L’image du cœur   Leave a comment

ImAGE amour musique

 

L’image du cœur représentant l’amour est maintenant bien intégrée collectivement et consommée par beaucoup d’entre nous. Nous retrouvons autour de nous, des références constantes à cette image. Il y a même des personnalités du monde des affaires et des artistes qui forment un cœur avec leurs doigts lors de certaines apparitions publiques. Ils expriment leur amour.

Cette image est l’un des facteurs d’identification universelle, d’agrégation,  permettant d’espérer le monde unifié, mais sans toutefois réellement susciter un réel mouvement profond de masse. Nous le savons tous, il y a encore des guerres, des attentats, des insultes, des luttes de pouvoir, des batailles, du sexisme, du harcèlement et j’en passe. Au plan politique, ceux qui ont essayé de récupérer cette image se sont retrouvés au cœur (un jeu de mots?) de tensions religieuses.

Bien que cette image ait une longue histoire, sa propre mythologie, son interprétation est avant tout singulière et ancrée dans le mystère, c’est-à-dire qu’elle est partagée entre initiés d’appartenance ou d’allégeance.

À mes yeux, les mots ont une couleur. Ainsi, pour certain la perception du mot amour est d’un rouge foncé, intense, passionné pouvant sous ses diverses modulations entraîner l’inconvenance pour d’atteindre un but. Avec cette teinte, ultimement, on peut mourir, se perdre ou tuer, etc.

Pour d’autres, le mot amour est d’un rouge pastel, tendre, suscitant la compassion et le partage. Cet amour ne vise aucune dépendance et recherche l’union des singularités. Ultimement, on peut se perdre à se fondre pour les autres.

Et il y a une multitude de couleurs sur la palette des perceptions accessible à notre cerveau.

Alors, les initiés d’une teinte se retrouvent et parlent aux autres apatrides en ayant en perspective que leur point de vue. Ces autres d’appartenance différente ne perçoivent trop souvent que les quelques nuances manquantes selon leurs perspectives et ils espèrent convaincre sur ces particularités.

Les personnes les plus souriantes et heureuses que j’aie croisé ont une vision inclusive de l’amour, sans s’attacher à une forme précise. Ils acceptent les différentes manifestations et ils en puisent les aspects positifs, créateurs et porteurs d’ouverture. C’est toute la différence entre imposer sa vision et en dépendre, ou apprécier les différentes teintes avec attention sans prendre pour soi, laissant s’écouler le mouvement de la vie.

Je vous souhaite de découvrir de nouvelles facettes de l’amour.

Une chanson de Francis Cabrel interprétée par les Enfoirés – Tout le monde y pense

 

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Si vous voulez copier ce texte merci d’indiquer la source dandanjean.wordpress.com, ne pas couper ou modifier les textes et le contenu merci

Publié le 20 août 2017 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , , , ,

Simone Weil dans La Pesanteur et la Grâce   Leave a comment

2-quote-about-la-beaute-cest-lharmonie-du-hasard-et-du-bien-image-background-image.jpg

Aimer un étranger comme soi-même implique comme contrepartie : s’aimer soi-même comme un étranger.

*

L’amour a besoin de réalité. Aimer à travers une apparence corporelle un être imaginaire, quoi de plus atroce, le jour où l’on s’en aperçoit ? Bien plus atroce que la mort, car la mort n’empêche pas l’aimé d’avoir été.

*

Le monde est un texte à plusieurs significations, et l’on passe d’une signification à une autre par un travail. Un travail où le corps a toujours part, comme lorsqu’on apprend l’alphabet d’une langue étrangère : cet alphabet doit rentrer dans la main à force de tracer les lettres. En dehors de cela, tout changement dans la manière de penser est illusoire.

*

Dire que le monde ne vaut rien, que cette vie ne vaut rien, et donner pour preuve le mal, est absurde, car si cela ne vaut rien, de quoi le mal prive-t-il?

*

La beauté séduit la chair pour obtenir la permission de passer jusqu’à l’âme

Simone Weil dans La Pesanteur et la Grâce

Une pièce musicale d’Eric Satie  interprétée par le London Symphony Orchestra – Gymnopedie No. 1 

Publié le 19 août 2017 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

Quelle est votre couleur de peau ?   Leave a comment

L’être humain est-il seulement blanc, noir et métisse ? Eh bien, c’est un petit peu plus compliqué que cela.

En 2012, Angélica Dass a lancé le projet Humanæ http://humanae.tumblr.com/ .

Cette photographe brésilienne s’est donnée pour mission de cataloguer toutes les nuances de couleurs de peau à la manière du système Pantone.

Elle a déjà réalisé 3 500 portraits dans 17 pays.

 

Inukshuk   2 comments

INUSKSHUK.png

 

Ils ont tiré des pierres et il y a eu de morts et, des blessés. Mon cœur est triste de cet autre attentat à la vie.

Je me suis agenouillé et j’ai pris chacune de ces pierres. Je les ai retournées, une à une, pour sentir l’énergie de la personne qui a cru juste d’atteindre à la vie d’une autre personne. Chaque pierre portait l’énergie de la peur, des préjugés, du jugement et de l’ignorance.

Leurs pseudo guides spirituels, leur ont appris la haine et l’imposition d’une idéologie au lieu de leur apprendre à transformer la peur en geste solidaire, les préjugées en questionnements, le jugement en apprentissage de l’attention, et l’ignorance en exploration des connaissances.

J’ai pris les pierres, une à une, les larmes aux yeux, et j’ai fait une structure de pierre montant vers le ciel.

J’ai fait des Inukshuks pour chacune des victimes, ces structures de pierres ayant une forme humaine, et j’ai murmuré au vent le sens de ce mot Inukshuk ce qui a la capacité d’agir comme un être humain afin de libérer les pierres de cette énergie de haine inutile. Et mes pensées sont de tout cœur avec les familles touchées par ce drame.

Une chanson de The People Behind The Inukshuk: Celina Kalluk – Siipinngua

 

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Si vous voulez copier ce texte merci d’indiquer la source dandanjean.wordpress.com, ne pas couper ou modifier les textes et le contenu merci

Publié le 19 août 2017 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , , ,

Suivre les signes   Leave a comment

ImAGE Liberté

La petite feuille du grand arbre! Si la feuille était douée de conscience, ne serait-elle pas, en automne, sous l’emprise du sentiment de sa mort prochaine?

Assurément, si sa conscience ne contenait rien d’autre que la feuille, la feuille en soi. Alors elle sentirait qu’elle jaunit, qu’elle commence à sécher, qu’elle va bientôt tomber, jouet du vent, victime de puissances destructrices.

Supposons maintenant que la feuille puisse avoir conscience que ce qui vit en elle n’est pas seulement la feuille mais en même temps l’arbre.

Elle saurait alors que sa vie et sa mort annuelles sont un mode d’être de l’arbre. Elle serait consciente que la vie de l’arbre est en elle, que la Vie inclut non seulement sa petite vie mais sa petite mort. Et instantanément, l’attitude de la feuille, face à la vie, et face à la mort serait transformée; l’angoisse disparaîtrait et tout prendrait un autre sens.

Les angoisses de l’humanité correspondent à celles de la feuille qui s’arrête à sa conscience de feuille, c’est-à-dire qui est prisonnière de la petite réalité immédiate, des sens, de la raison et, qui est incapable de sortir de ses frontières.

A la conscience que nous avons en général de la vie, manque la conscience de notre être profond. Pour que celle-ci puisse percer, il nous faut réviser celle-là, reconnaître combien elle est bornée. Il nous faut prendre au sérieux les heures privilégiées de notre existence, c’est-à-dire en reconnaître les signes, et laisser s’épanouir la grande Vie qui est en nous.

Seulement ainsi, pouvons-nous entrer en contact avec notre être vrai. Car cet être est notre façon individuelle de participation à la Grande Vie. Et la maturité, qu’est-elle d’autre que la manifestation de notre participation à travers notre vie quotidienne?

Devenir un avec la source de notre être : tel est le chemin de la maturité intérieure. Le tout est de comprendre les signes, de les écouter, et de les suivre fidèlement.

 Karlfried Graf Dûrckheim  dans La percée de l’être 

Une chanson de Leonard Cohen – Steer Your Way

Publié le 18 août 2017 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , , , , , ,

Conjuguer l’amour   Leave a comment

ImAGE enlacés

Il y a des relations qui sont des havres de paix, des ports, d’où toutes nos activités personnelles s’organisent. Ces relations de couple sont précieuses.

Et, il y a l’amour intense qui nous transforme. Même chez l’individu le plus las, cet amour est un grand réveil. Lorsqu’il s’ouvre, cet amour naissant, l’autre dans un premier temps, puis le monde se révèle stupéfiant.

Celui qui connaît cet état n’arrive plus à vivre dans la grisaille inerte de la fermeture et de l’indifférence. Celui qui est épris de ce sentiment désire aimer avec attention, avec compassion, et suivre cet élan. Et c’est là que doucement, tout se transforme.

Les amours intenses sont des moments d’accélérations du processus de mutation personnelle, créant des mouvements vers l’avant pour faire de nous une personne meilleure.

Il ne faut pas tenter de prendre, d’ancrer et de figer dans le temps, mais plutôt de quitter le connu pour vivre l’aventure humaine sous l’une de ses formes les plus grandioses.

Que l’on soit singulier ou pluriel, à l’imparfait, au plus-que-parfait ou à l’incitatif présent, je t’aime est un mode unique et intarissable.

Une chanson des Enfoirés A quoi ça sert l’amour 

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Si vous voulez copier ce texte merci d’indiquer la source dandanjean.wordpress.com, ne pas couper ou modifier les textes et le contenu merci

Publié le 18 août 2017 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , , , ,

Démonstration de paix pour Barcelone   Leave a comment

respect

Des mots de Khalil Gibran m’ont toujours interpellé.

 Ne désespérez pas, car au-delà des injustices de ce monde, au-delà de la matière, au-delà des nuages, au-delà de l’éther et de toutes choses, il est une force qui est justice, compassion, tendresse et amour.

Une chanson de Bono And The Edge (U2) – One

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Si vous voulez copier ce texte merci d’indiquer la source dandanjean.wordpress.com, ne pas couper ou modifier les textes et le contenu merci

Publié le 17 août 2017 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , ,

%d blogueurs aiment cette page :