Archives du tag ‘compassion

Apprendre à laisser partir   Leave a comment

Grèce la mer

Venir au monde, apparaître, se présenter.  Voilà ce que naturellement nous développons au cours de notre vie.  Certains d’entre nous ont développé cette capacité d’entrer en relation, voire de soulever des foules.

Il est plus difficile d’apprendre le détachement, à ne plus retenir ce que l’on aime, à ne pas vouloir prendre. Apprendre à laisser partir qui nous aimons.

Pour beaucoup de personnes, couper les liens dans une relation est quelque chose d’impensable. Et fort de cette croyance, ils sont prêts à posséder l’autre et à endurer le mal de vivre.

Apprendre à laisser partir l’autre, c’est aussi reconnaître que chacun à sa propre vie, qu’il n’y a aucune souffrance à infliger à l’autre qui est justifiable, que pour préserver l’amour, il est nécessaire parfois de perdre la présence.

Les personnes qui ont apprivoisé la solitude savent très bien que nous pouvons aimer sans être présents. Il porte en eux un regard dépossédé de l’insécurité de l’absence.

Apprendre à laisser partir ceux que nous aimons quand c’est le temps, sans oublier, sans amertume, voire même avec compassion, c’est développer cette conscience de l’étendue que peut prendre notre humanité, tant sur le plan de l’espace que du temps.

Une chanson de Jim et Bertrand – J’étions seul

Les paroles http://laboiteauxparoles.com/titre/42601/Jim_Bertrand_J_%C3%A9tions_seul

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

 

Publié 18 août 2018 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , , ,

Les gens serviables   Leave a comment

J’ai beaucoup de reconnaissance pour ces gens qui ont intégré dans leur vie l’importance du service aux autres. Ils sont des artisans de notre tissu communautaire ou des artisans de la fonction publique qui mettent au cœur de leurs préoccupations un service public qui fera la différence dans la vie au quotidien de leurs concitoyens.

Ils donnent souvent sans compter, sans rien attendre en retour, et sans instaurer ces différentes formes de dépendance que l’industrie chérit tant.

Ce sont des personnes qui ont décidé de donner. Non pas qu’elles n’ont pas besoin de prendre de temps en temps, mais elles ont appris à créer un meilleur équilibre par le don de soi et le service aux autres. Elles ont compris que pour vivre dans un monde équitable, il ne faut pas seulement l’espérer, il faut vivre d’une façon qui respecte et renforce la capacité d’agir des autres.

Ce ne sont pas des gens qui prennent une retraite de leur vie active. Ils mettent fin à une carrière, et poursuivent autrement leur action dans la communauté. Elles n’ont pas besoin de vivre une retraite de la vie, elles se réalisent dans leur quotidien.

Nous connaissons tous des personnes qui font la différence dans notre milieu. Ces phares sont le ciment de nos communautés, sachons leur exprimer notre reconnaissance.

Une chanson de Solidays – Qui sait

Paroles sur https://www.rockol.it/testi/16006811/anggun-patrick-bruel-stephan-eicher-faudel-peter-gabriel-laam-lokua-kanza

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 31 juillet 2018 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , , ,

Besoin d’être aimé   Leave a comment

Dès notre naissance jusqu’à notre mort, que nous le voulions ou non, nous sommes habités par ce besoin d’être aimé. Nous taisons généralement nos défauts. Lors de nos échecs, nous regardons les autres et nous nous demandons comment ils font. Pourquoi réussissent-ils?

Dans les faits, toute notre vie nous allons alimenter ce besoin d’être aimé en tentant de nous adapter avec des périodes de réussites et des périodes d’échecs. La personne qui nous regarde durant notre période de réussite peut se demander comment nous faisons pour l’avoir réalisé, où avons-nous puisé cette confiance? Elle en oubliera peut-être notre dimension humaine avec nos reflets de lumière et nos jeux d’ombre. Bien sûr, il y a aussi ces personnes qui utilisent leur réussite pour se mettre en mode représentation et qui se pavanent pour mieux détourner l’attention d’une anxiété enfouie.

Il est important de s’interroger sur le pourquoi de ce besoin d’être aimé. Elle a pris racine dès notre enfance dans notre relation avec nos parents, avec les membres de notre famille, avec nos professeurs, avec nos camarades, puis elle s’est perpétuée à l’âge adulte avec notre conjoint, nos enfants, notre patron, etc.

Il est vrai que tapis dans l’ombre, nous pouvons mieux voir les jeux de lumière briller. Moins nous aimons, plus nous voulons être aimés. Et inversement, plus nous ressentons de la compassion, plus nous aimons et moins nous avons cette urgence d’être aimés. Un détachement s’installe, on accorde moins d’importance à d’éventuels départs au profit de la présence.

C’est lorsque nous vivons dans le passé ou dans le futur, en attente du présent, que nous avons conscience du manque, et lorsque nous agissons que nous tentons de le transcender. C’est probablement le message caché derrière le projet d’apprivoiser que propose le Petit Prince. Le besoin d’être aimé devient le besoin de s’ouvrir à l’autre.

Vivre l’instant avec l’autre comme un présent.

 

Une chanson de Luc Cousineau et interprétée par Jill Barber – Vivre en Amour

Les paroles sur https://www.paroles-musique.com/paroles-Luc_Cousineau-Vivre_En_Amour-lyrics,p18268

 

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

 

Publié 19 juillet 2018 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , , , ,

Petits coups de coeur   Leave a comment

Les actions lumineuses

qui déposent une touche de folie

dans notre quotidien,

ou les sentiments désintéressés de compassion distribués furtivement,

ou les petits présents simples offerts

générant ces battements des yeux et du cœur,

et l’ouverture aux autres

créant un espace d’accueil et d’humanité,

voilà ce qui engendre des états de grâce

des moments exceptionnels de vie

des perles d’instants

éternels et furtifs

qui transforment nos communautés

à petits coups de cœur

Une chanson de Daniel Bélanger – Les deux printemps

Les paroles sur http://www.danielbelanger.com/lyrics.php?lyrics=775

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

 

Publié 12 juillet 2018 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , ,

Le don d’aimer   Leave a comment

uibovduu

L’attitude du don à travers des gestes d’amour, des gestes concrets, est sans doute ce qu’il y a de plus difficile, parce qu’on n’est pas dans une attitude de sèche indifférence, ni dans une attitude d’amour sentimental et passionnel. C’est une voie de crête, la voie du milieu.

Nous sommes sur terre pour apprendre à bien aimer. Aimer c’est encore possible, mais bien aimer …quel chemin ! Je crois que nous avons toute notre vie pour apprendre…pour voir à quel point nous aimons mal, nous aimons pour nous. Nous cherchons toute sorte de compensation et nous appelons ça de l’amour …

*

On ne peut éviter certaines aventures et circonstances désagréables de notre existence, elles en font partie. L’important est de ne pas entretenir la douleur. Si nous n’entretenions pas nos souffrances, nos pensées et nos ressentiments que réveille en nous cette douleur, elle pourrait diminuer.

*

La loi de la transformation de l’être: si le grain de blé en terre ne meurt pas, il reste seul et ne porte pas de fruits. Le gland qui ne pourri pas ne se transforme pas: il restera en terre et ne produira pas de chêne.

Contrairement ce que l’on peut penser, ceux qui ne prennent pas le risque de se perdre, de se donner, se détruisent: c’est une loi naturelle. La paléontologie en donne une bonne illustration: les animaux qui se sont préservés, qui n’ont pas risqué leur vie ont eu tendance à se scléroser, à se fossiliser. Il n’y a pas eu d’évolution.

*

Aimer quelqu’un sans vouloir le garder pour soi est complexe: l’autre croit souvent qu’il est aimé s’il peut vous appartenir, et cela crée des nœuds, des difficultés.

Comment aimer vraiment quelqu’un? Pas simplement en parole ou avec de la bonne volonté, mais en posant des actes où il se sente aimé sans que l’on ait pour autant refermé les bras sur lui, sans qu’on l’ait enfermé dans une situation affective inextricable. Si je t’aime, ce n’est pas pour moi, ne t’occupe pas de moi, ne reste pas accroché à moi, va plus loin sur ton chemin.

Jean-Yves Leloup dans La montagne dans l’océan : Méditation et compassion dans le bouddhisme et le christianisme

Une pièce musicale de Lévon Minassian – « They Have Taken the One I Love

Publié 2 juillet 2018 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , , ,

La vie en partage   Leave a comment

Dans un monde où les cycles se réalisent dans un phénomène de réciprocité, chaque étape préparant l’autre.

Dans un monde où chaque élément est inter relié et interdépendant, l’un devenant la nourriture de l’autre, l’un procurant l’énergie pour l’autre, l’un apportant la réflexion qui alimentera la vision d’un autre.

Dans un monde où tout est important, non pas par le titre ou la notoriété, mais par la qualité de l’être, la profondeur de l’âme.

Il est fascinant de constater que les moments de notre vie les plus intenses et les plus éclairants se réalisent par ce que nous partageons avec une réelle réciprocité dans l’échange. Cela explique probablement en partie les vertus de la compassion et de l’émerveillement qu’elle suscite.

 

Une chanson de Greg Laswell – Comes and Goes

Les paroles en français sur https://www.lacoccinelle.net/301572.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Un point de vue unique   Leave a comment

ImAGE ouverture

Il est si facile d’oublier que nous vivons dans un monde où chacun à sa propre représentation, son propre angle de vision. Ce que nous concevons nous est unique.

En fait, personne ne peut réellement se mettre à la place de l’autre, car si vous le faites, vous constaterez que pendant qu’une personne prend votre place, vous êtes déjà ailleurs. Ultimement, c’est une question de survie. Notre perception est unique.

C’est en prenant conscience que le monde est constitué de cette diversité de perceptions, de cette richesse collective, que nous prenons conscience de la futilité d’imposer sa propre vérité.

Il devient alors plus judicieux de partager nos parcours, de céder sa place pour permettre à l’autre de se faire sa propre représentation du point de vue où nous étions, mais avec son propre bagage et ses propres perceptions, etc.

Dans la même perspective, lorsque nous entreprenons une nouvelle action, il devient important de s’assumer, d’assumer notre perspective, d’assumer nos valeurs, et de faire le deuil de les faire cautionner par les autres. C’est la voie de la résilience menant à la compassion.

Une chanson de Luc De Larochellière – J’ai vu

les paroles et les accords sur https://www.boiteachansons.net/Partitions/Luc-De-Larochelliere/J-ai-vu.php

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 16 mai 2018 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , ,

%d blogueurs aiment cette page :