Le sacré quotidien

Les pas du coeur

J’ai retrouvé le sens du sacré depuis que je porte une plus grande attention aux gestes du quotidien. Ils ne doivent pas devenir des automatismes, mais plutôt des gestes de vie. Ralentir, prendre conscience, quand cela est possible (car il y a des instants qui nous échappent et les 10 tractions l’emportent), pour découvrir l’aspect précieux de nos gestes.

Nous pouvons préparer un repas en suivant une recette standard, faite par un autre et pour les autres. Il est aussi possible de faire un repas à partir du goût moment, ce qui est ressenti, le besoin de soutien de notre organisme et l’intuition créatrice.

Faire un repas doit être un acte créatif et manger non pas par rituel, mais dans une action festive ou joyeuse.

Se rendre au travail non pas comme un automate, mais comme une personne conscient de la valeur de sa contribution, si minime soit-elle, et qui savoure le parcours et la destination.

Nous sommes en vie, c’est un événement en soi. Les plus grands rituels sacrés visent à se réaliser. Il est bon de prendre conscience que nous avons la chance de le vivre chaque jour.

Le chemin n’est pas seulement un moyen pour atteindre un but ou un objectif.  Le chemin est aussi notre vie, et nos pas, ce que nous avons de plus précieux pour avancer, car chacun de nos pas est le battement de l’histoire de notre vie? Et si, avec ce contact avec le présent, nous avions la clé pour franchir la porte sacrée de notre but lorsqu’il sera atteint? Alors, il ne serait plus pertinent de dire que je suis arrivé, mais bien, que je suis maintenant présent!

Une chanson de Yoav – One by one

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

 

 

Celui qui dit vague!

2656879_ff8b4

Je nous imagine parfois comme une vague, dans un océan où toutes les vagues sont en mouvement comme toi et moi, passant par différentes voies. Le mouvement nous pousse vers l’horizon, et nous nous disons que cela est le sens. Chaque déplacement de la masse d’eau conspire à nous pousser vers ce sens, vers ce point où nous espérons toucher l’infini.

Et durant tout le déplacement, nous vivons des tourbillons frénétiques, des courants chaleureux, des soulèvements, des courants froids, des ouragans et des accalmies. Certaines vagues disparaissent, d’autres apparaissent.

Parfois, nous sommes attirés contre une autre vague et nous sommes fascinés par son mouvement, par sa fluidité, sa lumière, ses couleurs, et nous sommes heureux de partager le mouvement d’ensemble.

Il peut arriver que cette connexion et les expériences antérieures de même nature nous permettent de reconnaître en l’autre le grand océan qui nous habite et que nous composons. C’est alors un grand privilège de voir à travers une goutte d’eau le mouvement d’ensemble du grand océan.

Alors, il devient clair que chaque vague est merveilleusement à sa place tout en étant interdépendante. Puis, nous prenons conscience que la quête d’un horizon accessible n’a plus de sens, car, par le corps de la mer, nous sommes déjà réalisés. Quand notre voix s’élève, elle s’ajoute au chant de l’océan qui recompose la vie.

Alors pour celui qui divague, l’océan n’est qu’un réceptacle de vagues. Les autres, sans divaguer, y voient la création infinie de la vie.

Une pièce musicale de John Butler – Ocean

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Puiser un cliché de vie

Visage eau

Le lac réfléchissait mon visage

Dansant avec le silence du soir

Je me suis rapproché et j’ai demandé :

Puis-je conserver cette image?

 

La surface de l’eau était calme et lisse

J’ai tendu les bras, ouvert les mains

Et puisé à même l’eau si fraîche

un cliché de vie…

 

avant de me la couler douce.

Une chanson de Sally Oldfield – Water Bearer (Porteuse d’eau)

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

L’homme qui maîtrisait le temps

Une découverte, un reportage coup de coeur.  Merci à l’équipe, quel travail!

Aventurier, philosophe, artisan, musicien, horloger… Paul Du Marchie n’a pas vécu une seule vie mais plusieurs. Grand voyageur, il découvre dans les années 40 le désert et les nomades dont il partagera le quotidien de nombreuses années. Aujourd’hui à 95 ans, il continue de transmettre avec fougue une vision de la vie basée sur l’émerveillement. Dans sa maison retirée du Liboson sur les hauteurs de Montreux, le visiteur pénètre un lieu magique où la beauté et le mystère invitent à une véritable introspection.

« L’homme qui maîtrisait le temps », un reportage de Valérie Teuscher

Je suis un être humain

A voir et diffuser, vraiment magnifique.

Je suis un être humain a été tourné en une journée. Ont suivi environ 8h de montage et post-production. Autant dire que c´est très peu… Carlos Chapman et Estelle Pesquier ont réalisé cette vidéo aussi rapidement afin de pouvoir la publier au moins 3 jours avant la fin du concours « Je suis un héros ».

Sentiments d’éternité

Entre peur et curiosité, notre société hésite à s’aventurer à sa rencontre… La mort. Comment accueillir cet instant qui remet en question notre existence ?

Certaines femmes et certains hommes, bouleversés par cette confrontation extraordinaire aux frontières de la vie, ont changé leurs regards sur cette inconnue et nous racontent leurs histoires profondément transformatrices.

Portraits croisés d’un éditeur devenu prêtre, d’une journaliste devenue hypnothérapeute, d’une assistante de direction devenue médium, etc…

Avec la psychologue Marie de Hennezel et le médecin Jean-Jacques Charbonier.

Au-delà des limites de notre vision

Vision

Il vous est déjà arrivé d’être entré dans une pièce et de ne pas avoir vu un objet. Une autre personne entre et vous l’a fait remarquer.

Nous voyons que ce que nous sommes disposés de voir, de décoder et d’interpréter.

L’accumulation de nouvelles découvertes, de nouvelles perspectives, de nouvelles visions, de nouveaux éléments, nous amène par l’expérience à prendre conscience que ce qui nous entoure est infiniment plus grand que ce que nous avons imaginé.

Si nous étions un jour capable d’enlever les filtres de la perception — vous savez notamment le jugement, les attentes, notre capacité de décoder, notre capacité d’interpréter, etc., — peut-être que nous serions dans la possibilité de nous éveiller à cette position sans voyant, où chaque élément constituant notre monde, bien qu’unique, est inter relier. Alors, ils nous apparaîtraient comme faisant partie d’un tout infini.

Une chanson de Claude Dubois – Petits cailloux

Les paroles de https://genius.com/Claude-dubois-les-petits-cailloux-lyrics

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.