Le balayeur à la rose   Leave a comment

lintuition-c-facile-

Un balayeur qui écrit n’est pas un écrivain qui balaie: j’ai voulu m’entretenir avec vous des travaux communs et diversifiés au milieu d’une rue, en parcourant cette belle et longue histoire en courte géographie fidèlement accompagné de

Mon char

Ringard

Trône de ma rose,

Collègue de symbiose

Sœur de couleur et d’osmose,

D’entrain jusqu’à l’arthrose.

 

Heureux qui, balayeur, fait d’utiles voyages

De trottoir en trottoir et rose pour Toison,

Et qui a peu besoin de monter en avion

 

Pour saisir au global le monde et son usage

le cadeau de la simplicité, la paix du cœur, la vie au jour le jour, la grâce de l’instant présent.

 

Ce ne sont jamais les merveilles qui manquent mais plutôt la faculté de s’émerveiller.

 

Michel Simonet dans Le balayeur à la rose

Une pièce musicale de Jimmy Sax – No man no cry

Publié le 25 mai 2018 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , ,

Pause musicale avec Trois Cafés Gourmands   Leave a comment

Le groupe Trois Cafés Gourmands est apparu sur nos radars musicaux en 2013, à la suite d’un succès inattendu auprès du public À nos souvenirs.

Depuis, l’aventure musicale se poursuit avec maintenant 4 albums. Le groupe Trois Cafés Gourmands c’est avant tout de la chanson à texte, teintée de folk, de pop, de blues ou de jazz manouche.

J’aime particulièrement cette chanson Évidemment…

 

Une chanson Trois Cafés Gourmands – Évidemment

Publié le 25 mai 2018 par dandanjean dans Pauses musicales

Tag(s) associé(s) : ,

Ces moments de légèreté   Leave a comment

J’aime m’ouvrir à des moments de légèreté pour au cours de la journée. Vous savez, ces moments où rien n’a besoin d’être changé, ou nous entretenons cette douce folie heureuse que tout est parfait tel que nous sommes, ces moments où nous n’avons pas idée de douter de notre potentiel et de nos ressources pour vivre.

Ce que j’aime dans les moments de légèreté, c’est cette capacité de nous libérer de nos résistances, qu’elles soient conscientes ou inconscientes.

Certains diront que la légèreté est avant tout de la frivolité, une certaine forme assumée d’imprudence ou de futilité.

Ce n’est pas grave, avec un grand sourire, je me glisse dans ces instants avec souplesse, avec une liberté nouvelle et un esprit fluide, détaché d’une image à maintenir ou d’une résistance à offrir. Je suis allégé, tout en demeurant moi tout de même…

J’adore cette sensation contre-intuitive de vivre, avec cette perte de temps et ce gain d’émerveillement, j’adore la légèreté et le plaisir de la découverte d’être simplement. Je vous en souhaite autant.

Une pièce musicale de Saint-Preux – Concerto Pour Une Voix

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié le 25 mai 2018 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

Une vision plus forte que la violence   Leave a comment

téléchargement

Ah, nous avons tout cela en nous : Dieu, le ciel, l’enfer, la terre, la vie, la mort et les siècles, tant de siècles. Les circonstances extérieures forment un décor et une action changeante Mais nous portons tout en nous et les circonstances ne jouent jamais un rôle déterminant : il y aura toujours des situations bonnes ou mauvaises à accepter comme un fait accompli ce qui n’empêche personne de consacrer sa vie à améliorer les mauvaises. Mais il faut connaître les motifs de la lutte qu’on mène, et commencer par se réformer soi-même, et recommencer chaque jour.

Etty Hillesum dans Une vie bouleversée

Grande dame de la spiritualité contemporaine, Etty Hillesum était un esprit libre et engagé. Audacieuse, elle a pris le risque d’aimer librement, certaine que la force de l’amour serait chemin de vérité. Juive, elle a délibérément choisi de ne pas se dérober au drame de son peuple. Elle fut emprisonnée et elle est morte à Auschwitz en 1943, laissant un journal et des lettres qui ont bouleversé des millions de lecteurs. De nombreux livres ont repris des extraits.

 

Une chanson de Jean Ferrat – Nuit et brouillard

Publié le 24 mai 2018 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , ,

La vérité se cache dans le cosmos   Leave a comment

Hubert Reeves : « La vérité se cache dans le cosmos »

Hubert Reeves nous parle de son dernier livre et de ses méditations sur le sens de la vie et de l’univers.

Publié le 24 mai 2018 par dandanjean dans Débats à partager

Tag(s) associé(s) : , ,

Les paradis artificiels   Leave a comment

 

tumblr_ms72vt5Eag1qe6mn3o1_500

Les paradis artificiels sont comme des mirages magnifiques, ils se déplacent sans cesse vers l’horizon, nous faisant faire tant de pas inutiles. Ils prennent parfois la forme d’un lieu à atteindre, ou encore d’un état altéré que nous nous induisons pour changer notre représentation du monde.

La quête pour dépasser cette illusion est longue, car autant nous avons besoin du côté obscur de la vie, la nuit pour apercevoir les étoiles, nous devons souffrir les épreuves du doute et de l’ignorance pour franchir le voile qui recouvre les attraits de ce monde et en saisir la beauté. Le passage de la souffrance est malheureusement obligé.

Parfois, pour dépasser le mirage, il suffit de cesser de bouger, de s’étendre lentement, revenir à soi et se laisser vivre.

Une chanson de Luc Plamondon interprétée par YouTube – Garou – Le monde est stone Les paroles sur https://genius.com/Garou-le-monde-est-stone-lyrics

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

 

L’Imprononçable   Leave a comment

ImAGE champs

Commencer

par asseoir

sa journée

sur un linge

de silence.

Descendre

au profond

de soi,

en dessous

des maux,

en dessous

des mots,

dans ce lieu

sans lieu

où s’annonce

la rencontre.

Ne rien vouloir

sinon

être là,

dans l’ouverture

à ce qui vient.

Se laisser

faire

et défaire

par la pulsation

de l’éphémère

jusqu’à

cet agenouillement

du dedans

qui signe

la vraie

prière.

 

Francine Carrillo dans L’Imprononçable

Une pièce musicale de Helene Schulthess qui interprète à la flute  de Johann Sebastian Bach, Toccata and Fugue d minor

Publié le 23 mai 2018 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , ,

%d blogueurs aiment cette page :