Archives du tag ‘vie

En s’être   2 comments

ImAGE enlacés

 

Un jour, ou une nuit, arrive dans le cœur ces éclaircis de conscience, cette sensation de présence qui fait en sorte que nous sommes en phase avec notre vie et avec la vie. Alors, nous faisons l’expérience des liens entre les peurs que nous décodons dans le monde et celles que nous entretenons en nous-mêmes.

Puis, la vie continue.

Puis, en remontant le fil de notre histoire, parsemé d’échecs et de réussites, nous prenons conscience du caractère inestimable et miraculeux de la vie. En plus de ce que nous avons fait et réalisés grâce à nos expériences, nous avons le privilège de vivre.

Ce qui a de la valeur a un prix et il peut être pris. Ce qui est inestimable ne demeure étincelant que si nous n’essayons pas de nous l’approprier et d’en faire notre valeur. Les plus grands amours sont faits d’humains qui ne se possèdent pas.

Toute vie est inestimable. Nous avons la responsabilité de l’entretenir.

Et lorsque la souffrance frappe à la porte, emportant avec elle des larges horizons de libertés, il est bon de se rappeler ces instants de phase qui apportait la sérénité.

Il n’y a rien à prendre, rien à laisser, juste être ensemble, s’entre aider, et en s’être.

Une chanson de Zazie – Si j’étais moi

Les paroles sur https://genius.com/Zazie-si-jetais-moi-lyrics

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 4 août 2018 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

Un signe de vie   Leave a comment

36c3d92081f5198ff07ff3078067bf6c.jpg

Il marchait sur la plage tôt le matin, lorsqu’il fit une découverte surprenante. Il y avait une bouteille recouverte de sable qui contenait un message. Il a pris la bouteille et après l’avoir ouvert, il a lu le message qui semblait venir de la nuit des temps.

Il n’est pas nécessaire d’attendre les signes pour se rassurer et se voir confirmer que la voie est bonne. La voie que tu as choisie est ta vie, elle n’est pas ta destination.

Aujourd’hui c’est encore un nouveau jour, une nouvelle opportunité de réaliser des nouvelles avenues. Aujourd’hui est une opportunité de signer ta vie comme on grave le bonheur dans le cœur.

Il n’y a rien à attendre, et tout à réaliser, tout à surprendre, tout à découvrir et s’en émerveiller. As-tu déjà fait un signe à la beauté de la vie pour signifier ta présence?

Elle est la résultante de ta singularité, de ton originalité, elle est un signe distinctif pour notre humanité.

Au sein de l’un de ses cycles, tu corresponds à une zone occupée par la constellation de ta génération et à partir de laquelle il est possible de prédire les caractéristiques des avenirs possibles.

En y mettant notre cœur, et avec compassion, il est possible de devenir un signe de vie sur la Terre qui sera le joyau de l’univers.

 

Une pièce musicale de Ricahrd Strauss = Also Sprach Zarathustra

utilisée dans l’ouverture du film 2001 Odyssé de l’espace

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 24 juillet 2018 par dandanjean dans Contes, Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , , ,

Souffle de Johann Wolfgang von Goethe   Leave a comment

Goethe

Parler est un besoin, écouter est un art.

*

Veux-tu vivre heureux ? Voyage avec deux sacs, l’un pour donner, l’autre pour recevoir.

*

Dès l’instant où vous aurez foi en vous-même, vous saurez comment vivre.

*

Méfiez-vous des rêves de jeunesse, ils finissent toujours par se réaliser.

*

La tolérance ne devrait être qu’un état transitoire ; elle doit mener au respect.

*

Quoi que vous puissiez faire, quoi que vous rêviez, commencez-le. La hardiesse a du génie, de la force et de la magie.

*

La clarté, c’est une juste répartition d’ombres et de lumière.

*

L’important ce n’est pas de tomber, c’est de ne pas rester à terre.

*

L’acte le plus difficile est celui que l’on croit le plus simple : percevoir d’un regard toujours en éveil les choses qui se présentent à nos yeux.

Johann Wolfgang von Goethe

Une pièce musicale de HAUSER – Adagio d’Albinoni

Publié 4 juillet 2018 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , ,

La vie   Leave a comment

L’équipe de Et tout le monde s’en fout nous parle de la vie, c’est vivifiant et intéressant.

– AVERTISSEMENT : cette vidéo n’en a plus pour longtemps. Pour nous aider sur Tipeee : https://www.tipeee.com/et-tout-le-mon…

Une série créée par Fabrice de Boni et Axel Lattuada

Écrite par Fabrice de Boni, Marc de Boni et Axel Lattuada

Produite par Mia Productions / Christophe Baudouin

Réalisée par Fabrice de Boni

Interprétée par Axel Lattuada

 

Publié 22 juin 2018 par dandanjean dans Réflexions trouvées à partager

Tag(s) associé(s) : ,

L’arbre de vie   2 comments

L’image de l’arbre peut nous servir pour réaliser une allégorie sur l’interdépendance en lien avec notre nature propre et la nature qui nous entoure.

Ce que l’on voit dans un premier temps est un tout en forme de baguette avec un dôme. Puis, on pose notre regard vers la terre, et on voit se dessiner différents éléments.

Au centre, il y a ce tronc, massif, stable, dense, unique. On a l’impression que le tronc est connecté à la source, aux racines de la vie indifférenciée. Le tronc par son développement se ramifie en branches souches. Ces branches souches sont les premiers éléments de la différenciation.

Après ces branches souches, nous découvrons les moyennes et grosses branches qui correspondent à des sortes de courants intérieurs plus différenciés. On a l’impression que ces branches sont guidées par l’air du temps, par des sentiments d’ouverture, de fermeture, et de protection, etc.

Puis, encore une fois, ces branches se divisent, donnent des brindilles qui portent elles-mêmes le feuillage. Parfois, s’y ajoute un fruit, la production en action.

Ce feuillage est mobile, un rien le fait bouger. Un peu comme le feuillage de la pensée et des brindilles de l’affectif. Nous pouvons grâce à eux saisir les courants les plus différenciés et en même temps nous y perdre.

De temps en temps, une goutte de rosée tombe au sol.

Nous pouvons aussi prendre le chemin inverse vers notre intériorité. La sève de vie nous guidera des branches, vers le tronc, et les racines pour aller nourrir notre nature propre. Et durant tout ce voyage, le support sera une énergie liquide et non une matière solide.

Chaque mouvement de soi a besoin de son propre apport pour se réaliser.

Prendre conscience du cycle de notre nature propre et se synchroniser avec ce qui nous entoure, permet de créer les fruits les plus savoureux.

Une chanson de Peter Gabriel Shaking The Tree

Les paroles en français sur http://paroles-traductions.com/chanson/montrer/4532531/peter-gabriel/paroles-et-traduction-shaking-the-tree/

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 5 mai 2018 par dandanjean dans Contes, Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

La nature ne connaît que la vie   Leave a comment

tambou10

 Source du texte dans l’image, un chant shamanique des Soyotes (Tuvas) Sibéri

La nature ne connaît que la vie. La mort n’est pour elle qu’un épisode. Elle en efface les traces sous le sable ou sous la neige, les fait disparaître sous une végétation luxuriante de verdure ou de fleurs.

Qu’importe à la nature si une mère, à Tché-Fou ou sur les rives du Yang-tsé-kiang, fait offrande d’un bol de riz et de quelques bâtons d’encens au dieu du sanctuaire, en priant pour le retour de son fils : martyr obscur, tombé sur les plaines de la Tola, ses ossements se dessèchent sous les rayons destructeurs du soleil, et les vents en éparpillent la poussière sur les sables de la prairie.

Il y a de la grandeur dans cette indifférence de la nature envers la mort, dans son ardeur à ne connaître que la vie.

De même qu’un miroir, bien qu’unique, semble devenir multiple de par la variété des objets qui se reflète en lui, de même, la conscience pure, bien qu’unique, parait se revêtir de diversité.

Considère que dans les rêves, l’esprit assume à lui tout seul les trois aspects de voyant, de vision et de chose vue. De la même façon, la pure conscience se manifeste sous une multiplicité d’aspects.

*

Les Soyotes qui vivent dans la région des Urianhays sont fiers d’être de vrais bouddhistes, convaincus d’avoir conservé la pure doctrine de Rama et la sagesse profonde de Çakya-Mouni.

Au XIIIe siècle, ils préférèrent émigrer et chercher refuge au nord plutôt que de livrer combat ou de se soumettre au sanguinaire Gengis Khan qui voulait enrôler dans ses forces ces merveilleux cavaliers-archers.

Trois fois au cours de leur histoire, ils ont ainsi émigré vers le nord pour éviter la lutte, et nul ne peut dire aujourd’hui que sur les mains des Soyotes on ait jamais vu de sang humain. Avec leur seul amour de la paix pour arme, ils ont combattu la guerre et ses maux.

Tirée de Bêtes, hommes et dieux de Ferdynand Ossendowski

Une pièce musicale de German et Claudia Klatylaev: Shamanic Music from the Siberian North

Publié 22 avril 2018 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , , , , , , ,

Y a-t-il une mort avant la vie?   2 comments

Beaucoup de propos et d’études ont été recensés sur la question de la vie avant la mort, voire même une vie après la mort, mais peu de chercheurs s’intéressent à la question à savoir s’il y a une mort avant la vie.

Eben Alexander, neurochirurgien à l’esprit rationnel, défend l’idée après avoir vécu une expérience de mort imminente qu’il y aurait bien une vie après la mort.

À cela, sans ouvrir ce débat, Pierre Rabhi répond que le grand problème de fond, ce n’est pas de savoir ce qui va se passer après la mort, mais bien s’il existe une vie avant la mort.

Mais je n’ai rien trouvé sur la présence de la mort avant la vie. Et la question est plus utile que nous pouvons l’imaginer.

Nous savons selon les connaissances scientifiques actuelles qu’il y a près de 14 milliards d’années, il s’est produit ce qui ressemble à un immense Big Bang, une immense explosion cosmique qui engendra l’univers en expansion qui nous entoure présentement. De cette explosion sans précédent du feu nourri de la mort, est apparue la vie.

Ce que nous connaissons de l’univers, c’est qu’il y existe des milliards de milliards de galaxies et que chaque galaxie renferme des milliards de milliards d’étoiles. Sur une de celles-ci, il y a nous sur la terre. Chacun humain, comme chaque étoile, à une durée de vie limitée, nous ne sommes pas éternelles et l’énergie de la mort nous accompagne.

Les connaissances scientifiques actuelles proposent qu’avant l’expansion de l’univers, celui-ci fût d’un volume microscopique. L’énergie qui a été libérée est à l’origine du cycle de la vie et de la mort.

Nous savons que la mort intervient quand l’organisme ne peut plus puiser et maintenir son entropie basse.

L’étude des religions et de leurs visions de la mort nous ramène vers une tendance lourde qui affirme que la mort n’est pas la fin ultime de la destinée de l’homme. Les notions de résurrection, de réincarnation, de nirvana, ou encore de paradis se chevauchent. La mort n’est pas un terme, mais un générateur d’une autre vie.

De plus, plusieurs penseurs occidentaux et orientaux font référence dans leurs avancés pour mieux comprendre le phénomène de la vie, au concept d’énergie vitale (QI ou Ki,  prana, Ka, l’âme, etc.) qui transcende les états de vie et de mort. Cette énergie demeure et devient le lien entre les cycles.

Par ailleurs, si nous acceptons les hypothèses scientifiques avancées dans le domaine de la physique quantique qui postule que toute chose visible et invisible est constituée d’énergie, des perspectives intéressantes s’ouvrent pour comprendre l’avant et l’après, l’interconnexion et l’interdépendance entre les êtres et les choses dans la perspective espace-temps.

La question de la présence de la mort avant la vie, bien qu’elle nous ramène au Big bang, à l’histoire des religions et aux penseurs de ce monde, elle apporte aussi une leçon de vie intéressante. Je n’ai aucun contrôle sur mon origine et sur ma fin, mais j’en ai ici et maintenant, sur l’entretien de mon énergie. Cette même énergie qui après la mort d’une idée, d’une action par l’échec, fait en sorte que je peux me relever et continuer.

Cette même énergie qui est présente en chacun de nous et renvoie aux oubliettes les fondements de nos divisions et de notre apparente diversité. Nous sommes tous des êtres humains.

Une chanson de HK et les Saltimbanks – Citoyens du Monde

Les paroles sur http://www.songtexte.com/songtext/hk-et-les-saltimbanks/citoyen-du-monde-53b3bf69.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

%d blogueurs aiment cette page :