Archives du tag ‘éveil

L’expérience directe   Leave a comment

Oiseau

J’aime les textes qui nous permettent de nous ramener à notre expérience, à ce que nous ressentons tout en alimentant l’esprit.

Malgré tous les beaux textes que nous pourrons lire, toutes les belles paroles que nous pourrons entendre, ce qui fera la différence est cette capacité à intégrer en temps personnel dans notre vie.

Tout prend racine de l’expérience. La conscience est avant tout expérimentale.

Le présent n’est pas un discours sur de grandes choses, ce n’est pas une philosophie.

Vivre est un phénomène très simple et évident. Lorsque nous nous arrêtons et que nous regardons simplement, un monde encore nouveau s’offre à nous, et malgré nos résistances, nos certitudes s’effacent lentement pour laisser la place au renouveau.

Aucune parole, aucun geste, aucun souvenir ne peut ramener ce qui fut et changer le présent en cette forme ancienne qu’est le passé.

L’expérience directe amène notre propre représentation.

L’expérience directe amène notre propre langage.

L’expérience directe amène notre propre temps.

L’expérience directe amène notre réalité impermanente.

Que traînons-nous du passé qui n’a plus sa place?

 

Une pièce musicale de Estas Tonne – Beautiful life, Now I am free

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2017 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas couper ou modifier les textes et le contenu sans mon approbation, merci.

Publié 6 décembre 2017 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

La plénitude de la vie   1 comment

seule

 

Eh oui,

après des années

de recherche assidues et impatientes

pour trouver une personne solitaire,

une vraie, qui sait le vivre, et l’assumer,

je me suis approché d’elle, et je lui ai parlé,

j’ai été en mode écoute, heureux,

et je lui ai tendu la main,

mais, tout d’un coup,

le solitaire est disparu,

il ne restait qu’une personne….

Elle sans attente,

sans absence,

sans manque,

capable d’être présent

absorbée dans ce qu’elle faisait

comme un artiste

dont la vision créatrice

s’étale sur une toile

en silence,

sans perte, sans amertume

sans remord ou haine

au contraire, une grande passion

un grand amour l’habitait.

Maintenant

présentement,

détendu et patient

seul, ensemble

à tout instant

le Nous apparaît

d’une représentation solitaire

dans la plénitude de la vie.

 

Une chanson de Serge Fiori-Seule

LES PAROLES DISPONIBLES SUR l’image au début de l’article

 

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2017 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas couper ou modifier les textes et le contenu sans mon approbation, merci.

 

Après l’éveil   Leave a comment

C’est parce que le rêve s’arrête que l’on appelle ça l’éveil.

Mais en fait, l’éveil, cela n’existe pas.

Cela s’appelle l’éveil du point de vue du rêve, mais quand le rêve cesse, cela n’a plus de nom, cela est Cela, c’est tout.

L’éveil s’évanouit avec le rêve.

Yvan Amar, Les nourritures silencieuses

 

Une chanson de Yoav – Wake Up

Publié 17 novembre 2017 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , , , ,

Le miroir de l’esprit   Leave a comment

P1070793

Le miroir est un outil d’apprentissage que j’affectionne. Il est là, sur le mur, et il est censé être d’une forme simple, un rectangle mince accroché au mur, dont la texture est froide et lisse, et qui est fait d’un verre poli et métallisé qui réfléchit les rayons lumineux. Bien qu’il soit unique, il peut devenir multiple par la variété des objets qui se reflète en lui. Un objet simple, mais, pourtant…complexe.

Vous vous levez le matin, vous regardez le miroir au-dessus du lavabo et tout à coup votre monde peut basculer. Un bouton, une marque, une ride, une nouveauté… bref, cet objet simple réfléchit ce que nous captons comme standard de vie.

Devant le miroir, il y a le voyant, la vision et la chose vue.

Étrangement, le rêve à des propriétés très proches du miroir.

La conscience est à l’image de cette perspective captée devant le miroir, multiple et unique.

La conscience se manifeste par une multiplicité d’aspects, mais elle est avant toute autre chose que la représentation d’une personne qui voit le monde. La conscience est non duelle, elle transcende les corps en exposition, l’espace et la captation issue de la seule perspective de l’esprit qui voit.

Lorsque l’esprit prend conscience des reflets qui émanent de lui, que ce soit les pensées ou les émotions, il peut alors porter son attention sur ce qui est à la source de ces rayons lumineux qu’il capte.

Toute forme de miroir est un outil d’apprentissage très intéressant.

Une chanson de Gentle Giant – On Reflection

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2017 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas couper ou modifier les textes et le contenu sans mon approbation, merci.

Publié 15 novembre 2017 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

Se lever différemment   Leave a comment

Ce matin,

j’ai regardé le lever de vie

tel un accueil serein.

Je me suis soulevé

dans ce mouvement.

Je n’ai pas eu l’intention

de prendre la route,

de parcourir un chemin

de bouger pour passer

à autre chose.

J’avais juste eu besoin de sentir

le mouvement de mes pas,

ceux qui me font avancer

pour renouer avec la voie

qui donne le sens à toute route

à tous les chemins empruntés.

Cette voie n’est pas devant soi.

Elle est par soi,

Invisible à celui qui la cherche,

car il ne verra qu’un simple tracé,

visible à la personne qui se fond en elle.

La beauté du monde apparaît

à celui qui n’a plus besoin de voir,

qui est capable d’en faire l’expérience

de le vivre,

et qui ressent par le corps de la terre

l’impermanence de sa présence consciente.

Une chanson de Hildegard von Bingen  iterprétée par Anonymous 4 – Invocation

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas couper ou modifier les textes et le contenu sans mon approbation, merci.

 

Publié 5 novembre 2017 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

Apprendre la découverte   Leave a comment

ImAGE Inspiration

Nous devons soutenir l’émergence de nouvelles approches dans le domaine de l’enseignement.

Elles doivent permettre d’entretenir l’émerveillement, la curiosité et le désir d’apprendre réellement et non pas uniquement enseigner le résultat des recherches et des réflexions des auteurs.

Il importe de développer de nouvelles approches permettant avant tout d’enseigner comment réfléchir, comment chercher.

Penser librement est un exercice difficile nous amenant à regarder librement le monde qui nous entoure ainsi que les voies du développement de la pensée.

Ainsi, il est possible d’explorer les réponses que nous formulons par nos travaux comme des parcelles de vie qui s’écoulent de notre conscience et de notre présence.

Apprendre, c’est enfanter le sens.

 

Une chanson d’Alanis Morissette – You learn

Les paroles sont sur : https://www.lacoccinelle.net/243810.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas couper ou modifier les textes et le contenu sans mon approbation, merci.

Publié 30 octobre 2017 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , , , ,

Le chant tantrique du frémissement   Leave a comment

Tibet Drapeaux de prière

Un jour un vieux maître sur le point de mourir donne la transmission de la lignée à l’un de ses disciples. Celui-ci profitant du dernier moment avec son maître, ne peut s’empêcher de faire une ultime tentative :

« Maître, lorsque mes disciples viendront me voir avec l’espoir que je leur donne des directives sur une éthique en accord avec l’enseignement, n’y a-t-il vraiment rien à leur transmettre ?

-Écoute bien, dit le maître dans un dernier élan de générosité. Ce que l’esprit aime, c’est former des concepts, comparer, émettre des jugements, aller au fond des choses, former une image fixe des enseignements et les transformer en certitudes. Bien que cela ne soit pas vraiment la vue que nous développons, donne leur la permission de le faire car ils ne pourront s’en empêcher. Qu’ils laissent l’esprit aller où bon lui semble, dans une totale liberté, dans un non-conformisme absolu, sans être limité par des injonctions et des tabous. Essaie simplement de leur faire saisir que tout mouvement est yoga à partir du moment où personne ne revendique la propriété de cette pensée. Laisse aller la pensée où bon lui semble sans aller jusqu’au point où tu crois que c’est ta pensée. Sois comme une plume légère dans un haut défilé montagneux ; porté par les courants chauds, elle monte, poussée par les courants froids, elle descend. Elle virevolte de gauche à droite mais ne conçoit pas ce que mouvement est issu de sa propre volonté.

– Et qu’en est-il pour les expériences sensorielles ?

– Ce que l’œil aime par-dessus tout, c’est contempler des formes harmonieuses et se laisser porter par la joie de ce regard. Laisse ton œil épouser les formes qui le touchent, explorer les mouvements de la matière et des êtres, mais ne va pas jusqu’à penser que c’est toi qui voit le monde. Il y a une immense arrogance à croire que notre regard va vers les objets. Ressens que le ciel te regarde et que tout est regard.

– Comment considérer le toucher ?

– Ce que la peau aime par-dessous tout, c’est être en contact avec d’autres peaux, avec des matières subtiles et vivantes, se glisser dans un cours d’eau, un lac, l’océan ou l’espace. Alors laisse ta peau aller vers ce qui l’attire et entretiens le frémissement fondamental. Sois comme un instrument touché par le corps du musicien. Laisse vibrer en profondeur toutes les harmoniques qui montent en toi, mais essaie de ne pas aller jusqu’au point où tu conçois que c’est ta peau qui entre en contact avec l’univers.

– Et pour l’ouïe ?

– ce que l’oreille aime par-dessus tout, c’est entendre des sons mélodieux, goûter à la musique des êtres et du monde. Libère ton ouïe de toute limite et permets-lui de goûter à l’harmonie, mais ne va pas jusqu’au point où tu penses que c’est ton ouïe qui écoute l’univers.

– Pour le goût ?

– Ce que le nez aime, c’est être en contact avec des fragrances délicieuses. Il aime goûter aux parfums délicats des plantes et des êtres, il aime respirer l’espace, la pluie qui tombe sur une forêt, l’odeur délicieuse d’un être qui s’abandonne. Alors, permets à ton nez de respirer le monde, mais ne va pas jusqu’à croire que c’est ton nez.

– Que se passe-t-il si le yogin et la yoginî réussissent ce prodige.

– Alors toute perception est perception spatiale et toute la beauté du monde nous ramène sans cesse à l’illimité, mais si l’ego collecte nos impressions sensorielles, il les utilise pour construire sa forteresse et s’isoler du monde. Jouir de la beauté est le plus profond des yoga si personne ne capture la perception. C’est mon dernier enseignement, il est l’accomplissement de toute l’approche de Mahâmudrâ, transmets-le à ceux qui en sont dignes et qui pourront survoler la sensation comme le soleil et la lune survolent les nuées. »

Alors le vieux maître sortit, il regarda la vallée une dernière fois, huma l’odeur de la forêt, caressa une pierre, s’assit sur le sol, il but une goutte de rosée qu’il préleva sur une feuille et s’éteignit en abandonnant son corps, ses émotions et sa pensée à l’espace.

L’Incendie du coeur : Le chant tantrique du frémissement de Daniel Odier

Une chanson de Tina Turner – Sarvesham Svastir Bhavatu

Publié 29 octobre 2017 par dandanjean dans Contes, Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , , , ,

%d blogueurs aiment cette page :