Recevoir la vie

tree-3822149__340

Marcher sur un sentier qui traverse une forêt. Avancer dans un état d’émerveillement, en contact avec une nature qui par ses émanations, que ce soit le mouvement du vent, le craquement des arbres, le chant des oiseaux, nous fait vivre une expérience sensorielle et spirituelle régénératrice.

Le contact avec les éléments de la nature, tel que s’asseoir sous un arbre, entrer dans la rivière, s’élever à la cime d’une montagne, nous procure des sensations, des réflexions qui font en sorte que nous en revenons à soi apaisés, ressourcés et grandis.

 C’est par le corps de la terre que notre esprit peut s’abreuver d’expériences permettant, par la régénération sensorielle et spirituelle, de prendre conscience de notre capacité à recevoir la vie et non seulement tenter de l’interprétée.

Il nous faut changer de perspective, nous ne sommes pas emprisonnés dans notre corps, nous nous fermons seulement à la vie.

Il est impossible alors de dissocier ce qui marche dans la forêt et ce qui entre en soi.

Une chanson de Raoul Duguay interprétée par  Marie-Claire et Richard Séguin – Les saisons

Les paroles sur http://poete.raoulduguay.net/2005/11/les-saisons.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Mange, prie, aime

Tibet Drapeaux de prière

Les gens pensent qu’une âme sœur est leur association parfaite, et tout le monde lui court après. En fait, l’âme sœur, la vraie, est un miroir, c’est la personne qui te montre tout ce qui t’entrave, qui t’amène à te contempler toi-même afin que tu puisses changer des choses dans ta vie.

*

Il faut avoir le cœur brisé, de temps en temps. C’est bon signe. Signe qu’on a essayé.

*

Il vaut mieux vivre imparfaitement sa propre destinée que vivre en imitant la vie de quelqu’un d’autre à la perfection.

*

Je ne cesse de me remémorer un des enseignements de mon guru à propos du bonheur. Elle dit que les gens, universellement, ont tendance à penser que le bonheur est un coup de chance, un état qui leur tombera peut-être dessus sans crier gare, comme le beau temps? Mais le bonheur ne marche pas ainsi. Il est la conséquence d’un effort personnel. On se bat, on lutte pour le trouver, on le traque, et même parfois jusqu’au bout du monde. Chacun doit s’activer pour faire advenir les manifestations de sa grâce. Et une fois qu’on atteint cet état de bonheur, on doit le faire perdurer sans jamais céder à la négligence, on doit fournir un formidable effort et nager sans relâche dans ce bonheur, toujours plus haut, pour flotter sur ses crêtes. Sinon ce contentement s’échappera de vous, goutte à goutte.

*

Nos émotions sont les esclaves de nos pensées, et nous, nous sommes les esclaves de nos émotions.

*

…les maitres Zen disent toujours qu’on ne peut pas voir son reflet dans l’eau qui court, mais uniquement dans l’eau qui dort.

*

Envoie-lui de l’amour et de la lumière à chaque fois que tu penses à lui, et ensuite, passe à autre chose.

Elizabeth Gilbert dans Mange, prie, aime : Changer de vie, on en a tous rêvé… Elle a osé !

Une pièce musicale de Harry Manx – Tijuana

Neurosciences et harmonie

Philippe Van Den Bosch. Neurobiologiste. Louvain la neuve.

Les neurosciences illustrent de mieux en mieux comment fonctionnent les processus de prise de décision. Conçus pour optimiser le plaisir dans la création de liens humains, ces processus peuvent peu à peu s’en détacher et desservir l’humain.

Une conférence intéressante pour mieux comprendre le travail de notre cerveau.

Les enseignements du vent

thumbnail_âme (1)

C’est en voyant le vent se lever, les arbres s’agiter et le ciel s’assombrir que j’ai découvert comment décoder l’air du temps, et ces signes m’ont par la suite enseigné la patience.

C’est en voyant partir au loin le cerf-volant de mes retenus emporté par le vent que j’ai pu apprécier la beauté du lâcher-prise.

C’est en voyant voler en éclat ma colère après des heures de marche au bord d’une mer tout aussi agitée que moi que le vent m’a enseigné la résilience et la compassion.

C’est en laissant le vent prendre le pouvoir sur mon corps que celui-ci m’a enseigné comment reprendre le pouvoir de ma vie.

C’est en laissant le vent emporter ce que je chérissais le plus, suscitant ainsi la haine que j’ai pu comprendre les enseignements de l’amour inconditionnel.

C’est en laissant le vent interpeller ma peur que j’ai pu découvrir le courage de dépasser ce que je ne comprenais pas.

C’est en acceptant que le vent doit faire son œuvre que j’ai pu commencer à comprendre les enseignements des grands passeurs, contourner les obstacles et façonner les voies de passage.

Une chanson de Bob Dylan interprétée parKatie Melua – Blowing in the wind

Les paroles en français sur https://www.lacoccinelle.net/244511.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Passeur de vies

affiche_29090.thumb44000.1456481761

La plupart du temps, nous sommes trop pleins, trop imbibés de nous-mêmes, ou de choses futiles qui prennent beaucoup de place en nous. Si je suis trop plein de préoccupations, trop plein de mon problème, trop plein de mon conflit, avec mon patron (ou avec qui que ce soit), souvent je ne peux pas recevoir. Je ne sais pas accueillir par exemple, ce que la femme que j’aime veut me donner, ce que cet inconnu peut m’offrir de surprenant ou d’étonnant. Pour pouvoir recevoir il faut, en premier que je lâche prise, que je vide ma bouteille. Ensuite, pour savoir recevoir il faut que j’aie une sécurité suffisamment stable, pour ne pas être menacé par ce que je vais accepter de laisser venir vers moi et entrer en moi.

Je crois que le rire est la base d’une grande production énergétique. Le rire est un carburant essentiel à l’énergie de vie.

*

Aimer quelqu’un pour ce qu’il est, et non pas uniquement en fonction de nos propres désirs, ou pour ce qui vient de lui, pour ce qui rayonne de sa personne et qui me réveille, qui me stimule, qui m’anime.

L’amour ne se troque pas, ne se monnaye pas, ne s’échange pas, il s’invente au présent.

*

Je ne suis certes pas responsable de ce qu’on m’a fait, mais je reste responsable de l’interprétation que j’en ferai.

Jacques Salomé et Marie de Solemne dans Passeur de vies

Une pièce musicale d’Alexandra Stréliski – Le Nouveau Départ

La vie en œuvre

Boutique rêves

En discutant avec une artiste de la rue, j’ai découvert plus qu’une œuvre magnifique et un grand talent.

Elle me racontait qu’elle avait dû faire cette fresque que nous regardions en usant de beaucoup d’imagination. Ce projet l’obsédait et elle avait peu d’équipement en bon état. Elle a dû travailler fort en usant d’une grande capacité d’adaptation et de créativité.

Il y a derrière toute œuvre une histoire à découvrir, un parcours insoupçonné.  J’y vois un parallèle avec ces enfants des quartiers défavorisés qui ont grandi et qui ont réussi à faire quelque chose de très bien de leur vie, une belle œuvre. Il y a plus de belles histoires que nous le pensons.

Et pourtant, chacun de ces jeunes est né du chaos, et leur vie a été façonnée avec des outils mal adaptés et souvent usés et brisés. Il a fallu de la persévérance, des gestes constants et quotidiens plus que ce que nous pouvons imaginer. Rien d’acquis, peu de répit facile dans le parcours, mais malgré tout, une volonté de vivre et un sourire qui dépasse l’entendement. J’en sais quelque chose.

L’œuvre de la vie est plus que ce que nous voyons. En prendre conscience, c’est découvrir la grande richesse de notre humanité.

Une chanson de Daniel Bélanger – Je fais de moi un homme

Les paroles sur https://genius.com/Daniel-belanger-je-fais-de-moi-un-homme-lyrics

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.