Archives du tag ‘humanité

Les sondes Voyager : ce qu’il restera de l’humanité si la Terre disparaît   Leave a comment

En 1977, les sondes Voyager 1 et Voyager 2 s’envolaient dans l’espace pour aller photographier des planètes lointaines. 40 ans plus tard, elles sont toujours là, à 20 milliards de kilomètres de la Terre.

Elles puisent dans leurs ultimes ressources énergétiques pour remplir leur ultime mission scientifique : envoyer les données qu’elles récoltent depuis qu’elles sont sorties du système solaire.

Mais à leur bord, on trouve aussi un objet étrange : un disque contenant des images, des sons et de la musique.

C’est une sorte de bouteille à la mer réservée aux éventuels extra-terrestres qui pourraient l’intercepter. Alors à que contient ce disque ? Qui a choisi ce qu’on trouve dessus ? Et comment les aliens pourront-ils le lire ?

Publié 31 octobre 2018 par dandanjean dans Réflexions trouvées à partager

Tag(s) associé(s) : , , , ,

Retrouvailles   Leave a comment

Dessin d’Elise Bordelais

Je suis un havre en dehors du temps où les pierres et la végétation balisent ce territoire et il y fait bon vivre. J’ai fait une pièce pour t’accueillir, toi qui passes, voyageur d’un temps nouveau et sans âge. Il y a si longtemps que nous nous sommes vues et nous reprenons le contact comme une amitié de veille.

Nous ne sommes pas de ceux qui comptent par le temps nos appartenances, nous sommes en voie de reconnaissance de la vie. Chacun de tes récits de voyage dévoile les mondes possibles et les points de rencontre de notre humanité.

A la fin du jour, je vais servir le repas que j’ai préparé avec une cuisson lente et des arômes exotiques pour nourrir notre amitié. Chaque plat sera une facette de ce lieu à te partager.

Puis, à la fin du jour, nous ferons un coucher de vie transportant cette lumière qui nous relie vers l’autre côté du monde connu.

Une chanson de Simon et Garfunkel – Old Friends

Les paroles sur https://www.lacoccinelle.net/293704.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 9 octobre 2018 par dandanjean dans Contes, Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , ,

Par delà le marché   2 comments

Klee 18

Qui n’a pas entendu l’expression que rien n’est gratuit dans la vie. Subtilement, elle introduit dans notre inconscient collectif que ce qui a de la valeur doit se monnayer. Et si ce n’était pas toujours le cas? Et si nous pouvions vivre différemment?

Tout se paie, affirment les économistes sur le ton de l’évidence. Une bonne partie de notre formation repose sur cette vision économique qui exclut tout désintéressement dans les rapports humains. Selon certains, l’économie de marché idéale, implique que chaque chose a une valeur monnayable. C’est la logique du système. L’efficacité économique est ainsi fixée par la loi de l’offre et de la demande. Toute gratuité révèle une défaillance du marché et un problème à régler.

D’ailleurs, certains économistes pousseront plus loin le raisonnement en mettant en lumière l’intervention des instances publiques afin de réguler, par la taxation et l’impôt, la distribution de la richesse.

Le danger avec ce type de représentation du monde dans lequel nous vivons, c’est que les activités non productives, telles que l’entraide, les services aux personnes démunies ou le bénévolat deviennent des anomalies.  Et c’est là que ma voix s’élève pour rappeler que tout développement économique durable repose sur le développement social d’une communauté.

Henri Mintzberg propose dans Rééquilibrer la société — Pour un renouvellement radical au-delà de la gauche, de la droite et du centre, un modèle de solidarité basé sur trois piliers, le service public, les services privés et les services de la collectivité. L’angle qu’il prend n’est pas la valeur, mais la contribution.

Il arrive que quelque chose d’une grande valeur soit gratuit, je pense à une amitié sincère et authentique, je pense à une balade dans un boisé, je pense au don de sang, je pense au coucher de soleil, à une zone libre Wi-Fi, à un refuge, à un échange avec une personne d’une grande sagesse. Vous savez comme moi que le marché n’est pas en péril pour autant, au contraire, il se vit mieux.

Le prix vient réguler un échange, la valeur réelle provient de l’impact social associé. Le prix chute lorsqu’il y a plus de demandes. Le don n’a pas de prix, c’est pourquoi il est d’une valeur inestimable.

L’activité humaine est, pour qui sait voir, n’est pas une valeur ajoutée. Elle est la vie. C’est l’inestimable de notre humanité, une personne ayant une vie engagée envers autrui, vivant modestement et avec humilité, est en train de recréer l’équilibre.

Une chanson de Fred Pellerin – C’est combien

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 2 octobre 2018 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

Apprendre à laisser partir   Leave a comment

Grèce la mer

Venir au monde, apparaître, se présenter.  Voilà ce que naturellement nous développons au cours de notre vie.  Certains d’entre nous ont développé cette capacité d’entrer en relation, voire de soulever des foules.

Il est plus difficile d’apprendre le détachement, à ne plus retenir ce que l’on aime, à ne pas vouloir prendre. Apprendre à laisser partir qui nous aimons.

Pour beaucoup de personnes, couper les liens dans une relation est quelque chose d’impensable. Et fort de cette croyance, ils sont prêts à posséder l’autre et à endurer le mal de vivre.

Apprendre à laisser partir l’autre, c’est aussi reconnaître que chacun à sa propre vie, qu’il n’y a aucune souffrance à infliger à l’autre qui est justifiable, que pour préserver l’amour, il est nécessaire parfois de perdre la présence.

Les personnes qui ont apprivoisé la solitude savent très bien que nous pouvons aimer sans être présents. Il porte en eux un regard dépossédé de l’insécurité de l’absence.

Apprendre à laisser partir ceux que nous aimons quand c’est le temps, sans oublier, sans amertume, voire même avec compassion, c’est développer cette conscience de l’étendue que peut prendre notre humanité, tant sur le plan de l’espace que du temps.

Une chanson de Jim et Bertrand – J’étions seul

Les paroles http://laboiteauxparoles.com/titre/42601/Jim_Bertrand_J_%C3%A9tions_seul

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

 

Publié 18 août 2018 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , , ,

Un signe de vie   Leave a comment

36c3d92081f5198ff07ff3078067bf6c.jpg

Il marchait sur la plage tôt le matin, lorsqu’il fit une découverte surprenante. Il y avait une bouteille recouverte de sable qui contenait un message. Il a pris la bouteille et après l’avoir ouvert, il a lu le message qui semblait venir de la nuit des temps.

Il n’est pas nécessaire d’attendre les signes pour se rassurer et se voir confirmer que la voie est bonne. La voie que tu as choisie est ta vie, elle n’est pas ta destination.

Aujourd’hui c’est encore un nouveau jour, une nouvelle opportunité de réaliser des nouvelles avenues. Aujourd’hui est une opportunité de signer ta vie comme on grave le bonheur dans le cœur.

Il n’y a rien à attendre, et tout à réaliser, tout à surprendre, tout à découvrir et s’en émerveiller. As-tu déjà fait un signe à la beauté de la vie pour signifier ta présence?

Elle est la résultante de ta singularité, de ton originalité, elle est un signe distinctif pour notre humanité.

Au sein de l’un de ses cycles, tu corresponds à une zone occupée par la constellation de ta génération et à partir de laquelle il est possible de prédire les caractéristiques des avenirs possibles.

En y mettant notre cœur, et avec compassion, il est possible de devenir un signe de vie sur la Terre qui sera le joyau de l’univers.

 

Une pièce musicale de Ricahrd Strauss = Also Sprach Zarathustra

utilisée dans l’ouverture du film 2001 Odyssé de l’espace

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 24 juillet 2018 par dandanjean dans Contes, Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , , ,

Ces personnes ayant des capacités   Leave a comment

Il arrive que nous regardions une personne handicapée avec la lunette du manque et par extension nous éveillons nos peurs associées. Cela prend du recul pour prendre conscience que l’handicap est dans notre œil. D’ailleurs, je n’aime pas cette expression personne handicapée.

Il est aussi réducteur de définir une personne qui n’a pas de talent artistique par ce manque que la personne qui n’a pas une jambe par membre manquant.

J’ai plaisir à reconnaître les gens qui m’entourent par leur propre nature. Je découvre notamment des persévérants, des courageux, il y a aussi des apprenants, des visionnaires, il y a aussi des grandes âmes, des solidaires et des solitaires.

Je n’aime pas que l’on me définisse par la qualité de ma marche, mon acuité visuelle ou ma façon de m’exprimer.

La grandeur d’une personne ne se mesure pas par l’espace qu’il occupe dans notre environnement, mais bien par la dimension de son intériorité accueillant notre humanité.

En ce sens, toutes les personnes, peu importe leurs dimensions, portent notre part d’humanité.

 

Une chanson de Grand Corps Malade et Anna Kova – Espoir adapté

Les paroles sur https://genius.com/Grand-corps-malade-espoir-adapte-lyrics

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 13 juillet 2018 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , ,

Le moine aux larmes   Leave a comment

ImAGE encens

Un certain moine me raconta, lorsque j’étais novice, l’histoire d’un frère. Il était un jour étendu en prière devant un autel, et le Seigneur le gratifia si largement du don des larmes qu’il en mouilla tout le sol.

Il naquit alors en son cœur (c’était, comme il s’avéra par la suite, sous l’influence du diable) un vain sentiment de gloriole, au point qu’il se disait à lui-même intérieurement : « Ah, si seulement quelqu’un pouvait voir quelle grâce m’est échue ! »

Aussitôt celui qui lui avait inspiré cela se montra, se tint de côté près de lui, et contempla ses larmes avec la plus grande sympathie.

Or il apparut sous la figure d’un moine noir. Levant les yeux, à cause de son effroi intérieur, tout autant qu’en raison de la noirceur de l’habit, le moine en prière reconnut que c’était un diable, l’instigateur de son mouvement d’orgueil ; et alors, celui qu’il avait appelé par sa vanité pécheresse, il le chassa par la vertu et à l’aide du signe de la croix.

En raison de dangers de cet ordre, il est enjoint par Dieu à ceux qui prient d’aller dans leur cellule et de refermer la porte derrière eux, en d’autres termes, de se tenir à l’écart de la louange humaine.

Hermann Hesse

Une pièce musicale de Hildegard von Bingen interprétée par Alexandra Marisa Wilcke – O dulcis Divinitas

 

Publié 23 juin 2018 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , ,

%d blogueurs aiment cette page :