accords sur https://www.boiteachansons.net/Partitions/Serge-Fiori/Seule.php

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 31 mars 2018 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

Les traces de notre passage   Leave a comment

L’aventure humaine est fantastique pour qui sait en dévoiler la portée. Elle se déroule là sous nos yeux, nous pouvons y voir un temps morne et fade, ou encore un voyage dévoilant des surprises, tantôt heureuses, tantôt difficiles.

Ce voyage humain est parsemé de rencontres, et de la relation qui émerge, il y a des coups de foudre, des grandes amitiés, et le risque de la perte ou d’abandon qui en découle. Ne te laisse pas berner par le fait qu’il n’est pas possible de développer une relation intense parmi un groupe de personne. Il est toujours possible de créer un espace d’intimité par un regard, une attention, un geste. Chaque façon de rencontrer et chaque rencontre sont uniques et ils méritent de respirer librement sans vouloir à tout prix le capter et s’approprier un sens unique.

Partager du temps ensemble, c’est accepter la réciprocité, c’est reconnaître que l’autre ait des pensées et des espoirs aussi louables que les siennes tout en accueillant la singularité de chacun.

Dans un voyage, les départs d’un lieu peuvent être vécus comme un déchirement, le cœur rempli de ressentiment ou encore comme un instant de plaisir, car nous franchissons la porte du connu.

C’est pourquoi il est important de porter une attention à la façon dont nous entrons en relation, nous développons la relation et nous y avançons, afin d’emporter avec soi les traces du passage de chacun de nous qui seront de précieux repères et d’éviter d’être ce mauvais routard pour soi-même qui nous pousse à la déroute.

Une chanson de Patrick Bruel – Au café des délices

Les paroles sur https://www.lacoccinelle.net/970267.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

%d blogueurs aiment cette page :