Accepter les risques

ImAGE enfant rire

Nous vivons dans un monde ou les dirigeants, les ingénieurs, les avocats, les gestionnaires et même les scientifiques tentent d’organiser la vie à partir de paramètres cohérents, objectifs et mesurables. Nous avons les lois qui encadrent nos vies, les modèles théoriques, les politiques, les normes, les procédures, les recettes, et j’en passe.

Cet effort visant à encadrer la complexité de la nature des êtres humains doit prendre en compte que dans les faits nous avons une propension à ne pas être toujours cohérents. Un humain peut porter la mission de réaliser un idéal et pourtant supporter en lui cette partie cachée incompatible et inavouable.

Entre le grand nombre de réalisations merveilleuses au quotidien et la férocité monstrueuse d’un petit nombre de personnes, (et malheureusement nous oublions facilement la réelle proportion) s’installe ce carcan de lois, de mesures de contrôle et de protection qui entravent notre capacité d’agir. Il est compréhensible que certains s’élèvent contre la complexité des contrôles qui s’installent autour de nous.

Dans ce contexte, il faut de la résilience pour continuer à entretenir la gratitude envers la vie et continuer à rechercher le meilleur tout en composant avec un passé apparaissant parfois comme irréparable.

Par-delà l’espoir, il nous faut plus que de la lucidité, il nous faut agir avec cette ferme intention de libérer l’humain des entraves de ses peurs, identifier nos mécanismes de protection de base et accueillir l’imprévue et l’inconnu.

Alors, il sera possible d’apprendre à composer avec ce qui est, au lieu de se définir à partir de ce qui pourrait arriver.

Une chanson de Pink Floyd – Welcome to the Machine

Les paroles sur https://www.lacoccinelle.net/257951.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

 

 

Enchante ment

Il avait connu un monde qui ressemblait à un mythe antique.

Ce monde était clairement divisé entre les enchanteurs qui dictaient ce qui devait avoir un sens et ils occupaient les plus belles terres de ce monde. Par ailleurs, les enchantés, ceux qui se laissaient ravir par ce qu’ils vivaient, et bien qu’ils offraient la force de travail pour produire les biens et les services nécessaires aux enchanteurs pour être heureux, vivaient dans une relative pauvreté.

Bizarrement, lorsque les clans d’enchanteurs s’affrontaient afin d’acquérir plus de pouvoir, c’étaient les enchantés qui allaient au combat et payaient de leur sang le règne des enchanteurs.

Le monde n’était pas divisé de façon aussi drastique, il y avait certains enchantés qui avaient la chance de côtoyer les enchanteurs. Alors, ils devenaient à leurs services, faire-valoir ou laquais. Bizarrement, il arrive que nous aimions mieux être soumis à un maître que d’accepter notre condition.

Dans ce monde si les enchantés avaient envisagés de se soulever, ils auraient risqué de tarir la source de leur enchantement. Et si les enchanteurs envisageaient d’ignorer les enchantés, ils perdraient leur audience.

Ensemble, ils étaient condamnés à composer avec la situation, à s’adapter ou selon une autre perspective, à se soumettre faute d’alternative, évitant ainsi le pire.

Il était heureux d’avoir connu un tel monde, car il comprenait toute l’importance de se rendre accessible à l’émerveillement sans le carcan des institutions qui ont recours à des mises en scène pour maintenir des paradis artificiels.

Les humains les plus libres et les plus riches puisent leurs ressources de leur conscience.

Une chanson de Jean-Jacques Goldman interprétée par ZAZ – Si

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

 

 

Les signes d’une paix durable

commence-paix-monde-soi-jardin

Tu veux savoir quels seront les indices d’un monde de paix qui s’installe.

Quand tu verras spontanément les gens aller vers les autres, car ils auront compris que l’autre possède un savoir qui lui manque.

Quand tu verras des gens trouver un accord dans le silence, sans avoir recours à des mots pour s’engager mutuellement.

Quand les gens qui t’entourent se permettront librement d’interroger, de chercher, de douter et de partager les questions tout comme on partage les matériaux d’une co-construction.

Quand les réponses ne seront pas aussi closes que des opinions et empreintes d’humilité.

Quand les gens manifesteront autant d’inquiétude sur l’avenir de notre planète que sur l’avenir des enfants qui y vivent.

Quand le prix d’une vie humaine ne se mesurera plus en investissement et en assurance, mais par sa qualité singulière contribuant à la nécessaire diversité d’une communauté en santé.

Une chanson de Cat Stevens -Where do the children play

Les paroles sur https://www.lacoccinelle.net/261087.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

La vie, de grâce

ImAGE Liberté

Regarder le mouvement des arbres dans la forêt, apprécier la beauté des changements, l’accord des chants d’oiseaux, la douce chaleur du soleil, la façon dont le vent s’y prend pour façonner ce qui nous entoure quel bonheur!

Les humains qui feront la différence pour la planète seront en phase avec la nature.

Ils n’essayeront pas de sauver leurs vies en méprisant les autres tout en se justifiant que seuls les prédateurs sauront survivre.

Ils n’essayeront pas de sauver la planète en devenant militants écologistes d’une ère néopaïenne en imposant une approche dogmatique.

Ce n’est pas en implantant plus de contrôle, tant au niveau des moyens que de la pensée, que nous changerons les façons de vivre et de voir les choses. Nous ne ferons que développer des comportements délinquants.

Nous devons développer et éduquer la conscience collective. Pas une conscience préfabriquée au sens d’un mouvement New Âge, mais bien une conscience qui se nourrit de l’expérience singulière. Aucun changement durable dans nos vies ne peut s’amorcer hors de soi.

Les humains qui vivent des moments de grâce dans sa communauté où dans la nature, ont intégré le changement de paradigme et fait déjà partie de la différence.

Une chanson de BEYRIES – Same Light

Est-ce la même lumière
Cela brille en toi maintenant?
Je peux sentir ton ombre
Puis-je te garder?

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Au-delà des mers et des ports

ImAGE Bateau papillons

Ce matin, j’ai pris le temps de soulever les couvertures qui me réchauffent et me protègent, j’ai mis le pied à terre et j’ai respiré l’air frais de ce jour.

J’ai eu l’impression de sortir de ma cachette où je formule mes rêves, où je ressens des pensées reposantes et où je me retranche des tumultes des jours pour m’élever à la vie et accueillir la magie d’un monde neuf, bien que fragile, et surtout éblouissant.

S’il est vrai que l’origine de nos souffrances se retrouve dans l’interprétation et l’évaluation des événements, je suis debout ce matin avec un nouveau devenir, une nouvelle présence qui me permet de transcender les espoirs et m’élancer une nouvelle fois dans la vie.

Peut-être aurais-je le courage de casser les moules de mes perceptions et représentations dans lesquels j’enferme les gens que j’aime. Il est tellement plus facile de posséder une image figée de l’autre et ne plus s’émerveiller de voir les autres être libres de leur propre chemin.

Le plus beau présent que nous pouvons nous offrir est de vivre pleinement et entièrement ce qui nous anime. Personne n’a besoin de voguer sur tous les océans, et marcher sur tous les ports de ce monde, ce dont nous avons besoin, c’est juste de vivre exagérément ce qui est bon en soi et qui nous anime.

Ce matin, je nous rappelle qu’il est venu le temps de réaliser ce qui nous tient à cœur, d’aimer pleinement et d’être entièrement.

Une chanson de Cat Stevens – Morning has broken

les paroles sur https://www.lacoccinelle.net/263358.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Avec attention

Nous vivons dans un monde où tout est de plus en plus rapide, même l’information devient surabondante et semble prendre le pas sur la réalité, et pourtant…

Ce n’est pas grave si nous ne comprenons pas tout.

Ce n’est pas grave si nous nous trouvons moins intelligents qu’un autre.

Ce n’est pas grave de perdre un peu son temps…. Dans un monde qui a tant à faire. Il ne faut pas vivre comme si nous allions mourir dans une minute, il faut être là comme si nous avions à vivre.

Je n’ai pas besoin de tout connaître, mais d’être attentif à l’essentiel.

Je n’ai pas besoin d’être intelligent, je veux juste être pleinement conscience de ce que je vis, de ce que tu vis et de ce que j’en fais.

Je ne veux pas être un produit de la pensée, je ne veux pas avoir des certitudes. Je veux être le produit de ce que je regarde, de ce que j’entends, de ce que j’expérimente et de ce que j’écoute. Je veux me laisser surprendre par l’émerveillement.

Je nous souhaite à tous de l’attention, sous toutes ses formes, et s’immiscer dans la lumière.

Une chanson de Daniel Bélanger – Il y a tant à faire

Les paroles sur https://genius.com/Daniel-belanger-il-y-a-tant-a-faire-lyrics

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Conte pour détacher et relier

ImAGE Arbre humain

Les liens sont apparus un jour, sans que j’en prenne réellement conscience. Ils ont dû s’installer la nuit pendant que je dormais. Probablement qu’au début, il n’y avait pas de tension et beaucoup de portée. On dirait qu’avec le temps, une tension s’est installée, et la marge de manœuvre pour bouger s’est réduite.

Au tout début, je me souviens, ce n’était que des pensées, c’était innocent. Puis une émotion s’y est attachée, puis une autre et tout doucement, cette simple pensée avec les émotions ont lié mon corps.

Il m’a fallu du travail et du temps pour percevoir que ces attaches que je voyais sous mes yeux, ce que mon cerveau tenait pour acquis et ma réalité n’étaient que les entraves auxquelles je voulais croire. Dès que l’illusion a disparu, la liberté de mouvement est revenue.

Il y a généralement peu de changements à apporter au scénario pour passer d’un rôle de son propre bourreau à celui de victime. Tout repose sur les mots utilisés et la perspective. Car les mots contaminent la vision qui se développe. Les mots que nous utilisons ne sont pas neutres, ils ont une capacité de fermentation en nous.

Il est possible de se relier à ce qui nous anime sans s’y attacher. Tout passe sans trop de tension à qui se préoccupe avec conscience de la liberté de mouvement.

Une chanson de ZAZ – Si jamais j’oublie

Les paroles sur https://www.lacoccinelle.net/1024281.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.