La corbeille de fruits

Le même fleuve de vie

Qui court à travers mes veines nuit et jour

Court à travers le monde

Et danse en pulsations rythmées.

C’est cette même vie qui pousse à travers

La poudre de la terre sa joie

En innombrables brins d’herbe,

Et éclate en fougueuses vagues de feuilles et de fleurs.

C’est cette même vie que balancent flux et reflux

Dans l’océan-berceau de la naissance et de la mort.

Je sens mes membres glorifiés au toucher de cette vie universelle.

Et je m’enorgueillis,

Car le grand battement de la vie des âges

C’est dans mon sang qu’il danse en ce moment.

*

Où les routes sont tracées, je perds mon chemin.

Sur la vaste mer, dans le bleu du ciel, il n’y a point de lignes marquées.

Le sentier est caché par les ailes des oiseaux, le feu des étoiles, par les fleurs des saisons différentes.

Et je demande à mon cœur : ton sang ne porte-t-il point la connaissance de l’invisible chemin ?

*

Durant plus d’un jour de paresse j’ai pleuré sur le temps perdu. Pourtant il n’est jamais perdu, mon Seigneur ! Tu as pris dans mes mains chaque petit moment de ma vie. Caché au cœur des choses, tu nourris jusqu’à la germination la semence, jusqu’à l’épanouissement le bouton, et la fleur mûrissante jusqu’à l’abondance du fruit. J’étais là, sommeillant sur mon lit de paresse et je m’imaginais que tout ouvrage avais cessé. Je m’éveillai dans le matin et trouvai mon jardin plein de merveilles et de fleurs.

Rabindranath Tagore dans La corbeille de fruits

Une pièce musicale de Pandit Ravi Shankar: Shanti-Mantra