Une pause pour le thé   Leave a comment

the-a-la-menthe_0

On disait d’elle qu’elle était une vieille âme, une personne qui porte la fin d’un cycle comme un cadeau du ciel à partager avec tous.

Calme, son regard était profond et lumineux.

L’autre jour, je suis passé la voir pour partager le thé. Avec son sourire énigmatique, elle a passé la main dans ses cheveux puis, d’une voix douce, elle me dit : Tu sais tout humain ne vit pas seulement pour se nourrir et prendre un peu de thé. Quel est ton rêve? Qu’est-ce qui t’émerveille, ou te permet d’espérer?

Après la surprise, nous avons eu une belle discussion.

Elle voit les choses d’une façon non duelle. Tout semble se compléter et interdépendant dans son esprit. Par exemple, elle me confia au fil de la conversation que le courage ne peut pas être le contraire de la peur. Le courage, c’est cette capacité d’agir avec la peur en soi et d’intégrer l’adversité.

Cette vieille âme savait transmettre un savoir important.  On n’a rien à attendre de la vie, du cosmos ou de toute autre divinité cachée au recoin de nos fantasmes. On n’obtient jamais ce qu’on mérite, on obtient ce que nos actions ont ensemencé ou parfois ce qu’on a négocié.

Et le partage de ce thé était pour elle une boisson divine, au bon moment, au bon endroit, avec la bonne personne.

Une chanson de Cat Stevens – Tea for the Tillerman

Les paroles en français sur http://paroles-traductions.com/chanson/montrer/4509885/cat-stevens/paroles-et-traduction-tea-for-the-tillerman/

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié le 23 septembre 2018 par dandanjean dans Contes, Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , , , , , ,

Renki   Leave a comment

Ga-Ja

Kyoto, jeune moine bouddhiste, se plaint de ne pouvoir tenir sa pensée en repos. Elle saute sans cesse, comme un cabri…

« Ou comme un éléphant sauvage », dit le vieux maître zen.

Ryoto, voyant pétiller l’œil de son maître, devine qu’il va lui conter une histoire, et il s’assied à ses pieds à l’ombre du bananier.

Renki était un éléphant sauvage, que l’on captura à l’âge de trois ans. Une robe gris clair sans défaut, les défenses longues, minces et pointues, des oreilles en forme triangulaire parfaite, un beau mâle que son maître, un marchand d’éléphants dressés, espérait vendre un bon prix au seigneur du royaume. On attacha Renki à un piquet, au bout d’une corde très solide. Le jeune éléphant se mit à se débattre avec énergie, avec furie, il ruait, piétinait sauvagement la terre sous ses lourdes pattes, barrissait à fendre l’âme. Mais le piquet était bien enfoncé, et la corde épaisse. Renki ne pouvait se débarrasser ni de l’un ni de l’autre. Alors il entra en rage désespérée, mordant l’air, levant a trompe, barrissant lamentablement vers le ciel. Il s’épuisait en efforts et en cris.

Quand brusquement, un matin, Renki se calma, il ne tira plus sur la corde, ne maltraita pas plus le sol de ses quatre pattes, ne fit plus trembler le voisinage de ses barrissements. Alors le maître le détacha. Il put aller d’un endroit à l’autre, portant un baril d’eau, saluant chacun, rendant service à la communauté. Il fut heureux et libre.

Ta pensée est comme un éléphant sauvage, dit le vieux maître à son disciple. Elle prend peur, saute en tous sens, et barrit aux quatre vents. Ton « attention » est la corde, et « l’objet choisi de ta méditation », le piquet enfoncé dans le sol.

Calme ta pensée, apprivoise-la, maîtrise-la, et tu connaîtras le secret de la vraie liberté.

Extrait des plus beaux contes Zen, Henri Brunel

Une pièce musicale

Publié le 22 septembre 2018 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) :

Voyez les choses autrement avec Fred Pellerin : le voyage   Leave a comment

« Le voyage, c’est l’ensemble de ces p’tites histoires-là qu’on ramasse sur les détours qui nous mènent ben souvent, chez nous. » – Fred Pellerin

Voyez les choses autrement avec Fred Pellerin : le voyage

Publié le 22 septembre 2018 par dandanjean dans Voyages et errances

Tag(s) associé(s) : , ,

De retour d’un voyage sur Terre   Leave a comment

Retour après trois semaines de voyage chez moi en rapportant les semences des rencontres extraordinaires à Paris.

IS_160808_9v0jb_planete-terre-credit_sn1250

J’arrive tout juste de voyage sur la planète terre, toute une aventure. J’y ai découvert une nouvelle croyance, qui m’a attiré au début puis j’ai compris que je n’étais pas fait pour vivre comme cela.

J’ai découvert que la croyance dominante chez les terriens est que leur humanité n’est pas complète, comme si dans chaque humain il manquait quelque chose. Ils développent ainsi le concept d’ignorance de leur propre nature, et ainsi, ils s’attachent aux autres et aux biens, convaincus que grâce à ces liens ils trouveront leur satisfaction et leur bonheur.

En m’imprégnant de cette croyance, j’ai été attaché à la terre, et j’ai eu peur de partir, de perdre cet attachement. Car, oui effectivement, c’est en s’attachant que l’on a peur de perdre.

Je dois avouer que c’est lorsque j’ai senti les liens de l’attachement se former sur mon corps que j’ai reconnu cette croyance comme différente de mon parcours et en souriant je m’en suis libéré pour voir d’autres visions. Je sais que le véritable bonheur est en nous-mêmes, dans notre propre nature et que je n’ai pas besoin de prendre, de laisser ou de céder. Notre propre nature est complète et seule ou ensemble, nous sommes, sans chercher à l’extérieur de nous-mêmes d’autres humains ou d’autres mondes à découvrir.

Une pièce musicale Also Sprach Zarathustra de Richard Strauss

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié le 22 septembre 2018 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , ,

Métronome : L’histoire de France au rythme du métro parisien   Leave a comment

Paris_Metro_Sign.jpg

En s’arrêtant à la station Saint – Germain – des – Prés, le promeneur pense à l’existentiolisme, aux caves de jazz, aux écrivains attablés près du poêle des Deux -Magots, aux amants du Flore dont les ombres, jamais , n’ont déserté les lieux… Illusion, car Jean-Paul Sartre, Simone de Beauvoir, tout comme Boris Vian, Jacques Prévert et les autres ont disparu depuis longtemps. Dans sa quête, le badaud ne trouve qu’une plaque dérisoire fixée sur un piquet en bord de trottoir : « Place Sartre -Beauvoir »…

*

La plaine de Garanella est devenue la commune de Grenelle, annexée à Paris sous le second empire. Mais les Romains, impressionnés par la vaillante défense des Gaulois, ont baptisé « Champ de Mars » l’endroit précis où se déroula la bataille entre les légionnaires de Labienus et les soldats de Camulogène. Champ de Mars… le champ de la guerre.

Bien plus tard, à l’endroit même où reposent les restes du chef gaulois et de ses hommes, s’éleva la tour Eiffel… comme un tumulus qui aurait été construit pour honorer ces guerriers. Les Parisiens, indifférents, viennent ici s’ébrouer le dimanche, sans savoir qu’ils foulent une terre qui, depuis plus de vingt siècles, a avalé les ossements de ces Parisii qui ont offert à leur peuple le sacrifice suprême.

*

La station de métro Bastille fait un effort méritoire pour se mettre à l’heure de la Révolution et secouer la nostalgie du Parisien en goguette : une fresque colorée retrace quelques grands moments tricolores et des images anciennes évoquent la forteresse qui se dressait ici jadis. Mais surtout, sur le quai de la ligne n°5, on voit apparaître des pierres jaunâtres… ce sont les fondations d’un mur de la Bastille !

Aujourd’hui, la Bastille, c’est un opéra ! Ce lourd bunker de verres et de dalles, qui a vieilli prématurément, domine la place de sa masse fatiguée. Construit pour fêter le bicentenaire de la prise de la Bastille, il s’effrite et n’aura sans doute même pas besoin d’une révolution pour disparaître de lui-même.

Lorànt Deutsch dans Métronome : L’histoire de France au rythme du métro parisien

Les paroles sur https://genius.com/Daniel-lavoie-le-metro-nattend-pas-lyrics

Une chanson de Daniel Lavoie – Le métro n’attend pas

 

Publié le 21 septembre 2018 par dandanjean dans Pauses lectures, Voyages et errances

Tag(s) associé(s) : ,

Le café Joyeux à Paris   Leave a comment

cafe-joyeux-paris_article.jpg

Le café Joyeux à Paris emploie une vingtaine de serveurs autistes et trisomiques…

Dans le quartier Opéra (IIe arrondissement), en plein cœur de Paris on y sert des viennoiseries et pâtisseries faites maison. J’y ai passé une pause dégustation formidable. L’endroit porte bien son nom, car l’ambiance est joyeuse.

Ce café se distingue par son état d’esprit : une vingtaine d’employés, en cuisine comme en salle engagé, affairé et en confiance nous permettant de changer le regard sur la notion d’handicap.

Bravo.

Une pièce musicale l’Hymne a la joie  interprétée âr Som Sabadell flashmob – BANCO SABADELL

Questions personnelles?   Leave a comment

Poursuite de mon périple à Paris pour y partager au fil des rencontres l’accent d’Amérique.

ImAGE, sortir

On fait de notre vie selon ce que l’on croit juste,

on nous a soumis le parcours, de l’époque scolaire au travail

et souvent on s’en tient à ce parcours, à ce plan issu d’un GPS collectif.

Faudrait-il se demander si ce plan est le notre?

Avons-nous suivi le parcours, oubliant parfois

qu’il a été dessiné par quelqu’un d’autre?

Avons-nous eu ces moments de répits,

ces voyages ou nous accumulons des souvenirs,

des expériences, des objets ou des pensées,

dépassant même nos propres besoins.

Avons-nous au moins laissé un peu de place

pour y loger nos rêves?

Une chanson de Francis Cabrel : Les Murs de Poussière

Les paroles sur https://www.lacoccinelle.net/972828.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié le 21 septembre 2018 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , ,

%d blogueurs aiment cette page :