Archives du tag ‘assumer

Goûte   Leave a comment

Visage lotus om

Goûter ce qui est. Non pas seulement observer et accueillir, mais aussi goûter.

Réveiller l’esprit d’expérimentation, de jeu. Je suis en colère. J’accueille l’émotion, puis je la goûte. Je goûte ce que ça fait d’être en colère. Pleinement.

Et si ça ne me plaît pas de ressentir de la colère, je goûte et expérimente ce que ça fait d’être en colère et de ne pas aimer ça.

Chaque ressenti qui arrive est goûté. Tout a le droit d’être là. C’est ok de ressentir ce que je ressens, puisque c’est là. Et qu’est-ce que cela fait de ressentir ça ? C’est comment ? Juste constater ce qui est vécu, sans jugement, comme ce jeu où l’on doit deviner des aliments en les goûtant les yeux bandés. Mettre l’attention sur le parfum, la saveur, la texture, la densité des émotions et des ressentis. Faire cela, c’est faire en conscience l’expérience existentielle.

Qu’est-ce qui goûte ? C’est le témoin silencieux, la Conscience. Goûter un ressenti est un moyen habile de replacer le point de perception sur la Présence. Car en réalité, en amont de tous les phénomènes, notre nature fondamentale est présente en permanence et totalement à tout ce qui est vécu. Elle n’en perd pas une miette. Elle est le fait même de goûter, de percevoir, d’expérimenter la vie sous toutes ses formes.

Et quand le ressenti est savoureux, ne pas se priver de savourer ! Goûter ce que ça fait de savourer. Là encore, pas de jugement, de préférence, pour Ce qui goûte. Et comme bien sûr il y a des préférences sur le plan relatif, goûter ce que ça fait d’avoir des préférences !

Tout est bon à prendre pour l’expérience existentielle.

Suyi Lamour, « La grande paix du cœur »

Une chanson de Neil Diamond – Be

Les paroles sont sur http://paroles-traductions.com/chanson/montrer/1089532/neil-diamond/paroles-et-traduction-be/

 

Publié 10 janvier 2018 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , , , ,

Celui qui ment songe…   2 comments

 

Celui qui ment songe sa vie. Il n’est pas vraiment là. Le mensonge a cette faculté de nous faire croire à une autre réalité, plausible, possible, mais non réelle.

Il y a quelques années, une personne m’a abordé avec un mensonge énorme. Je lui ai demandé si c’était vrai, il a persisté, voulant cacher à mes yeux l’inavouable pour lui. Et pourtant, il y a très peu de geste ou de comportement que je ne saurais accepter.

La personne qui ment nous propulse ailleurs, car elle tente de nous atteindre, ce qui est plus difficile à accepter lorsque notre quête est de vivre en pleine conscience.

Celui qui ment songe sa vie, il n’est pas vraiment là. Peut-être, qu’un jour il saura revenir et se libérer de sa propre douleur, se pardonner de se juger si durement au regard d’un simple comportement.

De cet éveil, chaque rencontre deviendra alors des retrouvailles agréables.

 

Une chanson de Daniel Lavoie – La vérité sur la vérité

Les paroles sont sur http://paroles-traductions.com/chanson/montrer/4517610/daniel-lavoie/paroles-et-traduction-la-verite-sur-la-verite/

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas couper ou modifier les textes et le contenu sans mon approbation, merci.

 

Publié 4 janvier 2018 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , , , ,

Réaliser les étonnements de Jacques Brel   Leave a comment

Une entrevue percutante avec Jacques Brel, quel personnage, quelle lucidité.

Publié 24 décembre 2017 par dandanjean dans Réflexions trouvées à partager

Tag(s) associé(s) : , ,

Futur imparfait ou participe passé?   Leave a comment

visage_souriant_a_lenvers_sticker_rond-rd7c897a72a2f4652b7b8d1aa4610d1f0_v9waf_8byvr_512

Bien que j’ai passé la journée d’hier à m’inquiéter à propos d’aujourd’hui, je dois reconnaître qu’aujourd’hui, je regrette mon inquiétude d’hier.

Et de plus, je sais que je devrais tenter de passer la journée de demain à trouver un peu de temps pour envisager ce que je peux faire pour qu’à l’avenir je ne fasse plus la même erreur.

Heureusement, en ce moment je sais que je ne peux pas rien faire pour changer cela.

Oups, j’ai maintenant un doute…. dois-je m’en inquiéter? À demain!

Une chanson de Peter Gabriel – Make Tomorrow

 

MAKE TOMORROW

Construire le futur

Met la robe dans laquelle tu t’es mariée

Abaisse le voile jusqu’à ce que tes yeux soit cachés

Te rappelles-tu d’où l’on vient ?

Faisons comme autrefois.

Refrain

C’est aujourd’hui qu’on doit regarder le futur

En construisant aujourd’hui le futur

En construisant aujourd’hui le futur

En construisant aujourd’hui le futur

Construire le futur

Construire le futur

En construisant aujourd’hui le futur

Construire le futur

Construire le futur

En construisant aujourd’hui le futur

Remet la photo sous ta fenêtre

Repose le téléphone que tu as dans la main

Éloigne ces choses qui s’immiscent entre nous

Soyons ce que l’on peut

Quand tout semble sans espoir

Quand tout semble sans espoir

Refrain

Quelle meilleure mesure que ce qu’on accomplit ici-bas,

Et que ce qu’on laisse ensuite derrière nous ?

Tous les enfants des enfants de nos enfants,

Avez-vous déjà pensé à ce qu’ils vont trouver ?

Construire le futur

Construire le futur

Quand le sacré rejoint les apeurés

Construire le futur

Construire le futur

Quand le rêve des rêveurs est osé.

En chacun de nous,

Un rêve peut brûler comme le soleil.

Faisons un tout nouvel essai

Pour que cette leçon soit assimilée.

Assis dans un vaisseau,

Regardant la terre depuis là-haut,

Tu te demandes pour quoi ils luttent

Est-ce que tout cela en vaut vraiment la peine?

De construire aujourd’hui le futur,

De construire aujourd’hui le futur,

De construire le futur,

De construire le futur.

 

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2017 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas couper ou modifier les textes et le contenu sans mon approbation, merci.

 

 

Publié 24 décembre 2017 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , ,

Les saveurs du risque   Leave a comment

Peurs

La vie prend une saveur différente quand on accepte de prendre des risques.

Nous avançons en prenant des risques, en essayant, en testant, en créant de nouvelles opportunités.

Ce n’est qu’en reculant vers nos zones de confort, par le truchement de nos peurs, que nous faisons du sur place.

Vais-je m’empêcher de pleurer de peur de passer pour un faible?

Vais-je m’empêcher de rire de peur de passer pour un sot?

Vais-je m’empêcher de tendre la main à autrui de peur de susciter des attentes?

Dire ses sentiments, c’est risquer de vivre la souffrance!

Exprimer ses idées et ses valeurs, c’est risquer de se faire juger.

Toutefois, prendre des risques à notre mesure nous fait avancer.

Il existe toujours un équilibre entre les peurs, les rêves et ce que nous pouvons faire.

Pour se réaliser, notre savoir créatif a besoin de valeurs sûres et de la folie du lâcher-prise.

 

Une chanson de Alcione – Risque

 

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2017 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas couper ou modifier les textes et le contenu sans mon approbation, merci.

Publié 21 décembre 2017 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , , ,

Après le silence   Leave a comment

Visage lotus om

On ne peut pas réellement connaitre une personne, la découvrir réellement si nous nous arrêtons seulement à son histoire professionnelle ou son parcours sur le chemin des croyances. Une personne n’est pas un métier, elle n’est pas un mouvement de tai-chi ou de yoga.

Parler réellement de soi nécessite de partager ce que nous ressentons suite à une chute, que nous parlons de la peur ressentie, de l’effet sur notre estime de soi, de la difficulté à retrouver la force de se relever.

Rien de tout cela n’est facile, et c’est plus acceptable aux yeux de beaucoup de parler seulement de l’aspect technique du redressement, ou de la pilule qui a permis de couvrir la souffrance.

Nous parlons réellement de nous quand notre interlocuteur est synchronisé à nous, c’est-à-dire qu’il commence à sentir les élans du cœur, à comprendre l’humain derrière la représentation, à entendre ce que nous nous disons le soir dans le noir, loin de tous les entendeurs de ce monde.

Les personnes qui se sont dévoilées à une autre personne à cœur ouvert savent que le jugement n’a plus sa place, il y a un lien de conscience et d’acceptation qui s’est alors tissé.

Ils ne réfléchissent plus les informations échangées selon les notions de bien ou de mal, mais de développement, d’éveil et d’entraide.

Si nous prenions juste un peu de temps pour parler de soi au lieu de parler des autres et des choses, il y aurait plus d’humanité.

La bienveillance se développe dans les contacts directs d’humain à humain, par des paroles et des gestes d’ouverture. La pudeur est un mécanisme de défense, elle tombe lorsque nous sommes assumons d’être vraie.

Parler réellement de soi, c’est de partager le présent de la vie qui repose en nous, avec nos mots, nos silences et notre pudique humilité d’être.

 

Une chanson de Simon et Garfunkel – The Sound of Silence

Les paroles sont traduites sur https://www.lacoccinelle.net/243411-simon-garfunkel-the-sound-of-silence.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2017 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas couper ou modifier les textes et le contenu sans mon approbation, merci.

Publié 20 décembre 2017 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , , , , , ,

Quand tu seras prêt   Leave a comment

grandi ose

« Tous les jours le disciple posait la même question : « Comment vais-je trouver l’éveil ? »

Et tous les jours, il obtenait du maître la même réponse : « En le souhaitant. »

– Mais je le souhaite de tout mon cœur, alors pourquoi ne l’ai-je pas trouvé ?

Un jour, le maître se baignait dans la rivière avec ce disciple. Il lui enfonça la tête sous l’eau et maintint ainsi un moment le pauvre homme qui se débattait désespérément.

Le lendemain, c’est le maître qui entama la conversation :

– Pourquoi t’es-tu tellement débattu quand je te tenais la tête sous l’eau ?

– Parce que j’avais besoin d’air !

– Quand tu auras besoin de l’éveil autant que tu avais besoin d’air, tu le trouveras ».

Cité par Anthony De mello

 

Une chanson de Sting et Ibrahim Maalouf – Inshallah

Publié 15 décembre 2017 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , , , , , ,

%d blogueurs aiment cette page :