Un fluide insaisissable coule d’une génération à l’autre

ImAGE Arbre humain

Un fluide insaisissable coule d’une génération à l’autre.

Lorsque nous développons nos antennes et apprenons à déceler partout la trace d’autres passants, d’autres humains vivants ou morts, alors notre façon d’être au monde se dilate et s’agrandit.

Je suis le témoin de la scène suivante :

Un ami de longue date, Richard Baker Roshi, héritier dharma de Suzuki Roshi, et sa fille de trois ans sont installés à la table du petit déjeuner chez nous. Sophie commence avec son couteau à rayer la table. Et grâce à ce geste qui ne m’as guère enchantée, voilà que j’assiste à une leçon de transmission.

Le père arrête avec douceur la petite main.

Halte, Sophie, à qui est cette table ?

Alors la petite fille boudeuse :

Je sais ! A Christiane.

– Non, mais avant Christiane !… Elle est ancienne cette table, n’est-ce pas ? D’autres ont déjeuné là…

– Oui, les parents, les grands-parents, les….

– … Mais ce n’est pas tout !…. Avant encore ?…

Elle a appartenu à l’ébéniste qui en avait acquis le bois. Mais d’où venait-il ce bois ?… Oui, d’un arbre qu’avait abattu le bûcheron… mais l’arbre, à qui appartenait-il ?… A la forêt qui l’a protégé… Oui… et à la terre qui l’a nourri… à l’air, à la lumière, à l’univers entier… !

… Et puis, Sophie, elle appartient à d’autres… la table… à ceux qui ne sont pas encore nés et qui viendront après nous… ici même quand nous seront partis et quand nous serons morts.

Un cercle après l’autre se forme, comme après le jet d’une pierre dans un étang.

Et les yeux de Sophie aussi s’agrandissent, se dilatent.

L’hommage aux origines. Ainsi commence tout processus d’humanisation

Christiane Singer dans N’oublie pas les chevaux écumants du passé

Une pièce musicale de Mes Aïeux – Dégénérations

Les paroles sur https://laboiteauxparoles.com/titre/8110/mes-aieux-degenerations

Les seins?

Et tout le monde s’en fout en parle de…

– AVERTISSEMENT : cette vidéo ne va pas plaire aux algorithmes.

Pour aider aller sur https://www.tipeee.com/et-tout-le-mon…

Une série créée par Fabrice de Boni et Axel Lattuada

Écrite par Fabrice de Boni, Marc de Boni et Axel Lattuada

Produite par Mia Productions / Christophe Baudouin

Réalisée par Fabrice de Boni

Interprétée par Axel Lattuada et Solveig Anrep

Et tout le monde s’en fout #42 – Les seins

Le cœur en partage

cropped-mains-monde2.jpg

Il marchait dans la vieille partie de la ville d’un pas serein. La nuit faisait son œuvre et tour à tour des lumières s’éteignaient aux fenêtres.

Il sentait le secret qui l’entourait, il sentait qu’il était dans un lieu où l’apparence ne dévoile en rien la vraie nature des choses.

Il avait plaisir à penser que derrière chacune de ces fenêtres qui sombraient tour à tour dans la noirceur, un secret restait tapi dans l’ombre. On pouvait connaître le nom de la ou des personnes qui habitent chacune des maisons, connaître leurs occupations, mais pas ce que leurs cœurs emportent.

Il lui semblait entendre le battement régulier de ces centaines de cœur et il prenait conscience qu’aucune distance n’a d’importance face au secret, car même le cœur le plus proche ne pouvaient y accéder sans permission.

Les cœurs sont ainsi faits, sans la parole, ils sont les uns pour les autres un mystère impénétrable.

C’est pourquoi il mesurait toute la richesse du partage d’un cœur qui se révèle vraiment.

Il entra au 25 rue Couillard rejoindre des amis au Chez Temporel.

Une chanson de Jacques Brel – Les coeurs tendres

Les paroles sur https://genius.com/Jacques-brel-les-curs-tendres-lyrics

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Arnaud Desjardins: Textes et témoignages inédits

Arnaud Desjardins Arbre

J’ai été ce que j’ai été. Vu le nombre de conditions, de circonstances, de chaînes de causes à effets, de jeux d’action et de réaction à l’œuvre, je ne pouvais pas être autre que ce que j’ai été. Les reproches, la culpabilité sont une forme de mensonge, de refus de la vérité ou de la réalité relative telle qu’elle est.

Et aujourd’hui, de même, je suis ce que je suis. C’est seulement à partir de cette si difficile réconciliation pleine et entière avec soi-même que la croissance intérieure peut commencer. Il n’y a pas de technique yogique de méditation, de jeûne, d’ascèse, même difficile, qui puisse être fructueuse sur la base d’un refus de soi-même. Or trop souvent, l’engagement dans la démarche spirituelle se met au service de ce reniement.

*

C’est forcément une impasse.

Pour illustrer la réconciliation de l’un et du multiple, il emploie cette très belle image :

 » Nous pouvons aspirer à une communion qui irait jusqu’à la découverte qu’un fondement unique sous-tend le monde multiple, que nous sommes tous les vagues d’un même océan. « 

Chacun a son autonomie, chacun est lui-même, chacun est une vague, mais une vague d’un même océan. C’est une métaphore qui est utilisée fréquemment lorsqu’on veut signifier que nous participons tous de la même conscience.

La conscience est une comme l’océan, mais n’empêche qu’il y a des vagues, des vaguelettes, des lames de fond qui peuvent se prendre pour des manifestations uniques et qui ne sont pas associées à la grande manifestation de l’océan…

Arnaud Desjardins dans Arnaud Desjardins: Textes et témoignages inédits

Une pièce musicale de Turkish Ney Music: Your Love is My Cure

Le pratiquant et la chandelle

flamme

Regarde cette bougie devant toi. Elle peut t’apprendre beaucoup.

Pourquoi?

Parce que ce petit bout de matière est capable de supporter une énergie infiniment plus puissante que sa propre nature.

Tu veux dire la flamme?

Effectivement!

Mais elle disparaît lentement, elle fond lorsqu’elle supporte la flamme!

En es-tu certain? Quand tu t’assis pour méditer, pour faire cet entrainement de l’esprit, tu appuis ton attention sur ton corps, tu veux développer une vision consciente de ta vie.  Tu te concentres sur ta respiration, puis tu parcours le moi, ce Je pour t’ouvrir à une autre part en toi qui apparaît si vaste. C’est comme allumer une chandelle, pendant que la flamme brûle, un éclairage nouveau s’offre à toi et tu laisses un peu de toi pour contribuer à cette énergie nouvelle. Tes actions tout doucement ne sont plus portées par un intérêt uniquement personnel, tu apprivoises le don et la compassion. Au début tu vas t’ouvrir à toi-même et reconnaître réellement tes expériences antérieures et intérieures, bref t’accepter. Puis, tu seras en mesure d’élargir cette attitude aux personnes qui t’entourent. La compassion est cette bienveillance globale qui consume une part du moi et introduit la part de l’autre. La compassion révèle la singularité de toutes les formes de vie et de tous les êtres, et ton attitude au regard des hommes et des femmes va changer.

L’énergie de la chandelle dissout la matière qui crée le blocage?

Oui! Et la chandelle tout comme toi va connaître une fin. Dans tous les cas, la fin peut se faire dans l’oubli et la poussière dans un endroit sans intérêt, ou par l’action consumée sous forme d’énergie libérée des limitations issues des préférences et des jugements, de l’intolérance ou des blocages permettant d’éclairer ou de réchauffer des humains.

Une chanson de Manel Navarro – Candle

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

L’amour et ses chemins

ImAGE fusion

Changer n’est pas devenir quelqu’un d’autre, mais devenir ce que l’on est….

Et l’accepter.

*

Celui qui aime a des étoiles dans les yeux. De vraies étoiles qui ne sont pas le reflet de celles du ciel, Mais la manifestation de celles qu’il porte dans son cœur.

*

L’amour même s’il ne le sait pas, est toujours dépendant de la relation sur laquelle il se greffe. Relation qui va le nourrir, le dynamiser ou le stériliser et le meurtrir.

*

Quand on veut bien se donner la peine de regarder quelqu’un de le prendre dans ses bras, de respirer doucement, d’écouter comment son cœur bat, comment la vie circule en lui, on entend alors beaucoup de choses silencieuses.

*

Avant de rassurer, peut-être faut-il comprendre

Avant de comprendre peut-être faut-il entendre

Avant d’entendre peut-être faut-il écouter

Et avant d’écouter …… se décentrer

*

Parfois nul n’est plus sourd que celui qui entend, surtout quand il s’agit d’écouter l’essentiel.

*

Se transformer en victime est pour certain une activité à temps plein, qui ne laisse aucune place au respect de soi.

*

Tu es seul responsable non de ce qu’on t’a fait, mais de ce que toi tu vas faire avec ce qui t’est arrivé.

Jacques Salomé et Catherine Enjolet dans L’amour et ses chemins

Une pièce musicale Pavarotti & Friends 2003 – One