Une pause rencontre

Femmes-visage-noir-fond-optique-illusion-monochrome-les-yeux-ferm-s-corps-peinture-noir-D-coration

Il regardait le silence envahir son être. Plus rien n’était présent vraiment, sinon d’une façon plus discrète et très différente. Il avait le regard fixe et le cœur qui battait lentement.

Un passant qui aurait vu la scène se serait cru devant un film que l’on a mis sur pause. Mais rien n’aurait supposé que la pose prise par cet homme était en fait une rencontre en soi.

Il avait voulu trouver sa vérité, sa raison de vivre, son essence, et il cherchait depuis longtemps. Pour qui veut trouver quelque chose, il faut être aux aguets et porter une attention particulière à l’objet de sa quête.

Puis, juste avant de faire une pause en regardant le silence paisible l’envahir, il avait compris que jamais il ne pourrait trouver sa vérité, sa raison de vivre ou son essence, car ils ne les avaient jamais perdus. Il venait tout simplement de prendre conscience qu’un jour on s’éveille à eux.

Et maintenant, il mesurait sous ce nouveau jour toute l’importance de revoir sa conception de l’amour.

Une chanson de Radiohead – The Numbers: Jonny, Thom & a CR78

Les paroles sur https://www.musixmatch.com/fr/paroles/Radiohead/The-Numbers/traduction/francais

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

La grande mélodie

cropped-image-la-musique-du-monde1.jpg

Elle pensait qu’il fallait vivre dans la réalité, pleinement et intensément et pour cela, elle avait la ferme conviction qu’elle devait cesser de rêver. Pour elle, le rêve c’était la fuite et une forme d’absence qu’est la non-présence.

Elle se forçait à dormir le moins possible, à faire le plus de choses durant le jour pour rester éveillée. Elle se disait que la personne éveillée a la chance de choisir ses rêves et non les subir.

Toutefois, la qualité de son éveil diminuait au fil du temps au point que sa qualité de vie en était affectée. Elle se disait que c’était normal, toute démarche importante et déterminante devait impliquer une transformation par la souffrance.

Jusqu’au jour où elle se réveilla dans un lit d’une urgence. Ce fut à partir de ce jour que tout bascula.

Elle se mit à entendre la musique de sa vie. Au début, c’était qu’une faible pulsation, dont le rythme, semblait constante. Mais en prenant le temps d’écouter attentivement, parfois le rythme accélérait, parfois il ralentissait. Et de nouveaux sons sont apparus. Elle aimait découvrir ce qui se jouait en elle.

Il lui est même arrivé de se pincer, car elle croyait parfois que cela n’était qu’un rêve.

Elle découvrit au fil du temps que la mélodie de sa vie était à sa façon harmonieuse. Elle commençait à une période, puis se terminait avant de reprendre plus tard. La mélodie était riche de notes, de rythmes créant des silences et des pauses. Elle en arrivait parfois à se demander si les silences étaient issus des notes, ou si les notes étaient issues du silence. Il en était de même pour ses états de conscience ou les rêves et la réalité se généraient.

Le jour où elle accepta de se relever de son lit à l’urgence, elle avait implicitement accepté l’importance des pauses et des silences non plus comme des arrêts du cœur, mais comme faisant partie d’une grande œuvre qui lui permettait de se dévoiler.

Entendez-vous la grande mélodie?

Une chanson de Julien Clerc – Let the sunshine

Les paroles sur https://www.lacoccinelle.net/959919.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Au-delà des mers et des ports

ImAGE Bateau papillons

Ce matin, j’ai pris le temps de soulever les couvertures qui me réchauffent et me protègent, j’ai mis le pied à terre et j’ai respiré l’air frais de ce jour.

J’ai eu l’impression de sortir de ma cachette où je formule mes rêves, où je ressens des pensées reposantes et où je me retranche des tumultes des jours pour m’élever à la vie et accueillir la magie d’un monde neuf, bien que fragile, et surtout éblouissant.

S’il est vrai que l’origine de nos souffrances se retrouve dans l’interprétation et l’évaluation des événements, je suis debout ce matin avec un nouveau devenir, une nouvelle présence qui me permet de transcender les espoirs et m’élancer une nouvelle fois dans la vie.

Peut-être aurais-je le courage de casser les moules de mes perceptions et représentations dans lesquels j’enferme les gens que j’aime. Il est tellement plus facile de posséder une image figée de l’autre et ne plus s’émerveiller de voir les autres être libres de leur propre chemin.

Le plus beau présent que nous pouvons nous offrir est de vivre pleinement et entièrement ce qui nous anime. Personne n’a besoin de voguer sur tous les océans, et marcher sur tous les ports de ce monde, ce dont nous avons besoin, c’est juste de vivre exagérément ce qui est bon en soi et qui nous anime.

Ce matin, je nous rappelle qu’il est venu le temps de réaliser ce qui nous tient à cœur, d’aimer pleinement et d’être entièrement.

Une chanson de Cat Stevens – Morning has broken

les paroles sur https://www.lacoccinelle.net/263358.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Sentir chaque moment d’éveil

ImAGE terre

Je sens chaque jour, que ce soit le matin ou le soir, les changements s’opèrent, certains éléments de la vie se précisent. Il existe toujours la nébuleuse au loin, mais chaque éveil que m’apporte la vie me permet de mieux m’intégrer dans ce qui peu à peu se transforme, la température, les couleurs des feuilles, l’intensité du torrent, l’angle du soleil. Il n’y a pas de sens caché aux saisons, il y a la pertinence de s’y synchroniser, et de laisser notre nature propre faire de même et vivre ses transformations.

Nous avons habitué notre œil à se laisser séduire par la beauté des paysages et des choses délicates. L’entraînement à l’observation, l’attention nous permet de vivre des moments d’émerveillement qui sont des éveils à la vie, où la grâce transpose au sein de notre nature propre une révélation.

Il arrive un temps où nous comprenons que ce ne sont pas toutes les journées ensoleillées et chaudes qui sont bénéfiques, certaines brûlent des espaces de vie. De même, que ce ne soient pas toutes les tempêtes qui représentent un défi d’obstruction sur notre chemin, certaines ont pour fonction de le nettoyer afin de se rendre à notre nature profonde. Il n’existe pas de mauvais temps, juste les différentes sortes de temps de la vie.

Les personnes qui ne désirent qu’un seul temps font le choix inconscient de ne plus apprendre et de s’opposer au cycle de la nature sur une base quotidienne. Ils se réveillent dans le même espace-temps désiré et se donnent peu d’opportunité à l’émerveillement, à l’éveil à autre chose.

On entend souvent dire que le sens de la vie est le bonheur. Je nous souhaite d’être le plus souvent possible à la bonne heure, c’est-à-dire, au bon moment, au bon endroit, avec les bonnes personnes, capables, peu importe les conditions, d’apprécier et de s’émerveiller des changements qui s’opèrent en nous et qui nous rends, pour qui sait porter attention, si beaux.

Une chanson de Leonard Cohen – Hallelujah

Les paroles sur https://www.lacoccinelle.net/257665-leonard-cohen-hallelujah.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Le rêve du papillon

ImAge mains papillons

Un jour, il se réveilla et il eut le sentiment que la vie venait de lui. Il eut cette impression intense que la vérité, la réalité, la finalité ou l’essence n’ont jamais été ailleurs. C’était juste là.

Ce jour-là, il venait de franchir le mur de la perception et les frontières de l’interprétation. Il venait d’inverser la perspective.

Il était capable de vivre cette subtile différence entre le présent et la chaleur ressentie, entre le présent et les odeurs qui l’entouraient.

Il savait maintenant que nous ne quittons jamais le présent. Quand nous vivons des événements passés, nous les vivons du présent. Quand nous sommes dans les rêves d’anticipation d’un monde meilleur, nous vivons dans le présent.

Il était capable de vivre cette subtile différence entre le présent et les pensées qui déposent les mirages des différents temps que nous sommes capables de créer.

Son esprit mesurait la différence entre ce qui le traverse et ce qu’il est.

C’est parce que le présent change tout le temps qu’il donne l’impression de nous fuir entre les doigts, et pourtant.

Ce jour, lorsqu’il se réveilla, il venait de franchir les barreaux et les chaînes qu’il avait toujours cru exister.

Une pièce musicale de Pucini interprétée par Maria Callas – Madame Butterfly

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Un geste, une transformation à la fois.

26328_549903255041508_1784731828_n

Elle se souvenait encore de cette soirée ou elle s’était moquée d’une amie qui disait que le bonheur est important dans la vie.  Elle avait bien ri, en se disant qu’il y avait tellement d’autres priorités.

Plus tard, les choses se sont mises à aller de travers. Elle était mal, rien n’aboutissait et puis ce fut la crise. Elle constata l’échec de sa vie, et le plus dur, fut de se rendre compte que c’était sa représentation du bonheur qui avait forgé son malheur.

Elle prenait la mesure de tout ce qu’elle avait enduré pour être belle. Elle ressentait ses pieds qui lui faisaient mal jusqu’à son dos. Elle sentait la faim la tenailler. Elle prenait la mesure de toutes les relations qu’elle a supportées pour bien paraître alors que maintenant elle était devenue insupportable à elle-même. Elle prenait la mesure de toutes ces fois ou elle s’était mise à courir pour faire plus vite en croyant ainsi améliorer son sort. Elle mesurait tous les liens de dépendances qu’elle a acceptées et qui les maintenaient dans son obscurité.

Elle se disait que maintenant qu’elle mesurait l’effet des liens de ses dépendances, il lui paraissait judicieux de consacrer un peu d’énergie au quotidien pour vivre la joie et le bonheur. Quitte à perdre des relations, à changer d’image et à ne plus se mesurer à l’opinion des autres.

Elle avait appris à la dure qu’il est faux de croire que les situations difficiles lui apporteraient une opportunité de solution pour s’en sortir. C’est tout le contraire, malgré les circonstances souvent incontrôlables, c’est le travail acharné sur elle et sur ce qu’elle voulait réellement vivre qui avait transformé sa vie.

Un geste, une transformation à la fois.

Une chanson de Yoav – One By One

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Sans dessein

joie-de-vivre_02

Le jour où nous prenons conscience que les phénomènes et les événements que nous attribuons au destin proviennent en fait de nous, une autre perspective alors se dessine.

Et de ce nouveau point de vue, nous apprenons à mieux décoder l’essence des moments vécus. C’est lorsque l’espérance s’installe que la solitude devient lourde. En d’autres temps, elle est notre parcours de vie.

C’est lorsque nous cessons de vouloir faire durer les choses à tout prix, en les figeant dans la routine et un quotidien muséal que nous découvrons la valeur inestimable de certains moments de vie. Nous ne sommes pas faits pour s’exposer, nous sommes avant tout des créateurs. La valeur, sur l’échelle humaine, n’a rien à voir avec la durée, elle se perçoit dans l’intensité du moment.

Nous ne rencontrons pas une personne qui nous était destinée. Nous sommes toujours seuls et les rencontres marquantes relèvent de notre capacité à saisir l’intensité de ce qui nous anime l’un l’autre.

La vie est peut devenir sans dessein et incomparable à celui qui garde l’esprit ouvert, libre et ancré ici et maintenant.

Une chanson de Paule-Andrée Cassidy – Sans dessein

Les paroles de http://fr.lyrics.wikia.com/wiki/Paule-Andr%C3%A9e_Cassidy/Sans_dessein

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.