Quand le babillage dérange   Leave a comment

respiration conscience

Le cerveau s’est forgé au cours des générations et des conditionnements en vue de nous protéger et préserver la survie de notre humanité.

L’une des plus vieilles émotions de protection et de survie est la peur. La réponse du corps est alors un bel exemple de la commande du cerveau qui dicte d’attaquer ou de fuir.

L’activité du cerveau génère un babillage incessant qui trouve son origine dans l’hémisphère gauche. Ce babillage est présent pratiquement 24 heures et peut faire en sorte qu’une personne demeure éveillée toute une nuit. Ce babillage est porté par cette voix qui fait des listes ou cherche sans répit une solution. Cette voix peut devenir notre pire ennemi si nous n’apprenons pas à la contrôler ou à l’arrêter lorsqu’elle devient obsessive.

Et si nous négligeons d’écouter cette voix, souvent elle arrive à trouver d’autres voies de passage pour se faire entendre. L’agitation, les pulsions et les douleurs en sont des exemples. Elle ne lâchera pas tant que nous n’apporterons pas les changements requis. Nous avons réussi à cesser de fumer, mais il y a cette voix qui incite à se rendre dans le magasin pour acheter des cigarettes. Elle tente de prendre le contrôle.

La voix réussit parfois à puiser dans le répertoire des accidents et des épreuves du passé, et à ramener au présent des craintes, des peurs ou des comportements de fuites.

Elle peut aussi nous rejoindre à travers les malheurs des autres. Un mot, une phrase, peu importe où nous l’avons entendu, nous reconnectent à notre propre fragilité, notre propre vulnérabilité. Une annonce publicitaire sur le bord de la route peut devenir une sonnerie d’alarme ou une réponse supposément attendue. Ce babillage de l’esprit vient tout embouer et il devient difficile de savoir comment décoder les signes d’opportunité des signes de détresses.

Il est important de prendre conscience que ce babillage avec sa petite voix n’est pas notre nature propre. Nous sommes beaucoup plus et nous avons le libre arbitre, le dernier choix, malgré le fait que la voix envoie des alarmes sous forme de symptômes ou d’épreuves de plus en plus intenses pour attirer l’attention.

Les occasions où nous sommes en phase dans la réalité, le silence est présent, le calme est présent. Il y a des moments de contemplation, de créativité, d’activité intense, de connexion avec une autre personne qui fait en sorte que la voix s’éteint.

L’entrainement de l’esprit ou la méditation peuvent calmer le babillage, et apporter des changements positifs dans la vie.

Juste le fait d’entendre ce babillage comme une anomalie est un grand pas dans la bonne direction. L’entraînement de l’esprit implique une pratique qui dépasse les occasions ou nous sommes assis sur un zafu dans une pièce au calme. Il s’agit d’un entraînement à la conscience où chaque opportunité, une file d’attente, la marche, un déplacement, une pause, et j’en passe, peuvent nous aider à faire émerger un silence. Il sera alors possible d’entendre notre nature propre et la laisser se déployer.

Une pièce musicale de Shakti ~ Peace Of Mind

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié le 21 janvier 2018 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

L’attention, le seuil de la générosité   Leave a comment

monsieur_ibrahim_et_les_fleurs_du_coran_2002_portrait_w858

L’attention est la forme la plus rare et la plus pure de la générosité.

Il est donné à très peu d’esprits de découvrir que les choses et les êtres existent. Depuis mon enfance je ne désire pas autre chose que d’en avoir reçu avant de mourir la révélation complète. Il me semble que vous êtes engagé dans cette découverte.

*

Cette découverte fait en somme le sujet de l’histoire du Graal. Seul un être prédestiné à la capacité de demander à un autre « Quel est donc ton tourment ? »

Et il ne l’a pas en entrant dans la vie. Il lui faut passer par des années de nuit obscure où il erre dans le malheur, loin de tout ce qu’il aime et avec le sentiment d’être maudit.

Mais au bout de tout cela, il reçoit la capacité de poser une telle question, et du même coup la pierre de vie est à lui. Et il guérit la souffrance d’autrui.

Correspondance Simone Weil à Joë Bousquet le 13 avril 1942

Une pièce musicale d’Erik Satie – Gymnopédie No.1

Publié le 20 janvier 2018 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , ,

La bienveillance   Leave a comment

– AVERTISSEMENT : Cette vidéo ne cherche pas à arriver la première.

Et tout le monde s’en fout est une série créée par Fabrice de Boni et Axel Lattuada

Pour les aider sur Tipeee : https://www.tipeee.com/et-tout-le-mon…

Publié le 20 janvier 2018 par dandanjean dans Réflexions trouvées à partager

Tag(s) associé(s) : ,

Bienheureuse incertitude et l’impermanence   2 comments

La nature

Tu vois, en te levant aujourd’hui, déjà ce n’était plus tout à fait pareil. Un nouveau jour, de nouvelles opportunités. Tout change et tout est incertain.

Nous aimerions trouver des assises immuables, solides, intemporelles, mais ce n’est pas cela la vie, c’est juste le rêve. Tout change, parfois lentement, parfois, brusquement.

Même l’enfant qui a été prévenu à quelques reprises par ses parents de ne pas jouer avec les prises de courant électrique, et qui ne voulait que faire à sa tête, se tiendra loin lorsqu’il aura testé la puissance du contact électrique. Lui aussi dira un jour à ses enfants de ne pas toucher.

Bien que la vérité est là sous nos yeux, notre représentation de celle-ci est avant tout incertitude. Acquérir un détachement au regard de ce qui nous apparaîtra comme la vérité offre une perspective intéressante. Je ne prône pas le désintéressement, mais plutôt une attitude ouverte ou ce qui est recherché n’est plus l’extraordinaire, le magique ou l’absolu, mais ce qui est là, mouvant, ordinaire, simple et vrai.

L’impermanence est à la base de notre monde. Le nier apporte la souffrance. Ne voir que soi et tout ramener à soi sur cette terre se résume à choisir d’habiter dans un simple placard alors que le château est immense.

Tu vois, en te levant aujourd’hui, il y avait des perspectives incertaines, ce sont tes opportunités pour continuer à découvrir quelque chose de plus grand que ce qui nous est connu, puis de le partager.

Une chanson de Leonard Cohen – Waiting for the Miracle

Les paroles en français sur  https://www.lacoccinelle.net/248283-leonard-cohen-waiting-for-the-miracle.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018– Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas couper ou modifier les textes et le contenu sans mon approbation, merci.

Le silence n’est pas l’absence,   1 comment

ImAGE guitare

Le silence n’est pas l’absence, mais bien la présence de toute chose.

Chaque espace a sa signature sonore, sa vibration unique, et si parfois l’oreille ne l’entend pas, le corps, lui, la ressent immédiatement.

L’ouïe humaine, comme celle de tous les autres animaux, a évolué pour capter les sons les plus faibles, les plus ténus qui, en milieu naturel, donne des informations vitales pour la survie de l’espèce : nourriture, dangers, abris…

Dans la nature, chaque son signifie quelque chose et s’harmonise avec un paysage riche et complexe.

(…)

Le silence apaise et nourrit l’âme, il permet surtout d’être pleinement conscient

Gordon Hempton, bioacousticien

Une chanson de Fred Pellerin – Silence

Paroles et accords sur https://www.boiteachansons.net/Partitions/Fred-Pellerin/Silence.php

Publié le 19 janvier 2018 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : ,

Ces gens-là … une partie du nous   Leave a comment

Audrey Hepburn, UNICEF ambassador in Ethiopia

March 16-17, 1988, Ethiopia — Soon after becoming a UNICEF ambassador, Audrey Hepburn went on a mission to Ethiopia, where years of drought and civil strife had caused terrible famine. — Image by © Derek Hudson/Sygma/Corbis

Si nous voulons mieux comprendre le phénomène de la pauvreté qui est présente aujourd’hui, il nous faut cesser de réfléchir avec cette conception d’observation à distance qui se traduit souvent par le propos : ces gens-là… différents. Malheureusement pour eux, les personnes pauvres ne sont pas issues d’une autre race issue du pays de la pauvreté.

Ils sont comme nous, de l’espèce humaine. Comme nous, ils ont des rêves, ils ont des attentes, ils se sont débattus et à la différence de d’autres, des repères se sont perdus, le soutien n’est pas venu pour donner le petit coup de pouce nécessaire ou la santé est venue brouiller les cartes.

Certains pays ont compris qu’en se préoccupant de l’enjeu de la redistribution d’une partie de la richesse, l’humain a plus de chance de se réaliser, et collectivement nous en sommes gagnants. Le soutien d’institutions compétentes et légitimes pour les aider à décider, à développer, à faire émerger le talent n’a pas de prix.

En y regardant bien, les personnes pauvres comme les personnes riches recherchent le soutien de l’état. Pour l’un c’est une prestation, une allocation, un coupon, un panier de nourriture. Pour l’autre, une subvention, un congé de taxe, des avantages fiscaux et j’en passe.

Les gens pauvres et les riches sont de la même espèce humaine, interdépendante au sein de la même humanité. Nous avons le choix, fermer les yeux et se dire que tout passe, même cela. Nous avons aussi le choix de susciter l’émergence d’une alternative permettant de créer des conditions inclusives. Nous avons les ressources, l’enjeu est avant tout une question de priorité, de sens civique, de répartition et de persévérance.

Cessons de tenir pour acquis le cadre établi. Ceux qui utilisent les crises économiques pour se remplir les poches n’aiment qu’eux-mêmes. Les humains riches ou pauvres qui valorisent l’entraide seront toujours plus nombreux, ils prennent de plus en plus la parole. Ces gens-là méritent le respect et dessinent le vrai visage de notre humanité.

Une chanson de Claude Dubois – Comme un million de gens

Les accords et les paroles sur https://www.boiteachansons.net/Partitions/Claude-Dubois/Comme-un-million-de-gens.php

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié le 19 janvier 2018 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , , ,

Il faut rééquilibrer d’urgence la société !   Leave a comment

Henry Mintzberg traite ici des trois grands piliers de la société, les entreprises privées, les organismes de la société civile et le gouvernement.

Son propos est fort instructif et ouvre des perspectives.

Publié le 18 janvier 2018 par dandanjean dans Réflexions trouvées à partager

Tag(s) associé(s) : ,

%d blogueurs aiment cette page :