Le savant et le politique – Introduction de Raymond Aron

ImAGE danse

Il y a deux façons de faire de la politique. Ou bien on vit pour la politique ou on vit de la politique.

*

Le fait qu’un État ou un parti sont dirigés par des hommes qui, dans le sens économique du mot, vivent exclusivement pour la politique et non de la politique signifie nécessairement que les couches dirigeantes se recrutent de façon « ploutocratique ». En disant cela nous ne cherchons nullement à faire accroire que la direction ploutocratique ne profite pas de sa situation dominante pour vivre également « de » la politique et pour exploiter sa position politique au profit de ses intérêts économiques. Cela va sans dire.

*

Nous en arrivons ainsi au problème décisif. Il est indispensable que nous nous rendions clairement compte du fait suivant : toute activité orientée selon l’éthique peut être subordonnée à deux maximes totalement différentes et irréductiblement opposées. Elle peut s’orienter selon l’éthique de la responsabilité [verantwortungsethisch] ou selon l’éthique de la conviction [gesinnungsethisch]

Toutefois il y a une opposition abyssale entre l’attitude de celui qui agit selon les maximes de l’éthique de conviction – dans un langage religieux nous dirions : « Le chrétien fait son devoir et en ce qui concerne le résultat de l’action il s’en remet à Dieu » -, et l’attitude de celui qui agit selon l’éthique de responsabilité qui dit : « Nous devons répondre des conséquences prévisibles de nos actes.

Max Weber dans le savant et le politique – Introduction de Raymond Aron

Une pièce musicalede Radiohead – Karma Police

 Les paroles en français sur https://www.lacoccinelle.net/243850.html

La valeur de la science

lemniscate-compressor-e1502189880537

Tout ce qui n’est pas pensée est le pur néant; puisque nous ne pouvons penser que la pensée et que tous les mots dont nous disposons pour parler des choses ne peuvent exprimer que des pensées ; dire qu’il y a autre chose que la pensée, c’est donc une affirmation qui ne peut avoir de sens. Et cependant — étrange contradiction pour ceux qui croient au temps — l’histoire géologique nous montre que la vie n’est qu’un court épisode entre deux éternités de mort, et que, dans cet épisode même, la pensée consciente n’a duré et ne durera qu’un moment. La pensée n’est qu’un éclair au milieu d’une longue nuit. Mais c’est cet éclair qui est tout.

*

La première condition de l’objectivité: ce qui est objectif doit être commun à plusieurs esprits, et par conséquent pouvoir être transmis de l’un à l’autre….pas de discours, pas d’objectivité.

*

Le mathématicien pur qui oublierait l’existence du monde extérieur, serait semblable à un peintre qui saurait harmonieusement combiner les couleurs et les formes, mais à qui les modèles feraient défaut. Sa puissance créatrice serait bientôt tarie.

Henri Poincaré dans La valeur de la science

Une pièce musicale de Max Richter – The Consolations of Philosophy

L’illusion du temps

Projet final réalisé dans le cadre de mon baccalauréat en art et science de l’animation à l’Université Laval.

Ce court métrage d’animation graphique illustre et simplifie les principaux effets de la vitesse et de la matière sur l’espace et le temps.

Documenté et écrit par moi-même, le scénario fut révisé et approuvé par Serge Pineault Ph.D. , professeur du département de physique, de génie physique et d’optique de l’Université Laval.

Ce projet a gagné le prix dans la catégorie Animation Graphique au Gala Basa 2015.

Comment l’épigénétique va changer votre vie

ImAGe humanité

Au-delà de la génétique, l’épigénétique est certainement l’une des plus importantes découvertes des vingt dernières années dans le domaine de la biologie. Des recherches récentes ont démontré que le programme ADN pouvait être exprimé, inhibé ou modulé par le comportement des êtres vivants. Il apparaît également qu’un certain nombre de maladies et de troubles mentaux seraient liés à des changements épigénétiques. Étudier l’épigénome et sa régulation se révèle donc essentiel à la compréhension de la « bonne santé.

*

Notre organisme fonctionne comme un grand orchestre.

Le cœur, les poumons, le foie… Chacun doit « jouer sa partition » en harmonie avec tous les autres organes pour interpréter la symphonie du vivant. Notre symphonie personnelle du vivant. Comprendre l’importance de l’épigénétique, c’est se donner la chance de devenir chef d’orchestre de son propre corps !

*

Grâce aux progrès scientifiques et technologiques, il semble possible de construire ensemble une société souhaitée et un futur désirable, plutôt que de continuer à être déterminés, voire programmés, par des pouvoirs politiques, religieux ou industriels, ou même par l’ordonnance de notre médecin et les médicaments de l’industrie pharmaceutique. Nous pouvons « reprendre la main » et être le chef d’orchestre de notre propre corps pour jouer la symphonie du vivant en tenant compte de principes fondamentaux confirmés par la science.

*

« Oui, on peut faire quelque chose pour soi. »

Cette phrase, souvent reprise dans ce livre, remet au premier plan notre responsabilité face à notre communauté de destin et au sens que nous pouvons personnellement donner à notre vie. Nous n’avons qu’une seule vie. Autant en faire un original, sans copier les vies de personnalités politiques, médiatiques, artistiques ou sportives – ce à quoi aspirent trop souvent des jeunes désorientés, en manque de repères ou de valeurs.

*

Joël de Rosnay dans La symphonie du vivant. Comment l’épigénétique va changer votre vie

Une pièce musicale de Kitaro – Aura

Des choses cachées depuis la fondation du monde

image-sante-mentale

L’essor scientifique et technologique est de toute évidence lié à la désacralisation de la nature dans un univers où les mécanismes victimaires fonctionnent de moins en moins bien.

*

Tout le monde est là à surveiller son voisin pour le surprendre en flagrant délit de croyance en quoi que ce soit ; nous n’avons lutté contre les puritanismes de nos pères que pour tomber dans un puritanisme bien pire que le leur, le puritanisme de la signification qui tue tout ce qu’il touche autour de lui ; il dessèche tous les textes, il répand partout l’ennui le plus morne au sein même de l’inouï. Derrière son apparence faussement sereine et désinvolte, c’est le désert qu’il propage autour de lui.

*

Les hommes ont toujours trouvé la paix à l’ombre de leur idoles, c’est-à-dire de leur propre violence sacralisée, et c’est à l’abri de la violence la plus extrême, aujourd’hui encore, qu’ils cherchent cette paix. Dans un monde toujours plus désacralisé, seule la menace permanente d’une destruction totale et immédiate empêche les hommes de s’entre-détruire. C’est toujours la violence, en somme, qui empêche la violence de se déchaîner.

René Girard dans Des choses cachées depuis la fondation du monde

Une chanson de Patrick Watson – The Great Escape

Lers paroles en français sur https://www.lacoccinelle.net/297328.html