Archives du tag ‘pleine conscience

Conte pour détacher et relier   Leave a comment

ImAGE Arbre humain

Les liens sont apparus un jour, sans que j’en prenne réellement conscience. Ils ont dû s’installer la nuit pendant que je dormais. Probablement qu’au début, il n’y avait pas de tension et beaucoup de portée. On dirait qu’avec le temps, une tension s’est installée, et la marge de manœuvre pour bouger s’est réduite.

Au tout début, je me souviens, ce n’était que des pensées, c’était innocent. Puis une émotion s’y est attachée, puis une autre et tout doucement, cette simple pensée avec les émotions ont lié mon corps.

Il m’a fallu du travail et du temps pour percevoir que ces attaches que je voyais sous mes yeux, ce que mon cerveau tenait pour acquis et ma réalité n’étaient que les entraves auxquelles je voulais croire. Dès que l’illusion a disparu, la liberté de mouvement est revenue.

Il y a généralement peu de changements à apporter au scénario pour passer d’un rôle de son propre bourreau à celui de victime. Tout repose sur les mots utilisés et la perspective. Car les mots contaminent la vision qui se développe. Les mots que nous utilisons ne sont pas neutres, ils ont une capacité de fermentation en nous.

Il est possible de se relier à ce qui nous anime sans s’y attacher. Tout passe sans trop de tension à qui se préoccupe avec conscience de la liberté de mouvement.

Une chanson de ZAZ – Si jamais j’oublie

Les paroles sur https://www.lacoccinelle.net/1024281.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 23 octobre 2018 par dandanjean dans Contes, Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , ,

Les dieux voyagent toujours incognito   Leave a comment

ImAGE danse

Si tu veux rester jeune toute ta vie, continue d’évoluer, d’apprendre, de découvrir, et ne t’enferme pas dans des habitudes qui sclérosent l’esprit, ni dans le confort engourdissant de ce que tu sais déjà faire.

*

On ne peut pas changer les gens tu sais. On peut juste leur montrer un chemin, puis leur donner envie de l’emprunter.

*

Il va falloir que tu acceptes de ne pas forcément correspondre à ce qu’attendent les gens, ne pas toujours te conformer à leurs critères, leurs valeurs, mais oser afficher ta différence, parfois même quand elle dérange. Bref, lâcher prise sur l’image que tu souhaites donner aux autres, et apprendre à ne pas trop te soucier de ce qu’ils pensent de toi.

Lorsque tu assumeras pleinement tes différences, alors tu pourras te pencher sur celles des autres et, si nécessaire, t’y adapter.

*

C’est en se changeant soi-même que l’on devient heureux, pas en changeant ce qui nous entoure.

*

Quand tu déploies de l’énergie à essayer de convaincre quelqu’un, c’est comme si tu envoyais dans sa direction une force qui s’exerce sur lui, qui le pousse. Il le ressent, et ça l’amène à pousser dans le sens contraire. Pousse-le, il te repousse.

Alors, on fait quoi au juste pour convaincre quelqu’un ?

On ne pousse pas, on tire…Pousser, c’est partir de notre position et vouloir l’imposer à l’autre. Tirer, c’est partir de la position de l’autre, et petit à petit l’amener à soi.

Laurent Gounelle dans Les dieux voyagent toujours incognito

Une pièce musioale de Steve Hackett – Horizons

Publié 18 octobre 2018 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : ,

Un éveil à la vie, à la joie et à l’amour   Leave a comment

d1bf567e83ca487fcfb353a9e3f830a0

Plus nous quittons la ligne temporelle et habitons notre propre présence, plus nous réalisons qu’il s’agit de nous inscrire dans quelque chose d’assez radical : l’instant devient le seul espace à vivre, hors de la temporalité habituelle, un espace où tous les stratagèmes du mental pour garder le contrôle, prévoir le futur, retenir le passé, espérer un avenir meilleur, n’ont plus du tout leur place et passent au second plan.

L’instant est un total mystère, un inconnu parfait. À chaque instant, je suis invité à être totalement là, entièrement et inconditionnellement et nulle part ailleurs qu’ici. Même si nous sommes conditionnés à croire le contraire, cet inconnu-là, qui ne sait rien sur ce qui va advenir l’instant d’après et sur ce que nous allons devenir, est la seule réalité. Et cela nous fait peur.

Vivre en dehors du mental et de la sécurité temporelle apparente qu’il apporte nous fait peur. La présence est terrifiante pour le mental, qui y perd tout contrôle et toute identité. Cela demande donc le courage et la persévérance de rencontrer tous ces mécanismes mentaux qui nous égarent en dehors de notre présence naturelle.

Séverine Millet dans Vivante ! : Un éveil à la vie, à la joie et à l’amour

Une pièce musicale avec Estas Tonne et Reka Fodor – VDU Kaunas 2014 Part II

Publié 1 octobre 2018 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , , , , , ,

Le jeu de la vie   Leave a comment

26328_549903255041508_1784731828_n

Regarde la vie autour de toi, il y a tant à apprécier. Cet oiseau qui vole et qui se pose avec grâce sur le fil, ces plantes dans le jardin qui s’ouvrent à la vie, cette senteur de lilas qui enivre le vent tournoyant avec le pollen, ce soleil qui continu sa course vers l’horizon, les fourmis qui sont à l’ouvrage, la douceur de cette mousse verte sur le tronc, et quoi encore.

La création n’est pas finie, elle se poursuit et elle est à l’œuvre. As-tu déjà participé réellement, je veux dire avec conscience et attention, à ce jeu sublime de la vie?

Se laisser emporter par les mouvements et les cycles, se retrouver dans un courant qui nous pousse vers cette quête d’autres formes encore et de toutes les combinaisons possibles.

Chacun de nos gestes participe alors à cette émanation de vie. Rien de sérieux, tout est important. Comme le rêve du papillon, à chaque éveil, un nouvel état.

 

Une chanson de Bertrand Betsch – La beauté du monde

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 22 juin 2018 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , ,

Lalla   Leave a comment

Moulin a prière

Ils lisent les livres sacrés

Et comme des perroquets

Psalmodient: « Ram…Ram…Ram… »

Les textes ne sont qu’illusions

S’ils ne s’incarnent pas en chaque instant de ta vie

*

De pierre l’idole, de pierre le temple,

Du haut en bas, rien que de la pierre,

Ô Pandit obstiné, qui donc adores-tu?

Unis plutôt ta pensée et ton souffle!

*

Abandonne les vaines imaginations,

Rends l’espace au désir jusqu’à sa dissolution,

Reviens à l’intimité du Soi !

Ne le recherche pas à l’extérieur.

Alors que le vide intègre l’espace.

*

Il est inutile d’arroser l’ortie avec du lait,

De couver les œufs d’un serpent,

D’ensemencer une dune de sable,

De frire une galette faite de balles,

De donner les enseignements à ceux

Qui ne les désirent pas ardemment,

De nourrir un âne avec de la mélasse.

Nos pensées découlent de nos actes,

A quoi bon se perdre dans les mots ?

Chants mystiques du tantrisme cachemirien de  Laldyada

Daniel Odier décrit ainsi Lalla :

Lalla est à la fois la poétesse tantrique la plus étincelante, une grande mystique et l’artisane d’un profond rapprochement avec les soufis qui la considéraient comme l’une des leurs. Lalla ne chante pas seulement l’éclosion spirituelle mais elle dit avec ferveur les tourments de l’âme, les attentes, les doutes, l’incandescence des sentiments et l’amour divin à travers l’intégration de la réalité sensible. Son œuvre marque l’apogée, au XIVe siècle, du courant tantrique qui, dès le début de notre ère, a profondément influencé l’hindouisme ainsi que les bouddhismes tibétain et chinois en proclamant l’identité fondamentale de tout être avec le divin et en affirmant que la Conscience habite chaque particule de l’univers.

 

Une chanson de Yungchen Lhamo – Happiness Is

Publié 17 mars 2018 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , , ,

La vie au présent simple   Leave a comment

Je nous entends parler de ce qui pourrait arriver de bon espérant que les temps meilleurs s’en viennent :

Le billet de loterie sera un jour gagnant!

La princesse charmante se penchera un jour sur notre visage!

Les personnes découvriront un jour mon potentiel!

Je pourrais un jour connaître la paix!

Un jour je serai guéri!

Non pas qu’il est inutile de rêver voir même d’espérer. Mais tout rêve, tout espoir doit reposer sur l’acceptation de ce que nous sommes, la capacité à s’engager pleinement dans la vie et le lâcher-prise pour être présent en temps réel.

Les trésors de la vie sont dans les moments tout simples, rappelez-vous le premier baiser, la première amitié marquante, la naissance d’enfant, le premier fruit exotique, le premier animal de compagnie, la première musique qui nous a fait basculer dans l’univers des sons, la première peinture qui nous a fait rêver.

Le plus précieux des trésors est cette conscience de vivre une vie simple, voire même ordinaire, de manière à en saisir l’extraordinaire.

 

Une chanson d’Harmonium – Pour un instant

Les paroles sont incluses dans la vidéo

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 3 mars 2018 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

Quelque chose d’autre en plus   2 comments

ImAGE tête ennuagée

Une des plus grandes sources de souffrance dans notre vie vient de ce que nous voulons habituellement que les choses se passent comme nous le voulons. Donc, quand les choses « Sont contre nous », quand elles ne se passent pas comme nous le voulons, comme nous nous y attendions ou comme nous l’avions prévu, nous avons tendance à nous sentir contrariés, frustrés, blessés et malheureux, et nous souffrons.

L’ironie veut que bien souvent nous ne savons pas ce que nous voulons vraiment, même si nous voulons tout le temps que cela se passe comme nous le voulons. Si nous avons ce que nous voulons, nous voulons habituellement quelque chose d’autre en plus.

L’esprit continu à avoir besoin de nouvelles choses pour être comblé. De ce point de vue, il est rarement satisfait très longtemps avec les choses telles qu’elles Sont, même si ces choses Sont relativement paisibles et satisfaisantes.

Quand des petits enfants sont bouleversés car ils n’ont pas tout ce qu’ils voient et qu’ils voudraient avoir, nous leur disons : « Tu ne peux pas toujours avoir ce que tu veux ». Et quand ils disent « Pourquoi? », nous répondons « Parce que » ou « tu comprendras quand tu seras grand  » mais nous leur racontons des histoires.

Mais en fait, la plupart du temps, les adultes que nous sommes n’ont pas l’air de comprendre la vie mieux que les enfants.

*

Lâcher prise n’est pas une expérience si inconnue. Nous le faisons chaque soir en allant dormir. Nous sommes allongés sur une surface matelassée, lumières éteintes, dans un endroit calme, et nous nous abandonnons, corps et esprit. Si vous ne pouvez lâcher prise, vous ne vous endormez pas.

La plupart d’entre nous avons l’expérience de périodes où notre esprit ne s’arrête tout simplement pas quand nous allons nous coucher. C’est un des premiers signes d’augmentation du stress. A ces moments-là, il nous arrive de ne pouvoir nous libérer de certaines pensées dans lesquelles nous sommes en fait trop puissamment impliqués. Si nous essayons de nous forcer à dormir, les choses empirent.

*

Il peut donc être particulièrement utile de garder à l’esprit d’instant en instant que ce ne sont pas tant les éléments stressants de notre vie, mais la façon dont nous les voyons et ce que nous en faisons, qui déterminent le degré auquel nous sommes à leur merci. Si nous parvenons à changer notre façon de voir, nous pouvons changer notre façon d’y répondre.

Au cœur de la tourmente, la pleine conscience de Jon Kabat-Zinn

 

Une chanson d’Adam Cohen – We Go Home

Les paroles en français sur https://www.lacoccinelle.net/977061.html

 

Publié 21 février 2018 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

%d blogueurs aiment cette page :