Archives du tag ‘sagesse

Citations pour découvrir Jack Kornfield   Leave a comment

8cec821082da97b7b78261d281a31dce

La peur est toujours l’appréhension d’un événement qui ne s’est pas encore produit. Grands sont notre peur et notre sentiment de séparation mais plus grande encore est la vérité de notre lien avec le Tout.

*

Un jour consacré à passer des jugements sur autrui est un jour douloureux. Un jour consacré à passer des jugements sur toi-même est un jour douloureux. Tu n’es pas obligé d’ajouter foi à tes jugements : ce ne sont que de vieilles habitudes.

*

L’acte de pardonner nous profite d’abord à nous-mêmes puisque nous cessons ainsi de porter le fardeau du ressentiment. Mais nous n’accepterons pas pour autant que l’injustice se reproduise.

*

Si tu laisses reposer une eau boueuse, elle s’éclaircira. De même, si tu laisses reposer ton esprit troublé, la chose à faire t’apparaîtra clairement.

*

La simplicité procure d’avantage de bonheur que la complexité.

*

Nulle personne extérieure à nous-mêmes ne peut nous contrôler intérieurement. Quand nous savons cela, nous sommes libérés.

*

Ne t’entête pas à rechercher la vérité, cesse simplement de t’accrocher à tes opinions.

*

En marchant, en mangeant, en voyageant, sois là où tu es. Sinon, tu passeras pratiquement à côté de ta vie.

Jack Kornfield dans Le Petit Manuel du Bouddha

Une pièce musicale d’Eric Aron – Sattva

Publié 22 août 2018 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , , ,

La Sagesse   Leave a comment

Qu’est-ce que la sagesse aujourd’hui ? Le philosophe Alexandre Jollien nous livre son regard avec perspicacité, générosité et humour.

Publié 15 août 2018 par dandanjean dans Réflexions trouvées à partager

Tag(s) associé(s) : , , ,

Mon maître ancien: Rivière   2 comments

J’ai plaisir à revisiter mes maîtres anciens qui à chaque fois, me font découvrir des enseignements merveilleux.

Par exemple, le maître Rivière, qui m’a appris à devenir plus fluide comme l’eau. Il m’a appris à faire en sorte que ma vie s’écoule en stagnant le moins possible.

Rivière m’a appris l’importance de la fluidité dans un monde rigide. Apprendre à contourner les obstacles, à composer avec ceux-ci pour maintenir l’avancé. Et surtout, à garder notre calme au milieu des tumultes.

Pour cela, Rivière m’a parlé des trois qualités à développer pour être plus fluide et serein.

Une qualité importante à développer est de savoir saisir les opportunités. S’adapter à l’environnement qui change, composer avec les ruptures subites de ce qui était pourtant robuste et stable, telle la roche qui se fractionne ou l’arbre qui tombe. Cela implique pour nous de ne pas hésiter à changer d’apparence, de vision ou de lieu pour continuer à avancer.

La deuxième est l’humilité. Saisir que c’est l’ensemble des gouttes d’eau qui forme la rivière, qui pourra nourrir la vie sur les rives, la vie dans ses torrents. Accepter notre place et y composer notre chemin de vie permet de contribuer à l’équilibre naturel.

La troisième est cette acceptation du changement. Nous aimons la stabilité, mais elle est contre nature. La peur du changement nous empêche d’évoluer. Regarder un cours d’eau est inspirant et nous apprend l‘ouverture au changement. Quand la température monte, et la chaleur devient extrême, l’eau s’évapore. Elle est toujours là, mais elle se transforme en vapeur. À l’inverse, lorsque le froid intense arrive sur le pays, l’eau change en glace. Accepter le changement, c’est concevoir que nous devons changer de forme en fonction du contexte où nous nous trouvons, ou que nous vivons, par exemple la maladie. L’eau s’écoule de changement en changement jusqu’au grand océan en passant par le corps de la terre.

Mes maîtres anciens, Montagne, Soleil, Chemin, Vent, et Arbre pour ne nommer que ceux-ci sont riches d’enseignement. Je vous invite tout comme moi à les revisiter de temps en temps.

Une chanson de Richard Séguin – Porteurs d’eau

Les paroles sur http://meteopolitique.com/Fiches/eau/Histoire/2007/Spectacles/0322/coulisse/a16.htm

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

L’océan et les vagues   Leave a comment

vagues

La sagesse, c’est de comprendre que tout ce que tu vois, tout ce que tu ressens, est aussi éphémère qu’un rêve, une illusion, une goutte de rosée, un éclair dans la nuit, une bulle à la surface du torrent…

*

Toute vie n’est qu’une transition. L’univers et les êtres ne sont pas constitués d’entités autonomes et durables, mais de flux dynamiques en constantes interactions. Si une chose pouvait demeurer identique à elle-même, ne serait-ce que pour un court instant, elle serait figée dans son état pour toujours. Rien ne pourrait changer ni même se produire. L’impermanence est donc au coeur de la réalité, et la fragilité de la vie humaine n’est qu’un aspect de cette réalité.

*

Au fil des années, j’ai découvert que tenter humblement de changer afin de mieux servir les autres procures une profonde satisfaction et surtout, la grâce unique de l’altruisme et de la compassion.

*

Le point essentiel est le suivant : nous pouvons observer nos propres pensées, y compris nos puissantes émotions, à partir de la perspective qu’offre la pure vigilance, ou pleine conscience. Les pensées sont la manifestation de la pure présence éveillée, à l’image des vagues qui s’élèvent de l’océan et s’y dissolvent à nouveau. L’océan et les vagues ne sont pas deux choses fondamentalement distinctes.

Matthieu Ricard

 

Une pièce musicale de Hinech Yafa – Istanbul

Publié 23 juillet 2018 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : ,

Les Secrets du cœur   Leave a comment

compassion11.jpg

Nombreux sont ceux qui parlent comme le grondement de la mer, mais leurs vies sont stagnantes et sans profondeur, comme un marais pourrissant. Nombreux sont ceux qui lèvent la tête au-dessus du sommet des montagnes, mais leur esprit continue à dormir dans l’obscurité des cavernes.

*

Celui qui tente de séparer le corps de l’esprit ou l’esprit du corps éloigne son cœur de la Vérité. La fleur et son parfum sont inséparables, et l’aveugle qui nie la couleur et l’image de la fleur en croyant qu’elle ne possède qu’un parfum qui vibre dans l’éther est semblable à ceux qui se pincent les narines en prétendant que les fleurs ne sont que des formes et des tons qui n’ont aucun parfum.

*

La lampe de la Sagesse vacille, et il est temps d’y mettre de l’huile.

*

Le temps et le lieu sont des états spirituels; Tout ce qui se voit et tout ce qui s’entend est spirituel. Si tu fermes les yeux, tu percevras toutes choses à travers les profondeurs de ton moi intérieur, tu verras le monde physique et céleste dans son intégralité, tu feras connaissance de ses lois et de ses préceptes nécessaires, tu comprendras la grandeur qu’il contient au-delà de sa proximité…

Khalil Gibran dans Les Secrets du cœur

Une pièce musicale de Dhafer Youssef – Soupir Eternel

Publié 22 juillet 2018 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , , ,

Sagesse des modernes   Leave a comment

Qu’est-ce que la philosophie? C’est penser sans preuve, c’est penser plus loin qu’on ne sait, tout en se soumettant pourtant – le plus qu’on peut, le mieux qu’on peut- aux contraintes de la raison, de l’expérience et du savoir. C’est comme une science impossible, qui ne se nourrirait que de sa propre impossibilité.

*

D’où les deux principes auxquels j’essaie (…) de me soumettre. D’une part: Aime et fais ce que tu veux (c’est la maxime de l’éthique, du moins s’il s’agit d’une éthique de l’amour); et d’autre part: Agis comme si tu aimais, et fais ce que tu dois (c’est la maxime de la morale, qui s’impose tant que l’amour fait défaut). On remarquera que les deux vont dans le même sens,… C’est ce qui … nous autorise à réunir nos deux maximes en une seule, à la fois morale et éthique mais de forme disjonctive, qui dit l’essentiel: Aime, ou fais ce que tu dois.

*

Ou pour dire la chose autrement: chacun est responsable de ses actes, mais innocent de soi. C’est pourquoi la justice (qui porte sur les actes) n’exclut pas la miséricorde (qui porte sur les individus).

*

Ce n’est pas la valeur qui commande le désir; c’est le désir qui engendre la valeur. La vie est donc bonne, si nous désirons vivre; et l’humanité, si nous l’aimons.

André Comte-Sponville et Luc Ferry dans Sagesse des modernes

Une pièce musicale de HAUSER – Song from a Secret Garden

Publié 20 juillet 2018 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , , ,

La vieillesse comme accomplissement   Leave a comment

 

Le cinéaste Fernand Dansereau demande au philosophe Bertrand Vergely d’expliquer son concept de vieillesse comme « parachèvement », concept développé avec la psychologue Marie de Hennezel.

Publié 4 juillet 2018 par dandanjean dans Débats à partager

Tag(s) associé(s) : , ,

%d blogueurs aiment cette page :