Archives du tag ‘présence

Je voudrais voir la mer   Leave a comment

ImAGE plage

La présence définit autrement un espace.

Par exemple, si nous allons seul voir un beau paysage, notamment en regardant la mer les deux pieds dans l’eau, nous allons vivre un bel instant et apprécier la nature dans toute sa splendeur avec le ressac des vagues sur nous. Le paysage nous touche, nous nous y joignons et les vagues se rendent jusqu’au pied.

Par contre, si nous retournons au même endroit avec une personne qui nous est chère, présente à soi, tout change. Nous allons regarder à deux la mer, les pieds dans le sable, et même si aucune parole n’est échangée, et qu’aucun commentaire ne s’élève, nous allons nous sentir ouvrir un nouvel espace, car la mer va devenir cette troisième présence qui va se joindre à nos pieds.

La présence définit autrement un espace et tend à établir un contact, parfois, de l’un à soi, et d’autres fois, de nous à l’un. Il n’y a ultimement que présence, mais cela c’est une autre histoire.

D’ici là, regardons la mer.

Une chanson de Michel Rivard interprétée avec Sylvie Tremblay,  Daniel Bélanger, Richard Séguin, Paul Piché et Laurence Jalbert – Je voudrais voir la mer 

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Si vous voulez copier ce texte merci d’indiquer la source dandanjean.wordpress.com, ne pas couper ou modifier les textes et le contenu merci

Publié 12 août 2017 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , , , ,

La patience et le lâcher-prise sans attendre   Leave a comment

ImAGE lire

 

La patience n’est pas sans dépense d’énergie. Il faut une bonne dose de volonté et de courage. Tout comme le lâcher-prise d’ailleurs!

Ce n’est surtout pas qu’un simple arrêt de mouvement où l’on s’assoit pour attendre.

Lorsque nous portons l’énergie de la patience et du lâcher-prise, nous anticipons, nous voyons ce qui n’est pas encore mûr.

C’est un peu comme si nous plantions la graine tout en sachant visualiser l’arbre qui sortira de la terre.

C’est maîtriser cette attention tranquille des cycles de notre monde, et ressentir que tout est déjà là, maintenant, malgré le fait, par exemple, que la lune va devoir parcourir quelques nuits et quelques jours pour devenir pleine.

Tous peuvent attendre, mais seuls les attentionnés patients peuvent porter cette vision joyeuse du germe en devenir de notre propre nature.

 

Une chanson de Fred Pellerin- Tenir debout

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Si vous voulez copier ce texte merci d’indiquer la source dandanjean.wordpress.com, ne pas couper ou modifier les textes et le contenu merci

Publié 7 août 2017 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , , , ,

Écouter sans aucune intention préalable   Leave a comment

Krishnamurti

Est-il possible de dialoguer ensemble dans un tel état d’attention, d’écoute et d’observation ? De suspendre pour un temps nos opinions et réactions habituelles ?

« Si vous écoutez à travers le filtre de votre passé ou de l’image que vous vous êtes peut-être forgée de l’orateur, en attribuant à celui-ci une certaine autorité – justifiée ou non –, alors il va de soi que vous n’écoutez pas vraiment.

Ce que vous écoutez, ce sont vos propres projections, qui font précisément obstacle à votre écoute. Là encore, la communication est impossible. De toute évidence, la communication réelle ne peut avoir lieu que lorsque le silence se fait.

Quand deux personnes ont la ferme intention de comprendre quelque chose, qu’elles y impliquent sérieusement tout leur esprit et tout leur cœur, leurs nerfs, leurs yeux, leurs oreilles, il entre alors dans cette attention une certaine qualité de silence, et une communication effective, véritable, s’instaure.

Non seulement on apprend, mais une compréhension parfaite se met en place – et cette compréhension s’apparente à l’action immédiate. En d’autres termes, quand on écoute sans aucune intention préalable, sans aucune barrière, en faisant abstraction de toute opinion, de toute conclusion, de toute expérience, alors, dans cet état, non seulement on comprend que ce qui est dit est vrai ou faux, mais si c’est vrai, il y a alors action immédiate, et si c’est faux, aucune action n’intervient. »

Jiddu Krishnamurti, conférence Paris 1967

Une chanson de Richard Séguin – M’entends tu

Publié 3 août 2017 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , , , ,

Derrière le virtuel, l’humain   Leave a comment

ImAGE cellulaires

J’ai confiance aux bienfaits que peuvent apporter les avancées technologiques.

J’aimerais juste que nous ayons cette clairvoyance de ne pas concéder, notre capacité d’emmagasiner, de traiter et de produire, a la machine, notre mémoire vive qui découle de nos cœurs et qui donne le sens de notre humanité.

Aucun ne peut remplacer l’autre mais nous pouvons grandement être mutuellement contributif.

Je sais que ton selfi est un coucou de toi, j’aime, mais aussi, ta belle présence apporte l’humanité de nos liens.

 

Une chanson de Serge Fiori – Le monde est virutel

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Si vous voulez copier ce texte merci d’indiquer la source dandanjean.wordpress.com, ne pas couper ou modifier les textes et le contenu merci

Publié 27 juillet 2017 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

Derrière le reflet   2 comments

ImAGEUn monde en soi

Il venait de quitter sa maison, les reflets du jour venaient à peine de l’atteindre. Il s’approcha de l’orée du bois et marcha dans le sentier. Sa respiration devenait de plus en plus rythmée et lente, il redevenait calme et paisible. Il lui était possible de voir le temps et l’espace se déposer sur le rebord de son ombre pour y attendre le recul de la lumière.

Rien de spécial, juste un sourire, comme un autre regard qui émergeait de lui. Mais, quelque chose de spécial se passa, tout étant pareil, mais vécu différemment.

Rien de tout ce qu’il voyait, que ce soit la beauté des arbres, la fragilité d’une fleur, la course de l’écureuil, la dureté de la pierre, rien de tout cela, lui était nouveau. Toutefois, il prenait conscience qu’il n’avait jamais remarqué, même vu. Peut-être, en raison du babillage de l’esprit, ou du voile de ce qu’il désirait plutôt voir, bref rien de tout cela n’avait pris toute la place. Son activité mentale l’avait tenu éloigné des trésors de la vie telle qu’elle est.

Il ne vivait maintenant rien de surprenant, juste le temps et l’espace qui s’étaient déposés sur le rebord de son ombre, car la lumière et les jeux d’ombres ne restaient plus autour de lui. Ils avaient pénétré son corps pour trouver le chemin par son âme de la nature profonde en lui. Une symbiose s’opérait, quelque chose comme la vie.

Ce jour-là, il a fait plus que marcher dans le sentier, il a fait face au miroir de la vie, et prenant les reflets à corps, il y est entré.

Une chanson de Sting interprétée avec Stevie Wonder – Fragile

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Si vous voulez copier ce texte merci d’indiquer la source dandanjean.wordpress.com, ne pas couper ou modifier les textes et le contenu merci

Publié 25 juin 2017 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

Le créateur de silence   2 comments

Le silence est un des plus beaux miroirs de la vie. Il est un révélateur de la vie qui nous habite.

Par exemple, le silence de la personne que nous aimons, celui qui dure trop longtemps nous renvoie à nous-mêmes. Il nous ouvre à une autre dimension à qui sait observer.

Le silence révèle parfois une présence calme à soi, parfois il révèle cette flamme de souffrances, de peurs profondes ou encore inavouées.

Ce que nous percevons du monde est ce que nous sommes prêts à concevoir.

Le silence est le murmure de la peine conscience au présent. Il faut de l’écoute, de l’attention et de la folie de vivre pour l’apprécier.

Le silence peut nous ouvrir une porte infinie sur la création de notre vie.

Une chanson de Fred Pellerin – Silence

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Si vous voulez copier ce texte merci d’indiquer la source dandanjean.wordpress.com, ne pas couper ou modifier les textes et le contenu merci

Publié 9 mai 2017 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

Notre vraie nature   Leave a comment

Cette expérience, quand elle est vraiment faite minutieusement permet d’apprécier une autre perspective de nos perceptions, car nous découvrons un immense espace clair à partir duquel le monde est vu.

 

Le plus beau jour de ma vie — ma nouvelle naissance en quelque sorte — fut le jour où je découvris que je n’avais pas de tête. Ceci n’est pas un jeu de mots, une boutade pour susciter l’intérêt coûte que coûte. Je l’entends tout à fait sérieusement : je n’ai pas de tête.

Tirée de Vivre sans tête de Douglas Harding

%d blogueurs aiment cette page :