La femme la plus heureuse du monde

6Sl7fAfFMa1z20e7zzuXdTl72eJkfbmt4t8yenImKBVvK0kTmF0xjctABnaLJIm9

Il y a une phrase de Shabistari, un philosophe et poète musulman, qui dit : « Fend le cœur de l’homme et tu y trouveras un soleil. » Mes amis je l’affirme par expérience. J’ai vécu sur les cinq continents. J’ai beaucoup voyagé dans ma vie. On m’a appelée un peu partout où il y avait des enfants malheureux. Partout : au Liban, en temps de guerre, quand on y tuait ; aux Philippines, où des enfants se prostituaient pour gagner un peu d’argent ; au Sénégal, au milieu des pauvres ; au Soudan, avec la faim, la mort. Partout, j’ai trouvé des hommes, des femmes et des jeunes qui gardaient l’espoir et qui savaient que, malgré la mort, la maladie, la guerre et la haine, il est possible d’aimer. Et cela, c’est fantastique.

*

Chacun doit trouver où mener son combat pour qu’il y ait plus de joie dans le monde. Le monde est comme un miroir : si tu donnes de la joie, tu en reçois. Donner procure à la vie une effervescence, cela nous fait comprendre que nous sommes vivants, et frères et sœurs de tous les hommes qui nous entourent.

*

Vous cherchez un sens à votre vie ? Demandez-vous qui et comment il vous est possible d’aimer. L’amour est le mystère de nos existences.

*

J’ai compris ce qu’est le bonheur, ce qu’est le bien-être : c’est vivre dans l’harmonie des relations humaines.

Sœur Emmanuel dans Je suis la femme la plus heureuse du monde :

Entretien avec Angela Silvestrini

Une pièce musicale d’Hildegard von Bingen – Ave generosa

Travailleur de rue ou passeur?

ImAGE Liens

Pour beaucoup de personnes, il n’était qu’un simple travailleur de rue. Il rencontrait des gens, jeunes et moins jeunes, qui traînaient dans la rue, et il prenait le temps d’écouter ce qui les avaient amenés à décrocher, cette drôle d’expression comme certain se plaise à le dire. Pour lui, on ne décroche pas de quelque chose, on ne trouve pas sa place.

Chaque personne qu’il rencontrait lui apprenait de nouvelles perspectives, et il essayait de leur partager un peu de sa reconnaissance au regard de la vie. Pour lui, chaque rencontre devenait des plus intéressantes, car il y avait d’une part, une personne qui est en marge de la vie et de l’autre une autre personne, lui, qui en général, était en pleine reconnaissance.

Il avait ce don d’aider à prendre conscience que la vie n’est pas une affaire de comptabilité. On n’a pas à remettre les comptes à zéro avec nos bonnes ou mauvaises actions. Cette vision duelle impliquant deux colonnes ou le bien et le mal, le juste et l’injuste, le positif et le négatif ou encore le bon et le méchant tiennent les comptes pour une solde en fin de vie est un peu simpliste. Et que penser alors de ces personnes qui naissent avec un crédit incommensurable? Il disait souvent que cette vision du monde nous enferme dans une logique de victime et de revendication.

Pour lui, il n’y avait pas de calcul, aucune somme à garder, seulement des expériences où nous avons la possibilité de d’être tout ce que nous sommes. Et c’est justement parce que nous devons ou attendons rien à personne que le don et la solidarité sont si précieux comme attention et perspective d’affirmation.

Mais surtout, et surtout, il rappelait que rien ne nous est dû. Nous avons la possibilité de commencer, d’arrêter, de reprendre et de partir, malgré ce qu’en pensent les biens pensants.

Il aimait dire qu’il est bon de cultiver la gratitude car cela nous ouvre l’esprit, nous permet de nous projeter pleinement dans ce qui nous touche et de faire son propre chemin. Il n’essayait pas de juger, de qualifier, d’acquiescer ou d’encourager, il parlait avec les gens avec cette attitude qui nous faisait sentir qu’il appréciait une belle expérience et qu’il partageait les perceptions et opportunités.

Pour beaucoup de personnes, il n’était qu’un simple travailleur de rue. Pourtant, il est un vrai passeur qui permet à des personnes de franchir un obstacle leurs permettant ainsi de continuer le parcours personnel de la vie.

Une chanson d’Yves Duteil – Le passeur de lumière

Les paroles sur https://www.lacoccinelle.net/1291674-yves-duteil-le-passeur-de-lumiere.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Les vrais héros dans nos vies

monsieur_ibrahim_et_les_fleurs_du_coran_2002_portrait_w858

J’aimerais cela être comme cette actrice américaine plus tard.

Mais tu es encore une jeune fille, il y a tellement de choses qui peuvent de te plaire éventuellement, laisse-toi un peu de temps avant de décider.

Oui c’est vrai, j’aimerais aussi être la présidente du pays

Rien de moins, et pourquoi pas une chanteuse?

Oui aussi.

Mais pourquoi veux-tu être quelqu’un d’important et de connu?

Mais pour pouvoir aider les gens

Est-ce que la présidente de ton pays, cette actrice ou cette chanteuse a déjà fait quelque chose de bien et de personnel pour toi?

Non

Qui t’a fait sourire aujourd’hui?

Ma professeure

Et qui a eu une attention particulière sans raison envers toi ces derniers temps?

Le monsieur qui tient le magasin, il est toujours souriant, il me dit tout le temps des bons mots, il m’encourage quand je suis déprimée.

Toi tu es chanceuse, tu as deux héros dans ta vie, deux bonnes personnes qui sont grands de vie et de cœur. À mes yeux, ils sont les vraies célébrités, les vrais héros de ta vie.

Une chanson avec Peter Gabriel – Heroes

Les paroles sur https://www.lacoccinelle.net/1237410-peter-gabriel-heroes.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Voyager sans but

15747851_1410715052313919_864566997698390879_n

Un jour, il avait compris que tout avait commencé, non pas à sa naissance, mais le jour où il a décidé de se lever. Il a alors appris à marcher en grande partie avec ses propres moyens et ses propres expériences. Ses parents l’ont soutenu, accompagnés, mais dans les faits, le jour où il s’est levé, il venait de prendre la posture humaine.

Puis, après les premiers pas, il a commencé à explorer son environnement. Depuis, il en a fait du chemin, il a exploré bien des sentiers que les frontières n’avaient su arrêter. Il s’est mis à voyager non pas pour mieux connaître mais surtout pour mieux se comprendre. Il voyait différentes facettes de lui-même dans la présence des autres.

Il n’était pas de ceux qui franchissaient des frontières et qui ressentent le besoin d’accumuler un trophée ou un souvenir afin de marquer son passage et alimenter ses futures nostalgies. Le passé avait peu d’emprise sur lui, il aimait laisser la nature disposer de ses traces de pas.

Il se plaisait à dire que nous devrions voyager sans but. Aller vers les autres, échanger avec eux, reconnaître le pouvoir thérapeutique du vagabondage et la mission sociale universelle de s’entraider non pas dans une finalité personnelle, juste sans but, juste avec cette reconnaissance de notre humanité et de l’importance d’entretenir la compassion.

C’est en identifiant cette personne unique, qui s’est élevée depuis son enfance, et qui maintenant parcour la voie difficile de l’avancée humaine qui mène au germe de la conscience qu’il vous sera possible de reconnaître le visage de votre humanité. C’est en voyageant sans but que chaque jour devient la bonne destination.

Une chanson de Maxime Le forestier Ambalaba

Les paroles sur https://www.lacoccinelle.net/1333285-maxime-le-forestier-ambalaba.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Au service des autres

ImAGE Mandela

Si, pour certain, le mot serviteur est synonyme d’un statut inférieur, il a toujours représenté pour moi un titre honorable.  Quel beau projet de vie d’être au service de la population, au service des autres, au service des personnes qui partage notre humanité.

Dans les faits, les personnes phares de notre histoire, je pense notamment aux grands serviteurs d’État tel que Simone Veil ou Nelson Mandela, aux grands serviteurs spirituels comme François d’Assise ou Mère Teresa, ou encore aux grands serviteurs dans nos communautés comme les proches aidants et les bénévoles, sont avant tout des personnes qui ont entièrement consacrées leurs vies au développement de l’humain. Ils ont dû faire des combats pour défendre cet idéal d’une société libre et solidaire dans laquelle chacun peut avoir une chance de vivre en harmonie.

Nous avons tous un jour été aidé par une personne compatissante et qui a su faire la différence dans nos vies.

J’espère que collectivement nous sauront toujours reconnaître ces précieuses contributions et exprimer notre gratitude pour ce don de soi.

Une chanson de Julien Clerc – Utile

Les paroles sur https://www.lacoccinelle.net/1079464.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

 

Bénévoles de coeur

cropped-mains-monde2.jpg

Il existe des voies qui sont plus faciles que d’autres. Chaque voie n’est ni bonne ni meilleure, mais chacune comporte des opportunités et des apprentissages différents.

Par exemple, je peux prendre la voie du beau parleur, dire quelques clips, quelques phrases percutantes tirées de d’autres et les envoyer autour de moi pour semer de l’espoir et entretenir mon image.

Je peux aussi prendre la voie de dire aux autres ce qu’il faut penser, et tenter ainsi de les aider. Cela demande beaucoup d’abnégation, car penser pour les autres ce n’est plus penser de soi. Cela demande de la certitude et une volonté de contrôle.

Rien de tout cela dans l’engagement bénévole. Cela ne demande que de l’authenticité et de l’humanité. Rien d’inaccessible, rien de compliqué, des simples gestes pour aider d’autres, et qui ne demandent que l’élan du cœur.

Nous en avons tous le potentiel. Pour une personne altruiste, le bonheur c’est d’aider les autres par des gestes et des paroles permettant de cultiver leur propre nature. Cela demande une attention particulière, cette capacité d’écoute par le cœur, et un engagement authentique et constant habité d’une conscience de la gratitude de la vie.

Merci aux bénévoles qui chaque jour, illustrent l’importance des petits gestes humbles et gratuits, telles de petites gouttes rosées, et œuvrent à l’épanouissement de la vie.

Une chanson de Erick Benzi – Qui sait

Les paroles sur https://www.themusic-world.com/artist/peter_gabriel/lyrics/qui_sait_

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

La nécessité de se gouverner

cropped-mains-du-monde

Les fonctions d’un bon gouvernement sont notamment de coordonner les efforts des humains qui vivent ensemble de mettre de l’ordre, de donner du sens et d’assurer une répartition juste des ressources. En ce sens les gouvernements sont nécessaires. La joute politique actuelle que nous voyons pour atteindre la gouverne en a dénaturé le sens.

Pour accéder au pouvoir, suite à l’approbation de ses pairs, l’élu devrait se reposer sur l’acceptation d’une vision claire qui suscite la mobilisation plutôt que d’utiliser des stratégies de marketing et de contrôle des messages.

Cette approche de manipulation des esprits a fait en sorte qu’une campagne électorale, puis par la suite la gouvernance à l’assemblée des élus, deviennent l’expression de notre division, votre comté, mon comté, mes valeurs, tes valeurs, mon drapeau, ton drapeau, mon citoyen, ton citoyen.

Où peut bien mener une représentation du monde divisé et morcelé? Puisque nous entretenons des combats et des disputes pour la possession de ce qui est éphémère, nous perdons la perspective de notre immense potentiel nous permettant d’agir ensemble, de susciter de l’entraide et un développement d’une société qui saurait vivre ensemble.

Il est risible de constater que les divisionnistes ne perçoivent pas la laideur de leurs attitudes, de leurs pouvoirs, de leur sentiment de supériorité.

Dans les faits, les gouvernants sont des humains comme vous et moi. Ils ne sont pas des dieux ni des puissants, ils sont l’expression de la divinité et de la puissance que nous leur accordons. Pour changer la nature de nos dirigeants, il nous faut nous changer nous-mêmes, développer notre conscience et voter non pas pour un parti pris, mais pour une vision unificatrice.

Il y a aucun avenir sain possible avec un comportement tribal.  Le vivre ensemble ne doit pas reposer sur une idéologie qui maintient la division entre les cultures, les façons de penser et les ethnies. Le vivre ensemble demande avant tout des humains à l’esprit libre, capables d’ouverture et d’entraide, capables de solidarité car le destin de l’un repose sur le destin de tous.

Les gouvernements sont nécessaires même si nous sommes que des hôtes sur cette terre. Les divisionnistes vivent avec une vision qu’après leurs passages, la terre pourra brûler. Il y a pourtant d’autres visions permettant de faire de la terre un lieu accueillant pour les générations actuelles et futures.

Une chanson de Luc De Larochellière – Cash city

Les paroles sur https://genius.com/Luc-de-larochelliere-cash-city-lyrics

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.