Archives du tag ‘sagesse

Qui est le sage pour toi?   Leave a comment

Lotus

Qui est le sage pour toi?

Celui qui sait!

Donc, il faut tout savoir pour être sage?

J’imagine!

Moi, tu vois, je crois que dans ta vie, le sage c’est toi.

Comment pourrais-je être sage, je ne sais pas grand-chose?

En te laissant guider par ce que tu ressens! Aucune personne ne pourra vivre ton chemin à ta place, mais la sagesse, c’est d’accepter d’être aidé, de savoir écouter, entendre et comprendre les signes que des personnes, qui de leur propre perspective, voient un sens au trajet que tu as entrepris.

Une chanson d’Harmonium – Comme un sage

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 15 avril 2018 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

Coeur à cœur avec Pierre Teilhard de Chardin   2 comments

ImAGE soleil

Nous ne sommes pas des êtres humains vivant une expérience spirituelle, nous sommes des êtres spirituels vivant une expérience humaine.

*

Exercez vous à voir large, net et simple, et allez tout droit, paisiblement, sans vous inquiéter de ce qui se dit.

*

Un jour, quand nous aurons maîtrisé les vents, les vagues, les marées et la pesanteur, nous exploiterons l’énergie de l’amour.

Alors, pour la seconde fois dans l’histoire du monde, l’homme aura découvert le feu.

*

Ce n’est pas d’un tête-à-tête ni d’un corps à corps, c’est d’un coeur à cœur que nous avons besoin.

*

La seule religion acceptable pour l’homme est celle qui lui apprendra d’abord à reconnaître, aimer, et servir passionnément l’univers dont il est l’élément le plus important.

Pierre Teilhard de Chardin

Une pièce musicale du groupe the Beatles interprétée par Pat Metheny – And I Love Her

Publié 10 avril 2018 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , , ,

Vieillir en pleine conscience   2 comments

DSCF02701

Hormis le handicap physique, rien n’est plus angoissant que la perspective de la sénilité. C’était en tout cas ce que je redoutais le plus avant mon attaque. Pourtant quand nous entrons dans la dimension spirituelle de la conscience, nous constatons qu’elle est infiniment plus vaste que le mental et qu’elle demeurera omniprésente. Il importe peu alors d’avoir toute sa tête.

*

Puis quand la pratique méditative vous aura permis d’acquérir un peu de tranquillité, vous pourrez partir à la rencontre de vos démons intérieurs et réaliser qu’ils ne sont que pures inventions.

*

Dans une culture aussi peu traditionnelle que la nôtre et, de surcroît, dominée par la technique, on porte beaucoup plus d’intérêt aux informations qu’à la sagesse. Pourtant leur rôle est bien distinct. Les premières impliquent l’acquisition, l’organisation et la diffusion de faits. La sagesse, pour sa part, met en jeu une fonction tout aussi cruciale : le déconditionnement et la pacification du mental, l’intervention du cœur et l’alchimie de la raison et des sentiments. En Occident la sagesse se fait rare.

*

Nous pouvons choisir de vieillir comme nous l’entendons. Nous pouvons faire de nos transformations des richesses tant pour les autres que pour nous-mêmes. Pour cela, il faut prendre le temps de connaître le fonctionnement du mental et de découvrir comment il détermine la qualité de notre existence.

*

Souvent, j’ai dû remettre mes pendules à l’heure afin de me remémorer que je ne suis ni ce corps paralysé, ni cette attaque, même si elle a radicalement modifié ma vie et menace parfois de dominer ma conscience. De la même façon, un mourant ne se réduit pas au corps que vous voyez sur le lit. Rappelons-le leur et rappelons-nous-en quand notre heure viendra. Nous contribuerons ainsi à ce que diminue la souffrance. En nous intéressant aux autres facettes de l’identité d’un mourant, notamment à son existence en tant qu’âme, nous évitons cette identification à la maladie lorsque les circonstances de la vie nous poussent dans ce sens.

*

Je vous souhaite à tous de vieillir avec ce sentiment qui habitait mon père, ce sentiment de libération, d’accomplissement et de contentement.

Ram Dass, dans Vieillir en pleine conscience

Richard Alpert, Ram Dass, a été atteint d’un accident vasculaire cérébral en 1997. Il en est resté sévèrement handicapé. Il avait commencé à écrire ce livre avant son accident et il a été terminé par la suite.

Une chanson de Leonard Cohen – Traveling Light

Les paroles en français sur https://www.lacoccinelle.net/1194286-leonard-cohen-traveling-light.html

Publié 5 avril 2018 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , , , , , ,

Alan Watts : l’humain est un acte unique   Leave a comment

ImAGE Lotus

Cette sensation d’isolement, cette façon de se considérer comme des visiteurs très provisoires dans l’univers est en contradiction totale avec tout ce que les sciences nous apprennent sur l’homme.

Nous ne venons pas « en ce » monde; nous en sortons comme les feuilles de l’arbre. Comme les « vagues » de l’océan, comme les peuples de l’univers. Chaque individu est une expression de tout le royaume de la nature, un acte unique de l’univers dans sa totalité. Ce fait, la plupart des gens ne le vivent que rarement, ou jamais.

*

Il faut toujours se méfier des problèmes qui demeurent résolument insolubles et se demander s’il ne s’agit pas de questions mal posées, comme celle de la cause et de l’effet. Divisez à tort un même processus en deux, oubliez que vous l’avez fait et demandez-vous ensuite pendant des siècles comment les deux parties ont pu se réunir.

*

Il nous faut donc de toute urgence définir une conception de notre propre existence qui soit en accord avec la réalité physique et qui triomphe du sentiment que nous avons d’être aliénés par rapport à l’univers.

 

Alan Watts dans Le livre de la sagesse

Une pièce musicale de Hildegard von Bingen – Spiritus Sanctus

 

Publié 27 mars 2018 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , , ,

Lalla   Leave a comment

Moulin a prière

Ils lisent les livres sacrés

Et comme des perroquets

Psalmodient: « Ram…Ram…Ram… »

Les textes ne sont qu’illusions

S’ils ne s’incarnent pas en chaque instant de ta vie

*

De pierre l’idole, de pierre le temple,

Du haut en bas, rien que de la pierre,

Ô Pandit obstiné, qui donc adores-tu?

Unis plutôt ta pensée et ton souffle!

*

Abandonne les vaines imaginations,

Rends l’espace au désir jusqu’à sa dissolution,

Reviens à l’intimité du Soi !

Ne le recherche pas à l’extérieur.

Alors que le vide intègre l’espace.

*

Il est inutile d’arroser l’ortie avec du lait,

De couver les œufs d’un serpent,

D’ensemencer une dune de sable,

De frire une galette faite de balles,

De donner les enseignements à ceux

Qui ne les désirent pas ardemment,

De nourrir un âne avec de la mélasse.

Nos pensées découlent de nos actes,

A quoi bon se perdre dans les mots ?

Chants mystiques du tantrisme cachemirien de  Laldyada

Daniel Odier décrit ainsi Lalla :

Lalla est à la fois la poétesse tantrique la plus étincelante, une grande mystique et l’artisane d’un profond rapprochement avec les soufis qui la considéraient comme l’une des leurs. Lalla ne chante pas seulement l’éclosion spirituelle mais elle dit avec ferveur les tourments de l’âme, les attentes, les doutes, l’incandescence des sentiments et l’amour divin à travers l’intégration de la réalité sensible. Son œuvre marque l’apogée, au XIVe siècle, du courant tantrique qui, dès le début de notre ère, a profondément influencé l’hindouisme ainsi que les bouddhismes tibétain et chinois en proclamant l’identité fondamentale de tout être avec le divin et en affirmant que la Conscience habite chaque particule de l’univers.

 

Une chanson de Yungchen Lhamo – Happiness Is

Publié 17 mars 2018 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , , ,

Le sapeur de sa peur   2 comments

Peurs

 

Sapeur: J’ai besoin d’entendre une parole porteuse de sagesse?

B. Attitude: N’ai pas peur!

Sapeur: C’est cela la sagesse, ne pas avoir peur?

B. Attitude : La peur a beaucoup de pouvoir sur nos vies. Elle peut te fait dévier de ta route. La peur peut t’amener à penser différemment, elle peut te donner l’envie de posséder l’autre pour te rassurer, elle peut te donner le goût d’empêcher les autres de s’exprimer afin de garder le contrôle et elle peut t’empêcher d’aller de l’avant.

Sapeur: Alors pour toi c’est la sagesse? Pour moi c’est un conseil et non la sagesse. La sagesse me semble plus de l’ordre des idées, par exemple lorsque nous vivons selon ce qui est juste et morale.

B. Attitude : En effet, la sagesse s’épanouie avec une conscience assumée capable d’identifier les obstacles que notre esprit dresse devant nous. Les événements sont des expériences, la peur, l’un des spectres de l’esprit.

Sapeur: Pour cesser d’avoir peur je dois taire mon esprit?

B. Attitude : Les personnes décédées y arrivent facilement. Pour les vivants, il est préférable de laisser l’esprit fonctionner et d’accepter la peur. Cela veut dire se sortir de la situation lorsqu’il y a un réel danger, ou encore l’accepter comme un signal ouvrant une nouvelle remise en question en nous. Composer avec la peur implique de la vigilance, de l’acceptation, de l’attention et de l’écoute.

Sapeur: Alors, si j’assume ma peur et je compose avec au lieu de la subir je serai plus sage?

B. Attitude : Non, mais tu seras plus paisible en développant un nouvel art de vivre et tu auras actualisé une parole porteuse de sagesse …

 

Une chanson de Sacha Distel – L’incendie à Rio

Les paroles sur https://www.lacoccinelle.net/1200184-sacha-distel-l-incendie-a-rio.html

 – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 1 mars 2018 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , , , , ,

Sur la rue principale, la vie passe   1 comment

J’ai appris à regarder la rue principale de mon quartier avec sagesse. Elle est belle, elle est vivante, stimulante et souvent différente.

Oui il est vrai que l’été elle a des airs de légèreté, il fait chaud, les portes sont ouvertes et la rue est bondée de gens provenant de différents horizons. Mais c’est toujours la même rue.

C’est très différent de l’hiver, lorsqu’un voile blanc de neige couvre des surfaces importantes, que le froid accélère le pas et que les promeneurs sont nettement moins nombreux. Mais c’est toujours la même rue.

Vous devriez voir cette rue avec ses lumières et ses guirlandes au mois de décembre. Noël annonce le cadeau des couleurs, le magasinage du présent et la course contre la montre pour certains. La neige s’accumule. Mais c’est toujours la même rue.

À l’automne quand il pleut et que le temps est gris, que même les itinérants se cachent pour ne pas être emportés par la grisaille, c’est la fin des festivités et pourtant, c’est toujours la même rue.

Bientôt, la neige va fondre, et les pousses vertes vont revenir éclore. La rue fera peau neuve, et elle célèbrera le premier soir d’ouverture des terrasses. Des couples marcheront lentement, collés, avec leurs regards lumineux. Et ce sera toujours la même rue.

Une rue à l’image de la vie. Là où des racontars pourraient y voir les différents courants de pensée contradictoire pour illustrer la représentation du monde, d’autres y voient que le cycle de la vie qui berce nos perceptions sans en atteindre la nature profonde. Un point de vue différent n’est pas la preuve d’une position différente pour le sage qui regarde l’ouvrage du temps.

Une chanson deLior Shoov – Changing with the seasons

http://www.quai-baco.com/lior-shoov-changing-with-the-seasons-en-session-acoustique-25050/

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

 

%d blogueurs aiment cette page :