Archives du tag ‘ouverture

Comment s’émerveiller aujourd’hui ?   Leave a comment

La Grande Librairie propose d’égayer notre quotidien par la beauté en présence de Christian Bobin, Alexandre Jollien, Pascal Quignard, Fabienne Jacob et une rencontre aux États-Unis, à Denver, avec le romancier Benjamin Whitmer.

Publié 30 novembre 2018 par dandanjean dans Réflexions trouvées à partager

Tag(s) associé(s) : ,

La Voie du sentir 2   Leave a comment

ImAGE champs

Vous êtes une personne mais vous pourriez être un papillon. Ou une rose. Je peux me situer en face de vous comme je me situe en face d’une rose, il n’y a pas de différence. Parce que dans la rose, il y a l’être de la rose qui déclenche aussi en moi, si je le reçois, si je suis ouvert, des sensations, des émotions, des sentiments, des réflexions. La rose va me donner tout ce qu’elle possède, tout ce qu’elle a. Elle ne s’épuise pas et quand je pars, s’il en vient un autre, la rose continue de donner. Elle n’arrête pas de donner ! Mais comme nous sommes en état de fermeture, comme nous avons un égoïsme à l’intérieur de nous-même, nous ne recevons plus, nous voulons imposer, nous voulons impressionner, influencer.

*

On se considère comme important, mais en réalité on ne l’est pas. On est nécessaire mais on n’est pas important. Alors, si on est nécessaire, on doit se demander en quoi on est nécessaire et devenir fonctionnel. Mais si on se croit important, on tombe dans l’idolâtrie de soi-même et c’est le fléau de tous nos malheurs.

*

J’ai eu la chance de m’apercevoir, pas très tôt, vers les trente, trente-cinq ans, que sur la route que j’avais prise pour chercher à m’extraire de ma stupidité, tous les banquets, tous les restaurants, tous les hôtels avaient été prévus. Ils existaient, ils étaient là, et moi je me désespérais de savoir où j’allais manger le lendemain, dans quel hôtel j’allais me reposer. Je parle symboliquement bien sûr. Je me suis rendu compte que pour participer au banquet, il suffisait de parcourir le chemin de façon ouverte ; ne pas dire, d’ici un an, je dois trouver telle chose en particulier, d’ici trois ans, je dois rencontrer tel maître. Il ne fallait pas projeter, il fallait être ouvert.

Robert Eymeri dans La Voie du sentir : Transcription de l’enseignement oral de Luis Ansa

Une chanson de Louis-Jean Cormier 0 Traverser les travaux

Les paroles sur https://www.paroles.net/louis-jean-cormier/paroles-traverser-les-travaux

Publié 28 novembre 2018 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , , ,

Sans dessein   Leave a comment

joie-de-vivre_02

Le jour où nous prenons conscience que les phénomènes et les événements que nous attribuons au destin proviennent en fait de nous, une autre perspective alors se dessine.

Et de ce nouveau point de vue, nous apprenons à mieux décoder l’essence des moments vécus. C’est lorsque l’espérance s’installe que la solitude devient lourde. En d’autres temps, elle est notre parcours de vie.

C’est lorsque nous cessons de vouloir faire durer les choses à tout prix, en les figeant dans la routine et un quotidien muséal que nous découvrons la valeur inestimable de certains moments de vie. Nous ne sommes pas faits pour s’exposer, nous sommes avant tout des créateurs. La valeur, sur l’échelle humaine, n’a rien à voir avec la durée, elle se perçoit dans l’intensité du moment.

Nous ne rencontrons pas une personne qui nous était destinée. Nous sommes toujours seuls et les rencontres marquantes relèvent de notre capacité à saisir l’intensité de ce qui nous anime l’un l’autre.

La vie est peut devenir sans dessein et incomparable à celui qui garde l’esprit ouvert, libre et ancré ici et maintenant.

Une chanson de Paule-Andrée Cassidy – Sans dessein

Les paroles de http://fr.lyrics.wikia.com/wiki/Paule-Andr%C3%A9e_Cassidy/Sans_dessein

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

 

 

Publié 27 novembre 2018 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

La Voie du sentir   Leave a comment

ImAGe humanité

La situation de l’être humain est complexe, mais elle n’est pas dramatique non plus !

Je dirais qu’il est enfermé dans une obscure région de lui-même où règnent l’ignorance et la confusion. Cette région utilise un système de pensée. C’est ce système, surchargé d’opinions, de préceptes, de dogmes, de croyan­ces, d’interdits, de menaces, de récompenses, qu’il faut savoir isoler et rendre peu à peu passif afin de pouvoir l’observer. Afin de connaître de quoi il est composé, c’est-à-dire, tout ce qui constitue mon conditionnement. Là, progressivement, vont se révéler les innombrables mécanismes qui se sont établis à mon insu à l’intérieur de moi-même : j’ai peur de ceci ou de cela, je me justifie de telle façon ou de telle autre, etc.

S’il existe une prison, elle se trouve là, dans ce système de pensée qui me forme et s’est formé, non par ma volonté ou mon choix, sinon à travers les époques, les siècles, et qui s’est transmis de générations en générations, dans la plus complète normalité, d’une façon génétique pour une part et pour une autre, à travers le milieu social, familial et éducationnel.

Et ce n’est pas prêt de s’arrêter !

Vous ne pouvez pas changer cet état de fait mais vous pouvez vous en libérer. Savoir cela, c’est déjà important mais ce n’est pas suffisant.

Il vous faut chercher par quel moyen cette libération peut s’accomplir et éviter en même temps de vous réenfermer dans un nouveau dogme.

Robert Eymeri dans La Voie du sentir : Transcription de l’enseignement oral de Luis Ansa

 

Une pièce musicale de Johann Sebastian Bach ; Toccata & Fugue in Dm, by Sinfonity

Publié 11 novembre 2018 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , , ,

Les perles de vie   Leave a comment

Nous savons tous qu’il y existe le pouvoir des mots. Ils peuvent embellir une réalité et même parfois nous tromper. Par ailleurs, nous savons aussi qu’il y a une autre dimension, celle qui est par delà les mots, où l’on retrouve les gestes et les attentions, qui expriment les différentes formes d’amour et même la compassion.

Le monde nous offre tellement de choses à découvrir, il renferme des richesses inimaginables, qui n’ont souvent pas une valeur grandiose, mais ils ont … de l’importance. Chaque jour, il est possible d’en découvrir et de s’en émerveiller.

Je sais, j’entends déjà des voix qui s’élèvent pour nous rappeler que ce monde n’est pas toujours beau et qu’il arrive très souvent que nous soyons envahis par le découragement. Il est vrai que parfois nous pleurons en raison de la peur ou de la douleur.  Et puis…

Eh bien, c’est vrai que dans le monde où nous vivons il y a des femmes et des hommes qui se battent au quotidien, qui serrent parfois les dents, puis qui font un sourire subversif à cette perception de la souffrance qui s’étend. Ils regardent leurs proches et leurs compagnons et incitent à se serrer les coudes. Leur résilience et leur bonté, font en sorte qu’il est possible de percevoir la chaleur humaine, vous savez, cette chaleur qui agit sur la peur, qui agit sur la faim, qui agit sur le froid et qui s’installe en douceur paisible.

C’est grâce à cet autre langage du cœur que ces résilients permettent aux autres de voir eux aussi que la vie n’est pas monochrome, qu’elle renferme une multitude de facettes.

Je ne dis pas que cette vision est la seule réalité, je ne nie pas les difficultés, je veux juste rappeler qu’il y a des êtres autour de nous qui, jour après jour, deviennent très beaux et rependent une vie joyeuse.

Nous vivons dans un monde riche de changements, et justement parce que tout passe, nous pouvons apprendre et nous adapter à devenir l’expression de ce qu’il y a de plus beau en nous.

Allez, hop la vie.

Une chanson de Nicola Pioviani – « Buongiorno Principessa » (La Vita E Bella)

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 10 novembre 2018 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , ,

Inversion de perspective non violente   Leave a comment

service public

La maturité d’une communauté s’apprécie notamment par sa capacité à ne pas entretenir des comportements favorisant l’émergence de souffre-douleur.

Cela demande que les gens qui la composent entretiennent l’intérêt de construire ensemble, en évitant de se comparer ou de tenter de nier la beauté de l’autre.

Et cette maturité permet de défaire de cette interdépendance: nous avons besoin d’un souffre-douleur, d’un mal-aimé, d’un exclu pour… nous apprécier.

Et cette maturité permet que le souffre-douleur, le mal-aimé ou l’exclu cesse de s’obstiner à suivre ses bourreaux partout.

Pour atteindre ce niveau de maturité, il est plus facile d’amener les gens à s’investir dans la bonté qu’à lutter contre la haine.

Créer les conditions permettant d’instaurer l’état que nous voulons atteindre rend subversive toute résistance aux changements.

Une inversion de perspective non violente.

Une chanson interprétée par Shakira – Imagine

Les paroles sur http://lyrics.shakira-online.fr/?page_id=3346

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

 

Publié 9 novembre 2018 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

L’Acceptation   1 comment

Visage lotus om

Il apparaît plus facile de poser des questions que de trouver des réponses. Si vous avez côtoyé de jeunes enfants récemment, c’est un feu roulant de questions et d’émerveillements.

Pourtant, je pense le contraire et je persiste à dire que de savoir poser la bonne question en phase avec ce que nous vivons est précieux et demande de la vigilance pour garder cette capacité.

Le danger avec le temps, c’est accorder une plus grande importance aux réponses, comme si notre identité et notre intelligence en dépendaient.

Déverser des réponses sans économie de mots peut rapidement devenir le déclencheur d’un esprit qui s’endort profondément au lieu de rester attentif à sa vie.

Notre équilibre ne dépend pas de la spécialisation de nos réponses, mais de notre capacité, quand vient le silence, à composer avec nous, puis avec les autres.

L’intimité est souvent un moment de grâce, car elle permet de transcender les réponses et les questions par l’émergence de l’Acceptation.

Une chanson de Félix Leclerc – Contumace

Les paroles et accords sur https://www.boiteachansons.net/Partitions/Felix-Leclerc/Contumace.php

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 3 novembre 2018 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

%d blogueurs aiment cette page :