À quoi sert zazen ?

À toi qui te demandes si ton zazen a servi à quelque chose

À quoi sert zazen ? Absolument à rien ! Ce « ne sert à rien » doit s’enfoncer dans ta chair et tes os jusqu’à ce que tu pratiques vraiment ce qui ne sert à rien. Jusque-là, ton zazen ne sert vraiment à rien.

Tu dis que tu veux t’améliorer par la pratique de zazen.

Zazen n’a rien à voir avec peaufiner sa personne.

Zazen, c’est arrêter d’être une personne.

Zazen est insatisfaisant. Insatisfaisant pour qui ?

Pour la personne ordinaire. Les gens ne sont jamais satisfaits.

Cela ne va-t-il pas de soi ? Comment ce qui est éternel et infini pourrait-il satisfaire les désirs humains ?

Insatisfaisant : simplement pratiquer zazen.

Insatisfaisant : réaliser zazen avec ce corps.

Insatisfaisant : absorber zazen dans ta chair et ton sang.

Être surveillé par zazen, maudit par zazen, coincé par zazen, trimbalé à droite et à gauche par zazen, pleurer tous les jours des larmes de sang — n’est-ce pas la forme de vie la plus heureuse que tu puisses imaginer ?

Tu dis : « Quand je fais zazen, je suis dérangé par mes pensées. »

Bêtise ! La vérité, c’est que c’est seulement en zazen que tu prends conscience d’être dérangé par tes pensées. Quand tu fais des cabrioles, tu ne te rends pas du tout compte de tes pensées dérangeantes. Si un moustique te pique pendant zazen, tu t’en rends compte sur le champ. Mais si tu es en train de danser et qu’une puce te pique les couilles, ça t’échappe complètement.

Ne gémis pas. Ne regarde pas dans le vide.

Contente-toi de t’asseoir.

Philippe Coupey dans Fragments Zen, mémoires de chair

Une pièce musicale World Music – Zazen