Archives du tag ‘interdépendance

La rencontre   Leave a comment

Nous serons toujours seuls à chaque moment de notre vie. Toutefois, il y a ces grands moments ou la présence de l’autre est possible suite à la rencontre. Chacune d’elle est une porte sur un monde infini suscitant parfois le bonheur ou la souffrance.

L’amitié nait d’une rencontre. L’amour nait d’une rencontre. L’entraide et la solidarité naissent d’une rencontre.

Chacune d’elles est alimentée par ce que l’on pense, ce que l’on dit et ce que l’on fait.

Par exemple, la personne qui accorde beaucoup plus d’importance au statut social ne fera pas les mêmes rencontres déterminantes que celle qui accorde une importance à la façon de traiter les humains.

Nos actions guidées par notre représentation du monde. Ainsi, par nos rencontres, nous fascinons notre entourage. Nous créons en partie notre environnement social.

Lorsque nous sommes insatisfaits de notre vie, il est sain de s’interroger sur l’enlignement entre ce que nous voulons, ce que nous disons et ce que nous faisons.

Chaque rencontre est une inspiration qui peut nous permettre de grandir et une expiration nous permettant de redonner à la vie. Nous avons le contrôle du souffle.

Ce n’est que lorsque nous avons compris l’importance de la rencontre dans notre vie, que le fait d’être seul nous amène au-delà du seuil de la solitude.

Une chanson de Claude Léveillée et Gilles Vigneault interprétée ici par Jean-Pierre Ferland

Les paroles sur http://www.cyberus.ca/~rg/ch_l005.htm

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 21 novembre 2018 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

Au-delà de nos frontières   2 comments

Visage nature

Avez-vous déjà franchi l’autre versant de votre monde?

Il existe vraiment, il est bien réel, mais peu visité, et à l’image de l’inconnu. L’autre versant est perçu comme un côté sombre de notre monde.

Nous avons en général une peur de ce que nous ne connaissons pas. Cette peur est souvent irrationnelle et elle ne peut s’apprivoiser que par un travail de désensibilisation patient et constant.

Le monde que nous partageons et que nous connaissons tous est ce monde social, interactif, ou il y a beaucoup d’animation, des soirées, des repas entre amis, des sorties de groupe, etc.

L’autre versant est cet r de solitude. Il y a tant de richesse à découvrir, et tant d’aventure à réaliser.

Nous foulons l’espace de cet autre versant quand on prend du temps seul pour soi. Nous pénétrons dans ce versant lorsque nous faisons une randonnée en solitaire en forêt ou dans un parc. Nous entrons alors sur les terres de l’autre versant. Si la promenade se fait sans les outils afin de se déconnecter de l’autre monde (musique, livre, journaux, cellulaires, tablettes et j’en passe), alors c’est que vous pénétrez plus avant dans l’autre versant. La peur de l’inconnu se manifeste souvent sous la forme de l’ennui. La cause de cette peur sous forme d’ennui n’est autre que notre incapacité à s’habiter réellement, à garder une créativité dans le présent comme dans l’autre monde. L’ennui est souvent perçu comme une diminution de la vie, un soi très présent dans beaucoup d’absence.

Lorsque nous vivons cette peur reliée à l’ennui, notre réaction première est de bouger, de faire quelque chose, de se divertir, et de repartir dans ce versant où il y a un soi plus absent et beaucoup d’autres formes de présence.

La personne, qui désire continuer à explorer cet autre versant, doit apprivoiser cette peur, l’utiliser pour devenir un meilleur observateur de ce qui l’entoure, puis par la capacité d’attention, apprendre à composer avec cette nouvelle réalité. En fait, elle doit devenir l’auteur conscient dans cet état de solitude.

Celui qui sait voyager seul saura mieux comprendre les autres. Les rencontres ne deviennent plus un prétexte inavoué afin d’éviter de se retrouver seules, mais elles présentent des opportunités pour s’ouvrir à l’autre, pour se découvrir et se dépasser. C’est toute la différence entre s’engager pour ne pas être seul, au lieu de s’engager ensemble à être seul.

Les personnes qui décident d’explorer régulièrement cet autre versant du monde développent une plus grande capacité d’adaptation, une faculté à dénicher le bonheur dans ces instants furtifs, et créer un présent à leur mesure au lieu de s’agiter pour meubler un présent par peur de l’absence. En nous créant, nous allons au-delà de nos frontières.

Une chanson de Bon Iver – Holocene

Les paroles en français sur https://www.lacoccinelle.net/897999.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 18 novembre 2018 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

L’ombre et la peur   Leave a comment

ImAGE enlacés

Est-ce que tu connais l’histoire de ce jeune homme qui voyait toujours le soleil?

Il me raconta un jour qu’il avait appris à développer une relation très spéciale avec le soleil. Il savait dorénavant que le soleil serait toujours là pour lui.

Il me raconta le jour ou il prit conscience de son pouvoir. Il faisait chaud et beau, la journée était splendide et il était en train d’explorer les bois loin de chez lui. Il n’avait aucune crainte, car son père lui avait dit que ce serait une belle journée.

Au milieu de la journée, les nuages ont commencé à apparaître, cachant par moments le soleil.  Puis, le ciel s’est obscurci et le vent devint plus froid. Il s’arrêta sous un arbre, ne sachant plus quoi faire. Il se savait à la merci des éléments de la nature.

Son cœur devint triste, car il lui venait des pensées suggérant que le soleil l’avait abandonné.

Soudain, il vit un être irréel marcher en sa direction. Comme il semblait triste et tourmenté, cet être lui demanda : on dirait que tu as perdu ta route?

Non, dit-il, j’ai perdu le soleil, il est parti et maintenant j’ai froid.

Crois-moi, lui dit cet être irréel, le soleil est comme ton ombre. Chaque fois que ton ombre disparait, cela ne veut pas dire que tu disparais. Il ne t’abandonne jamais. Il est juste parfois invisible.

Si nous pouvions monter sur le dos d’un oiseau, et voler haut dans le ciel, nous verrions l’ombre sous un nuage. J’ai déjà vu ce phénomène lorsque j’étais en haut d’une montagne.

Alors, dit-il, je peux croire en lui? Il va revenir?

L’être irréel lui répondit : il est toujours là, il brille au-dessus des nuages, et la nuit, il brille sur une autre contrée avant de revenir de sa course le matin.

Ne fais pas cette tête, c’est normal de se sentir parfois abandonné, mais tu dois juste apprendre à faire confiance. Quand tu ne vois plus le soleil, c’est que l’ombre prend toute la place. Ne laisse pas ton cœur sous la couche des nuages, élève-toi, apprends à voir ce qui n’est pas apparent et ait confiance. La lumière et la chaleur finissent toujours par revenir.

Tu es rassurant dit-il.  Quel est ton nom?

Je suis Peur, l’errant.

Une chanson de Simon and Garfunkel-Bridge Over Trouble Water

Les paroles de https://www.lacoccinelle.net/243836-simon-garfunkel-bridge-over-troubled-water.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 12 novembre 2018 par dandanjean dans Contes, Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , ,

Rencontre d’humains   Leave a comment

parapluie-bleu-pixar

Je sais que je suis capable de t’écouter, j’ai appris avec le temps l’importance de l’attention, mais saches que je suis incapable de te guérir, de te sauver, ou de faire en sorte que tu arrêtes de ressentir une souffrance et je peux aussi sans contredit t’affirmer que je ne peux pas te donner des réponses absolues.

Je ne suis pas porteur de ta vérité ou de ton apaisement.  Je suis un humain qui tente de trouver des voies de passage et qui aide de différentes façons des personnes à passer.  Rien de plus.

Mais, saches que si tu me demandes de t’accompagner, je serai là, je te rencontrerai même dans tes moments les plus difficiles et je te prendrais la main.  Je ferai avec toi le chemin que tu as besoin pour passer sur l’autre rive, là où la souffrance est un passé. J’avancerai avec toi sans me retourner afin de rester présent et te donner ce qui m’a manqué le plus et que j’ai pu transformer en accompagnement sans jugement. J’ai maintenant appris à être et à transmettre.

N’ai crainte, si tu as des doutes, si tu vis de la confusion, on sera deux, je suis ton semblable, d’une même humanité, d’une même sensibilité. Si tu as de la colère, nous crierons ensemble. Si tu te sens effrayé, j’accueillerai ta peur.

Si tu me le demande, je peux t’offrir une rencontre d’humains.

Une pièce musicale Neil Diamond tirée du film Jonathan Livingston Seagull – Be

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 12 octobre 2018 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

Le présent de la gratitude   Leave a comment

Les yeux du coeur

La gratitude est un présent que l’on se donne, et cela dans tous les sens du terme.

Elle peut apparaître comme un bienfait, un avantage, mais c’est bien plus que cela. Beaucoup plus qu’un merci, c’est une source de vie intarissable.

Elle induit un état d’être, une prise de conscience qui alimente nos pensées, nos émotions, et nos actions.

La gratitude est une présence à l’autre,

elle est un présent que l’on partage,

et elle est une action au présent.

C’est ce qui fait toute la beauté et la grande énergie qu’elle dégage. Autant la personne qui l’exprime que la personne qui la reçoit en sont transformées.

Une pièce musicale de Paul Simon – Anji

 

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 11 octobre 2018 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

Pour souligner l’action de grâce québécoise   2 comments

 

ImAGE coucher

J’ai été saisi d’une vision,

J’ai été happé par sa fenêtre

J’y ai vu les souffrances de nos cœurs

J’ai vu nos signes désespérés

Pour que tout s’arrête

La vision était là, criante de fragilité

Et l’obscurité masquait ce que nous voulons taire

Les anges, les saints, et les démons tous silencieux

Pour délier les nœuds des liens qui font mal

Tous attendent une intervention divine

Le sang de l’éden liant la femme et l’homme

Coule au fond de nous, sève de vie

Nous recherchons l’union, mais dans les faits,

Nous ne cherchons qu’à attacher

Des hommes et des femmes sans relier

Je sais qu’il n’est pas possible d’être neutre

Lorsque l’on prêche pour défendre un sacre

Le sang de l’éden finit par uniquement couler

Pour s’approprier le chemin de vie d’un autre

Le bien d’autrui ne devrait pas être un crédit

Est-ce un symbole sacré qui semblait luire au loin

Un rêve semblait le tenir étroitement dans nos mains

La vision était floue, la distance était grande

Donnant plus de pouvoir au rêve, à la quête

À travers les espoirs, flottants et errants

Le sang de l’éden liant la femme et l’homme

Amène la séduction, le succès du moment

Que ce soit un moment, ce moment

Ce moment d’oubli, un moment de bonheur

Pour remplir le vide de ce qui n’est pas lié

Entendez-vous le lointain tonnerre

Ce son inouï de milliards d’âmes

Cherchant le chemin de la paix, de l’union?

Entendez-vous le silence de chaque créature

Qui attend une intervention divine?

Le sang de l’éden

Liant la femme et l’homme

Coule au fond de nous

Nous pouvons faire l’union et l’acceptation

De la femme et de l’homme

Dans le rêve de l’intervention divine

Nous croyons faire tout notre possible

Oubliant ce qui est déjà divin en nous

Ce qui porte le germe d’acceptation

Et le code de l’architecte de la vie

Quand il ne subsistera plus rien de nos attentes

Subsistera le sang de l’union coulant à travers soi

Le ressentez-vous dans vos os et vos veines?

Il n’a pas besoin d’être versé pour partager

Ce trésor caché derrière notre diversité

Une pièce musicale avec André Rieu – Conquest of Paradise

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 8 octobre 2018 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , , ,

Une pause pour le thé   Leave a comment

the-a-la-menthe_0

On disait d’elle qu’elle était une vieille âme, une personne qui porte la fin d’un cycle comme un cadeau du ciel à partager avec tous.

Calme, son regard était profond et lumineux.

L’autre jour, je suis passé la voir pour partager le thé. Avec son sourire énigmatique, elle a passé la main dans ses cheveux puis, d’une voix douce, elle me dit : Tu sais tout humain ne vit pas seulement pour se nourrir et prendre un peu de thé. Quel est ton rêve? Qu’est-ce qui t’émerveille, ou te permet d’espérer?

Après la surprise, nous avons eu une belle discussion.

Elle voit les choses d’une façon non duelle. Tout semble se compléter et interdépendant dans son esprit. Par exemple, elle me confia au fil de la conversation que le courage ne peut pas être le contraire de la peur. Le courage, c’est cette capacité d’agir avec la peur en soi et d’intégrer l’adversité.

Cette vieille âme savait transmettre un savoir important.  On n’a rien à attendre de la vie, du cosmos ou de toute autre divinité cachée au recoin de nos fantasmes. On n’obtient jamais ce qu’on mérite, on obtient ce que nos actions ont ensemencé ou parfois ce qu’on a négocié.

Et le partage de ce thé était pour elle une boisson divine, au bon moment, au bon endroit, avec la bonne personne.

Une chanson de Cat Stevens – Tea for the Tillerman

Les paroles en français sur http://paroles-traductions.com/chanson/montrer/4509885/cat-stevens/paroles-et-traduction-tea-for-the-tillerman/

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

%d blogueurs aiment cette page :