Archives du tag ‘âme

Vie unitive   Leave a comment

ImAGE soleil arbre

L’expérience acquise m’avait permis de me familiariser avec de nombreux types et niveaux de silence.

Il y a un silence intérieur, un silence qui descend de l’extérieur, un silence qui met fin à l’existence et un silence qui engloutit l’univers entier.

Il y a un silence du moi et des facultés : volonté, pensée, mémoire, émotions.

Il existe un silence dans lequel il n’y a rien et un silence qui contient quelque chose.

Enfin, il y a le silence du non-soi et le silence de Dieu.

S’il était une voie à laquelle je puisse rattacher mes expériences contemplatives, ce serait précisément cette voie du silence qui sans fin se déroule et s’approfondit.

Une fois cependant, cette voie sembla s’arrêter, au moment où je pénétrai dans un silence dont je ne devais jamais complètement ressortir.

*

Avec l’arrêt de la conscience de soi, tous les effets expérimentés qu’elle a générés disparaissent en un clin d’œil. Et quels étaient ces effets ? Ils étaient l’expérience de « l’être », de « la vie », de « l’âme », de « l’énergie », du « mental et de la volonté », de « l’intériorité », du « système affectif », voire de la conscience d' »être un avec Dieu » – toutes ces expériences sont alors soudainement détruites et pour toujours balayées.

*

Désormais, il n’y a plus de centre (Dieu) ni de circonférence (soi). En vérité, cette « explosion » (ou cessation) est la seule expérience de mort que l’homme connaîtra jamais. Enlevez donc la conscience de soi avec tous ses effets expérimentés et la vraie question devient « quelle est la vraie nature de ce qui reste au-delà de tout soi ? C’est le vrai mystère de l’homme et la vraie question à laquelle il a besoin d’avoir une réponse.

Bernadette Roberts dans Vie unitive : aventure dans les profondeurs silencieuses de l’inconnu

Une pièce musicale de Chopin – Spring Waltz (Mariage d’Amour)

Publié 8 novembre 2018 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , , , ,

Les âmes en partage   Leave a comment

ImAge feu

Il y aura toujours des gens pour ne pas accepter la vie telle qu’elle est.  Cela fait partie de l’ordre des choses, il y a cette diversité d’opinions qui constitue en soi notre richesse.

Nous devons apprendre à être critiques, à regarder comment certains hommes vivent à constater nous voir sourire de leurs comportements, et même en avoir pitié. La limite à ne pas franchir est de les empêcher à poursuivre leur chemin sous prétexte qu’il est différent de celui que nous poursuivons.

Il y a un deuil à faire d’une illusion réconfortante. Personne ne peut fusionner son âme à l’âme d’un autre. Même quand deux êtres se rapprochent et se collent l’un vers l’autre, partagent des secrets et tout l’or de leur intimité, leurs âmes demeurent comme deux foyers d’une même flamme. Pour rejoindre l’autre, il faut délaisser l’enveloppe corporelle, et tenter de faire cela en demeurant vivant, ce qui est un immense défi.

À défaut de pouvoir se rejoindre, les âmes se partagent la chaleur et la lumière. Accepter la diversité, la singularité, nécessite d’accepter inconditionnellement que l’âme ne puisse choisir l’intensité de la chaleur ou de la lumière qu’elle veut partager. Par ailleurs, partager de la chaleur et de la lumière ne diminue en rien notre capacité, car la flamme ne fait que se multiplier.

L’œuvre de la vie naît par la division puis croit par le partage et l’acceptation. C’est pourquoi il est important de respecter la voie des autres.

Une chanson de Fiori Seguin Ca fait du bien

Les paroles sur https://www.boiteachansons.net/Partitions/Fiori-Seguin/Ca-fait-du-bien.php

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 29 octobre 2018 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , , , ,

La harpe merveilleuse   Leave a comment

11705186_840252799393849_5907580528302380460_n

Dans le ravin de Lungmen se dressait autrefois, il y a très, très longtemps, un arbre Kiri qui était le véritable roi de la forêt. Il portait si haut la tête qu’il pouvait converser avec les étoiles et ses racines s’enfonçaient si profondément dans la terre qu’elles mêlaient leurs anneaux de bronze à ceux du dragon d’argent qui dormait au-dessous de lui. Et il arriva qu’un puissant magicien fit de cet arbre une harpe merveilleuse, dont le farouche esprit ne pourrait être apprivoisé que par le plus grand des musiciens.

Durant longtemps l’instrument fit partie du trésor de l’empereur de Chine, mais aucun de ceux qui, tour à tour, avaient essayé de tirer de ses cordes une mélodie ne vit sa tentative couronnée de succès. En réponse à leurs efforts suprêmes il ne sortait de la harpe que de dures notes de dédain, peu en harmonie avec les chants qu’ils désiraient chanter. La harpe se refusait à reconnaître son maître.

Enfin vient Peiwoh, le prince des harpistes. D’une main délicate il caressa la harpe, comme lorsque l’on cherche à calmer un cheval rétif, et se mit à toucher doucement les cordes. Il chanta la nature et les saisons, les hautes montagnes et les eaux courantes ; et tous les souvenirs de l’arbre se réveillèrent !

De nouveau la douce brise du printemps se joua à travers les branches. Les jeunes cataractes, en dansant dans le ravin, souriaient aux fleurs en bouton. De nouveau l’on entendit les voix rêveuses de l’été avec leurs myriades d’insectes, et le joli battement de la pluie, et la plainte du coucou. Écoutez ! Un tigre a rugi et l’écho de la vallée lui répond. C’est l’automne ; dans la nuit déserte, tranchante comme une épée, la lune étincelle sur l’herbe gelée. L’hiver maintenant, règne et à travers l’air plein de neige tourbillonnent des vols de cygnes, et des grêlons sonores frappent les branches avec une joie sauvage.

Puis Peiwoh changea de ton et chanta l’amour. La forêt s’inclina comme un ardent jeune homme perdu dans ses pensées. Là-haut, pareil à une altière jeune fille, volait un beau nuage éclatant ; mais son passage traînait sur le sol de longues ombres, noires comme le désespoir.

Le ton changea encore ; Peiwoh chanta la guerre, les épées qui s’entrechoquent et les chevaux qui piaffent. Et dans la harpe se leva la tempête de Lungmen ; le dragon chevauchait l’éclair, l’avalanche s’écroulait à travers les collines avec un bruit de tonnerre.

Le monarque Céleste, extasié, demanda à Peiwoh quel était le secret de sa victoire.  » Sire, répondit-il, ils ont tous échoué, parce qu’ils ne chantaient qu’eux-mêmes. J’ai laissé la harpe choisir son thème, et en vérité je ne savais pas si c’était la harpe qui était Peiwoh ou Peiwoh qui était la harpe. « 

Okakura Kakuzo dans le Livre de de Thé

Une pièce musicale de Lorena McKennitt – The Mystics Dream

Publié 13 août 2018 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , , ,

L’artisan de sa vie   2 comments

Visage couleur

Imagine que tes pensées, tes sentiments, tes désirs, tes passions, tes actions sont les mains qui façonnent ton visage.  Parfois, avec de la couleur, parfois en étirant la peau, parfois, en creusant les sillons, parfois en faisons des petits monticules.

Dès la naissance, tu es déjà à l’œuvre. Toutes tes humeurs, tes actions, tes pensées et tes sentiments façonnent ton visage selon qu’ils soient assumés ou refoulés.

Il y a des joies et des chagrins qui marquent des époques, et qui illustrent la personnalité.

Avec l’âge, nous en rajoutons en appliquant parfois un maquillage pour exprimer plus fortement certains traits, ou une crème pour cacher les sillons qui racontent notre histoire.  Vous savez, ces sillons remplis d’étreintes, de refoulement de secret dévoilé ou de sommet atteint.

Bien que nos mains façonnent jour après jour notre visage, le masque de notre vie ne vise pas ultimement à cacher, mais à faire en sorte d’être reconnu, accueilli, accepté et aimé.

Et pour la personne aimante qui sait écouter, elle sait saisir la beauté de notre âme qui transparaît dans notre regard et s’exprime par notre voix.

 

Une chanson de Jean-Pierre Ferland interprétée par Terez Montcalm – Ton visage

Les paroles sur http://www.cyberus.ca/~rg/ch_f004.htm

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

 

Publié 29 juin 2018 par dandanjean dans Contes, Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

La musique du coeur   Leave a comment

 

cropped-image-la-musique-du-monde1.jpg

C’est le secret de la musique qu’elle n’exige que notre âme, mais qu’elle la veuille toute entière. Elle ne demande ni intelligence, ni culture par delà toutes langues, toutes sciences, sous des formes ambivalentes mais évidentes en dernière analyse, elle représente l’âme de l’homme.

*

Comme la danse et comme tout exercice artistique, la musique a été dans les temps préhistoriques un art magique, un des vieux et légitimes moyens de la magie.

*

Plus la musique devient bruyante, plus les hommes deviennent mélancoliques, plus le pays est en danger.

Hermann Hesse dans Musique

Qui veut devenir ce qu’il devrait être doit laisser ce qu’il est maintenant.

*

Ce qui est premier dans l’intention vient en dernier dans l’oeuvre, comme le toit d’une maison vient en dernier.

Maître Eckhart dans Aphorismes et légendes

Méditer sur le verbe, secrètement, pour le salut de l’âme et l’honneur de l’esprit, est devenu, avec la fin des temps, d’une nécessité absolue. Quand tout le monde triche, il n’est ni beau, ni grand, ni héroïque d’être honnête : c’est seulement indispensable pour la sauvegarde de l’honnêteté.

Armel Guerne dans Le Verbe nu : Méditation pour la fin des temps

La parole est un prétexte: ce qui attire l’homme vers l’homme c’est l’affinité qui les lie, et non la parole.

*

Ta tâche n’est pas de chercher l’amour, mais simplement de chercher et trouver tous les obstacles que tu as construits contre l’amour

Le livre du dedans : Fîhi-mâ-fîhi  de Djalâl-od-Dîn Rûmî

Une pièce musicale de Richard Strauss – Also sprach zarathustra

 

Publié 15 avril 2018 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , , , ,

La nuit bengali   Leave a comment

L’âme connaît tant de façons d’aimer!

*

La passion grandit en moi, délicieux mélange d’idylle, de sensualité, de camaraderie, de dévotion. Quand je me tiens près d’elle sur le tapis et que nous lisons ensemble, le moindre frôlement me trouble. Je sens qu’elle est troublée aussi. La littérature nous aide à nous dire mille choses. Parfois nous devinons tous les deux que nous nous désirons l’un l’autre.

*

Elle me pria ensuite d’enlever mes sandales et d’approcher mon pied du sien. Je n’oublierai jamais l’émotion du premier contact : ce bonheur compensait toute la jalousie dont j’avais souffert jusqu’à présent.

*

Je sais qu’elle est incroyablement sensuelle tout en restant très pure. Et c’est bien le miracle de la femme indienne.

*

Tout va passer, tout passe, me disais-je, et ce leitmotiv, qui m’apaisa ce jour-là pour la première fois, n’a cessé de m’accompagner depuis lors tout le long de ma vie.

*

Chose curieuse, ce genre de révélation ne me fut jamais donné au cours de mes heures de lucidité, mais au contraire sur le seuil des expériences décisives, pendant les instants rapides où j’avais le sentiment de vivre dans la plénitude de la réalité.

La réflexion à froid ne m’a jamais rien appris du tout.

Mircea Eliade dans La nuit bengali

Mircea Eliade s’inspire d’un grand amour, d’un fait réel pour créer ce roman ou le profane et le sacré s’enflamme.

Une pièce musicale de Harry Manx – Tijuana

Publié 2 avril 2018 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

Y a-t-il une mort avant la vie?   2 comments

Beaucoup de propos et d’études ont été recensés sur la question de la vie avant la mort, voire même une vie après la mort, mais peu de chercheurs s’intéressent à la question à savoir s’il y a une mort avant la vie.

Eben Alexander, neurochirurgien à l’esprit rationnel, défend l’idée après avoir vécu une expérience de mort imminente qu’il y aurait bien une vie après la mort.

À cela, sans ouvrir ce débat, Pierre Rabhi répond que le grand problème de fond, ce n’est pas de savoir ce qui va se passer après la mort, mais bien s’il existe une vie avant la mort.

Mais je n’ai rien trouvé sur la présence de la mort avant la vie. Et la question est plus utile que nous pouvons l’imaginer.

Nous savons selon les connaissances scientifiques actuelles qu’il y a près de 14 milliards d’années, il s’est produit ce qui ressemble à un immense Big Bang, une immense explosion cosmique qui engendra l’univers en expansion qui nous entoure présentement. De cette explosion sans précédent du feu nourri de la mort, est apparue la vie.

Ce que nous connaissons de l’univers, c’est qu’il y existe des milliards de milliards de galaxies et que chaque galaxie renferme des milliards de milliards d’étoiles. Sur une de celles-ci, il y a nous sur la terre. Chacun humain, comme chaque étoile, à une durée de vie limitée, nous ne sommes pas éternelles et l’énergie de la mort nous accompagne.

Les connaissances scientifiques actuelles proposent qu’avant l’expansion de l’univers, celui-ci fût d’un volume microscopique. L’énergie qui a été libérée est à l’origine du cycle de la vie et de la mort.

Nous savons que la mort intervient quand l’organisme ne peut plus puiser et maintenir son entropie basse.

L’étude des religions et de leurs visions de la mort nous ramène vers une tendance lourde qui affirme que la mort n’est pas la fin ultime de la destinée de l’homme. Les notions de résurrection, de réincarnation, de nirvana, ou encore de paradis se chevauchent. La mort n’est pas un terme, mais un générateur d’une autre vie.

De plus, plusieurs penseurs occidentaux et orientaux font référence dans leurs avancés pour mieux comprendre le phénomène de la vie, au concept d’énergie vitale (QI ou Ki,  prana, Ka, l’âme, etc.) qui transcende les états de vie et de mort. Cette énergie demeure et devient le lien entre les cycles.

Par ailleurs, si nous acceptons les hypothèses scientifiques avancées dans le domaine de la physique quantique qui postule que toute chose visible et invisible est constituée d’énergie, des perspectives intéressantes s’ouvrent pour comprendre l’avant et l’après, l’interconnexion et l’interdépendance entre les êtres et les choses dans la perspective espace-temps.

La question de la présence de la mort avant la vie, bien qu’elle nous ramène au Big bang, à l’histoire des religions et aux penseurs de ce monde, elle apporte aussi une leçon de vie intéressante. Je n’ai aucun contrôle sur mon origine et sur ma fin, mais j’en ai ici et maintenant, sur l’entretien de mon énergie. Cette même énergie qui après la mort d’une idée, d’une action par l’échec, fait en sorte que je peux me relever et continuer.

Cette même énergie qui est présente en chacun de nous et renvoie aux oubliettes les fondements de nos divisions et de notre apparente diversité. Nous sommes tous des êtres humains.

Une chanson de HK et les Saltimbanks – Citoyens du Monde

Les paroles sur http://www.songtexte.com/songtext/hk-et-les-saltimbanks/citoyen-du-monde-53b3bf69.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

%d blogueurs aiment cette page :