Archives du tag ‘humanité

Ce qui nous fait grandir   Leave a comment

grandi ose

La personne qui donne de son temps n’a pas perdu une seconde de sa vie,

la personne qui donne de son affection n’est pas diminuée d’autant de sentiments,

le réel partage n’entraine pas de division, mais plutôt, une addition.

Ce n’est qu’en prenant possession de la part de l’autre que nous division.

La personne qui partage son intimité n’en perd pas pour autant sa solitude

toutefois, c’est en rendant captif la solitude de l’autre que nous devenons un bourreau.

Apprenez des gens. Vivez, partagez, prenez le temps de ressentir,

faites confiance, et cessez d’avoir peur d’un manque. Tout est là.

Ce qui vous grandira fera grandir notre humanité.

 

Une pièce musicale L’Arpeggiata – Athanasius Kircher (1602-1680) – Tarantella Napoletana, Tono Hypodorico

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

 

Publié 19 février 2018 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

La grâce de la gratitude   1 comment

ImAGE reconnaissance

 

Plus précieux que des cadeaux matériels en raison de son effet durable, la gratitude touche directement le cœur. Offrir sa gratitude en disant « merci » instaure une réelle reconnaissance entre deux personnes.

« Merci » ce sont que 5 petites lettres, qui lancées machinalement, sans attention, n’opèrent aucune magie. Mais, lorsque le regard est soutenu, en toute conscience, ces 5 lettres ont le pouvoir de toucher la source de l’estime de soi.

La gratitude exprimée suscite chez la personne qui l’a reçoit une prise de conscience de son potentiel et lui permet, du même coup, de balayer du revers de la main toutes les incertitudes potentielles. La gratitude permet cette élévation du matériel vers l’être. Elle est un appel à un regard positif sur notre humanité.

Le cercle vertueux de la gratitude est alimenté par l’expression de notre gratitude aux autres, ainsi, nous devenons conscients des instants de bonheur reçus, nous devenons plus ouverts, aimables, et enfin, semeur de ces présents précieux. Ces présents précieux peuvent susciter plus que de la gratitude…

Aucune reconnaissance et aucune gratitude exprimée ne sauront annihiler les émotions négatives, mais elles faciliteront le développement des émotions positives en nous concentrant sur ce que nous avons et non sur ce que nous désirons.

Il y a dans la gratitude une main ouverte tendue vers l’autre. Certains diront que le regard de l’autre sur soi valide notre existence en confirmant notre valeur. Il y a surement un peu de cela, car l’ingratitude peut souvent engendrer une impression de grand rejet.

Dire merci, exprimer sa gratitude, c’est contribuer à l’effet papillon pour la libération de moments de joie et de bonheur. C’est surtout être authentique, dire ce que nous pensons et ce que nous ressentons. En soi, c’est probablement le plus beau cadeau, autant pour la personne qui donne, que pour la personne qui reçoit. De nos propres fragilités, nous prenons conscience de notre grandeur en tant qu’humains.

Car la personne qui a reçu a bien souvent renoué avec sa vulnérabilité pour accepter le geste de l’autre.

Au creux des mains de la gratitude, il y a les battements du cœur de la générosité, de l’humilité et de l’ouverture à l’autre. Si la gratitude n’est pas le bonheur lui-même, elle permet d’en identifier une des énergies qui la composent.

Merci!

 

Une chanson de Jean-Jacques Goldman – Nos mains

LES PAROLES SUR https://www.lacoccinelle.net/280275.html

 

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas couper ou modifier les textes et le contenu sans mon approbation, merci.

Publié 27 janvier 2018 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , , ,

Ces gens-là … une partie du nous   Leave a comment

Audrey Hepburn, UNICEF ambassador in Ethiopia

March 16-17, 1988, Ethiopia — Soon after becoming a UNICEF ambassador, Audrey Hepburn went on a mission to Ethiopia, where years of drought and civil strife had caused terrible famine. — Image by © Derek Hudson/Sygma/Corbis

Si nous voulons mieux comprendre le phénomène de la pauvreté qui est présente aujourd’hui, il nous faut cesser de réfléchir avec cette conception d’observation à distance qui se traduit souvent par le propos : ces gens-là… différents. Malheureusement pour eux, les personnes pauvres ne sont pas issues d’une autre race issue du pays de la pauvreté.

Ils sont comme nous, de l’espèce humaine. Comme nous, ils ont des rêves, ils ont des attentes, ils se sont débattus et à la différence de d’autres, des repères se sont perdus, le soutien n’est pas venu pour donner le petit coup de pouce nécessaire ou la santé est venue brouiller les cartes.

Certains pays ont compris qu’en se préoccupant de l’enjeu de la redistribution d’une partie de la richesse, l’humain a plus de chance de se réaliser, et collectivement nous en sommes gagnants. Le soutien d’institutions compétentes et légitimes pour les aider à décider, à développer, à faire émerger le talent n’a pas de prix.

En y regardant bien, les personnes pauvres comme les personnes riches recherchent le soutien de l’état. Pour l’un c’est une prestation, une allocation, un coupon, un panier de nourriture. Pour l’autre, une subvention, un congé de taxe, des avantages fiscaux et j’en passe.

Les gens pauvres et les riches sont de la même espèce humaine, interdépendante au sein de la même humanité. Nous avons le choix, fermer les yeux et se dire que tout passe, même cela. Nous avons aussi le choix de susciter l’émergence d’une alternative permettant de créer des conditions inclusives. Nous avons les ressources, l’enjeu est avant tout une question de priorité, de sens civique, de répartition et de persévérance.

Cessons de tenir pour acquis le cadre établi. Ceux qui utilisent les crises économiques pour se remplir les poches n’aiment qu’eux-mêmes. Les humains riches ou pauvres qui valorisent l’entraide seront toujours plus nombreux, ils prennent de plus en plus la parole. Ces gens-là méritent le respect et dessinent le vrai visage de notre humanité.

Une chanson de Claude Dubois – Comme un million de gens

Les accords et les paroles sur https://www.boiteachansons.net/Partitions/Claude-Dubois/Comme-un-million-de-gens.php

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 19 janvier 2018 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , , ,

Quelques propos de Claude Lévi –Strauss   Leave a comment

Terre

Il faut beaucoup de naïveté ou de mauvaise foi pour penser que les hommes choisissent leurs croyances indépendamment de leur condition.

*

Chaque progrès donne un nouvel espoir suspendu à la solution d’une nouvelle difficulté. Le dossier n’est jamais clos.

*

Le barbare, c’est d’abord l’homme qui croit à la barbarie.

*

La civilisation mondiale ne saurait être autre chose que la coalition de cultures, préservant chacune son originalité.

*

L’humanité s’installe dans la monoculture ; elle s’apprête à produire la civilisation en masse, comme la betterave. Son ordinaire ne comportera plus que ce plat.

*

La tolérance n’est pas une position contemplative. C’est une attitude dynamique, qui consiste à prévoir, à comprendre et à promouvoir ceux qui veulent être tolérants.

*

Claude Lévi –Strauss

Il est un anthropologue et ethnologue qui a exercé une influence importante sur les sciences humaines dans la seconde moitié du XXe siècle en étant notamment l’une des figures fondatrices de la pensée structuraliste.

 

Une chanson de Damien Rice interpreétée avec Cantus Domus – It Takes a Lot to Know a Man

Les paroles en français sur https://www.lacoccinelle.net/947909.html

Publié 12 janvier 2018 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , , ,

Nos voyages domestiques   Leave a comment

 

Lorsque nous regardons furtivement un passant, il n’y a généralement pas le regard de l’autre dans notre représentation. Nous voyons un corps en déplacement. Il est rare que nous regardions vraiment une autre personne pour ce qu’elle est réellement.

Nous la regardons, car elle est là, elle occupe un espace dans notre vie, elle suscite un vague intérêt, elle est avant tout un élément dans notre propre représentation de notre vie.

Maintenir cette perspective représente une grande erreur, car cette vision de la vie n’est pas la vie, et surtout notre regard n’est pas le seul possible, il y a d’autres possibilités de représentation de notre monde.

La personne que nous regardons bien qu’elle est une inconnue pour nous est avant tout un monde à découvrir.

Sa rencontre et l’ouverture d’un dialogue peuvent devenir une belle aventure vers l’humain. C’est plus qu’un arrêt de notre temps programmé, c’est l’embarquement sous le signe de la découverte.

En y faisant attention, nous constatons qu’il y a tellement de voyage domestique abordable et sublime.

Une chanson de Francis Cabrel – Des Hommes Pareils

Les paroles sont sur https://www.lacoccinelle.net/297367.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2017 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas couper ou modifier les textes et le contenu sans mon approbation, merci.

Publié 22 décembre 2017 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , , , ,

Ensemble   Leave a comment

Boule humaine

Au début, je n’entendais qu’un son, un son léger. J’ai porté une attention plus soutenue. Au bout de quelques secondes, j’ai pris conscience que c’était un murmure, à peine audible, mais un mot murmuré. Cela m’intrigua, et j’ai arrêté alors toutes mes occupations.

C’était bien un murmure, mais il semblait que je distinguais maintenant plusieurs voix. Des mots jaillissaient, prononcés en canon, paix, espoir, amour, peur, désir, liberté, acceptation… Plus je portais attention, plus je distinguais un ensemble d’expression de cette humanité qui nous habite.

Les voix, les langues, les tonalités, la force de l’expression, toutes ces différences qui du même souffle, interpelle notre âme. Bien que bien des mots me fussent inconnus, j’en saisissais l’énergie, le sens.

Je suis conscient que nos différences suscitent un effort d’ouverture et d’acceptation, mais l’espace d’un instant, je sais qu’il est possible de faire le premier pas, de prendre conscience minimalement que nous sommes ensemble, d’une même humanité.

Ensemble!

Une chanson de Jean-Jacques Goldman – Ensemble

Les paroles sont dans la vidéo

 

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2017 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas couper ou modifier les textes et le contenu sans mon approbation, merci.

 

Publié 12 décembre 2017 par dandanjean dans Contes, Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , , , , ,

Qui es-tu?   Leave a comment

masque

Qui es-tu sans ton histoire spirituelle ?

« S’il te plaît, ne me parle pas de la ’Pure Conscience’ ou de ’Demeurer dans l’Absolu’.

Je veux voir comment tu traites ta partenaire, tes enfants, tes parents, ton précieux corps.

S’il te plaît, ne me fais pas un cours sur ’L’illusion du soi séparé’ ou sur la façon dont tu as atteint le bonheur permanent en seulement 7 jours.

Je veux sentir ton cœur rayonner d’une chaleur réelle.

Je veux entendre comment tu écoutes, comment tu encaisses toute information qui ne correspond pas à ta philosophie personnelle.

Je veux voir comment tu t’y prends avec les personnes qui ne sont pas d’accord avec toi.

Ne me dis pas à quel point tu as fait du chemin, à quel point tu es libre de l’ego.

Je veux te connaître sous les mots.

Je veux savoir à quoi tu ressembles lorsque les problèmes te tombent dessus.

Si tu peux accepter pleinement ta douleur sans prétendre être invulnérable.

Si tu peux sentir ta colère, sans basculer dans la violence.

Si tu peux accorder un passage sûr à ton chagrin, sans en être esclave.

Si tu peux sentir ta honte sans faire honte aux autres.

Si tu peux merder et l’admettre.

Si tu peux dire ’désolé’, et le penser vraiment.

Si tu peux être pleinement humain dans ton éclatante divinité.

Ami(e), ne me parle pas de ta spiritualité.

Ça ne m’intéresse pas vraiment.

Je veux simplement te rencontrer, TOI.

Connaître ton précieux cœur.

Connaître ce magnifique humain qui lutte pour la lumière.

Le rencontrer avant ’l’être spirituel’.

Avant tous les mots profonds. »

Jeff Foster

 

Une chanson de David Gilmour Wish you were here

Les paroles traduites sont sur https://www.lacoccinelle.net/246823.html

Publié 9 décembre 2017 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , , , , , , ,

%d blogueurs aiment cette page :