Archives du tag ‘sagesse

La sagesse espiègle   2 comments

Après s’être livré dans l’« Éloge de la faiblesse », sur ses 17 années passées dans un centre pour personnes handicapées, le philosophe Alexandre Jollien confie comment il a perdu pied face à une dépendance affective et comment il en est sorti. Avec la liberté de ton qui lui est propre, l’auteur réalise un exercice de mise à nu, page après page, comme pour mieux raconter son addiction ; dans un neuvième ouvrage, une nouvelle fois extrêmement intimiste. « La sagesse espiègle » est publié aux éditions Gallimard.

Publié 7 novembre 2018 par dandanjean dans Réflexions trouvées à partager

Tag(s) associé(s) : , ,

De la petitesse à la grandeur   Leave a comment

Sache que le monde tout entier est miroir, dans chaque atome se trouvent cent soleils flamboyants.

Si tu fends le cœur d’une seule goutte d’eau, il émerge cents purs océans.

Si tu examines chaque grain de poussière, mille Adam peuvent y être découverts…

Un univers est caché dans une graine de millet ; tout est rassemblé dans le point du présent…

De chaque point de ce cercle sont tirées des milliers de formes.

Chaque point, dans sa rotation en cercle, est tantôt un cercle, tantôt une circonférence qui tourne.

 

Nacer Khémir dans Paroles d’Islam

Une pièce musicale de Faran ensemble – Amazing Oriental Music

Publié 25 octobre 2018 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : ,

Ainsi parlait Zarathoustra   Leave a comment

citation danse Nietzsche

Souffrir de la solitude, mauvais signe : je n’ai jamais souffert que de la multitude.

*

Que votre amour de la vie soit amour de votre espoir le plus haut et que votre espoir le plus haut soit la pensée la plus haute de la vie.

*

Deviens qui tu es! Fais ce que toi seul peut faire.

*

Plus tu t’élèves, plus tu parais petit aux yeux des envieux.

*

Il faut avoir du chaos en soi pour accoucher d’une étoile qui danse.

*

Celui qui ose le plus a toujours plus raison. Celui qui crache le plus loin est toujours leur législateur.

*

Par bien des chemins et de bien des façons j’ai découvert ma sagesse : ce n’est pas par une seule échelle que j’ai atteint la hauteur d’ou j’ai pu plonger mon regard dans mes lointains.

Et ce n’est que de mauvais gré que je demandais mon chemin. Cela me contrariait toujours !

Je préférais interroger et essayer les chemins moi-même.

Une tentative et une interrogation, voila ce que fut ma marche, et en vérité il faut aussi apprendre a répondre a une telle interrogation!

Cela est mon gout: ni bon, ni mauvais, mais mon gout, dont je n’ai plus honte et que je ne cache plus.

« Or ceci est mon chemin, ou est donc le votre ? »

Voila ce que je répondais a ceux qui me demandaient le chemin.

Le chemin, en effet, il n’existe pas.

Friedrich Nietzsche dans Ainsi parlait Zarathoustra

Une pièce musicale de Hans Zimmer – A way of life

Publié 23 octobre 2018 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , ,

Si elle clapote, c’est qu’il n’y en a pas assez   Leave a comment

ImAGE passage

Répondant à l’invitation à une cérémonie du Thé, j’entrai dans une pièce située à proximité d’un temple. Je remarquai un rouleau accroché dans l’alcôve. La peinture représentait une gourde et la calligraphie due au maître zen Rosen Takashina indiquait : « Si elle clapote, c’est qu’il n’y en a pas assez. » Quel est le sens de ce message de sagesse ?

Une gourde remplie à ras bords de vin ne fait pas de bruit quand on la secoue. S’il ne reste qu’un peu de vin dans la gourde, elle clapote.

Les gens sont comme des gourdes. Les êtres humains vraiment conscients restent imperturbables et calmes quoi qu’il arrive. Ceux qui courent à droite et à gauche, toujours très occupés, se plaignant et s’excusant, ceux-là trahissent leur manque de sagesse.

Un jour où je descendais une rivière dans un petit bateau, je me fis une réflexion similaire. En amont, là où l’eau était peu profonde, la surface clapotait et s’écoulait bruyamment. En aval où la rivière était plus grosse et l’eau profonde, la surface était douce, calme et l’eau s’écoulait silencieusement.

À chaque fois que j’ai tendance à m’agiter, les mots de ce rouleau me reviennent à l’esprit.

Shundô Aoyama dans Zen, graine de sagesse

Une pièce musicale de Jean-Pierre Rampal à la flute et Lili Laskine à la harpe –  Moon Over the Ruined Castle

Publié 21 octobre 2018 par dandanjean dans Contes, Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , ,

Le souffle de Thich Nhat Hanh   Leave a comment

Thich Nhat Hanh maintenant.png

Habituellement, les gens pensent que marcher sur l’eau ou dans les airs relève du miracle.

Mais, personnellement, je crois que marcher sur terre est le véritable miracle.

Chaque jour que nous vivons, nous sommes au milieu d’un prodige que nous n’apercevons même pas :

le ciel bleu,

les nuages blancs,

les feuilles vertes,

les yeux noirs et curieux d’un enfant,

nos propres yeux…

tout est miracle.

*

Si un incendie ravage votre maison, la chose la plus urgente à faire est de tenter de l’éteindre, et non de courir après celui que vous croyez être responsable. Si vous le pourchassez, les flammes réduiront votre maison en cendres. Il ne serait pas sage d’agir ainsi. Vous devez absolument tout faire pour l’éteindre.

De même, lorsque vous êtes en colère, en continuant à vous disputer avec l’autre personne, en cherchant à la punir, vous agissez exactement comme celui qui court après l’incendiaire pendant que sa maison est dévorée par les flammes.

*

Si vous consommez des objets issus de la souffrance, vous semez en vous des graines de souffrance.

*

Il nous faut vraiment comprendre la personne qu’on veut aimer. Si notre amour n’est que volonté de posséder, ce n’est pas l’amour vrai. Si l’on ne pense qu’à nous-mêmes, si l’on ne connaît que nos propres besoins et ignorons les besoins de l’autre, on ne peut pas aimer. Nous devons regarder profondément pour voir et comprendre les besoins, les aspirations et les souffrances de la personne qu’on aime. Ce sont les fondations de l’amour vrai. Vous ne pouvez vous empêcher d’aimer l’autre quand vous le comprenez vraiment.

Thich Nhat Hanh

Une pièce musicale de Plum Village Morning Chant

Publié 16 octobre 2018 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , ,

La sagesse des contes   Leave a comment

75f38d3a

Il est important d’être conscient de la façon dont nous nous percevons, car c’est ce regard qui déterminera la qualité et la teneur de nos relations avec le monde.

*

Plus important que le jugement des autres, il y a le jugement que nous portons sur nous-mêmes.

*

Ce sont toujours des moitiés que nous transmet la tradition orale. Les autres moitiés demeurent dans notre âme. Chaque conte s’unissant à son interprétation, nous faisons l’expérience d’une petite satiété.

*

Le secret de la beauté, hors de tout concept rationnel, consiste à devenir la beauté.

Alejandro Jodorowsky dans La sagesse des contes

Une pièce musciale The Lord of the Rings – Fellowship of the Ring with Orchestra will held at Radio City Music Hall in New York

Publié 13 octobre 2018 par dandanjean dans Contes, Pauses musicales

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

Citations pour découvrir Jack Kornfield   Leave a comment

8cec821082da97b7b78261d281a31dce

La peur est toujours l’appréhension d’un événement qui ne s’est pas encore produit. Grands sont notre peur et notre sentiment de séparation mais plus grande encore est la vérité de notre lien avec le Tout.

*

Un jour consacré à passer des jugements sur autrui est un jour douloureux. Un jour consacré à passer des jugements sur toi-même est un jour douloureux. Tu n’es pas obligé d’ajouter foi à tes jugements : ce ne sont que de vieilles habitudes.

*

L’acte de pardonner nous profite d’abord à nous-mêmes puisque nous cessons ainsi de porter le fardeau du ressentiment. Mais nous n’accepterons pas pour autant que l’injustice se reproduise.

*

Si tu laisses reposer une eau boueuse, elle s’éclaircira. De même, si tu laisses reposer ton esprit troublé, la chose à faire t’apparaîtra clairement.

*

La simplicité procure d’avantage de bonheur que la complexité.

*

Nulle personne extérieure à nous-mêmes ne peut nous contrôler intérieurement. Quand nous savons cela, nous sommes libérés.

*

Ne t’entête pas à rechercher la vérité, cesse simplement de t’accrocher à tes opinions.

*

En marchant, en mangeant, en voyageant, sois là où tu es. Sinon, tu passeras pratiquement à côté de ta vie.

Jack Kornfield dans Le Petit Manuel du Bouddha

Une pièce musicale d’Eric Aron – Sattva

Publié 22 août 2018 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , , ,

%d blogueurs aiment cette page :