Ni mort, ni peur

Une fleur, comme tout le reste, est entièrement faite d’éléments non-fleur. Tout le cosmos a contribué à la manifestation de la fleur. La fleur est pleine de tout, à l’exception d’une chose : un soi séparé, une identité séparée. La fleur ne peut exister uniquement par elle-même.

La fleur doit inter-être avec le soleil, le nuage et tout le reste dans le cosmos. Si nous comprenons l’être en termes d’inter-être, alors nous sommes beaucoup plus proches de la vérité. L’inter-être n’est pas l’être ni le non-être. Inter-être signifie être vide d’une identité séparée, vide d’un soi séparé.

Le non-soi signifie aussi la vacuité, un terme technique du bouddhisme qui signifie l’absence d’un soi séparé. Nous avons la nature du non-soi, mais cela ne veut pas dire que nous ne sommes pas là. Cela ne veut pas dire que rien n’existe.

*

Le troisième sceau du Dharma est le nirvana, c’est-à-dire la solidité et la liberté, la liberté de toutes les idées et de toutes les notions. Le mot « nirvana » signifie littéralement « l’extinction de tous les concepts ». Regarder profondément l’impermanence nous amène à découvrir le non-soi. La découverte du non-soi conduit au nirvana. Le nirvana est “le Royaume de Dieu”

*.

Impermanence

La pratique et la compréhension de l’impermanence ne sont pas une autre description de la réalité. C’est un outil pour nous aider dans notre transformation, notre guérison et notre émancipation. L’impermanence signifie que tout change et que rien ne reste identique d’un moment à l’autre. Et bien que les choses changent à chaque instant, elles ne peuvent précisément être décrites comme identiques ou différentes de ce qu’elles étaient l’instant précédent. Quand on se baigne dans la même rivière que celle dans laquelle on s’est baigné la veille, est-ce la même rivière ? Héraclite a dit qu’on ne se baigne jamais deux fois dans le même fleuve. Il avait raison. L’eau qui est dans la rivière aujourd’hui est totalement différente de l’eau dans laquelle nous nous sommes baignés hier. Et pourtant c’est la même rivière.

Thich Nhat Hanh dans Il n’y a ni mort ni peur : Une sagesse réconfortante pour la vie

Une pièce musicale de Traditional Vietnamese Music – Ha Long Bay