L’éternel instant éphémère

26328_549903255041508_1784731828_n

Puisque tout passe, puisque tout est appelé à changer, il est bon de se poser la question de l’intérêt de se battre contre le temps. Au lieu de tenter de préserver un état le plus longtemps possible, ne serait-il pas mieux de tenter de nous attarder à la quête des plaisirs et bonheurs au lieu de leurs objets?

Il n’y a pas de plaisirs éternels, d’ailleurs il en est de même pour les malheurs. Les plaisirs et malheurs ne s’usent pas, ils sont là et se renouvellent d’événement en événement.

Seuls ceux qui tentent de les fuir et de les éviter en vivent une intensité plus forte.  Ceux qui ne s’attachent pas à la présence des plaisirs et des malheurs ni à leurs objets ressentent une plus grande paix.

Je ne dis pas que ce n’est pas possible de vivre une relation très longue avec une personne, je dis seulement que pour que celle-ci ait du sens, il faut qu’elle se renouvelle et change régulièrement.

Car, la seule façon que je connaisse pour vivre une durée significative en termes de sens, c’est de revenir à l’instant. Cet instant éphémère, qui pousse au changement, qui amène l’émerveillement et la gratitude, et qui nous oblige à percevoir notre vie qui se crée.

Une chanson de Peter Gabriel – Make Tomorrow

Les paroles sur http://paroles-traductions.com/chanson/montrer/4533589/peter-gabriel/paroles-et-traduction-make-tomorrow/

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Les fruits de la passion

Boutique rêves

Pourquoi devons-nous être présents alors que manifestement nous existons? Quel subterfuge se cache derrière ces mots?

On peut avoir l’impression que le fait de trouver de beaux mots, de s’exprimer de façon positive devrait suffire. Et pourtant, être vrai est plus important que de faire simple ou positif.

Être présent demande plus que de la présence physique, car cela appelle à nous assumer, à délaisser l’emprise sur nous de toutes sortes de conceptions toutes faites, de préjugés et de peurs liées notamment à nos ruminations

C’est en quelque sorte, s’appuyer sur notre singularité, sur ce qui nous constitue, certains parlent de notre propre nature, et d’en être conscient une bonne partie de la journée.

Comment apprécier que nous soyons sur la bonne voie en ce qui nous concerne et non pas sur la voie des autres? Faites une pause dans votre journée. Prenez le temps d’apprécier ce que vous avez réalisé depuis votre lever. Tracer un bilan de l’importance de vos énergies que vous avez consacrées à faire puis à être. C’est en identifiant l’état d’esprit et l’émotion derrière chacune de ces actions que vous pourrez apprécier ce qui vous motive. Est-ce que vous faites ces actions pour éviter une réprimande, pour éviter de ne pas être apprécié, en faite pour éviter les différentes formes de nos peurs? Ou vos actions sont réalisées afin d’être mieux, c’est-à-dire pour se permettre de se réaliser, de vivre une passion qui nous nourrit et nourrit les autres?

Être présent, c’est prendre conscience de la passion d’être.

Une chanson de Fiori Séguin – La moitié du monde

Les paroles sur https://www.boiteachansons.net/Partitions/Fiori-Seguin/La-moitie-du-monde.php

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Le sacré quotidien

Les pas du coeur

J’ai retrouvé le sens du sacré depuis que je porte une plus grande attention aux gestes du quotidien. Ils ne doivent pas devenir des automatismes, mais plutôt des gestes de vie. Ralentir, prendre conscience, quand cela est possible (car il y a des instants qui nous échappent et les 10 tractions l’emportent), pour découvrir l’aspect précieux de nos gestes.

Nous pouvons préparer un repas en suivant une recette standard, faite par un autre et pour les autres. Il est aussi possible de faire un repas à partir du goût moment, ce qui est ressenti, le besoin de soutien de notre organisme et l’intuition créatrice.

Faire un repas doit être un acte créatif et manger non pas par rituel, mais dans une action festive ou joyeuse.

Se rendre au travail non pas comme un automate, mais comme une personne conscient de la valeur de sa contribution, si minime soit-elle, et qui savoure le parcours et la destination.

Nous sommes en vie, c’est un événement en soi. Les plus grands rituels sacrés visent à se réaliser. Il est bon de prendre conscience que nous avons la chance de le vivre chaque jour.

Le chemin n’est pas seulement un moyen pour atteindre un but ou un objectif.  Le chemin est aussi notre vie, et nos pas, ce que nous avons de plus précieux pour avancer, car chacun de nos pas est le battement de l’histoire de notre vie? Et si, avec ce contact avec le présent, nous avions la clé pour franchir la porte sacrée de notre but lorsqu’il sera atteint? Alors, il ne serait plus pertinent de dire que je suis arrivé, mais bien, que je suis maintenant présent!

Une chanson de Yoav – One by one

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

 

 

Être là

ImAGEMatin champs de fleurs

Elle était couchée sur l’herbe, et lui était bien heureux d’être si près d’elle.

Elle lui demanda de regarder le passage des nuages dans le ciel. Elle lui montra les différentes formes qu’elle voyait et imaginait un dragon qui lentement s’est transformé en un oiseau et enfin en une croisée de chemin. Elle lui dit qu’elle se sentait comme ces nuages, sans forme fixe.

Elle regardant son ami dans les yeux et gardant le silence quelques instants.

Il lui dit alors que lui aussi avait ce sentiment que rien ne se fixe à jamais. Que cet instant qu’ils vivent ensemble n’arrive qu’en ce moment, il peut y en avoir d’autres pareils, mais ce sera peine perdue.  La magie est en ce moment.

Il lui raconta qu’à toutes les fois qu’il réalise un rêve, un projet, une épreuve, un moment magique, il vivait la satisfaction.  Bien sûr, il y a eu les efforts, oui cela entrainait souvent de la fatigue, mais le but était atteint. Et lentement s’effaçait la satisfaction et le désir de relever un autre défi, de faire une autre découverte l’animait. Chaque fois qu’il tentait de refaire le même trajet ou le même projet, il mesurait la perte d’intérêt, la perte d’intensité. Pour lui aussi, le moi changeait constamment comme les nuages et il avait besoin de traverser de nouveaux horizons.

Elle se colla contre lui. En effet, ils venaient tous les deux de mesurer l’importance d’être là, ensemble.

Une pièce musicale de Beethoven – 6th Symphony – Pastoral

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Quel merveilleux jour

ImAGE lever du jour

Je reviens d’une petite promenade,

et pendant que certains

m’ont vu passer,

parfois ralentir mon pas

pour toucher un arbre,

parfois pour regarder des champignons,

parfois pour contempler une pierre,

ou encore,

pendant que certains m’ont vu

regarder le ciel et suivre la course d’un nuage,

ou pendant que je chantais

une simple mélodie,

moi je sais au plus profond de mon être

que dans les faits

je marchais dans la beauté.

Une chanson de Jim et Bertrand – Il me fait du bien

Les paroles sur https://www.boiteachansons.net/Partitions/Jim-Bertrand/Il-me-fait-du-bien.php

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Par delà les pas qui s’effacent

ImAGE yin yang

Un jour, on m’a raconté l’histoire d’une personne qui voulait apprendre chaque chose dans les détails. Par exemple, elle pouvait étudier intensément une fleur pendant de longues périodes. Toutefois, au bout d’un certain temps, elle devait cesser, car la fleur n’était plus la même, car elle avait vraiment beaucoup changé.

Elle se disait qu’elle ne travaillait pas assez vite, et elle essaya de porter son attention sur un objet d’étude qui semblait plus pérenne. Elle s’est alors mise à étudier un arbre, mais au bout d’un certain temps, au milieu de l’automne, tout changeait trop vite.

Elle a passé sa vie à initier des études qu’elle ne pouvait terminer.

Au terme de sa vie, elle prit conscience que tout est changement, qu’il faut beaucoup d’attention et beaucoup de vigilance pour suivre chaque particule de vie dans le moindre détail.

Elle se rendit compte alors que nous sommes des passeurs sur la terre et que cela ne lui a pas été utile de regarder ses pas s’effacer sur rivage et étudier ce phénomène. Un passeur n’a pas besoin de regarder s’effacer les traces de son passage pour trouver sa route.

Le chemin à parcourir nourrit chaque jour de notre vie pour qui sait observer, étudier et identifier les signes de sa propre voie. Celui qui saura atteindre les destinations qui l’interpellent saura composer avec les changements, il saura s’adapter et continuer dans la bonne direction sans perdre courage.

Un passeur n’a pas besoin de tout connaître, de tout comprendre. Il a besoin de développer l’attention nécessaire pour se fondre à la vie, et si possible aider les autres à passer leur chemin avec plus de paix et de sérénité.

Une chanson de Yves Duteil – Le passeur de lumière

Les paroles sur https://www.lacoccinelle.net/1291674-yves-duteil-le-passeur-de-lumiere.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

 

Une simple avancée quotidienne

hero

Ce qui est simple et accessible est la voie que nous devons poursuivre.  La réalisation de soi peut et doit se réaliser par des choses concrètes, souvent simples et avant tout faisables.  Il faut se méfier de la complexité et de la performance pour atteindre un état.

Par exemple, agir avec compassion ne nécessite pas que nous devions faire passer les autres avant soi-même et devenir l’esclave de la souffrance. On ne vit pas avec compassion en utilisant le mot amour à toutes les sauces et en parlant du cosmos comme un vieux pote. Pour vivre une compassion qui nourrit, il faut avant tout une ouverture à l’autre, une capacité d’écoute et d’attention, avoir cette capacité de ne pas tout faire uniquement pour soi et se décentrer de soi-même.

Une quête personnelle ou spirituelle doit avoir du sens au quotidien, doit s’incarner dans notre vie de tous les jours.  Ce n’est pas un habit du dimanche que l’on porte pour un événement ponctuel.

Lorsque l’on vous propose de changer radicalement votre mode de vie, de défrayer des coûts importants et de maitriser une technique complexe pour vous réaliser, il est bon de s’interroger sur la pertinence de devenir une autre personne.

Pour découvrir le monde que j’habite, il n’y a rien de mieux que de simples avancées quotidiennes.

Une chanson de Richard Séguin – Le quotidien

Les paroles sur http://laboiteauxparoles.com/titre/2602/richard-seguin-quotidien

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.